Suis-nous
Interview arkea-samsic avec Terry Eoche Interview arkea-samsic avec Terry Eoche

Fan expérience en France

INTERVIEW : Terry Eoche, Fan Klub, une activation de la team cycliste Arkéa Samsic

Il offre de la proximité avec les cyclistes ainsi que des expériences uniques, c’est le Fan Klub de la team Arkéa-Samsic !

Publié

le

Orphelins de compétitions cyclistes depuis le début du confinement, les fans de cyclisme espèrent retrouver leurs coureurs lors de la Grande Boucle, à la fin de l’été. En attendant, une team, Arkéa-Samsic, se démarque au niveau de la Fan Expérience avec le lancement de l’adhésion à un “Fan Klub” pour la deuxième année consécutive ! 

 

Afin d’en savoir un peu plus sur ce dispositif, nous avons interviewé le Responsable Merchandising et Fan Klub de la team Arkéa-Samsic, Terry Eoche.

Crédit photo : Arkéa Samsic

Le Fan Klub de la team Arkéa-Samsic

Bonjour Terry, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, Terry Eoche, 23 ans, originaire de Vitré en Bretagne, tout proche de Rennes. Je suis actuellement en dernière année de Master à l’Institut Montpellier Management. J’ai d’abord fait une Licence en STAPS à l’Université de Rennes puis j’ai décidé de voir autre chose géographiquement parlant, j’avais envie de changer d’air pour effectuer mon Master. C’est pour cela que je suis allé sur Montpellier.
En terme d’expérience, j’ai pu travailler au Stade Rennais Football Club, à la boutique officielle. Je suis arrivé dans l’équipe cycliste professionnelle Arkéa-Samsic en Mars 2019, il y a maintenant un petit peu plus d’un an. J’ai débuté par un stage d’une durée de 6 mois, puis pour ma 2ème année de Master en contrat d’alternance, j’ai évolué en tant que Responsable Merchandising et Fan Klub de l’équipe.

Vous avez créé le Fan Klub du Team Arkéa-Samsic, dans quel but ?

Dès mon arrivée, l’équipe était dans une phase de développement. Créer ce Fan Klub permet de fidéliser nos supporters qui sont des acteurs majeurs dans notre équipe. Le but est donc de les engager au travers de toutes les opérations que nous mettons en place. On veut qu’ils se sentent concernés par notre projet. Ouvrir cette communauté permet à nos fans de se retrouver dans un espace où ils se sentent heureux. Ils se retrouvent autour d’une même passion et autour des mêmes valeurs : celle de notre équipe Arkéa-Samsic. Ils vont s’identifier à notre marque et ainsi vivre des émotions exceptionnelles.

Qu’offre exactement le Fan Klub et comment un fan peut-il le rejoindre ?

Le Fan Klub de l’équipe Arkéa-Samsic offre une multitude d’avantages.
En premier lieu, dès qu’ils s’inscrivent au Fan Klub, ils reçoivent leur pack supporter : un kit qui contient plusieurs cadeaux à l’intérieur pour encourager l’équipe sur le bord des routes avec nos couleurs. D’une manière générale c’est le plus attendu, ils adorent recevoir les goodies de l’équipe, ce que contient ce pack supporter. La surprise reste entière jusqu’au jour où ils le reçoivent chez eux.
Ensuite, ils disposent d’une réduction de 15% toute l’année sur la gamme 2020 de notre boutique officielle.
Pour offrir une expérience encore plus exclusive aux adhérents, sur inscription, nous les invitons aussi à l’hôtel des coureurs sur différentes courses, généralement la veille. Ils ont rendez-vous durant 1h où ils peuvent se prendre en photo avec les coureurs dans un espace privatisé de l’hôtel. Il y a différentes animations et les fans peuvent profiter de l’instant présent pour poser toutes les questions qu’ils veulent, parler avec les membres de l’équipe ou bien visiter le bus de l’équipe.
On leur montre également le matériel des mécaniciens et les vélos que les coureurs auront personnellement le lendemain pour la course. On essaye au maximum de leur faire vivre un moment inédit et privilégié. Comme disait mon manager (Emmanuel Hubert), on cherche toujours l’exclusivité pour nos supporters.
Nous leur partageons également en avant-première les informations sur l’équipe via une campagne mail régulière. Ils disposent avant tout le monde d’une vente privée lorsque nous mettons en vente des produits exclusifs de l’équipe Arkéa-Samsic. On leur fait gagner des cadeaux exceptionnels sur nos réseaux sociaux (Facebook et Instagram) et parfois des places sur notre espace VIP lors de certaines courses.

Depuis cette année, nous avons créé une communauté STRAVA essentiellement destinée aux adhérents du Fan Klub. Cela permet de partager leurs sorties à vélo et de les fédérer autour de notre passion commune : le cyclisme. Par ce biais, on pourra organiser des événements telle qu’une sortie avec des coureurs de l’équipe comme Warren Barguil.
Le Fan Klub organise également un évènement de fin d’année (en novembre) : une balade sur des circuits de 40km et de 60km. C’est là, l’occasion pour nos fans de pouvoir rouler avec les coureurs qu’ils vont suivre. Cette année, nous avons accueilli Nairo Quintana et tous ses coéquipiers au Domaine de Cicé-Blossac à Bruz proche de Rennes.

Enfin, pour rejoindre le Fan Klub, tout se fait sur notre site Internet, rubrique Fan Klub. À l’inscription, ils remplissent un formulaire d’informations et ils reçoivent un mail de confirmation. Par la suite, nous leur envoyons immédiatement le pack supporter avec toutes les informations utiles au Fan Klub.

Combien d’abonnés ont-ils déjà répondu présents pour cette première année (2019) ?

En 2019, il y avait un peu plus de 500 adhérents au Fan Klub. Dès son ouverture pour la 2ème année du Fan Klub 2020, il y avait presque 400 adhérents en une semaine. Les victoires de Nairo Quintana et Nacer Bouhanni ont enchanté les supporters.

Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés pour ce Fan Klub pour l’année en cours (2020) ?

Nous n’avons pas vraiment d’objectif. Nous allons chercher à attirer le plus de supporters possible dans cette communauté pour créer une relation particulière entre eux et l’équipe. Une relation forte qui va permettre à tout le monde de pousser nos coureurs vers les victoires. Le vrai objectif sera de se retrouver autour des valeurs que porte l’équipe Arkéa-Samsic, engager nos fans et ainsi les récompenser car ils sont les promoteurs de notre équipe.

Selon vous, quelle est la plus belle expérience offerte à un fan du Klub ?

Je pense que c’est l’immersion totale dans l’équipe avec la découverte de tous les corps de métier durant une course et en amont de celle-ci. Exemples : le métier d’assistant sportif et tout ce qu’il prépare pour les coureurs avant la course, une immersion avec les mécaniciens, les massages d’après course.
J’ai souvenir que le fan avait eu le droit à 2 jours complets au sein de l’équipe pour découvrir toutes les facettes de la préparation d’une course cycliste. Unique.

Crédit photo : Arkéa Samsic

On remarque qu’il y a un “K” dans “Klub” au lieu du “c”, pourquoi ça ?

C’est une très bonne remarque. Le “K” est une référence à notre identité bretonne, “club” en breton c’est “Klub”. Comme nous avons appelé notre club de partenaire le Klub Keveler, ce sont les significations bretonnes. Nous sommes énormément attachés à cette identité et cela, même si nous sommes rentrés dans un recrutement international. Nos valeurs et notre identité ne changent absolument pas, nous sommes fiers d’être bretons.
Et d’une manière générale, nos supporters sont en grande partie bretons. D’ailleurs si vous avez l’œil, notre drapeau breton est visible sur notre maillot dans le haut du dos, le Gwenn ha du (c’est le nom de notre drapeau). Nous rayonnons déjà de nos couleurs sur la totalité du territoire breton et j’en suis particulièrement fier.

L’expérience fan dans le monde du cyclisme

La période est compliquée pour tous en ce moment, impossible de ne pas poser cette question. Comment activez-vous votre communauté pendant le confinement ?

Justement dans cette période de confinement, j’ai lancé sur les réseaux un concours dans lequel nos fans doivent envoyer leurs plus beaux souvenirs aux côtés de notre équipe que ce soit sur les routes ou avec le maillot sur les épaules. Ils sont vraiment heureux de nous envoyer leurs souvenirs et nous les publions sur les réseaux pour les mettre en lumière.
Lorsqu’ils sont adhérents, ils renseignent leurs adresses mails et au travers de campagne emailing, nous leur donnons des informations sur le Fan Klub, par exemple, des actualités de l’équipe. Forcément, on les soutient dans cette période difficile et ils sont énormément reconnaissants. On reçoit également beaucoup de messages d’encouragements et de courage de leur part, c’est vraiment touchant !

Où est-ce qu’un responsable Merchandising et Fan Klub d’une équipe cycliste puise ses inspirations ?

Dans un premier temps, ce sont nos idées qui priment. On essaye sans cesse d’en trouver des nouvelles pour satisfaire tout le monde mais aussi pour essayer d’être les pionniers en terme d’innovation. C’est compliqué, on essaye de mêler des idées pour savoir ce qui pourrait plaire en terme de fan expérience et de nouveaux produits.

J’essaye également de regarder à droite et à gauche ce qui se fait de bien et les nouvelles idées qui émergent un peu partout notamment sur les expériences fans et l’expérience de consommation sur un plan marketing. Je regarde ce que font les autres équipes, pas seulement dans le cyclisme mais également dans le football et dans les autres sports. La NFL et les américains en général sont très bons dans ce domaine, j’essaye de m’en inspirer également au maximum.

Je puise également mes inspirations au travers des différentes expériences que j’ai pu avoir précédemment, plus particulièrement lors de celle du Stade Rennais Football Club. J’ai travaillé pour le club à la boutique officielle et j’en garde de très bons contacts et une excellente expérience. Je discute régulièrement avec la responsable, Emilie Péan, avec qui je m’entends très bien et on discute beaucoup sur le métier de responsable merchandising et les différentes expériences qu’elle a pu avoir, c’est enrichissant.

Chez Fanstriker, nous ne connaissons encore que trop peu l’environnement du cyclisme. Est-ce que les dirigeants de ce sport sont enclins à la fan expérience ?

Absolument, mon manager Emmanuel Hubert souhaite vraiment apporter une plus-value aux fans de notre équipe. Nos supporters en sont des éléments majeurs et on souhaite vraiment avoir un impact fort dans ce domaine. Il souhaite qu’on cherche sans cesse l’exclusivité pour nos supporters et sur ce point la direction est vraiment favorable à ce développement. Personnellement, je pense que ça devient un domaine essentiel au développement d’une équipe sur un plan national et international.

“Nos supporters en sont des éléments majeurs et on souhaite vraiment avoir un impact fort dans ce domaine.”

Dans de nombreux sports, on constate un changement progressif vers des actions et activations qui ont pour but d’améliorer l’expérience du public tout en offrant de nouveaux supports de visibilité aux partenaires et sponsors. Est-ce que ce changement est visible dans le cyclisme ?

Oui, c’est hyper intéressant à voir toutes ses améliorations et toutes ses activations. Désormais ce qui est recherché, c’est l’expérience que va vivre un individu. L’avant, le pendant et l’après sont très importants dans l’expérience fan. Dans le cyclisme, on tend à évoluer au maximum dans cette direction au travers d’idées nouvelles.
C’est un petit peu plus compliqué pour nous que dans le football dans le sens où nous n’avons pas d’infrastructures fixes pour partager ces expériences et que nous sommes sur différentes courses tous les week-ends. Nous sommes sans cesse amenés à bouger ce qui rend la tâche plus difficile dans le monde du cyclisme. Cependant, nous nous adaptons et l’objectif est d’améliorer l’expérience, ça passe par le témoignage et le ressenti de notre communauté de supporters.

Est-ce que les marques et sponsors s’engagent dans cet objectif avec des activations engageantes ?

Arkéa et Samsic nous accompagnent dans toutes nos actions, c’est un soutien de poids. On souhaite distribuer des t-shirts et différents goodies sur le bord des routes à un maximum de supporters et ils nous soutiennent à 200% dans nos démarches. Ils veulent eux-mêmes faire vivre à leurs collaborateurs des expériences autour de l’équipe cycliste Arkéa-Samsic avec différents dispositifs sur les courses françaises.

Avant de terminer cet échange ensemble, comment pourrait-on définir le profil type d’un fan de cyclisme ?

Honnêtement, je ne peux pas dire qu’il y a un profil type, il y a vraiment de tout. Il y a autant de jeunes que de moins jeunes et autant d’hommes que de femmes. On y retrouve les pratiquants de cyclisme, ceux qui ne pratiquent pas mais qui sont des fans incontournables du Tour de France et donc indirectement d’une équipe bretonne. Nous avons également des familles.
Il n’existe pas de portrait-robot du fan de cyclisme. C’est la chance qu’on a de pouvoir toucher un large et vaste public dans notre stratégie d’expérience fan.

“Il n’existe pas de portrait-robot du fan de cyclisme. C’est la chance qu’on a de pouvoir toucher un large et vaste public dans notre stratégie d’expérience fan.”

Et enfin, pour conclure, quelle serait pour vous la définition de fan expérience ?

La fan expérience, ce sont tous les dispositifs que nous cherchons à développer et à mettre en place, notamment dans le domaine sportif, pour faire vivre une expérience aux supporters autour d’une équipe de manière à ce qu’ils s’identifient auprès de notre marque et qu’ils partagent les mêmes valeurs que nous souhaitons transmettre.
Le fan est un acteur majeur de développement, c’est le premier promoteur de l’équipe. On va donc chercher à engager ces acteurs auprès de notre marque au travers d’une identification qui passe par une expérience inédite et mémorable dans leurs esprits. Le but est qu’ils transmettent eux-mêmes les valeurs de notre entité, pour rayonner sur différents plans et mener l’équipe en question vers la victoire finale.

Merci à Terry pour ses réponses et le partage de sa vision sur l’expérience fan dans l’univers du cyclisme ! Vous souhaitez lire un autre témoignage d’expert ? Retrouvez toutes nos interviews.

Vous avez aimé cet article ?

Passionné par le sport, je m'intéresse aux différents événements sportifs, à la façon dont le spectateur est pris en compte et aux nouvelles tendances.

Fan expérience en France

Étude Fanstriker : Le comportement des fans post Covid-19

Comment vont réagir les fans de sport post Covid-19 ? Afin d’obtenir quelques éléments de réponses nous avons mené une étude auprès de notre communauté.

Publié

le

Résultats de l'étude nationale sur le comportement des fans post Covid-19

Avant la fin du confinement il y a plusieurs jours maintenant, nous avons réalisé une étude auprès de notre communauté pour obtenir des éléments de réponses sur le comportement des fans après le Covid-19. Une étude dont nous vous dévoilons les résultats ci-dessous. 

Afin d’imaginer le comportement des fans de sport post Covid-19, nous avons mené une étude nationale “Le comportement des fans post Covid19“. L’objectif de cette enquête était d’évaluer au mieux l’impact de cette crise sanitaire sur la future consommation de divertissement sportif par les amoureux de sport.

Les détails de cette étude Fanstriker

L’étude que nous avons mené a été réalisé spécifiquement en ligne entre le 24 avril et le 8 mai 2020 auprès de notre communauté. Au total, ce sont 614 répondants qui ont chaleureusement participé. Au passage, nous les en remercions.

Via les informations partagées par l’échantillon interrogé, nous pouvons déduire un profil type. Il serait un homme âgé entre 18 et 25 ans qui se rend au moins une fois par mois dans un stade ou sur un événement sportif et vivant en région Ile de France.

Le Covid-19 aura très certainement un impact sur les fans

Sur l’ensemble de notre échantillon, 58% dans fans pensent que le Covid-19 aura un impact sur leur consommation de loisirs sportifs et culturels (événements sportifs, concerts, etc.). Un pourcentage qui montre qu’il y aura bien un avant et un après Covid-19.

Cette tendance pourrait donc se ressentir lors de l’achat d’un billet ou lors de la consommation d’un service additionnel dans les stades et les salles sportives dans les mois à venir. Mais dans quelles mesures ?

Le Covid-19, un frein pour la future vente de billets ?

Cette crise sanitaire engendrera probablement des changements mais ne devrait finalement pas être un frein pour les fans. Plus de 82% ont répondu vouloir assister à un événement sportif lorsque les conditions sanitaires le permettront. Les supporters sont plus impatients que méfiants à l’idée de revenir au stade. Plus de 72% d’entre eux ont en effet déclaré que participer à nouveau à un événement sportif crée chez eux un sentiment d’impatience, alors que seulement 16% ressentent de l’appréhension.

De plus, les fans se sentent prêts à suivre des événements sportifs en dehors de leur région. La période de confinement et de déconfinement a instauré une certaine limitation des déplacements, mais ce contexte ne semble pas freiner les supporters. Près de 70% d’entre eux se disent prêts à assister à une manifestation sportive en dehors de leur région. Encore plus loin, 58% de l’échantillon est prêt à se déplacer à l’étranger. On peut néanmoins apporter une nuance à cette envie de voir un événement sportif à l’étranger. En effet, 75% des fans concernés sont des grands consommateurs de compétitions sportives !

Les retours sont globalement très encourageants pour les professionnels du sport. Les fans, qu’ils soient abonnés ou qu’ils assistent rarement à un événement sportif (1 fois par an), restent motivés à se déplacer dans une enceinte sportive. Un chiffre qui n’est pas si étonnant dans la mesure où les participants sont des fans, et donc de grands consommateurs de sport. Cela reste néanmoins très positif puisque toutes les organisations sportives comptent beaucoup sur les revenus de la billetterie.
Par exemple, pour le basket en Pro A, la billetterie représente 17% du chiffre d’affaires des clubs. Pour le rugby, environ, 13%.

Les régions les plus touchées par la pandémie de Covid-19 seront-elles moins motivées à aller au stade ?

La réponse tend à être non. Plus durement touchés par le Covid-19, les fans de sport des régions Ile-de-France et Grand Est sont motivés par le fait d’assister à nouveau à un événement sportif ! En effet, plus de 76% des franciliens et des habitants du Grand Est veulent assister à un événement sportif, 70% éprouvent même de l’impatience. La question est de savoir s’il y aura une autorisation de réouverture des enceintes sportives par région ou non.

Une légère différence se note en revanche au niveau de l’âge. Les plus jeunes (18-35 ans) sont très motivés à l’idée d’assister à un événement sportif, 84% d’entre eux le sont. Alors que pour les 36 ans et plus, “seulement” 69% se sentent prêts à retourner au stade.

Les femmes, plus méfiantes que les hommes ?

Notre étude intègre une participation massive du sexe masculin. En effet, nous obtenons 75% de réponses masculines contre 25% de réponses féminine. Ces dernières expriment un sentiment de retenu sur leur retour dans les stades. Deux indices le démontrent.

Premièrement, 68% des femmes souhaitent assister un événement sportif quand les conditions le permettront lorsque les hommes sont près de 85%. Deuxièmement, en ce qui concerne le fait d’aller dans une enceinte sportive, 65% sont impatientes tandis que 74% des hommes sont impatients.

Difficile d’expliquer cette différence de motivation entre les deux sexes. Néanmoins, ces deux indices montrent tout de même que les femmes deviennent des consommatrices de sport, et que celles-ci sont de réelles cibles pour les services commerciaux d’événements sportifs.

Quelles sont les mesures attendues par les spectateurs post Covid-19 ?

Difficile pour le moment de connaitre les mesures qui seront prises et demandées envers les spectateurs post Covid-19. Mais qu’en pensent les principaux intéressés ?
Les spectateurs ont certaines attentes en partie similaires à celles que l’on préconise déjà dans les lieux de rencontres dans notre quotidien (commerces, rues, transport, travail, etc.) depuis le mois de mars dernier et le récent déconfinement.

La mise à disposition de gel hydroalcoolique dans les stades est la première mesure souhaitée par les spectateurs avec 71,7% des retours. Déjà une obligation pour la ré-ouverture des transports publics et des magasins, la distribution de gel le sera sans doute pour l’ensemble des enceintes sportives.

La deuxième attente la plus forte (69,5%), est l’ouverture des portes plus tôt pour espacer le flux d’entrée des spectateurs. Deux explications peuvent justifier ce résultat.
Tout d’abord, l’attroupement de personnes au niveau des portes peut être anxiogène pour le spectateur. Dans le contexte actuel, un regroupement n’est pas vraiment perçu comme quelque chose de rassurant. Un autre individu peut-être considéré comme une source de contamination. Il va falloir du temps pour passer ce cap.
Dans un second temps, il est difficile pour les organisateurs de faire respecter la distanciation sociale en dehors de ces portes. C’est pour ces raisons qu’il faudra incorporer dans le parcours spectateur un cheminement organisé et sécurisé dès l’entrée au stade dans le but de rassurer les spectateurs.

Cette modification des horaires d’ouverture des portes peut être une opportunité pour les clubs sportifs. Ils ont tout intérêt à inciter les fans à venir plus tôt au stade puisque cela peut engendrer des achats additionnels en avant-match que ce soit en merchandising ou bien en restauration. À condition de proposer des choses intéressantes pour le visiteur, des animations, des offres alimentaires adaptées, etc. pour faire de cet avant-match un moment à part.

Les spectateurs sont prêts à passer plus de temps au stade, il faut donc anticiper cette demande et livrer une offre qui permettra de capitaliser ce temps passé en plus à l’événement.

La troisième mesure attendue pour 64,5% des participants est : l’obligation du port du masque pour tous. Peu familiarisé avec le masque avant le Covid-19, les Français savent maintenant que celui-ci fait partie intégrante des gestes barrières. Plusieurs clubs ont déjà pris le virage pour proposer des masques à leurs effigies : Angers SCO, FC Nantes (Ligue 1) et le Biarritz Olympique (Pro D2) par exemple.

Une idée pertinente puisque 46,3% de nos répondants se sentent prêts à acheter des produits sanitaires à l’effigie de leur club. C’est notamment le cas chez les abonnés et spectateurs réguliers (70%). Même si la majorité se montre mitigée, 53,7% indiquent qu’ils n’achèteraient pas de produits sanitaires dérivés, c’est là encore une opportunité pour les organisations sportives de créer du lien avec leurs fans. Vigilance tout de même au tarif proposé qui peut vite faire réagir négativement sur les réseaux sociaux.

Plusieurs idées non mentionnées dans nos réponses possibles sont également intéressantes à mettre en place pour les événements sportifs. Peu coûteuses mais permettant de sensibiliser les spectateurs, les annonces en boucle des gestes barrières via les écrans géants et le speaker est une excellente idée.

Nous avions mentionné les entrées dans le stade mais les sorties sont tout aussi importantes pour éviter la congestion de spectateurs. Ainsi, la sortie par zone a été évoqué par l’un des répondants. Pour aller plus loin, il pourrait être utile d’utiliser le même système que les compagnies aériennes pour l’embarquement des passagers. Chaque passager a sur son billet d’avion un numéro de groupe. Ce numéro de groupe permet d’organiser la montée à bord et ainsi de fluidifier celle-ci. Ainsi, ce modèle peut être dupliqué par la lettre de la tribune ou bien par virage.

L’idée de réduction de la capacité totale du stade a été également évoquée. Espacer d’un ou de plusieurs siège chacun des spectateurs pourrait être envisagé. Difficile d’y penser concrètement, notamment pour les chaines de télévision qui préconisent de regrouper un maximum de spectateurs dans la zone la plus visible à l’écran. Au même titre, certains clubs comblent actuellement les tribunes vides de leur enceinte avec des bâches publicitaires, il est possible que dans le futur ces bâches soient supprimées pour gagner en espace disponible de façon à dispatcher les spectateurs pour respecter les mesures barrières.

Pour finir sur les idées partagées par notre communauté, comme nous pouvons le voir dans certains EHPAD en France ou dans les aéroports à l’étranger, mettre en place le contrôle de la température peut être également une mesure appliquée par les clubs.
Dans les faits, cette idée ne parait pas si complexe, bien que le temps passé à prendre la température de chacun pourrait engendrer une attente plus longue à l’entrée. Plusieurs membres du personnel munis d’un thermomètre digital pourraient accueillir les visiteurs tout en contrôlant leur température. Ou encore des caméras thermiques pourraient être installées dans les enceintes. Cependant, quid d’une personne qui présente des symptômes ?

Toutes ces mesures sont peut-être celles qui seront adoptés par les clubs, les ligues, les institutions ou les organisateurs d’événements sportifs et culturels. Pour autant, nous sommes tous d’accord pour dire que la réouverture doit s’opérer quand les conditions sanitaires le permettront. Sans précipitations.

Quelles sont les solutions prévues pour le retour des supporters pour le moment dans les stades ?

Il est encore trop tôt pour dire quand s’opérera le retour des spectateurs dans les stades.
Pour certains, un retour de la compétition sera possible début septembre. Pour d’autres, il doit s’opérer beaucoup plus tard. En effet, deux épidémiologistes de l’OMS auraient suggéré à l’UEFA de ne pas reprendre les compétitions internationales avant la fin de l’année 2021 (source Veja, journal d’investigation brésilien). Néanmoins, certaines compétions ont déjà repris à huis clos, notamment la Bundesliga en Allemagne.

Mais qu’en est-il du retour des spectateurs ? Pour certains scientifiques, l’équation est très simple, pas de vaccin = pas de supporters en tribune. Lorsque l’on sait que l’estimation d’un vaccin est à une date égale à 18 mois, cette donnée ne réjouit guère les fans.
Cependant, ces informations sont à prendre avec des pincettes puisque les institutions sportives cherchent des solutions pour un retour rapide à la compétition et des supporters.

Des fans en carton dans les tribunes en Allemagne

Plusieurs clubs ont innové pour combler le vide du à l’absence de spectateurs. C’est le cas avec le Borussia Mönchengladbach en Allemagne qui propose aux fans pour la reprise de la Bundesliga de mettre leur photo en grand format dans les tribunes, pour 19€. Près de 20 000 pancartes sont prévues dans le stade sur une capacité de 54 000 places.
Un autre club européen a proposé le drive-in sur le parking du stade à ses supporters. Le FC Midtjylland au Danemark permet donc aux fans d’encourager l’équipe depuis leur voiture.

Pour remplacer le bruit des supporters, nous avions aussi parlé de l’application Hear Me Cheer dans un récent podcast. L’application permet aux fans d’interagir avec le jeu en temps-réel depuis une plateforme et de se faire entendre par les joueurs sur la pelouse.

Chaque jour ou presque une nouvelle idée émerge des clubs. Souvent inédites, parfois hilarantes, une chose est certaine, cette période va déclencher de nouvelles approches et services au fans.

Nos interventions sur cette crise sanitaire

En plus de cette étude, les équipes de Fanstriker ont pu participer ces dernières semaines à plusieurs débats. Retrouvez l’ensemble de nos interventions pour prolonger la discussion.

Juste avant le déconfinement, nous étions invité à la radio sur Sud Radio avec plusieurs personnalités de l’environnement du sport. Un débat sur le comportement du public après l’épisode du Covid-19.

Puis après le jour du déconfinement, le 11 mai, nous échangions dans un live sur YouTube et Instagram avec Vanessa de Champions du Digital, Benjamin Roumegoux et Basile Brigandet de Stadito.

Fin avril, nous étions invité sur le podcast de Founders Factory pour évoquer la transformation envisagée du sport après le confinement.

Et plus récemment, nous abordions entre nous dans un podcast la problématique des clubs de comment mobiliser ses supporters pendant le confinement.

L’avenir des fans dans les stades est encore bien flou. Personne ne semble en mesure de prédire le jour où nos enceintes seront de nouveau pleines. Néanmoins, les fans sont tout à fait prêts à revenir dans les tribunes. Malgré une crise qui a frappé le monde entier, leur passion du sport semble peut-être encore plus forte. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés