Suis-nous
L'expérience fan au Groupama Stadium à Lyon L'expérience fan au Groupama Stadium à Lyon

Fan expérience en France

INSIDE CLUB : L’expérience fan au Groupama Stadium avec l’Olympique Lyonnais

Animations sur le parvis, mascottes et shows lumineux au Groupama Stadium. L’Olympique Lyonnais a enchainé 3 rendez-vous en quelques jours.

Publié

le

L’Olympique Lyonnais disputait 3 matchs cruciaux en l’espace de 7 jours au Groupama Stadium avant la période du coronavirus. Trois rencontres, face à la Juventus, Saint-Etienne et le PSG, dans trois compétitions différentes. C’était l’occasion pour nous de s’y rendre et d’analyser l’expérience fan proposée par le club lors de ces matchs de gala avec des animations sur le parvis, des mascottes et shows lumineux pour satisfaire les spectateurs.

Retour au Groupama Stadium à Lyon après notre première visite en 2017 à l’occasion du Monster Jam. Cette fois-ci, pas de véhicules XXL ni d’odeur d’essence mais une atmosphère bien particulière. Avant l’épisode de coronavirus, l’Olympique Lyonnais disputait trois matchs cruciaux en l’espace de sept jours. C’est d’ailleurs au total 155 000 spectateurs qui se sont déplacés dans l’enceinte lyonnaise pendant cette période. Quelle expérience le club a-t-il proposé pour l’ensemble de ces fans ?

À Lyon, le parvis est la scène pour le spectacle

Dès l’arrivée dans l’enceinte lyonnaise, le Groupama Stadium, on peut apercevoir plusieurs animations et entendre de la musique. À Lyon, de nombreuses activités sont proposées au public qui peut accéder au parvis deux heures avant le début du match.

Trois zones sont exploitées par le club pour proposer des divertissements aux spectateurs. Il y a tout d’abord la Fan Zone au nord où se produisent différents DJs devant un écran géant diffusant la chaîne du club, OL TV. Cette zone est le 1er espace visible pour la majorité des spectateurs arrivant au stade.

Au sud, deux zones sont implantées pour cibler des types de fans différents. Il y a la Like Zone qui est dédiée aux étudiants. On y retrouve des tables de beer-pong, des babys-foot ainsi qu’une cabine DJ. En plus de cela, il y a des zones assises avec des fatboys qui n’étaient pas très utilisés mais qui fonctionnent mieux lorsque les beaux jours sont de retour. L’autre zone s’appelle la Family Zone et est elle destinée aux enfants/familles. On peut y voir des jeux gonflables et autres stands comme du maquillage. Sur les trois matchs auxquels on a assisté, les zones étaient bien remplies et le concept a l’air de bien marcher.

La like zone au Groupama Stadium

La like zone au Groupama Stadium

En plus de ces zones bien définies et permanentes, d’autres animations sont mises en place sur certains matchs. C’est par exemple le cas des animations football disposées autour du stade. Il y avait sur les matchs OL/Juventus et OL/ASSE trois stands à destination des fans : une arène 1 vs 1, un foot bowling ainsi qu’un foot fléchettes.

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

C’est une idée que l’on avait déjà vu à Rennes précédemment. Ce type d’animation est efficace et attire le public en nombre. Cela permet de toucher une cible très large et d’offrir une animation ludique avec des gestes simples de la pratique du football.

Les spectateurs présent au stade pouvaient également observer des lanceurs de drapeaux italiens qui étaient présents. Ce groupe composé de cinq personnes réalisait des tours de podium en lançant des drapeaux de l’Olympique Lyonnais créant un véritable show pour le public.
Le principe reprend celui des fêtes de village italiennes où les shows de drapeaux sont impressionnants. Ils étaient également accompagnés d’une batucada (genre de musique avec des percussions traditionnelles) qui jouait en continu pour mettre l’ambiance et attirer du monde sur des emplacements spécifiques. Ces performeurs débordaient d’énergie et dynamisaient de ce fait l’ensemble du show. Nous avons été agréablement surpris par ce show original qui permet d’animer des zones moins “chaudes” comme le parvis Est et Ouest.
Les zones “chaudes du Groupama Stadium se concentrent en effet au nord et au sud de l’enceinte.

Au niveau de l’offre food & beverage, là aussi l’expérience est très qualitative. Il y a une dizaine de food trucks qui sont disposés tout autour du stade pour proposer une offre très variée.
Les spectateurs lyonnais avait donc le choix même si les files d’attentes semblaient s’allonger à l’approche du coup d’envoi.

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Après avoir fait un tour à l’extérieur du stade, direction dans l’enceinte.
En s’y rendant, nous avons été marqué par l’habillage des coursives. En effet, de nombreux pans de murs sont recouverts de street-art. Le rendu est très beau et change de nombreux intérieurs de stades qui se veulent un peu ternes et froids la majore partie du temps. Cela fait partie d’un partenariat avec Offside Gallery qui devrait recouvrir la quasi totalité des coursives à terme. C’est une des caractéristique majeure du stade qui a beaucoup investi dans ce sens afin de proposer une expérience différente aux visiteurs.

Une expérience in-stadia exceptionnelle

À l’intérieur du stade, l’ambiance des grands soirs se faisait sentir, surtout pour le match de Ligue des Champions OL vs Juventus le 26 février. À cette occasion, un tifo drapeaux mis en place par l’équipe animation était visible dans les tribunes latérales. Celui-ci était très réussi et donnait un bel aspect visuel au moment de l’entrée des joueurs.

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d'OL/Juventus

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d’OL/Juventus

Juste avant l’entrée des équipes, nous avons assisté à un rituel mis en place pour l’ensemble des matchs de l’OL. Le club diffuse dans l’ensemble du stade son nouvel hymne. Les paroles sont inscrites sur les panneaux LED en bord terrain. C’est une bonne idée pour que les supporters s’approprient les paroles.
Cet hymne avait du mal à prendre en début de saison mais est désormais bien ancré chez les supporters. Ils le reprennent d’ailleurs à capella à la fin du chant, ce qui fait encore plus monter l’ambiance.

En même temps que cet hymne, les porteurs de drapeaux entrent également en jeu. Une vingtaine de jeunes arrivent des deux côtés du terrain avec des drapeaux géants sur lesquels on peut voir les anciens logos du club. Cela permet d’habiller le terrain et alimenter ce show global. Sur certains matchs, il y a même la mascotte qui se joint à la fête pour déambuler sur le terrain. Malheureusement sur les matchs de Ligue des Champions, l’UEFA restreint les possibilités en terme d’animations.

Le match de Ligue 1 Conforama contre Saint-Etienne le 1er mars a quand à lui offert un show unique aux spectateurs du Groupama Stadium. Pour cette rencontre à l’atmosphère si spéciale pour cause de derby, le club avait mis le paquet en terme de show pyrotechnique. Le rendu (visible en vidéo ci-dessous) était incroyable. Les ingrédients de ce show hors-norme sont les suivants : des feux d’artifice grandioses accompagnés de flammes, un usage de la lumière impeccable et une musique dynamique. Ce type de spectacle est la plupart du temps visible en fin d’événements majeurs comme les finales ou d’autres grandes compétitions.

C’était donc une bonne surprise de voir un spectacle de cette qualité en avant match. Les spectateurs semblaient apprécier ce qu’ils voyaient.
Les tifos préparés par les groupes de supporters étaient eux aussi d’un grand niveau et ont permis aux spectateurs d’être plongés dans l’ambiance du derby. Ceci n’est pas directement géré par le club mais participe tout de même à l’expérience fan proposée au public.

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l'OL

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l’OL

Une mascotte très active

Dernière chose que nous avons pu remarquer durant cette semaine spéciale, l’utilisation de la mascotte. Lord du match de Ligue des Champions le 27 février, nous avons assisté à un évènement assez rare en football, la présence de la mascotte visiteuse. En plus de Lyou, la mascotte de l’Olympique Lyonnais, Jay, la mascotte de la Juventus avait également fait le déplacement.
Le club italien de la Juventus l’avait déjà fait lors de déplacements à Londres ou à Munich. Le public a donc non pas une mascotte mais deux. Une de chaque équipe. De quoi créer de nombreuses interactions entre ces deux personnages.

Dans la matinée déjà, une vidéo des deux mascottes avait été diffusée sur les réseaux sociaux. C’était un petit teaser qui annonçait que Lyou avait reçu Jay dans la ville Lyonnaise. En avant match, le public a pu voir les deux mascottes s’affronter sur les animations football disposées à l’extérieur du stade. Elles ont également pu déambuler sur le parvis ainsi que dans les gradins pour aller à la rencontre des spectateurs.

Cette idée est très intéressante car elle permet de proposer une animation aux supporters locaux et aux fans du club visiteurs qui se sentent soutenus par leur mascotte. C’est aussi une occasion pour le public local de voir la mascotte d’un club étranger.
Les spectateurs étaient plus que réceptifs à cette idée, mis à part quelques ultras réticents à l’idée de voir le zèbre dans l’enceinte juste avant une rencontre décisive.

À l’intérieur du stade, les deux mascottes nous ont offert des séquences inédites et plutôt réussies. Parmi celles-ci, le club a organisé une battle de danse entre Lyou et Jay en bord terrain. Chaque mascotte avait 30 secondes pour faire ses plus beaux pas de danse sur la musique de son choix. Les deux animateurs ont offert une très belle performance. Le speaker n’a d’ailleurs pas su départager les deux danseurs et les deux mascottes se sont donc partagé le trophée mis en jeu.

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Lyou et Jay sont ensuite allées se balader dans les tribunes pour prendre des photos avec les fans français et italiens. L’engouement était très important et les spectateurs patientaient pour pouvoir faire leur photo.

Sur les deux autres rencontres auxquelles nous avons assisté, la mascotte de l’OL était bien évidemment présente. Elle était au contact des supporters sur le parvis, elle jouait avec les musiciens, participait aux animations foot ou encore animait la Like Zone avec le DJ.

À l’intérieur du stade, la mascotte est en général très sollicitée. Elle participe aux animations mises en place sur la pelouse avec le public, elle se déplace beaucoup dans les tribunes et jusque dans les loges et salons. La tradition veut qu’en après-match, Lyou s’habille d’un costume et aille faire un tour dans un des salons du stade tel un vrai joueur.

Une semaine de gala bien exploitée au Groupama Stadium

Nous retirons beaucoup de positif de cette expérience lyonnaise. Sur le plan sportif, la semaine était cruciale pour le club. L’expérience fan proposée semble avoir été à la hauteur de ces événements. En proposant de plusieurs animations sur le parvis en amont du match, le club incite le public à se déplacer plus tôt au stade et donc à inciter d’avantage ses visiteurs à la consommation, tout en fluidifiant les arrivées.

L’entertainment proposé était très réussi et digne des plus grands stades européens.
Le club utilise également les temps morts de manière judicieuse avec beaucoup de contenus diffusés sur les écrans géants et une utilisation importante de sa mascotte.

Quelques éléments n’étaient cependant pas parfaits bien évidemment. Comme évoqué un peu plus haut, l’UEFA ne permet pas aux clubs d’utiliser le terrain en avant-match et à la mi-temps pour réaliser des animations. Cela limite donc les possibilités. Le club aurait toutefois pu utiliser les écrans géants pour proposer des animations à la mi-temps comme le FC Barcelone le fait par exemple avec la Pelota Cam ou une Goal Cam.

Au niveau de l’offre en nourriture et boissons, la qualité à l’intérieur de l’enceinte n’était malheureusement pas à la hauteur de ce que l’on a pu voir à l’extérieur du stade. Les concessions sont un peu désuètes, ce qui est étonnant pour un stade aussi moderne. À l’intérieur de celles-ci on retrouve beaucoup de produits classiques comme des sandwichs baguettes, des frites et des hamburgers. Le club essaye cependant de changer cela avec de nouvelles offres comme des nachos, des nuggets ainsi que des ravioles, la spécialité de la région. Il semblerait que le club soit en bonne voie pour s’aligner sur le niveau de qualité des produits proposés en ex-stadia.

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Autre constat lors de notre visite, les spectateurs partent très vite à la fin du match. Encore pire, certains partent même avant le coup de sifflet final. Ces comportements peuvent s’expliquer par deux hypothèses.
Le flux des départs du stade est trop dense et les spectateurs habitués préfèrent éviter la cohue en sortie de stade et dans les parkings, sur les routes et dans les transports. Pour y remédier, pourquoi ne pas s’inspirer, de la franchise de NFL des Patriots, qui offre le parking aux spectateurs restant plus d’une heure après le match.
Autre hypothèse, le club peut avoir du mal à conserver son public en post-match. L’OL pourrait alors mettre en place un aftershow pour les spectateurs qui souhaitent poursuivre leur soirée au stade. Une inspiration que nous avons vu à Paris La Défense Arena.

Quoi qu’il en soit notre expérience fût une vraie réussite et le club rhodanien propose une fan expérience de grande qualité. L’outil principal dont dispose le club, le Groupama Stadium est un avantage certain sur les autres clubs de la région et du pays. Avec celui-ci, les stratégies d’animations sont nombreuses.

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Passionné de sport avant tout, j’ai découvert la notion de fan experience plus récemment. Les spectateurs jouent un rôle essentiel lors des évènements sportifs, c’est pourquoi je pense que l’expérience qui leur est proposée jour de match est cruciale.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Comment la JL Bourg garde le lien avec ses fans ?

Pour sa 1ère participation à une coupe d’Europe, la JL Bourg a été contrainte, comme tous, de s’adapter pour garder le lien avec les fans.

Publié

le

Pour la première participation de son histoire à une coupe d’Europe, la JL Bourg a été contrainte comme tous les clubs de revoir ses plans en s’adaptant au contexte sanitaire. Voici comment un club habitué aux salles pleines a réussi à combler le vide au moyen de différentes initiatives.

 

“Rien n’y fait, je ne m’habitue toujours pas à cette ambiance”. Assis à la table de marque, Maxime Vasselin savoure à demi-mot la victoire à domicile de la JL Bourg. Depuis l’annonce du deuxième confinement, l’arène de l’équipe bressane est interdite d’accès au grand public et seuls des journalistes, des salariés du club et des membres de la famille des joueurs ont été autorisés à entrer. Face à Nanterre, les crissements des chaussures et les consignes des staffs ont une nouvelle fois remplacé les encouragements des supporters, dans une salle qui comptait la saison passée le meilleur taux de remplissage de la ligue avec 98,8%. La billetterie, l’espace VIP et les services de restauration demeurent également fermés, faisant passer cette rencontre de la 23ème journée de Jeep Elite pour un simple match amical.

La salle Ekinox comptait la saison passée le meilleur taux de remplissage de Jeep Elite avec 98,8%.

 

Pourtant, tout avait bien commencé : en septembre, lors de la réception de Roanne, la JL Bourg retrouvait ses supporters après plusieurs mois d’absence. En plus de la victoire, cette soirée avait été l’occasion de célébrer la découverte à venir de l’EuroCup, soit la toute première participation en coupe d’Europe pour un club de la ville de Bourg-en-Bresse (42 405 habitants en 2020). C’est même dans une salle à guichets fermés (3 500 places assises) que les Espagnols de la Joventut Badalona ont été reçus le 7 octobre dernier.

Une saison à adapter en permanence pour la JL Bourg

Et puis le virus est progressivement revenu déstabiliser la saison en cours, comme se rappelle Loïc Michel, directeur de la communication : “Sur les 3.500 places de la salle d’Ekinox, 2.000 étaient déjà réservées pour les abonnés. Alors, quand on a commencé à évoquer des options telles que des fermetures partielles, des jauges à 50% ou des jauges au mètre carré, on a rapidement su qu’on ne serait pas dans les clous”. Dès lors, il a fallu mettre en place des stratégies sur différents niveaux pour entretenir le lien avec un public privé de rencontres.

Par chance, l’addition d’une nouvelle compétition à l’agenda a permis au club de maintenir une actualité sportive chaude et de nourrir sa communauté de façon plutôt régulière. Au total, entre la Jeep Elite, la coupe de France et l’EuroCup, ce sont pas moins de 26 matchs qui ont déjà été disputés cette saison par les joueurs de Savo Vučević. Pendant ce temps, d’autres équipes du championnat Français comptent à peine 9 rencontres depuis la reprise de fin septembre.

Face à l’impossibilité de servir ces prestations déjà payées, le président Julien Desbottes a proposé à ses abonnés des remboursements sous la forme d’avoirs pour la saison prochaine, ou alors sous la forme d’abonnements pour les chaînes Euroleague TV ou RMC Sport. En recevant chaque mois 14,99€ de la part du club, les intéressés ont donc pu suivre derrière leur écran les exploits de Zach Wright, Danilo Anđušić et Hugo Benitez sur les scènes nationale et européenne.

En ce qui concerne les retransmissions, Loïc Michel confie avoir eu la chance d’avoir été régulièrement programmé : “Pour l’instant, presque tous nos matchs sont passés en clair sur L’Équipe 21 ou sur la chaine Sport en France. La ligue de son côté choisit les rencontres qu’elle souhaite programmer, nous on est à leur disposition pour qu’ils puissent faire leur production”. À ce titre, il confie également que la JL prépare son propre système de production pour les diffusions sur LNB TV. Si deux caméras et un algorithme permettent actuellement de capter les rencontres de façon automatique, l’objectif est de proposer à terme un contenu plus ambitieux avec une réalisation dédiée et plusieurs cadreurs. Alors que la ligue vient également d’annoncer le lancement de son application mobile, les fans disposent donc désormais de plusieurs manières de suivre la fin de saison.

Des idées pour s’adresser aux fans

Aussi, il a fallu répondre de manière pédagogique aux différents doutes soulevés par la situation sanitaire. Relayée sur les réseaux sociaux, le site internet et par mailing, La Boîte À Questions est un contenu pédagogique qui a été imaginé pour délivrer des informations claires et transparentes : “Pourquoi ce match est annulé ou reporté ?”, “Peut-on perdre un match à cause de trop nombreux forfaits ?”, “Pourquoi ce joueur a-t-il le droit de jouer tel match, mais pas un autre ?”. Bien accueilli par les supporters, cet exercice a également permis de démystifier toutes sortes de rumeurs, qu’elles soient administratives ou sportives.

 

Dans un deuxième temps, l’équipe responsable de la communication a fait le choix de se mettre elle-même en scène afin d’entretenir un semblant de contact visuel avec le public. Ainsi, il est devenu fréquent pour la chargée de communication Manon Fontaine, la community manager Eléa Girardon ou encore le speaker Arafat Gorrab de se retrouver au milieu du newsfeed des fans de la JL, comme dans le format de La Récup qui conclut chaque soirée à domicile sur les réseaux sociaux. Cette mise à contribution accrue tend à humaniser le club auprès d’un public loin des tribunes, tout en rendant hommage “à ceux qui mouillent la chemise du matin jusqu’au soir et souvent du lundi jusqu’au week-end” dixit Loïc Michel.

 

Dans un autre registre, le directeur général et deux responsables commerciaux se sont également retroussés les manches : avant certains matchs, ils sont allés livrer en personne des paniers repas à leurs partenaires. Appelée “VIP Time”, cette opération qui est toujours en cours vise avant tout à remercier le soutien alloué au club, mais aussi à recréer l’ambiance d’un match à la maison. En plus des gastronomies thématiques, des goodies tels que des drapeaux et des tap-taps viennent compléter l’expérience pour que chacun puisse vivre un match agrémenté.

Un temps mis à contribution

Dans le cadre de la compétition européenne, la JL Bourg a dû répondre à des obligations supplémentaires comme le programme One Team. Celui-ci demande aux 42 équipes inscrites en EuroLeague et en EuroCup de mener des actions locales et solidaires à destination des personnes vulnérables. C’est pourquoi, pendant dix semaines, des enfants de l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg-en-Bresse sont venus appréhender des valeurs fondamentales du basket-ball telles que la confiance en soi, l’estime, le respect, l’ouverture d’esprit, la tolérance… une expérience riche en émotions pour tous les participants, comme l’évoque Loïc Michel : “On a eu huit petits soleils qui sont venus chaque semaine dans le cadre du projet parrainé par Pierre Pelos et soutenu par toutes nos équipes. Ça nous a clairement changé le quotidien et rempli de bonheur, une très belle aventure qui sera forcément le point de départ de beaucoup d’autres”. En publiant les résumés de ces dix après-midis d’échanges, le club a pu montrer de nouveaux visages à sa communauté, comme pour souligner son implication dans le tissu local.

 

Si la baisse d’activité globale a entraîné des périodes de chômage partiel pour certains des salariés, elle a aussi donné du temps pour entamer des projets nécessaires. Par exemple, suite à une proposition commerciale reçue lors du premier confinement, le club dispose aujourd’hui d’une application mobile destinée au grand public. Produite en partenariat avec le prestataire bFAN, celle-ci a été téléchargée par environ 80% des abonnés depuis septembre. Simple à éditer et à personnaliser, elle propose des informations plutôt classiques comme les dernières actualités ou les bios des joueurs professionnels, mais aussi des formats exclusifs comme Game Time dans lequel des membres du staff livrent les trois clés du prochain match. Des jeux viennent compléter l’ensemble avec une interaction possible en double-écran pendant les rencontres, comme des quizz qui ont permis de mieux s’approprier la campagne européenne.

Au final, malgré l’absence de public à Ekinox, la découverte de l’EuroCup a été bienvenue dans la saison de la JL Bourg. Malgré son lot de contraintes, elle a permis au club de conserver un rythme sportif et une actualité chaude, du moins jusqu’à maintenant. Régulièrement salué pour sa solide gestion financière, le club bressan peut aussi se targuer de poursuivre sereinement son développement dans la fan experience. Et si plusieurs projets en digital ou en animation de soir de match ont été rangés dans les cartons, il est certain que la force d’adaptation des équipes sera bientôt célébrée dans une salle pleine à craquer.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

Orange active son partenariat avec le XV de France via un filtre Instagram

Partenaire historique du XV de France, Orange vous invite à découvrir le joueur de rugby que vous êtes grâce un filtre Instagram en Réalité Augmentée.

Publié

le

Le filtre Instagram d'Orange Rugby et du XV de France

Très populaires sur Instagram, les filtres de Réalité Augmentée sont un bon un support de communication pour susciter de l’engagement chez les fans. Aussi, ils permettent de valoriser un partenariat entre un club, ou une fédération, et un sponsor.

 

Avant le Crunch tant attendu entre la France et l’Angleterre pour le compte de la 3ème journée du Tournoi des 6 Nations ce samedi, Orange, partenaire historique de la Fédération Française de Rugby et du XV de France, vous invite à découvrir le joueur de rugby qui sommeille en vous.

Plus précisément, parmi l’effectif actuel de l’équipe de France de rugby, l’opérateur téléphonique vous dit le joueur que vous êtes. Antoine Dupont, Charles Ollivon, Gaël Fickou… à chacun son rugbyman.
Afin de personnaliser davantage le filtre, Orange a également associé un adjectif tel que Tacticien, Leader ou Courageux à chaque joueur. De quoi peut-être justifier le choix final du filtre !

Le “Qui êtes-vous ?” dans les filtres Instagram s’avère être très efficace. Il a souvent été utilisé par des séries télévisées comme Game of Thrones. Cet effet en Réalité Augmenté permet effectivement de créer un lien indirect entre un athlète et un fan, et donc d’engager d’une manière ludique sa communauté.

Si vous souhaitez tester le filtre d’Orange c’est très simple. Il suffit de vous rendre sur le compte Instagram de Team Orange Rugby et de retrouver les effets disponibles. Vous pouvez aussi simplement cliquer ici.

Instagram

Pour promouvoir sa création, Orange a pu compter sur les joueurs du XV de France qui ont eux-mêmes utiliser le filtre dans leur Story. D’autres personnalités comme d’anciens joueurs professionnels, journalistes ou comédiens ont également joué le jeu. Ce qui a certainement offert une belle visibilité à la marque.

Pas moins de 500 millions de personnes utilisent les Stories sur Instagram au quotidien. Soit la moitié des utilisateurs du média social. Un club ou un partenaire a donc tout intérêt à y proposer du contenu !

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture