Suis-nous
Octobre Rose par le VRDR Octobre Rose par le VRDR

Fan expérience en France

Opération Octobre Rose pour le Valence Romans Drôme Rugby

Pour la réception de l’AS Béziers Hérault, le VRDR s’est mis au rose pour soutenir la lutte contre le cancer du sein.

Publié

le

Le mois dernier, le Valence Romans Drôme Rugby a mis en place l’opération Octobre Rose lors de la réception de l’AS Béziers Hérault pour le compte de la 7ème journée du championnat de Pro D2 en rugby. Proche des associations locales, le club drômois a notamment organisé une vente aux enchères de maillots de match.

Le vendredi 23 octobre 2020, la lutte contre le cancer du sein était au centre des attentions au stade Georges Pompidou de Valence. Malgré le contexte sanitaire, qui a forcé le club à annuler toutes les animations habituellement prévues, le Valence Romans Drôme Rugby (VRDR) a su organiser un événement complet autour de la thématique Octobre Rose.

Le 23 octobre n’avait pas encore sonné le reconfinement national (il a débuté le 30 octobre) et Valence bénéficiait d’une autorisation d’accueillir jusqu’à 5 000 personnes dans son stade. Un stade qui comptabilise environ 15 000 places et dont le VRDR réalise une affluence moyenne autour 3 à 4 000 spectateurs. Il y avait donc des spectateurs dans le stade pour cet événement.

Un événement Octobre Rose pour la réception de l’AS Béziers Hérault

Pour la 8ème année consécutive, le VRDR s’est mobilisé pour soutenir l’association Agir Contre le Cancer 26 (ACC 26). Lors du dernier match à domicile avant le confinement national, les joueurs ont abandonné leurs maillots habituels en damier, pour revêtir une tenue spéciale avec de nouveaux maillots roses.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par VRDR Rugby (@vrdrrugby)

Ce soir-là, il n’y avait pas que les maillots qui étaient roses. Le club a aussi développé tout un lot de goodies de couleur rose avec notamment des masques ou des ballons VRDR. Des lots dont les bénéfices ont été entièrement reversés à l’association partenaire.

“L’idée : un événement dans l’événement match.”

Hans Granell, Responsable Marketing du VRDR

Le club a également proposé à ses supporters une récolte de leurs tokens non utilisés. Les tokens sont des jetons échangés contre de l’argent par les supporters au stade. Un système de cashless qui leur permet ensuite d’utiliser cette monnaie officielle et spécifique au club dans les différentes buvettes et points de restaurations de l’enceinte. Ainsi, grâce à des urnes placées à proximité des buvettes, les supporters pouvaient faire don de leurs tokens restants afin d’alimenter la cagnotte pour la lutte contre le cancer.

De nombreuses autres animations étaient également proposées, dans le respect du protocole sanitaire. Parmi elles, un stand autour duquel s’étaient réunis les joueurs au repos pour signer des autographes et faire des photos avec les fans.

Les partenaires apportent leur contribution en participant à une vente aux enchères des maillots de match

Pour soutenir l’association drômoise, le VRDR a mis aux enchères les maillots roses portés par les joueurs durant ce match à thème. Une vente physique et digitale puisque 10 télévisions retransmettaient en direct les enchères dans les 1 600m2 de l’espace partenaire du stade Georges Pompidou.

Une solution que le club a trouvé afin de respecter la distanciation sociale de rigueur et les gestes barrières pour ainsi permettre à l’ensemble des partenaires d’assister et de participer à cette vente de maillots.

Jean-Daniel Desplanches

La vente aux enchères des maillots du VRDR

Les partenaires du club ont également pu assister à une exposition de Marianne Louge, photographe portraitiste et meilleur ouvrier de France, retraçant le parcours de guérison de ces héroïnes du quotidien qui luttent courageusement contre la maladie. L’exposition présente 6 femmes prises en charge par l’Institut du Sein (Ardèche). Ces photos sont issues d’un projet de “Photographie Thérapie“, dans lequel ces femmes ont pu assister à des améliorations de leur image corporelle tout au long de leur lutte contre le cancer. Le projet a permis aux patientes de retrouver leur féminité en les aidant à s’exprimer corporellement.

De 2013 à 2019, l’ensemble de ces événements réalisés par le VRDR ont permis de rapporter près de 28 000 € à l’association ACC 26. Cette année, le club a récolté plus de 21 000€ en une seule soirée. Le précédent record était de 9 500€ sur un seul match. C’est donc une très belle soirée pour le club drômois, qui a reversé la totalité de cette somme à l’association ACC 26 et à destination du Centre Léon Bérard de Lyon, qui lutte activement contre le cancer par des soins, des recherches et des enseignements en cancérologie.

La mascotte du VRDR contribue pleinement à la fan expérience au stade

Si vous êtes un lecteur régulier, vous devez savoir que pour nous, la mascotte est un élément indissociable de la fan experience. Souvent mise en avant dans nos articles, elle est le personnage accessible qui amuse petits et grands, anime le grand public ou les partenaires lors des matchs et des temps faibles.

Au Valence Romans Drôme Rugby, la mascotte représente un tigre. Dénommée Taïka, elle accueille les visiteurs, dès l’ouverture des portes du stade. Pendant le match, elle se déplace dans les tribunes pour rencontrer les supporters et partager quelques photo souvenirs. Cette année, en raison des protocoles et de la bulle sanitaire mise en place autour des joueurs, elle n’a pas accès au bord de pelouse.
Pour ce match sur le thème d’Octobre Rose, la mascotte avait également troquée son habituel maillot noir et blanc pour un maillot rose, comme les joueurs.

Jean-Daniel Desplanches

Taïka animant les tribunes du VRDR

Pendant la rencontre, la mascotte offrait des goodies aux enfants présents tout en s’amusant avec eux. Depuis quelques saisons, elle dispose même de son propre pistolet à propulsion pour envoyer des t-shirts et d’autres goodies à l’effigie du club directement dans les tribunes.
En fin de match, Taïka rejoint l’espace partenaire pour faire l’animation.

Une expérience fan en développement à Valence

Lucas Meysonnat, reporter Fanstriker et étudiant à Kedge Business School, réalise un projet étudiant de développement de la fan experience en coopération avec le VRDR. Il nous en dit plus dans l’épisode #53 de notre podcast Fanstriker.

Les matchs à thèmes sont légions dans le sport lors des rencontres à domicile. Que ce soit des actions engagées comme notre exemple du jour avec le VRDR qui agit pour la lutte contre le cancer du sein ou d’autres actions liées au calendrier comme la Saint-Valentin ou encore Halloween, les fans apprécient les efforts des clubs pour s’accorder avec le calendrier. 

Vous avez aimé cet article ?

Qui n’a jamais ressenti des frissons en voyant un stade se lever comme un seul homme ? Tout comme pour beaucoup d’entre nous, les réactions des milliers de supporters présents dans les stades me fascinent. Les supporters sont aujourd’hui replacés au centre de l’événement match, dans une expérience fan toujours plus créative et innovante, qui mérite d’être partagée.

Fan expérience en France

Sportem : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Retour sur l’une des conférences du #DigitalSportem 2020 sur le thème : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Publié

le

Sportem : comment adapter et réinventer l'expérience fan ?

Les 14 et 15 janvier derniers s’est tenu en ligne Sportem, le Salon Européen du Marketing Sportif. Pour cette occasion, une conférence sur la thématique de la Fan Experience a été proposée aux participants avec plusieurs intervenants.
Fan expérience : comment l’adapter et la réinventer ?

 

Quelle est la stratégie à adopter pour son expérience fan en 2021 ? Revenons ensemble sur l’une des conférences qui se sont déroulées lors du #DigitalSportem2020 il y a quelques jours. 

 

Présentation des invités de cette conférence

Animée par Stéphane Desprez, Directeur Général de Huddle Makers, cette conférence comment adapter et réinventer l’expérience fan suivie par des centaines de participants a rassemblé ayants-droits et prestataires. Parmi les intervenants, Claire Billard, Chargée de communication événementielle chez France Rugby, Gauthier Pheby, Business Developer chez VOGO et Gauthier Dalle, CEO de Odiho étaient ainsi présents. Chacun a pu présenter son activité et les activations mises en place pendant l’année 2020.

France Rugby

C’est d’abord Claire Billard qui a pris la parole. Elle nous a alors expliqué comment la Fédération Française de Rugby s’est adaptée à la situation sanitaire pour maintenir le lien avec ses fans.

À l’occasion du match entre la France et le Pays de Galles en octobre dernier, France Rugby a invité pour la première fois ses supporters à suivre le match en visioconférence. L’intérêt était d’apporter un soutien aux joueurs du XV de France qui jouaient à huis clos, et de rapprocher au maximum les fans de leurs athlètes préférés. Les amateurs de rugby étaient ainsi présents sur les panneaux LEDs au bord de la pelouse du Stade de France. De quoi rendre la rencontre plus vivante et humaine malgré l’absence totale de public.

La FFR engage les fans du XV de France de rugby

Dans la continuité de cette retransmission en visio, France Rugby a aussi permis à plusieurs enfants malades de passer un moment avec les Bleus. Une expérience rendue possible grâce à un robot présent au stade et utilisable à distance par les enfants qui pouvaient ainsi se rapprocher de l’équipe et interagir avec elle. Selon Claire, l’ensemble des ces dispositifs digitaux peuvent être pérennisées une fois la situation redevenue normale. C’est effectivement l’opportunité de proposer à tous les fans un moment unique avec France Rugby.

VOGO 

VOGO est une référence internationale des techniques audio et vidéos dans le sport. L’entreprise montpelliéraine accompagne les clubs et autre ayant-droit afin de développer leur expérience fan grâce une solution de live et replay. Les spectateurs présents au stade peuvent via une application dédiée revoir à tout moment des actions grâce au service. L’expérience proposée par VOGO surfe ainsi sur la tendance des “smart stadiums” où le smartphone est au cœur de l’expérience fan.

Avec le contexte actuel et l’impossibilité de proposer une solution in-stadia, VOGO s’est orienté vers la place virtuelle. L’objectif de cette nouveauté est de vivre un événement comme au stade depuis chez soi. Les fans peuvent ainsi choisir leur angle de diffusion favori et revoir toutes les actions en replay. Pour les ayants-droits et diffuseurs, c’est l’occasion d’engager et de fidéliser les fans à distance. En effet, cette place virtuelle permet d’interagir avec le fan grâce à un second écran qui propose une expérience télévisuelle différente.

Odiho

Avec sa solution audio, Odiho souhaite proposer aux fans une expérience auditive avant, pendant et après le match. L’application a effectivement pour vocation de fournir aux spectateurs d’un événement des statistiques, des anecdotes et toute autre commentaire susceptible d’aider le fan à mieux comprendre ce qu’il voit. Par exemple, au départ du Vendée du Globe, Odiho permettrait d’apporter des informations en temps réel sur les voiliers qui passent devant les participants venus assister au départ.

Aussi, Odiho se veut être personnalisable. Chaque profil peut bénéficier d’une expérience audio adaptée selon ses caractéristiques. Un enfant recevrait ainsi à des informations différentes que celles reçues par un adulte.  

 

Quelle expérience fan pour demain, comment l’adapter et la réinventer ?

Après un tour de présentation, la discussion s’est ensuite orientée vers l’avenir. Les intervenant ont tenté d’imaginer l’expérience fan à venir en 2021 et de définir la stratégie à adopter dans cette optique d’adapter et de réinventer cette expérience. 

Avec une crise sanitaire qui perdure, tous sont d’accord pour dire que les investissements à réaliser se doivent d’être technologiques. Le huis clos n’est pas prêt d’être levé, il faut donc réussir à amener le stade chez le fan.

Cela peut passer par une diffusion immersive et originale des matchs afin de plonger au mieux le fan dans l’ambiance d’un stade (images exclusives, interactions avec d’autres fans, etc.). Il est également conseillé de rapprocher au maximum les joueurs et les fans grâce aux outils digitaux. Cette période de distanciation nous empêche de voir des athlètes sur le terrain, il faut donc réussir à créer des rencontres. Une action essentielle pour récompenser et fidéliser les supporters de tout âge. 

L’autre stratégie majoritairement évoquée était celle de la personnalisation. Comme sur tout autre marché, les acteurs du sport business doivent personnaliser leur message et l’expérience proposée pour susciter de l’engagement. Les fans veulent consommer et vivre des choses qui correspondent à leurs valeurs et à leur mode de vie. Ils veulent aussi être reconnus et se sentir concernés. Il est donc pertinent pour un club, une fédération ou une ligue de bien connaître sa communauté et ainsi de proposer un contenu personnalisé qui saura répondre à un besoin précis.

On peut prendre l’exemple de l’expérience télévisuelle créée par Nickeldon pour les playoffs de la NFL. La chaîne pour enfants a ainsi mis en place une diffusion dédiée aux plus jeunes en apportant des éléments divertissants et éducatifs dans un match de football américain professionnel. Original. 

Autre exemple, cette fois-ci en France, le tournoi FIFA organisé par l’AS Saint-Etienne. Pendant les fêtes, le club pensionnaire de Ligue 1 a organisé sur plusieurs jours une compétition eSport à laquelle les joueurs de l’équipe professionnelle participaient également. Une idée ludique et divertissante pour créer du lien entre les supporters amateurs de jeux vidéos et le club.

L’année 2021 s’annonce encore singulière pour l’expérience fan. L’expérience virtuelle est partie pour de nouveau prendre le pas sur l’expérience réelle. Il est donc essentiel pour les acteurs d’être innovants, de s’adapter et de se réinventer afin de proposer la diffusion ou le contenu le plus original et immersif possible. Le tout, en ayant l’intention de personnaliser l’expérience proposée. Pour voir ou revoir cette conférence cliquez ici

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

20 000 briques sur le Mur de Soutien du Stade Toulousain

Le résultat d’une opération solidaire où les fans soutiennent le Stade Toulousain en inscrivant leur nom dans l’histoire du club.

Publié

le

Mur de soutien du Stade Toulousain

Lancé en mai 2020, le “Mur de Soutien” du Stade Toulousain a franchi le cap des 20 000 briques. Cet édifice a pour objectif de représenter l’union sacrée entre le club et ses supporters pendant cette période de bouleversements que nous traversons encore actuellement. 

Une activation solidaire qui démontre l’importance des fans dans la vie d’un club.

Impliquer les fans dans ses projets

À son lancement il y a huit mois pendant le premier confinement, le Stade Toulousain n’avait peut-être pas imaginé que son opération allait se poursuivre jusqu’en 2021. Malheureusement, la crise perdure et le soutien de sa communauté de fans est encore essentielle. L’absence totale de revenus liés à la billetterie et aux “recettes stade” est un danger pour les clubs professionnels malgré les récentes aides annoncées par l’Etat. C’est d’autant plus le cas au rugby.

Toute solution est donc bonne pour trouver de nouvelles ressources financières. Le Mur de Soutien du Stade Toulousain en est la parfaite illustration. Destinée aux supporters et aux entreprise, cette opération permet de faire un don au club via une brique sur laquelle on peut inscrire son nom. Cette dernière est ensuite déposée sur un mur autour du stade Ernest-Wallon et restera ainsi “gravée”. Deux formules sont alors proposés aux fans (30 et 150€) avec à chaque fois la possibilité de bénéficier d’une défiscalisation de 66%. 

Huit mois plus tard, cette opération a donc atteint les 20 000 briques. Toutes sont, ou seront, disposées autour du stade Ernest-Wallon qui possède 19 000 places. Ce qui en dit long sur la solidarité et l’engagement des supporters stadistes. Jusqu’à maintenant, le Mur de Soutien a permis au Stade Toulousain de récolter plus d’1,3 millions euros. Cette somme sera reversée au fonds de dotation du club qui finance la formation et toutes les actions sociétales du Stade Toulousain. 

À noter que d’autres clubs de rugby en France ont réalisé une opération similaire comme Narbonne ou bien Mazamet.

Avec un retour au stade qui tarde, la contribution des supporters et des partenaires peut s’avérer être primordiale pour un club. Une contribution qui se doit alors d’être engageante voire honorifique afin de souligner leur importance. À défaut de pouvoir de créer de l’interaction pendant les matchs, le club peut donner à ses supporters un véritable rôle à jouer pendant cette période. C’est aussi ça l’expérience fan.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs