Suis-nous
Le Vélodrome à l'issue du match ASM Clermont - Racing 92 Le Vélodrome à l'issue du match ASM Clermont - Racing 92

Fan expérience en France

Demi-finales du Top 14 : Quand les fans organisent leur propre expérience au stade

On a suivi deux artificiers de l’ambiance au Vélodrome à l’occasion des demi-finales du Top 14 le week end dernier. Une aventure rocambolesque.

Publié

le

Parfois l’expérience proposée aux spectateurs n’est pas suffisante selon eux, alors ils prennent les choses en main puis organisent leur propre expérience et c’est souvent inédit.

 

Le week-end dernier, nous avons suivi deux artificiers de l’ambiance du Vélodrome à l’occasion des demi-finales du TOP 14 à Marseille. Quatre équipes du rugby hexagonal étaient réunies à l’Orange Vélodrome pour espérer accéder à la finale du championnat. Au programme, la première demi-finale le vendredi soir opposant La Rochelle au RC Toulon (match remporté par les Toulonnais). Et le lendemain à 18h00, la seconde demi-finale qui voyait s’opposer cette fois-ci l’ASM Clermont au Racing 92 (victoire des Clermontois).

Cet évènement a réuni sur un même lieu les fans de ces quatre clubs qui, moyennant un prix d’entrée de 40€ pour les deux rencontres, avaient chaudement fait le déplacement pour cette fête nationale du rugby français.

[KGVID]https://fanstriker.com/wp-content/uploads/2017/05/Demi-finale-TOP-14.m4v[/KGVID]

À l’assaut du sud en bonne compagnie

Parmi ces nombreux supporters, se trouvait Benjamin et Paul, deux fans que nous avons suivi pour le week-end. Le premier fervent supporter de La Rochelle, tandis que son compagnon de route était lui un inconditionnel de l’ASM Clermont.
“Ce déplacement était prévu depuis plusieurs mois au regard des résultats du club Rochelais cette saison” me confiait Paul tout sourire.

C’est au départ de Paris vendredi 11h00 que nous avons retrouvé nos deux loustics, prêts à embarquer dans le TGV direction Marseille St-Charles. À bord du train il existait déjà une ambiance rugbystique, bières à la main, chants basques en fond sonore, saucissons sur les tables et maillots sur les épaules, s’il y avait encore un doute sur la nature de l’événement, il était maintenant soulevé. Tout cela sous le silence total des contrôleurs plutôt amusés par la situation.

Comme dans un stade, de nombreuses animations étaient alors proposées dans les wagons : des concours de bras de fer entre voyageurs, sous peine pour le vaincu d’avaler cul sec une potion magique qu’Astérix n’aurait même pas pu sentir. Certains exhibaient leur postérieur sur les vitres du wagon lors des passages en gare, sous le regard médusé des autres voyageurs.

À peine arrivé en gare St-Charles que nos deux complices avaient déjà pris la route pour leur hôtel afin de poser leurs bagages (composés du strict minimum), davantage préoccupés par le réapprovisionnement en boisson à l’approche du match. 

À 3 heures du coup d’envoi, il n’y avait plus une seconde à perdre, il fallait rejoindre le Vélodrome. La solution du métro paraissait la plus adaptée (à noter que le stade est très bien desservi, la station est située juste en face de l’Orange Vélodrome).
Une fois sur place, Paul et Benjamin retrouvèrent leurs amis, des supporters Rochelais pour la majorité. 
Avant de rejoindre leur place, les deux amis, un brin joueurs, décidèrent d’aller miser une pièce sur le pronostique de la soirée. Mal leur en a prit, Paul, se trompant dans la validation du ticket, nul doute que l’alcool n’eut pas été innocent dans cette histoire. 

Nos fans dans les tribunes du Vélodrome Benjamin
Nos fans dans les tribunes du Vélodrome

Le match est lancé

La première rencontre se déroula dans une atmosphère paisible et conviviale malgré un destin sportif cruel pour nos amis Rochelais. Le leader incontesté de la saison s’inclina dans les dernières secondes sur un drop Toulonnais.
Ce match fut marqué par un record d’affluence pour une demi finale du Top 14 avec 63 642 spectateurs. Malheureusement, l’animation proposée sur place était assez classique : des lances flammes à l’entrée des équipes, des cascadeurs en descente en rappel du haut du toit munis d’un drapeau XXL de chaque équipe.  
Autre fait observé : l’attente devant les toilettes a poussé plus d’un supporter à faire ses besoins directement dans les coursives du stade ou dans leurs propres gobelets (l’histoire ne dit pas s’ils ont ensuite eu une petite soif).

Fin de la journée 1, place au second match

Après une courte nuit de sommeil, nous retrouvons Benjamin, Paul et leurs amis un brin fatigués mais toujours partant pour partager un verre ou un barbecue sur la plage du Prado en patientant jusqu’à l’heure du prochain rendez-vous.

Lorsque le soleil phocéen indiqua 15h30, ces amoureux de l’ovalie prirent la direction du stade à la marche pour digérer le repas du midi. 
Arrivés sur place, la ferveur était beaucoup plus grande que lors du match de la veille. Les supporters Clermontois étaient descendus en masse, tandis que les Franciliens étaient probablement toujours bloqués sur le périphérique parisien.

Nos deux fans de rugby
Nos deux fans de rugby, Paul et Benjamin

18h00 pétante, le match débuta. Paul et Benjamin, malin comme deux lynx avaient trouvé l’occasion de profiter du match en se surclassant en catégorie 1 (l’une des meilleures catégories en place sèche). Malgré l’engouement important, le stade n’était pas plein, des places restaient donc vacantes.
Sur le terrain comme dans les tribunes, l’intensité était au rendez-vous. Au terme d’un match plaisant, Clermont décrocha ainsi son ticket pour le stade de France.

[KGVID]https://fanstriker.com/wp-content/uploads/2017/05/Homme-sur-le-terrain_Marseille.mp4[/KGVID]

Quand les fans passent à l’action 

La joie, mélangée à la frustration du spectacle proposé par la Ligue Nationale de Rugby a conduit quelques fans à envahir la pelouse du vélodrome dès la fin du match. Parmi ces gentils envahisseurs, nous pouvions apercevoir un homme exhibant son corps fraîchement affûté par les quelques litres engloutis quelques heures auparavant (il faisait une chaleur étouffante ce samedi). 

Jusqu’à présent la sécurité réussissait à contenir ces fêtards aux méthodes un peu anarchiques. Mais ce n’était sans compter sur l’investissement de notre fan du soir, Benjamin qui sur un coup de tête (aucun lien avec celui de Zidane) décida de prendre les choses en main. Ni une, ni deux, Benjamin sauta la barrière qui le sépara de la pelouse et se mit à courir à son tour sur la pelouse. Deux agents l’eurent alors pris en chasse. 

“À l’instar de Boli, cette pelouse m’a donné des ailes, je crois que j’ai fait mon chrono le plus rapide sur 100m. Je sentais que j’étais poursuivi, mais également poussé par tout ces fans qui chantaient à ma gloire dans ce spectacle digne d’un show à l’américaine.” nous racontait Benjamin, amusé.

[KGVID]https://fanstriker.com/wp-content/uploads/2017/05/Benjamin-sur-la-pelouse-du-Vélodrome.mp4[/KGVID]

Les chants des supporters amusés eux aussi, étaient alors derrière le jeune sprinteur effarouché. Portés par son élan, d’autres spectateurs franchirent à leur tour la barrière pour célèbre la victoire. C’est le moment choisi par la sécurité pour admettre que l’opposition était devenue impossible, ils laissèrent donc tous les volontaires rejoindre les précurseurs sur le rectangle vert.

En moins de 10 minutes, plus de 10 000 spectateurs étaient présents sur la pelouse du Vélodrome fêtant main dans la main la prestation des deux équipes (des supporters franciliens et clermontois se mélangeaient avec joie). 

Sur la pelouse on pouvait observer des rassemblements de fans qui organisèrent une chenille géante menée par notre ambianceur du soir alors que certains préféraient escalader les poteaux ou encore quelques autres dont l’envie de se soulager sur la pelouse fut probablement trop forte pour résister.
Après une bonne heure de détente et de convivialité inédite, la sécurité invita en nombre cette fois les spectateurs à regagner les sorties. Ceci dans une ambiance toujours cordiale et amusée.

Pour notre groupe de supporters emmené par Paul et Benjamin, la soirée n’allait pas s’arrêter là. Tellement remarqué et apprécié par ses actions, Benjamin fut invité par la délégation clermontoise à rejoindre le salon VIP d’après match en compagnie de tous les joueurs et de leurs familles. 
Nos deux fans ont pu repartir du salon avec une sacrée bonne expérience et des souvenirs plein la tête. Pour finir sur leur aventure inédite, une petite visite des loges s’imposa avant de conclure cette belle soirée sur le port de Marseille.

Vous étiez également au stade ce week-end ? Vous pouvez réagir avec nous sur twitter Follow @fanstriker 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

La nouvelle stratégie de billetterie du Stade Brestois

Le Stade Brestois a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie à tarifs dégressifs. Un modèle inspiré du yield management.

Publié

le

La reprise de la Ligue 1 Uber Eats s’est faite avec le retour des supporters après de nombreux mois de restrictions liés à la COVID. Mais le retour des fans n’est pas l’unique nouveauté pour les supporters du Stade Brestois 29. En effet, le club breton a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie. Inspirée de la stratégie des compagnies de transport (aérien et ferroviaire), ce système est communément appelé yield management.

 

Le Stade Brestois a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie à tarifs dégressifs. Un modèle inspiré du yield management. Comment cela fonctionne-t-il ? Quels résultats attend-on sur les ventes de billets ? Quelles sont les réactions des supporters brestois ? On en parle en analysant ce sujet dans cet article. 

Des tarifs dégressifs

Le principe est simple. La billetterie ouvre 4 semaines avant la rencontre. Lorsqu’elle ouvre, les tarifs de chaque catégorie sont au plus élevés. Puis, chaque semaine, en se rapprochant du match, les tarifs baissent. La première semaine, le tarif sera situé entre 50€ et 100€, selon les catégories. Après une semaine, les prix se situeront entre 80€ et 35€ puis entre 60€ et 20€ la semaine suivante. Enfin pour la dernière semaine, les prix seront entre 30€ et 4€, s’il reste des places à la vente.

Avec ce système, les prix par catégorie continuent d’exister mais les tarifs spéciaux disparaissent. Par exemple, le club a décidé de mettre fin aux tarifs réduits pour les enfants.

Grille tarifaire du Stade Brestois pour le match face à Rennes

Grille tarifaire du Stade Brestois pour le match face à Rennes

Objectif guichets fermées

Le co-président du Stade Brestois 29, Gérard Le Saint, n’a pas caché son ambition avec ce nouveau modèle. En effet, l’objectif est de réaliser des guichets fermés à chaque match au Stade Francis Le Blé et ainsi d’améliorer l’affluence moyenne du club. Lors de la saison 2019/2020, l’affluence moyenne du club était de 13 700 spectateurs (pour environ 16 000 places) pour son retour dans l’élite (avant la fin du championnat due à la COVID), soit un taux de remplissage de 90,7%.

Cette nouvelle formule devrait répondre parfaitement à la règle de l’offre et de la demande.
Gérard Le Saint, co-président du Stade Brestois 29.

Sur le site du club, le co-président s’est expliqué : “Cette nouvelle formule devrait répondre parfaitement à la règle de l’offre et de la demande. Au-delà de vouloir vous vendre des places aux prix les plus justes, notre réflexion s’est aussi tournée vers les familles qui ne peuvent pas venir au stade Le Blé parce que c’est tout simplement trop cher. J’ai encore en tête la réception de Reims fin août il y a deux ans. Le temps était beau et nous n’avions pourtant pas réussi à remplir la tribune Brittany Ferries avec des places à 9 euros. J’en ai conclu que celles-ci devaient être trop chères. Dans ce nouveau système, le prix des billets descendra par moments jusqu’à 4 euros.

Comment a réagit la communauté de fans du club breton ?

Pour acheter leurs places au meilleur prix, les supporters devront se transformer en de véritables analystes. Ils devront spéculer sur l’offre et la demande pour prendre leurs billets au dernier moment avant que l’intégralité des billets soit épuisés. S’ils achètent leurs billets “trop tôt”, les spectateurs payeront le prix fort. Mais s’ils attendent trop longtemps, ils risquent de se retrouver sans billets.

Face à Rennes, certains supporters ont pris leurs places au dernier moment et sont donc satisfaits : “J’ai eu ma place ce matin à 4 euros alors que c’est un derby. J’ai tenté ma chance, j’ai gagné. Ce système permet de faire baisser les coûts, c’est parfait.” D’autres fans comparent ça à la loterie : “ C’est la loterie, mais si tu arrives à avoir une place à un meilleur prix tant mieux pour toi. Ça va attirer du monde, c’est sûr !”. Des réactions à retrouver sur l’article de So Foot.

Pour de nombreux supporters y compris les abonnés, qui ne sont pourtant pas concernés par ce système, ce nouveau modèle ne plaît pas.

« C’est dégueulasse pour les personnes qui ont moins d’argent. C’est une mesure qui va à l’encontre du football populaire. Je trouve ça étonnant de la part d’un club comme le Stade brestois.” a réagi un membre des Celtics Ultras 2001 auprès de So Foot.

Le cas du Brest Bretagne Handball

Dès 2015, le Brest Bretagne Handball (BBH) proposait lui aussi des tarifs basés sur le yield management pour la couronne supérieure de son Arena soit pour près de 1 500 places pour une capacité totale de 4 077 places. En effet, le tarif de base était de 9€ et était mis à jour tous les soirs sur le site du club. Les prix pouvaient soit monter jusqu’à 11€ maximum, soit baisser jusqu’à 1€ en fonction de la demande.
Depuis, le Brest Bretagne Handball a encore modifié son modèle de billetterie en proposant des tarifs ascenseurs, le modèle dont s’est inspiré le club de football de la ville. À noter que les présidents du BBH sont les frères Gérard et Denis Le Saint. Denis Le Saint étant aussi le président du Stade Brestois 29.

Les deux images ci-dessous montrent les différents tarifs et les dates de changement des prix. Si un supporter achète une place en tribune centrale le 20 août 2021 pour le match contre Mérignac (qui aura lieu le 15 septembre 2021) alors il payera sa place au tarif 1 soit à 65€. En revanche, s’il attend et qu’il achète sa place dans cette même catégorie le 7 septembre alors il payera sa place seulement 20€ soit plus de trois fois moins cher. Cependant, il prend le risque qu’il n’y ait plus de places pour cette rencontre dans cette catégorie.

La particularité de l’offre billetterie du BBH est que si le supporter attend trop longtemps, les prix repartent à la hausse. En effet, à J-14 de la rencontre les prix augmentent. Ceci permet d’éviter que tous les supporters n’achètent leurs billets au tout dernier moment. C’est une manière de sécuriser un certain niveau d’affluence.

Tarifs du Brest Bretagne Handball

Tarifs du Brest Bretagne Handball

Dates de changement des tarifs de la billetterie du Brest Bretagne Handball

Dates de changement des tarifs de la billetterie du Brest Bretagne Handball

Un modèle proche du Purple Pricing mais avec une différence majeure

Le Purple Pricing est une stratégie billetterie développée par deux chercheurs américains. Cette méthode permet aux fans d’acheter leurs billets à tout moment. Ici, le prix décroît au fur et à mesure jusqu’à épuisement ou à la fermeture de la billetterie. Cependant la particularité réside dans le fait que si un spectateur a acheté son billet tôt et donc au prix “fort”, alors il sera remboursé de la différence par rapport au prix qu’aura payé le dernier spectateur à avoir acheté son billet. Un modèle qui augmente l’implication du fan et aussi sa satisfaction puisqu’il aura payé son billet au juste prix au vue de l’offre et de la demande. Retrouvez une explication plus précise et plus poussée dans notre article sur le sujet.

Avec ce nouveau modèle, “les supporters sont libres de donner au billet la valeur qu’ils veulent, avec le risque qu’il n’y en ait plus” comme l’explique une source interne au Stade Brestois 29 au journal L’Equipe. Ce modèle est vivement critiqué par des supporters qui considèrent que c’est une nouvelle atteinte au football populaire. D’autres, sont plutôt satisfaits de ce nouveau système qui leur permet de bénéficier de places à des tarifs très réduits. Cependant, ce nouveau modèle présente peut-être une limite : les grosses affiches.
En effet, face au Paris Saint-Germain l’intégralité des places du Stade Brestois a été vendue très rapidement mais de nombreuses places se sont retrouvées sur le marché noir à des tarifs extrêmement élevés avec des places allant jusqu’à 400€. Sans solution de billetterie secondaire, le club ne pourrait donc pas gérer les dérives liées à ce système d’offre tarifaire modulable. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce modèle et de faire un point sur l’affluence au stade Le Blé et les impacts sur la billetterie du Stade Brestois après quelques mois.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

Amazon Prime piège les fans du PSG

Mercredi, Amazon Prime Vidéo a piégé les fans du PSG avec une fausse bande annonce d’un nouveau reportage sur les 50 ans du club.

Publié

le

Amazon Prime Vidéo a piégé les fans du PSG sur Twitter avec une fausse bande

Ce mercredi après-midi, Amazon Prime Vidéo a piégé les fans du Paris Saint-Germain avec une bande annonce d’un nouveau reportage consacré aux 50 ans du club parisien. 

 

Comment tester le niveau de connaissances des fans pour leur club ? Amazon a peut-être trouvé l’astuce en piégeant des supporters.

Une fausse bande annonce 

Mercredi 8 septembre vers 14h00, le compte Twitter d’Amazon Prime Video France a publié un tweet contenant le message “Vous pensez connaître la légende ?” et un teasing vidéo de PSG Ô Ville Lumière, 50 ans de Légende, une série-documentaire sur le PSG qui sera à découvrir vendredi 10 septembre sur la nouvelle chaine diffuseur de la Ligue 1 Uber Eats.
Les utilisateurs réguliers du réseau social Twitter savent que les réactions vont bon train sur ce réseau. En effet, dès la publication de cette bande annonce qui n’était pas encore annoncée comme étant fausse, nombreux sont ceux qui ont vite relevé les erreurs qui s’étaient glissées dans l’extrait vidéo. 

 

Des erreurs de date, de nom, de score… Amazon Prime Vidéo a glissé 5 erreurs dans l’historique du club parisien. 

Deux heures plus tard, le diffuseur de la Ligue 1 a publié une seconde vidéo qui annonçait alors que ces 5 erreurs étaient volontaires et constituaient en réalité une mécanique de jeu concours pour remporter des places pour un match du Paris-Saint Germain et des écharpes pour les 10 gagnants qui auront relevé les erreurs et seront tirés au sort. 

 

Une communication bien pensée et une belle promotion

Résultat de cette opération de communication, tout le monde est tombé dans le panneau ! Jean Djorkaeff a même été dans les top tweets France de la journée sur Twitter (Jean Djorkaeff est mentionné dans la vidéo alors qu’il s’agit de Youri, son fils).

L’équipe réseaux sociaux d’Amazon avait bien préparé le coup car ils avaient embarqué en amont des complices de taille avec plusieurs comptes Twitter très suivis pour piéger le plus grand nombre de fans du PSG. 

 

 

Une idée intelligente donc de simuler des erreurs pour évaluer le degré de connaissances des supporters envers leur club. Et surtout un très bon coup de projecteur sur la prochaine série-documentaire PSG Ô Ville Lumière, 50 ans de Légende, qui sera donc à découvrir dès vendredi.

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture