Suis-nous
Inside Aviron Bayonnais Inside Aviron Bayonnais

Fan expérience en France

INSIDE CLUB : L’expérience fan au stade Jean Dauger avec l’Aviron Bayonnais

Ce samedi nous étions en immersion avec l’Aviron Bayonnais, à l’occasion de la réception du champion de France toulousain en TOP 14.

Publié

le

Des chants basques, des tifos et une mascotte déjantée. Une immersion qui vous prend aux tripes dans un pays où le rugby est roi. À Bayonne avec l’Aviron Bayonnais, c’est simple : l’expérience fan, ce sont les fans eux-mêmes. Aujourd’hui Fanstriker vous emmène découvrir une des meilleures ambiances du rugby français.

 

Nouvel inside en immersion dans un club de l’Ovalie. Cette fois-ci, c’est à Bayonne, au coeur du Pays Basque que nous nous rendons pour voir si l’ambiance du stade Jean Dauger est à la hauteur de sa réputation. Elie Benmergui, actionnaire de l’Aviron Bayonnais est notre hôte pour cette journée qui promet du spectacle.
En ce samedi 29 février, l’enceinte bayonnaise est à guichets fermés pour la réception du champion de France en titre le Stade Toulousain.

À quoi ressemble un jour de match à Bayonne ?

À notre arrivée à Bayonne, nous sommes reçu par Elie Benmergui. L’actionnaire majoritaire du club est également très investi dans le club, notamment dans la relation avec les supporters. Il est midi et les halles du centre-ville sont déjà bondées. Les supporters de l’Aviron et du Stade Toulousain sont déjà au rendez-vous, malgré la pluie, pour assurer l’ambiance.

La remontée de l’Aviron en Top 14 a été une aubaine pour les commerçants du centre-ville qui ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 30% les jours de match par rapport à la saison dernière. Dans cette journée en immersion, nous nous arrêtons au Bar du Marché, déjà plein à notre arrivée. Cet endroit propose une cuisine typique du pays Basque dans une ambiance très conviviale.

L'ambiance familiale du Bar du Marché

L’ambiance familiale du Bar du Marché

Une balade pour digérer dans les rues du centre-ville nous permet d’apprécier l’ambiance rugby qui règne dans chacun des bars. Nous nous arrêtons alors dans le bar Le Vestiaire, proche de l’emblématique stade des remparts. L’occasion de se mettre dans l’ambiance de l’avant-match en appréciant les chants basques entonnés a capela par les supporters locaux.

Enfin, après un passage devant la boutique du club, un petit arrêt à la brasserie de l’Aviron Bayonnais s’impose. Ce bel espace de réception est situé au dessus du club d’aviron et offre une agréable vue sur la rivière. Ce jour là, la brasserie est, comme le stade, “à guichets fermés”. Elle attend 400 personnes pour le repas d’avant-match.

Les animations d’avant match

L’heure du match approche, le coup d’envoi est prévu à 18h00. Aux abords du stade, les premiers spectateurs commencent à arriver… à pied. À Bayonne, il est possible de laisser sa voiture et de ne pas la toucher de la journée : un réel atout quand on connaît l’important problème que constitue l’accès au stade pour certains clubs.
À 2h00 du coup d’envoi, les joueurs arrivent et sont reçu avec une haie d’honneur orchestrée par les clubs de supporters et la mascotte du club Pottoka. Une vraie best practice en matière d’expérience fan.

Lors de leur arrivée au stade, les spectateurs ont la possibilité de prendre un drapeau, qu’ils devront reposer à la fin du match. L’Aviron Bayonnais a été le premier club à mettre en place cette initiative éco-responsable.
En tribune, des tifos sont également disposés sur les sièges avec un côté bleu ou blanc et au verso les paroles de la fameuse Pena Baiona.

Pour patienter encore avant l’arrivée des joueurs, le speaker tire au sort, avec l’aide de la mascotte, un abonné qui gagnera le droit de conduire une Mercedes (le partenaire officiel du club) pendant un an. L’originalité réside dans la façon d’annoncer le ou la gagnant(e). Le speaker demande à tout le stade de se lever, puis fait asseoir les spectateurs tribune par tribune, rang par rang, jusqu’à ce qu’il ne reste debout que le ou la gagnant(e). Une façon originale et efficace d’interagir avec le public à l’occasion d’un simple tirage au sort.

La gagnante du concours Mercedes avec Pottoka

La gagnante du concours Mercedes avec Pottoka

L'entrée sur la pelouse des joueurs

L’entrée sur la pelouse des joueurs

L’ultime étape de cet avant-match et sans doute la plus attendue est l’entrée des joueurs sur la pelouse. Depuis le bord de terrain, l’entonnement par près de 17 000 spectateurs de la Pena Baiona nous prend aux tripes alors que les joueurs pénètrent sur la pelouse par un tunnel gonflable représentant un basque aux couleurs de l’Aviron Bayonnais portant un béret. Une inspiration que nous retrouvons fréquemment dans le sport américain. Une bonne idée de la part du club pour asseoir un peu plus son identité visuelle dans le stade.

Tour d’horizon du stade Jean Dauger

Au stade Jean Dauger, l’Aviron Bayonnais propose six tarifs différents en tribune ou en pesage pour une capacité totale de presque 17 000 spectateurs. Des tarifs réduits pour les enfants et les étudiants permettent l’accès au stade à tous. À noter la présence de deux écrans géants qui affichent des statistiques en temps réel et à certains moments du match. Un outil qui apporte un certain confort pour les spectateurs dans le stade et laisse de belles opportunités pour le club.
Néanmoins, la présence d’une piste d’athlétisme entre les tribunes et le terrain (sur les longueurs) constitue un point négatif important du fait de l’éloignement des spectateurs. Autre bémol constaté pour les spectateurs : le manque de poubelles pour jeter ses déchets.

Plan du stade Jean Dauger

Plan du stade Jean Dauger

Des spectateurs investis en tribunes

Côté tribune, l’ambiance était au rendez-vous durant toute la rencontre. Les supporters bayonnais et toulousains se répondaient par des chants en l’honneur de leur équipe respective dans une atmosphère joyeuse. La tribune Europcar, inaugurée en 2015 dans le virage sud du stade, héberge le club emblématique de supporters “Le BOC” (Bayonnais d’Origine Certifiée). Avec ses drapeaux et ses chants, le BOC a grandement contribué à l’apport du “seizième homme” pour pousser les bayonnais vers une victoire méritée.

Le BOC, principal club de supporter de l'Aviron Bayonnais

Le BOC, principal club de supporter de l’Aviron Bayonnais

Quoi de mieux en retour qu’une magnifique communion entre les joueurs et le public en fin de match, des images qui se passent de commentaire.

La mascotte Pottoka a, elle aussi, joué son rôle à fond. Entre danses déjantées, galipettes et provocations du public, la plus ancienne mascotte de l’élite du rugby, a assuré le show pour ce match de gala. En témoigne son enthousiasme lorsqu’elle monte en tribune pour aller chercher la gagnante du concours Mercedes.

https://twitter.com/championsdudigi/status/1233861135318835203

Une monnaie interne pour l’Aviron Bayonnais

À l’heure du cashless et autres solutions de paiement, l’Aviron Bayonnais a développé sa propre monnaie interne. Un moyen de paiement sous forme de jetons appelé Ttantto. Un Ttantto coûte 3€. Les spectateurs peuvent échanger leurs euros contre des Ttantto via les 3 stands proposés ou via le personnel mobile dans les coursives qui se signale avec un drapeau spécifique.
L’objectif pour le club est de fluidifier les transitions lors des consommations et ainsi réduire le temps d’attente. C’est aussi un moyen de développer le sentiment d’appartenance à une communauté en l’occurence, celle de l’Aviron Bayonnais.
Dans les buvettes et snacks, on constate que les tarifs sont plutôt raisonnables avec le demi de bière ou le verre de vin à 1 Ttantto (3€) et des prix abordables sur les snacks.

Bien qu’il y ait parfois un peu d’attente sur les stands pour l’achat des Ttantto, les buvettes sont plutôt désengorgées et le système fonctionne bien. Le point négatif de ces espaces est simplement que beaucoup d’entre eux ne sont pas en dur ce qui donne une sensation d’installation provisoire. Néanmoins, l’ambiance n’en est pas moins festive.

La bodega, elle, constitue le principal lieu de rendez-vous des supporters en avant et en après-match.
Avant le match, l’ambiance était assurée par le groupe Patxi eta Konpania qui a su faire apprécier tout un répertoire de musiques basques pour mettre tout le monde dans l’ambiance.
Mais la fameuse “troisième mi-temps” tient aussi toutes ses promesses. Après le match les joueurs de Bayonne, encore en tenue, décident d’aller fêter la victoire à la bodega avec les supporters. Un acte fort qui résume l’expérience que l’on vit au stade Jean Dauger. Une expérience pleine de spontanéité, ce qui est rare dans le monde du sport professionnel.

Du côté des partenaires, l’Aviron Bayonnais propose, dans son stade Jean Dauger, de nombreux espaces de réception. Des loges refaites à neuf, un espace “palco” pour les officiels et un chapiteau, pour les partenaires du club, dans lequel il peut recevoir jusqu’à 1 500 convives pour se restaurer avant et après la rencontre.
Ce grand espace est en accord avec la politique du club de vivre grâce aux nombreuses entreprises locales plutôt que de dépendre d’un actionnaire unique.

Le chapiteau recevait 1 400 personnes ce samedi avant et après le match

Le chapiteau recevait 1 400 personnes ce samedi avant et après le match

Une expérience spontanée et quelques amélioration possibles pour les fans

Côté ambiance, l’expérience du stade Jean Dauger n’a rien à envier aux autres stades du Top 14. Mais dans l’optique d’améliorer encore ce point et de diversifier les publics présents, l’Aviron Bayonnais a prévu de créer pour la saison prochain un KOP de supportrices (un groupe de femmes supportrices) et une seconde mascotte, elle aussi féminine.

L’un des principaux points négatifs de cette expérience est l’outil en lui même, le stade. Celui-ci est vieillissant et inadapté au Top 14 ou encore au sport spectacle. C’est pourquoi, le club a pour projet de rénover entièrement le stade avec plusieurs projets d’améliorations : le fermer et le transformer en stade “à l’anglaise” pour tirer le meilleur parti de la ferveur qu’il y a autour de cette équipe.

À l’heure de faire notre bilan de cette expérience, certes, Jean Dauger est un stade ancien qui donne l’impression d’avoir été agrandi à la hâte mais lorsque l’on se met dans la peau du fan, tout cela devient accessoire et l’authenticité et l’âme dégagée par les supporters, le club et la ville toute entière prend une place beaucoup plus importante. À terme, la rénovation nécessaire du stade sera tout de même un moyen pour le club, de rendre l’expérience encore plus agréable pour un public déjà très engagé.

Vous avez aimé cet article ?

Le sport a cette particularité de rassembler les foules. C'est précisément cette raison qui me pousse à me rendre au stade dès que j'en ai l'occasion. Aujourd'hui, l'expérience fan est prépondérante dans le monde de l'Entertainment sportif et je souhaite, au travers de Fanstriker, inspirer ses acteurs en partageant ce que je vis en tant que fan de sport et fan de spectacle.

Fan expérience en France

Innover dans la fan experience avec Sébastien AUDOUX

Quels sont les produits qui ont révolutionné la fan experience ces dernières années ? Comment encourager l’innovation dans le sport ? On en parle avec Sébastien Audoux dans le podcast 47.

Publié

le

sébastien-audoux

Que ce soit derrière leur écran ou dans les stades, les fans de sport ont vu leurs habitudes changer considérablement ces 10 dernières années et drastiquement en 2020. Head of Sports Digital Content chez Canal+ et Membre du Conseil d’Administration chez HYPE Foundation, Sébastien Audoux vient partager avec nous sa vision de l’avenir de la fan experience.

Dans l’épisode 47 de notre podcast, Sébastien revient donc sur son parcours chez Canal+ ainsi que sur son rôle au sein du fonds d’investissement et accélérateur Hype Foundation.

Trois questions à se poser avant de lancer une startup dans la fan experience selon Sébastien Audoux

La fan experience a de beaux jours devant elle. Les startups se précipitent pour découvrir la prochaine technologie qui améliorera notre visite dans un stade ou expérience télévisuelle. Durant les 4 années qu’il a passées chez HYPE, Sébastien a vu passer beaucoup de startups très talentueuses. Il nous a donc partager 3 questions essentielles à se poser quand on veut se lancer dans la fan experience.

Comment mon produit va-t-il générer de l’argent ?

C’est le plus important pour toute startup, quel que soit son industrie. Dans la fan experience, il faut se demander si les organisateurs d’événements et/ou les fans seront prêts à investir de l’argent pour le produit. Si beaucoup de produits de fan experience destinés aux clubs ont pour valeur ajoutée de contribuer à améliorer l’image de marque, alors il faudra des arguments solides pour l’en convaincre. C’est là qu’intervient la deuxième question.

Mon produit améliore-t-il réellement l’experience du supporter ?

Beaucoup d’entreprises développent des produits très techniques et spécifiques avant d’être sûrs qu’ils auront un succès auprès des supporters. Cependant, une application ou un service peut avoir un mécanisme très impressionnant mais ne pas retenir l’attention des fans pour autant. Par exemple, les supporters ne sont pas toujours prêts à faire l’effort d’utiliser une technologie complexe pendant leur moment de détente. C’est pour cela que l’on voit un fort succès chez les innovations qui facilitent la vie des fans ou des professionnels de l’industrie. Un bon produit de fan experience apporte une valeur claire à son client. Une valeur telle qu’il est prêt à payer pour en bénéficier.

Suis-je sûr que mon public cible le supporter et pas l’athlète ?

Il n’est pas rare de voir que des technologies désignées pour les fans sont finalement adoptées par des athlètes. Et vice versa !

Des liens de plus en plus forts entre l’innovation pour les athlètes et pour les fans

Les startups de l’industrie du sport ont de plus en plus de choix pour trouver leur public cible. Les fans sont en effet devenus très intéressés par une immersion totale dans le sport. Les plus puristes s’intéressent même à des produits destinés aux athlètes. C’est le cas pour la pratique sportive par exemple. Les applications de suivi des performances sportives chez les pratiquants en sont la preuve. C’est aussi le cas pour les statistiques d’une manière globale. La popularité croissante des paris sportifs ont donné naissances à un fort intérêt pour les données sportives auprès des supporters.

De l’autre côté, des technologies qui semblaient être destinées à améliorer l’expérience spectateur finissent par aider les athlètes et leurs coach à améliorer leurs performances sportives.

Ecoutez notre podcast complet avec Sébastien Audoux :

L’exemple du TrackMan dans le golf

Le TrackMan est un cas à part. Initialement développé pour l’armée, il est aujourd’hui utilisé pour améliorer les performances des golfeurs. Grand amateur de golf, Sébastien Adoux a longtemps commenté ce sport sur Canal+. Il décrit l’introduction du Trackman comme l’une des innovations ayant eu un impact majeur sur le marché du sport.

Le Trackman a surtout été la première grande amélioration dans le diffusion du golf à la télévision. En 2008, la Fox est l’un des premiers diffuseurs a introduire le TrackMan sur les écrans des spectateurs lors de l’US Open :

Ces dix dernières années la fan experience a connu des avancées considérables. L’un des domaines où l’innovation s’est  particulièrement accélérée ces derniers mois, c’est la diffusion. 2020, une année de tous les possibles pour l’OTT ? On y répond avec Sébastien Adoux dans la deuxième partie de notre podcast qui sortira prochainement !

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés