Suis-nous
Inside Aviron Bayonnais Inside Aviron Bayonnais

Fan expérience en France

INSIDE CLUB : L’expérience fan au stade Jean Dauger avec l’Aviron Bayonnais

Ce samedi nous étions en immersion avec l’Aviron Bayonnais, à l’occasion de la réception du champion de France toulousain en TOP 14.

Publié

le

Des chants basques, des tifos et une mascotte déjantée. Une immersion qui vous prend aux tripes dans un pays où le rugby est roi. À Bayonne avec l’Aviron Bayonnais, c’est simple : l’expérience fan, ce sont les fans eux-mêmes. Aujourd’hui Fanstriker vous emmène découvrir une des meilleures ambiances du rugby français.

 

Nouvel inside en immersion dans un club de l’Ovalie. Cette fois-ci, c’est à Bayonne, au coeur du Pays Basque que nous nous rendons pour voir si l’ambiance du stade Jean Dauger est à la hauteur de sa réputation. Elie Benmergui, actionnaire de l’Aviron Bayonnais est notre hôte pour cette journée qui promet du spectacle.
En ce samedi 29 février, l’enceinte bayonnaise est à guichets fermés pour la réception du champion de France en titre le Stade Toulousain.

À quoi ressemble un jour de match à Bayonne ?

À notre arrivée à Bayonne, nous sommes reçu par Elie Benmergui. L’actionnaire majoritaire du club est également très investi dans le club, notamment dans la relation avec les supporters. Il est midi et les halles du centre-ville sont déjà bondées. Les supporters de l’Aviron et du Stade Toulousain sont déjà au rendez-vous, malgré la pluie, pour assurer l’ambiance.

La remontée de l’Aviron en Top 14 a été une aubaine pour les commerçants du centre-ville qui ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 30% les jours de match par rapport à la saison dernière. Dans cette journée en immersion, nous nous arrêtons au Bar du Marché, déjà plein à notre arrivée. Cet endroit propose une cuisine typique du pays Basque dans une ambiance très conviviale.

L'ambiance familiale du Bar du Marché

L’ambiance familiale du Bar du Marché

Une balade pour digérer dans les rues du centre-ville nous permet d’apprécier l’ambiance rugby qui règne dans chacun des bars. Nous nous arrêtons alors dans le bar Le Vestiaire, proche de l’emblématique stade des remparts. L’occasion de se mettre dans l’ambiance de l’avant-match en appréciant les chants basques entonnés a capela par les supporters locaux.

Enfin, après un passage devant la boutique du club, un petit arrêt à la brasserie de l’Aviron Bayonnais s’impose. Ce bel espace de réception est situé au dessus du club d’aviron et offre une agréable vue sur la rivière. Ce jour là, la brasserie est, comme le stade, “à guichets fermés”. Elle attend 400 personnes pour le repas d’avant-match.

Les animations d’avant match

L’heure du match approche, le coup d’envoi est prévu à 18h00. Aux abords du stade, les premiers spectateurs commencent à arriver… à pied. À Bayonne, il est possible de laisser sa voiture et de ne pas la toucher de la journée : un réel atout quand on connaît l’important problème que constitue l’accès au stade pour certains clubs.
À 2h00 du coup d’envoi, les joueurs arrivent et sont reçu avec une haie d’honneur orchestrée par les clubs de supporters et la mascotte du club Pottoka. Une vraie best practice en matière d’expérience fan.

Lors de leur arrivée au stade, les spectateurs ont la possibilité de prendre un drapeau, qu’ils devront reposer à la fin du match. L’Aviron Bayonnais a été le premier club à mettre en place cette initiative éco-responsable.
En tribune, des tifos sont également disposés sur les sièges avec un côté bleu ou blanc et au verso les paroles de la fameuse Pena Baiona.

Pour patienter encore avant l’arrivée des joueurs, le speaker tire au sort, avec l’aide de la mascotte, un abonné qui gagnera le droit de conduire une Mercedes (le partenaire officiel du club) pendant un an. L’originalité réside dans la façon d’annoncer le ou la gagnant(e). Le speaker demande à tout le stade de se lever, puis fait asseoir les spectateurs tribune par tribune, rang par rang, jusqu’à ce qu’il ne reste debout que le ou la gagnant(e). Une façon originale et efficace d’interagir avec le public à l’occasion d’un simple tirage au sort.

La gagnante du concours Mercedes avec Pottoka

La gagnante du concours Mercedes avec Pottoka

L'entrée sur la pelouse des joueurs

L’entrée sur la pelouse des joueurs

L’ultime étape de cet avant-match et sans doute la plus attendue est l’entrée des joueurs sur la pelouse. Depuis le bord de terrain, l’entonnement par près de 17 000 spectateurs de la Pena Baiona nous prend aux tripes alors que les joueurs pénètrent sur la pelouse par un tunnel gonflable représentant un basque aux couleurs de l’Aviron Bayonnais portant un béret. Une inspiration que nous retrouvons fréquemment dans le sport américain. Une bonne idée de la part du club pour asseoir un peu plus son identité visuelle dans le stade.

Tour d’horizon du stade Jean Dauger

Au stade Jean Dauger, l’Aviron Bayonnais propose six tarifs différents en tribune ou en pesage pour une capacité totale de presque 17 000 spectateurs. Des tarifs réduits pour les enfants et les étudiants permettent l’accès au stade à tous. À noter la présence de deux écrans géants qui affichent des statistiques en temps réel et à certains moments du match. Un outil qui apporte un certain confort pour les spectateurs dans le stade et laisse de belles opportunités pour le club.
Néanmoins, la présence d’une piste d’athlétisme entre les tribunes et le terrain (sur les longueurs) constitue un point négatif important du fait de l’éloignement des spectateurs. Autre bémol constaté pour les spectateurs : le manque de poubelles pour jeter ses déchets.

Plan du stade Jean Dauger

Plan du stade Jean Dauger

Des spectateurs investis en tribunes

Côté tribune, l’ambiance était au rendez-vous durant toute la rencontre. Les supporters bayonnais et toulousains se répondaient par des chants en l’honneur de leur équipe respective dans une atmosphère joyeuse. La tribune Europcar, inaugurée en 2015 dans le virage sud du stade, héberge le club emblématique de supporters “Le BOC” (Bayonnais d’Origine Certifiée). Avec ses drapeaux et ses chants, le BOC a grandement contribué à l’apport du “seizième homme” pour pousser les bayonnais vers une victoire méritée.

Le BOC, principal club de supporter de l'Aviron Bayonnais

Le BOC, principal club de supporter de l’Aviron Bayonnais

Quoi de mieux en retour qu’une magnifique communion entre les joueurs et le public en fin de match, des images qui se passent de commentaire.

La mascotte Pottoka a, elle aussi, joué son rôle à fond. Entre danses déjantées, galipettes et provocations du public, la plus ancienne mascotte de l’élite du rugby, a assuré le show pour ce match de gala. En témoigne son enthousiasme lorsqu’elle monte en tribune pour aller chercher la gagnante du concours Mercedes.

https://twitter.com/championsdudigi/status/1233861135318835203

Une monnaie interne pour l’Aviron Bayonnais

À l’heure du cashless et autres solutions de paiement, l’Aviron Bayonnais a développé sa propre monnaie interne. Un moyen de paiement sous forme de jetons appelé Ttantto. Un Ttantto coûte 3€. Les spectateurs peuvent échanger leurs euros contre des Ttantto via les 3 stands proposés ou via le personnel mobile dans les coursives qui se signale avec un drapeau spécifique.
L’objectif pour le club est de fluidifier les transitions lors des consommations et ainsi réduire le temps d’attente. C’est aussi un moyen de développer le sentiment d’appartenance à une communauté en l’occurence, celle de l’Aviron Bayonnais.
Dans les buvettes et snacks, on constate que les tarifs sont plutôt raisonnables avec le demi de bière ou le verre de vin à 1 Ttantto (3€) et des prix abordables sur les snacks.

Bien qu’il y ait parfois un peu d’attente sur les stands pour l’achat des Ttantto, les buvettes sont plutôt désengorgées et le système fonctionne bien. Le point négatif de ces espaces est simplement que beaucoup d’entre eux ne sont pas en dur ce qui donne une sensation d’installation provisoire. Néanmoins, l’ambiance n’en est pas moins festive.

La bodega, elle, constitue le principal lieu de rendez-vous des supporters en avant et en après-match.
Avant le match, l’ambiance était assurée par le groupe Patxi eta Konpania qui a su faire apprécier tout un répertoire de musiques basques pour mettre tout le monde dans l’ambiance.
Mais la fameuse “troisième mi-temps” tient aussi toutes ses promesses. Après le match les joueurs de Bayonne, encore en tenue, décident d’aller fêter la victoire à la bodega avec les supporters. Un acte fort qui résume l’expérience que l’on vit au stade Jean Dauger. Une expérience pleine de spontanéité, ce qui est rare dans le monde du sport professionnel.

Du côté des partenaires, l’Aviron Bayonnais propose, dans son stade Jean Dauger, de nombreux espaces de réception. Des loges refaites à neuf, un espace “palco” pour les officiels et un chapiteau, pour les partenaires du club, dans lequel il peut recevoir jusqu’à 1 500 convives pour se restaurer avant et après la rencontre.
Ce grand espace est en accord avec la politique du club de vivre grâce aux nombreuses entreprises locales plutôt que de dépendre d’un actionnaire unique.

Le chapiteau recevait 1 400 personnes ce samedi avant et après le match

Le chapiteau recevait 1 400 personnes ce samedi avant et après le match

Une expérience spontanée et quelques amélioration possibles pour les fans

Côté ambiance, l’expérience du stade Jean Dauger n’a rien à envier aux autres stades du Top 14. Mais dans l’optique d’améliorer encore ce point et de diversifier les publics présents, l’Aviron Bayonnais a prévu de créer pour la saison prochain un KOP de supportrices (un groupe de femmes supportrices) et une seconde mascotte, elle aussi féminine.

L’un des principaux points négatifs de cette expérience est l’outil en lui même, le stade. Celui-ci est vieillissant et inadapté au Top 14 ou encore au sport spectacle. C’est pourquoi, le club a pour projet de rénover entièrement le stade avec plusieurs projets d’améliorations : le fermer et le transformer en stade “à l’anglaise” pour tirer le meilleur parti de la ferveur qu’il y a autour de cette équipe.

À l’heure de faire notre bilan de cette expérience, certes, Jean Dauger est un stade ancien qui donne l’impression d’avoir été agrandi à la hâte mais lorsque l’on se met dans la peau du fan, tout cela devient accessoire et l’authenticité et l’âme dégagée par les supporters, le club et la ville toute entière prend une place beaucoup plus importante. À terme, la rénovation nécessaire du stade sera tout de même un moyen pour le club, de rendre l’expérience encore plus agréable pour un public déjà très engagé.

Vous avez aimé cet article ?

Le sport a cette particularité de rassembler les foules. C'est précisément cette raison qui me pousse à me rendre au stade dès que j'en ai l'occasion. Aujourd'hui, l'expérience fan est prépondérante dans le monde de l'Entertainment sportif et je souhaite, au travers de Fanstriker, inspirer ses acteurs en partageant ce que je vis en tant que fan de sport et fan de spectacle.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Un guide du supporter écoresponsable aux Girondins de Bordeaux

Un guide du supporter écoresponsable a été diffusé par le FC Girondins de Bordeaux pour sensibiliser sa communauté.

Publié

le

Le club des Girondins de Bordeaux a publié un guide du supporter écoresponsable en partenariat avec deux organismes, l’Office de Tourisme de Bordeaux et l’ADEME.

 

La métropole bordelaise vient de remporter le prix « European Capital of Smart Tourism 2022 », décerné par la Commission européenne grâce aux initiatives exemplaires prises en matière de tourisme innovant et durable. Tourisme et sport ne sont jamais très loin l’un de l’autre, c’est pour cette raison que le club a édité un guide du supporter écoresponsable.

Une guide pour sensibiliser sa communauté

Un club sportif professionnel se doit d’être un acteur majeur de la vie locale, à travers ce guide, le FC Girondins de Bordeaux a souhaité démontrer son engagement fort depuis plusieurs années en matière de politique RSE en mobilisant sa communauté.

https://twitter.com/Ecolosportfr/status/1521037648126742528?s=20&t=E7kBYLt25AGKFeB1ZDVzkQ

Un guide d’une quarantaine de pages dans lequel nous retrouvons des conseils et préconisations en ce qui concerne les déplacements pour aller au stade ou circuler dans la ville, les transports alternatifs, l’hébergement, la restauration, les loisirs et visites dans la ville… Une sorte de mini guide du routard qui favorise les bons actes et comportements en matière d’écoresponsabilité. Un guide qui est accessible sur le site du club au format PDF.

“Cet accompagnement conforte l’ADEME dans son action auprès du monde sportif. Les fans de sport sont maintenant très nettement attentifs à l’impact écologique des clubs, des compétitions et même des marques. Derrière cet apprentissage d’un éco-supportérisme, c’est bien une profonde transition écologique et citoyenne qui se dessine.” 

Emmanuel Béjanin, Directeur régional délégué de l’ADEME

Avec le soutien de l’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole (OTCBM) et de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), le FCGB y favorise les circuits courts, l’écomobilité et la protection de l’environnement et propose à ses supporters de se rendre au stade tout en respectant les enjeux environnementaux et en découvrant la richesse de la ville.

La réalisation d’un guide du supporter écoresponsable est une démarche intéressante qui doit être couplée à des actions concrètes de terrain. L’écoresponsabilité est l’une des thématiques pouvant complètement s’intégrer dans une action de fan expérience et de fan engagement. La sensibilisation de ses publics passe en grande partie par l’action, l’interaction, la participation.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

La “Bench Experience” visuelle et auditive des Bruleurs de Loups

Les Bruleurs de Loups ont testé une nouvelle expérience immersive visuelle et auditive, la “Bench Experience”.

Publié

le

La "Bench Experience" visuelle et auditive des Bruleurs de Loups

Le club de Hockey professionnel de Grenoble, Les Bruleurs de Loups, a proposé il y a quelques semaines pour la première fois une nouvelle expérience immersive. 

 

Les Bruleurs de Loups évoluent en Ligue Magnus, le plus haut niveau français de hockey sur glace. Ils sont devenus Champions de France 2022 il y a quelques jours. Ils accueillent 3 500 spectateurs par match en moyenne dans leur aréna, la Patinoire Polesud (4 200 places). 

Lors de la réception du club de Cergy fin mars pour les demi-finales des Play-Off de la Synerglace Ligue Magnus, les équipes du club ont proposé une nouvelle expérience à quelques spectateurs et partenaires.

 

Le “Bench Experience”, une expérience immersive visuelle et auditive

Les Bruleurs de Loups ont testé une nouvelle expérience immersive qu’ils ont nommé “Bench Experience“. Une idée inspirée des sports américains dont le coaching s’opère via un casque audio.

C’est à l’initiative du Manager Général, Jean-François Dufour (un ancien joueur professionnel canadien de hockey sur glace devenu entraîneur puis manager), que cette nouvelle expérience est née. Disposant de casques (habituellement réservés au staff sportif) en supplément, il a eu l’idée de les mettre à disposition des spectateurs. Les casques utilisés (Vokkero Maestro 420) sont des casques d’écoute professionnel avec micro qui sont utilisés dans les événements sportifs en live (rugby, sport auto, hockey, etc.).
Sur ces casques, il existe plusieurs canaux, ici dont un est destiné au coach (qui parle anglais) et un est destiné au Manager Général. Les spectateurs peuvent donc entendre les consignes puis les explications du Manager Général. Ce qui rend l’expérience auditive très immersive. 

Un espace qui servait jusqu’ici de stockage où était entreposé du matériel a été aménagé en bord de terrain. Un lieu idéal puisque équipé de plexiglass et situé entre les bancs des deux équipes. De quoi enrichir l’expérience visuelle pour les 8 à 10 personnes qu’il peut contenir. 

Développer cette nouvelle expérience tout au long de la saison

Pour ce premier test qui a été réalisé une seule fois jusqu’ici, Tanguy Clemencon qui est en charge de l’expérience fan grand public chez les Bruleurs de Loups nous a expliqué qu’il a invité plusieurs spectateurs membres du programme de fidélité BDL Nation (une carte de fidélité à 5€ par mois avec engagement de 12 mois) à venir essayer cette nouvelle expérience à tour de rôle. Une sorte d’upgrade surprise de leur expérience. Il venait leur proposer directement en tribune s’ils souhaitaient découvrir la “Bench Experience”. 
Une fois dans l’espace dédié, les invités pouvaient profiter de la vue, prendre quelques photos et vidéos et s’équiper d’un casque pour entendre les consignes.
Une expérience qui est également interactive puisque le Manager Général invite les spectateurs à lui poser directement des questions. 

L’objectif du club est de faire pérenniser cette nouvelle expérience et d’offrir une expérience plus immersive. Dans un premier temps, elle devrait être proposée aux partenaires avec une expérience premium mais elle pourrait aussi être mise à disposition du grand public. Une nouvelle expérience qui offre de nombreuses possibilités (offre dédiée, jeu concours, upgrade, etc.) 

“Ce n’est pas facile de développer l’image de notre sport en France. Nous avons la volonté de créer de vrais fans qui connaissent le jeu, les règles. Des ambassadeurs du club, de notre sport, qui vont ensuite partager leur connaissance et leur passion à leurs entourage”.

Tanguy Clemencon, Responsable de l’expérience fan chez les Bruleurs de Loups

Une immersion que le club propose régulièrement à sa communauté de fans, en atteste cette occasion offerte à 15 supporters de vivre l’entrainement des joueurs en immersion avec les commentaires du Manager Général. 

https://twitter.com/bruleursdeloups/status/1509455468753829888?s=20&t=mrwAa4PR5Mtz_SVnpu8ZdQ

Les inconvénients d’une expérience immersive de ce type

Cette expérience est intéressante puisqu’elle permet aux spectateurs de se plonger plus fortement dans l’évènement. Cette immersion participe a enrichir l’expérience vécue. Cependant, ce type d’initiative peut représenter quelques inconvénients auxquels nous ne pensons pas directement. 

  • Premier frein possible, l’aspect sportif, il n’est pas toujours évident d’embarquer le staff, le coach, les joueurs, dans une démarche de transparence dans le but d’améliorer l’expérience du public. Nous savons bien que pour le personnel administratif d’un club, ce n’est pas toujours chose facile d’obtenir l’aval du coach ou la volonté du joueur pour une activation partenaire (exemple avec le cas Mbappé récemment pour des raisons cependant assez précises). 
  • Autre frein, la réglementation. Il ne semble pas y avoir de réglementation qui interdise ce type de pratique en Synerglace Ligue Magnus. Cependant pour d’autres compétitions, le règlement peut être plus rigide et tout simplement interdire cette immersion.
  • L’aspect purement technique peut freiner des organisateurs. Il faut pouvoir s’équiper du matériel audio qui peut représenter un coût. Un coût qu’il faut donc rétribuer quelque part. Auprès d’un partenaire sponsor peut-être.
  • Dernier aspect que nous a souligné Tanguy, l’ambiance. En effet, les spectateurs présents dans cet espace sont tellement pris dans cette immersion qu’ils sont concentrés, ils ne sont plus vraiment des supporters le temps d’un instant.

Un bon test et une bonne idée de la part du club grenoblois récent champion qui mérite d’être développé. Le club qui est d’ailleurs allé présenter son trophée aux fans du FC Grenoble Rugby, l’autre club professionnel de la ville. On aime cette proximité.  

Vendredi, les Rouge et Bleu sont allés soutenir le FC Grenoble Rugby face à Carcassonne ! L’occasion de présenter la…

Publiée par Brûleurs de loups sur Lundi 25 avril 2022

 

 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture