Suis-nous
Consommer cashless au stade Consommer cashless au stade

Fan expérience dans le monde

Le cashless à tout prix ?

La France est le pays européen avec le plus d’enceintes sportives permettant de payer de façon dématérialisée. Fluidité, source de revenus, collecte de data précieuse. Qu’en est-il de l’expérience du fan ?

Publié

le

Les paiements par carte sans contact, ou grâce à une application sur notre téléphone font de plus en plus partie de notre quotidien. Ces technologies “cashless” offrent un gain de temps et une facilité d’utilisation qui révolutionnent petit à petit notre expérience de consommateur.

Les enceintes sportives intègrent, depuis quelques années maintenant, ces technologies qui offrent de nombreux avantages à leurs exploitants. Mais qu’en est-il des fans ? L’expérience est-elle réellement améliorée grâce à la dématérialisation de la transaction ?

« Gwengampezh » le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG@EAGuingamp

« Gwengampezh » le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG

Cette solution a séduit de nombreux clubs en France, à l’image de la « Gwengampezh », le dispositif de paiement sans contact mis en place par l’EAG, de la “Sacrée carte” du Stade de Reims ou encore du système de l’ESTAC proposé à la rentrée pour n’en citer que quelques uns. Ces cartes, dont le support est souvent payant, permettent aux abonnés de créditer leur carte depuis chez eux pour remplacer leur porte-monnaie en jour de match.

De la fluidité et des revenus supplémentaires

Il semblerait que ces efforts payent !  La récente étude de PayinTech démontre de manière tout à fait intéressante les nombreux avantages du cashless dans 32 enceintes françaises : gain de temps pour les fans, opportunité de revenus supplémentaires pour les exploitants ou encore collecte de data pour mieux connaitre les habitudes des consommateurs.

Les avantages du cashless des stades en France

De façon mathématique, on peut facilement imaginer qu’être capable de servir beaucoup plus de fans grâce à la rapidité du cashless durant cette période précieuse que représente les 15 minutes de la mi-temps (15 minutes en football, 10 minutes en rugby), un moment privilégié des fans pour consommer au stade, peut considérablement augmenter les recettes des buvettes.

 “L’arrivée du cashless, intégré dans les cartes d’abonnés, a été une révolution culturelle au club”.

Franck Leloup, Stadium Manager de l’ACA

En effet, Franck Leloup, le Stadium Manager de l’AC Ajaccio révèle que le panier moyen du spectateur a été multiplié par trois au Stade François-Coty, pour passer à 7,69 euros par match.

On peut également ajouter à ces avantages la possibilité d’offrir des récompenses à ses fans en fonction de leurs types d’achats et lier le programme de reconnaissance des fans à cette fameuse carte.

Le revers de la médaille

Le manque de flexibilité paradoxal de ces technologies se doit néanmoins d’être souligné : souvent le fan non régulier ou non abonné n’est pas concerné par ce service, le support matériel de la carte est payant, le plafond minimum de chargement incite à consommer plus que nécessaire et les démarches pour récupérer l’argent restant sur la carte peuvent décourager… Tant de points qui peuvent créer des frustrations chez les fans, habitués à leurs vieilles traditions.

Il faut faire attention à ce que l’implantation d’un système de cashless ne soit pas perçu par les supporters comme un Big Brother ou un nouveau moyen pour le club de leur prendre de l’argent aux fans.”

Thomas Kouck, directeur général de Vente Privée Entertainment

Le point de vue trans-pacifique

En Nouvelle-Zélande, le cashless fonctionne très bien mais fait partie intégrante de la culture des locaux qui s’en servent pour tous leurs achats, pas seulement au stade. Le paiement sans contact par carte de crédit est la norme, cela prend littéralement 2 secondes pour régler. Pas besoin d’être abonné, de penser à charger sa carte avant le match, d’aller à un guichet spécial pour retirer son bracelet, ses jetons ou sa carte.

Et 9 caisses sur 10 sont équipées uniquement de machines à carte sans contact. Ceux qui veulent payer en cash le peuvent, mais doivent se rendre à une caisse spéciale. Un système qui profite à tous !

La Nouvelle-Zélande pourrait devenir complètement cashless d'ici 2028

La Nouvelle-Zélande pourrait devenir complètement cashless d’ici 2028

Faire les choses dans l’ordre

Le cashless est une technologie bien pratique, mais remettons les pendules à l’heure. Son but est de faciliter, fluidifier et encourager les fans à consommer au stade : boissons, restauration et articles de merchandising. Aujourd’hui, l’offre proposée en France est très loin de satisfaire les fans qui sont nombreux à consommer en dehors du stade, là ou les produits sont moins chers, plus diversifiés ou de meilleure qualité.

Alors avant de parler cashless, qui peut être un investissement lourd pour un club qui n’est parfois même pas équipé de machines à carte, quelques petits conseils “des basiques” peuvent améliorer l’expérience fan aux points de vente et potentiellement générer plus de revenus :

  • Optimiser les flux : il y aura forcément la queue à la mi-temps, éviter donc qu’elle n’entrave le passage pour circuler dans les coursives ou se rendre aux toilettes ;
  • Habiller les buvettes aux couleurs du club et proposer des panneaux/menus lisibles de loin pour que le fan puisse faire son choix avant d’arriver à la caisse ;
  • Événementialiser vos points de ventes : proposer des happy hours pour faire venir les fans plus tôt aux buvettes et des “recettes spéciales” lors de derbys, à Noël ou à la chandeleur par exemple ;
  • Mais surtout, proposer des produits de qualité ! En trouvant le bon équilibre entre le bon prix et le bon produit, le club gagnera en attractivité et vous pourrez sans doute concurrencer la saucisse frite tout aussi mauvaise mais moins chère en dehors de l’enceinte…

Le sandwich “Lance Flamme” des Cleveland Indians de MLB

 

Hot dog Churros atomique au Chase Field de Phoenix@Dbacks

Hot dog Churros atomique au Chase Field de Phoenix

 

Oui, on rêve tous de pouvoir BIEN manger au stade, peu importe qu’il s’agisse de payer en espèce ou avec son smartphone ! On ne va quand même pas laisser les américains nous surpasser sur ce point, nous sommes le pays de la gastronomie, tout de même.

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience dans le monde

L’expérience Fan de l’Atletico de Madrid

Le nouveau stade de l’Atlético de Madrid offre une expérience totale et moderne aux supporters lors de la visite du stade et du musée.

Publié

le

En 2017, le club de l’Atlético de Madrid a quitté son stade historique du Vicente-Calderón pour rejoindre un tout nouveau stade : le Wanda Metropolitano. Avec davantage de modernité, de places de parking et d’opportunités pour développer une fan expérience totalement Rojiblanca, ce changement de stade a fait changer de dimension l’Atlético de Madrid dans l’expérience proposée à ses fans. 

Grand vainqueur de LaLiga cette saison, l’Atlético de Madrid n’a cessé de progresser ces dernières années. Que ce soit sportivement ou sur l’expérience proposée à ses fans, le club se positionne comme un des meilleurs en Espagne et en Europe.

Le Wanda Metropolitano : un des stades les plus modernes d’Europe

Si le club de la capitale espagnole a quitté son stade historique, ce n’est pas seulement pour les 10 000 places supplémentaires que lui offre sa nouvelle enceinte. Le stade Olympique de Madrid, acheté, rénové et inauguré sous le nom du Wanda Metropolitano en 2017 par l’Atlético de Madrid, est l’un des stades les plus modernes d’Europe. Il a entièrement été pensé pour laisser place à une fan expérience de haute qualité pour les supporters des Colchoneros. Grâce aux spectacles de lumières, aux écrans géants, aux décorations aux couleurs du club ainsi qu’à toutes les animations autour des matches, les supporters peuvent vivre de grandes expériences.

Alexander Marin

Une toiture illuminée aux couleurs du club

La visite Territorio Atleti

Avant son déménagement, l’Atlético disposait déjà d’un musée. Le changement de stade a permis au club de rénover entièrement son musée et son expérience de visite du stade, appelée “Territorio Atleti”. Fanstriker s’est rendu sur place pour découvrir l’une des visites de stade les plus modernes d’Europe.

Après plus d’un an de football sans supporter dans les stades, le club propose une expérience en Réalité Virtuelle à 360°, dans laquelle le supporter se retrouve au plus proche des joueurs. Une immersion possible dans le vestiaire, sur le bord de la pelouse ou même dans le rond central lors de l’hymne de la Ligue des Champions, dans un stade plein ou au milieu d’une ambiance digne des plus grands soirs de football. La plupart d’entre eux sont impressionnés de se sentir au milieu d’un stade de 70 000 supporters, n’ayant plus l’habitude de voir autant de public rassemblé.

Atletico de Madrid

L’Expérience VR de l’Atlético de Madrid

Un des musées les plus interactifs d’Europe

La fin de la visite du stade se termine par le musée du club. Outre les objets et photos sur l’histoire de l’Atleti, il offre une expérience digitale et immersive totale. Il est surement l’un des plus complets que l’on peut trouver sur le continent, rassemblant tous les éléments essentiels d’un musée moderne.

Dès l’entrée dans le musée, les fans peuvent se rendre dans une pièce “Karaoke”. Dans celle-ci, trois estrades avec micros sont placées devant un écran géant, sur lequel défilent les paroles des chants les plus célèbres des Colchoneros. Une très bonne idée pour les habitués du stade qui souhaitent chanter à nouveau après un an sans stade, mais aussi pour les étrangers ou les supporters venant de toute l’Espagne pour apprendre et perfectionner les chants avec les paroles.

La particularité de cette pièce est qu’elle est interactive. En effet, si les supporters ne chantent pas assez fort ou s’arrêtent de chanter, une voix les encourage pour reprendre encore plus fort.  Un système de notation par le biais d’étoiles s’affiche sur le bas de l’écran. Nul doute que tous les fans donneront leur meilleure prestation pour atteindre les 5 étoiles.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

L’hymne de l’Atlético de Madrid sur l’écran du Karaoke

Défi les joueurs !

Les plus sportifs (ou challengers) peuvent défier, grâce à des bornes de jeu, 4 joueurs de l’équipe première : le gardien Oblak, le défenseur Gimenez, le milieu et capitaine Koke et l’attaquant João Félix.

Pour chaque joueur, la borne propose un défi adapté aux qualités des joueurs. Il faut donc challenger les 4 stars de l’équipe sur des défis de réflexes, de sauts, de vivacité d’esprit et de technique. Par exemple, il faut toucher le plus rapidement possible les ballons au sol qui s’illuminent, ou avoir la meilleure détente.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Une des bornes permettant de relever les défis

Pour l’occasion, Fanstriker a tenté de relever le défi. A la fin des épreuves, un classement est donné, nous montrant notre rang par rapport au joueur mais surtout par rapport à tous les autres supporters qui ont pu s’essayer aux défis avant nous. Cela donne rapidement envie de recommencer pour augmenter ses performances et ainsi sa place dans le classement. Les plus performants ont même dépassé les joueurs professionnels. De quoi se vanter auprès de ses proches !

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Les résultats de Fanstriker

L’expérience immersive dans la chambre de Fernando Torres

Fernando Torres est l’une des plus grande légende du club madrilène. L’Atlético de Madrid nous fait rentrer dans la chambre d’enfance de l’attaquant espagnol surnommé El Niño, supporter Rojiblanco depuis toujours. C’est sur les murs de la chambre de Fernando Torres que le public peut découvrir son histoire. Des animations sont mêlées à des images et vidéos pour nous raconter comment cet enfant passionné est devenu l’un des joueurs les plus adulés par les supporters.

L’expérience qui dure plus de 5 minutes, retrace son parcours : son premier test à l’Atlético, son premier contrat professionnel, son départ vers Liverpool, son retour dans son club de cœur, les succès avec la Sélection Espagnole… Il est certain que ces animations plairont à de nombreux enfants, rêvant de vivre la même histoire.

L’Atlético jusque sur la peau

Une autre pièce du musée permet de simuler des tatouages symboliques du club grâce à une projection sur notre bras. On y retrouve par exemple le logo du club ou la statue de la Fontaine de Neptune, lieu de rassemblement lors des moments de célébrations de l’Atlético.

Une visite remplie d’histoire, plaçant les supporters au centre du club

La place des fans dans la visite

L’Atlético de Madrid est un club qui compte beaucoup de supporters. Parmi eux, les socios. Ils sont plus de 143 000 à soutenir le club espagnol et à disposer d’un abonnement annuel permettant d’obtenir de nombreux avantages et réductions dans leur vie de fan. La direction du club a décidé, pour les remercier, d’inscrire leurs noms sur le couloir d’entrée des joueurs. Ainsi, avant chaque match, ces derniers peuvent se rappeler à quel point ils sont soutenus, surtout en période de huis-clos.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Les noms des 140 000 socios inscrits sur le mur d’entrée

En réalité, peu de supporters savent que leur nom figure dans le couloir d’entrée des joueurs. Quasiment invisible de loin, la plupart des personnes qui visitent le stade ne le voient même pas. Le personnel du stade a pour habitude de l’indiquer aux supporters “Socios” qui passent devant sans s’en rendre compte. Lorsqu’ils le savent, ils prennent plaisir à se chercher, classé dans l’ordre du numéro de socio, puis beaucoup se prennent en photo devant leur nom.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Les noms des Socios totalement dissimulés dans le décor.

Une communauté mondiale

Dès l’entrée dans le musée, nous nous retrouvons face à un écran digital sur lequel figure le nombre en temps réel de fans sur les réseaux sociaux. Vient ensuite la promotion des différents réseaux, des plus connus comme Instagram ou Facebook, aux réseaux sociaux chinois comme WeChat. C’est une façon de montrer le poids de la communauté de l’Atlético à travers le monde, mais aussi d’inciter les fans à s’abonner à tous les réseaux sociaux du club !

L’héritage du stade Vicente-Calderón

Chez les plus fidèles supporters très attachés à l’histoire du club, il fut difficile d’abandonner le stade emblématique des Colchoneros, en sachant qu’il allait être détruit après plus de 50 ans d’histoire. Désireux de garder un encrage fort autour du riche passé du club, l’Atlético de Madrid a emporté un peu de son ancien stade dans le nouveau : des sièges issus des tribunes du Vicente-Calderón sont mis à disposition des supporters dans le musée et dans la boutique du stade. En prenant place sur ces sièges, les fans peuvent regarder un documentaire sur l’histoire de leur ancien stade.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Une partie de la tribune du Calderón dans le musée de l’Atlético

Pour ceux qui n’ont pas pu participer au dernier match du club dans le Vicente-Calderón, des nouveaux sièges avec des casque VR permettent de revivre cet événement si particulier. Une opportunité pour les fans de ne jamais oublier ce jour historique. Différents points de vue sont possibles, que ce soit dans les vestiaires des joueurs, sur le bord de la pelouse, dans les tribunes ou même aux abords du stade,  l’expérience de la dernière journée du stade emblématique est totale.

Lucas MEYSONNAT | Fanstriker

Les espaces VR pour le dernier match au Calderon

Le nouveau stade, plus spacieux et moderne offre donc de grandes possibilités en terme de fan expérience. Dans l’attente d’un retour total des fans dans l’enceinte du stade, le club a développé une expérience fan complète autour de la visite du stade et du musée. Une expérience entre digital et histoire pour faire (re)découvrir aux fans l’institution de l’Atlético de Madrid.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience dans le monde

Les 5 meilleures annonces de liste de l’EURO 2020

Quelles nations ont été les plus originales et créatives pour annoncer leur liste de 26 joueurs en vue de l’UEFA EURO 2020 ?

Publié

le

Meilleure annonce liste EURO 2020

Cette semaine, l’UEFA EURO 2020 débutera après un an d’attente. L’événement football de l’année, reporté à cet été en raison de la crise sanitaire, se présente comme le premier événement international à accueillir des milliers fans depuis le début de la pandémie. En effet, la capacité des 11 stades du Championnat d’Europe évoluera entre 11 000 et 61 000 spectateurs selon les villes hôtes.

 

De quoi surmotiver les nations participantes qui nous mettent déjà l’eau à la bouche depuis quelques jours.

Le top 5 des annonces de liste

Avant une compétition internationale, l’annonce de la liste est un moment clé pour une nation. C’est l’occasion de communiquer aux fans les joueurs qui représenteront leur pays et de susciter de l’engagement en amont de l’événement. Plusieurs pays l’ont bien compris et n’ont pas manqué d’originalité pour cette annonce capitale !

1 – Les Pays-Bas font appel aux anciens

Absents de toute compétition internationale depuis 2014, les Pays-Bas voient cet EURO 2020 comme une renaissance. Pour célébrer ce retour, la nation néerlandaise a fait appel à d’anciens joueurs de sa sélection pour annoncer sa liste. Ce sont exactement quatre légendes, une par ligne, qui ont été sollicitées. On retrouve alors Hans van Breukelen, champion d’Europe 1988, ou bien Dirk Kuyt qui viennent passer le flambeau entre les anciennes et la nouvelle génération.

2 – L’Angleterre collabore avec le rappeur Wretch 32

“The Call Up”, c’est via ce morceau accompagné d’un clip que le rappeur londonien Wretch 32 a annoncé la liste des 26 joueurs anglais sélectionnés pour l’EURO. Dans ce rap d’environ deux minutes, l’artiste enchaine les rimes pour rendre hommage aux joueurs ainsi qu’aux fans. L’amour des Anglais pour le football est immense et ce rap, ainsi que les images du clip, l’illustrent parfaitement. De quoi souder toute une communauté et renforcer le lien entre l’équipe nationale et ses supporters.

3 – Youssoupha pour annoncer l’équipe de France

Cette collaboration entre l’équipe d’Angleterre et Wretch 32 nous rappelle forcément celle entre la FFF et Youssoupha. Sans évoquer les polémiques relayées par des représentants politiques de l’extrême-droite qui desservent l’unité autour de l’équipe de France plus qu’autre chose, il est bon de rappeler que ce morceau du rappeur originaire de Kinshasa n’est pas une hymne mais une création originale pour honorer les 26 Français sélectionnés. Nice, Chambéry, Bondy, Paris… Le clip et les paroles nous rappellent en effet les origines et la diversité de cette équipe qui font sa force depuis plusieurs générations.

Toujours pour l’Equipe de France, nous avons également apprécié la campagne du Crédit Agricole. Le partenaire historique de la FFF a en effet surfé sur la liste de Didier Deschamps pour célébrer les licenciés à travers la France ainsi que les clubs d’enfance des 26 Bleus.

4 – La population danoise annonce son équipe

Nation hôte de l’EURO 2020 avec le Parken Stadium de Copenhague, le Danemark a confié l’annonce de sa liste à ses habitants. Ce sont effectivement les Danois qui ont dévoilé leurs 26 joueurs à travers leurs métiers. Militaire, chauffeur de bus, personnel hospitalier, tatoueur, pâtissier… tout le monde est concerné par cette liste et est fier de la présenter. Certains joueurs ont également été annoncés à travers des paysages urbains tels que du street art ou des panneaux d’information. Un concept original de la part de l’équipe du Danemark qui valorise aussi bien ses joueurs que ses fans !

5 – Un show TV animé pour la sélection italienne

Absente lors de la Coupe du Monde 2018, la Nazionale est de retour et se fait déjà entendre. Pour dévoiler sa liste, l’Italie en effet organisé un show télévisé sur la RAI, la chaine publique italienne, où les 26 joueurs ont enchaîné les chansons, les challenges et d’autres activités pendant plus de 2 heures. Un concept (très) original qui a le mérite d’humaniser la sélection et de rapprocher les joueurs du grand public. Aussi, c’est l’occasion de tomber sur des images et des séquences assez inattendues  !

A quelques jours du match d’ouverture entre l’Italie et la Turquie à Rome le 11 juin, il nous tarde de voir désormais comment les nations vont communiquer sur les moments de l’EURO 2020. Buts, victoires, insides, fans… nous aurons certainement droit à du beau contenu dans les jours qui viennent !

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture