Suis-nous

Fan expérience en France

INTERVIEW : Robin Collet (Betclic), le pari sportif est une autre façon de vivre un match

Robin qui travaille chez Betclic, leader du pari sportif en France, nous livre son approche de l’expérience fan dans le monde du pari sportif.

Publié

le

Aujourd’hui, le pari sportif est omniprésent dans le monde du sport. Il est un moyen pour tout fan de donner plus d’enjeux et d’émotions lors de toutes rencontres sportives. Parier est aujourd’hui un usage qui fait partie intégrante de l’expérience fan digitale hors stade. On en parle avec Betclic.

 

Pour traiter ce sujet, nous avons contacté Betclic, le leader du pari sportif en France et partenaire de trois clubs, le FC Girondins de Bordeaux en football, l’Union Bordeaux Bègles en rugby et les Boxers de Bordeaux en hockey.
C’est Robin Collet Brand Marketing Project Manager chez Betclic qui nous répond sur les questions marketing. Il est accompagné de Romain Fournier, Head of Social Media chez Betclic qui répondra sur la thématique du digital. Ensemble, ils nous explique l’impact qu’ont les paris sportifs sur l’expérience fan ainsi que le rôle qu’ils jouent dans le paysage sportif.

@Quentin Salinier

Une activation Betclic au Matmut Atlantique de Bordeaux

 

Bonjour Robin, pouvez-vous vous présenter ?

Robin Collet, je suis chez Betclic depuis 4 ans, d’abord en alternance en charge des opérations de rétention client puis au fil du temps, j’ai évolué sur des missions plus marketing. Aujourd’hui, je suis en charge des médias et des partenariats pour la marque en France.

Les paris sportifs font partie du prolongement de l’expérience fan hors stade. Chez Betclic, comment activez-vous les fans de sport ?

Le pari sportif est l’essence du jeu et vient accompagner la consommation du sport pour le fan afin de lui faire vivre des émotions plus intenses. Pour nous, le pari sportif est une façon de vivre un match, elle accompagne le fan lors de ce dernier, et lui permet de vivre plus d’émotions. Le pari va accompagner le fan de sport, un pari sur un match sans enjeu va lui donner une saveur particulière. On essaie de rester connecté au maximum avec nos joueurs. Tout au long de l’année et même lorsque les évènements sportifs sont moins nombreux, on propose des animations pour les mettre en avant et aller à leur rencontre. Les micros-trottoirs, par exemple, font maintenant partie intégrante de notre paysage et permettent d’aborder une grosse affiche de façon différente.
Le pari sportif s’intègre assez naturellement à ces contenus car on se rend vite compte que l’on peut parier sur tous les moments du quotidien. On essaie aussi d’intégrer des personnalités à ces contenus, notamment des rappeurs, on sait que le rap et le foot sont très proches et certains rappeurs adorent le pari sportif. Cela permet pour nos fans d’avoir des contenus mélangeant 2 univers dans lesquels ils se retrouvent.

@Jerome Ingrand / Agence offside

Tournoi Five Betclic en compagnie du rappeur français Gradur

Betclic est sponsor de 3 clubs professionnels à Bordeaux, pourquoi cette ville et ces clubs en particulier ?

Betclic s’est installé sur Bordeaux il y a 2 ans. Les Girondins tout comme l’Union Bordeaux Bègles en rugby ou les Boxers en hockey font partie de l’environnement local de la ville et de la région. Tout naturellement, Betclic souhaite accompagner les acteurs majeurs du sport de la région. Ces partenariats sont gagnants-gagnants et tirent les entités vers le haut. Par ailleurs, cela permet aussi de récompenser les employés en leur permettant d’assister aux rencontres de leurs équipes préférées.

Quelles relations entretenez-vous tout au long de la vie d’un partenariat de sponsoring avec vos interlocuteurs du club ou de l’événement ?

C’est une relation quasi quotidienne. Le but est d’être connecté le plus souvent possible avec eux. D’une part afin de réagir ensemble à l’actualité et proposer toujours des contenus intéressants et pertinents pour nos fans. D’autre part, les partenariats sont pour moi une collaboration, il est nécessaire d’être toujours en lien afin d’avancer main dans la main.

Quels KPIs utilisez-vous pour déterminer si un investissement en sponsoring ou une action/activation a été bénéfique ?

C’est toujours une chose compliquée car sur ces partenariats, le facteur clé se trouve dans l’image de marque. C’est avant tout la présence à l’esprit de la marque qui est importante. Mais nous lançons régulièrement avec les clubs des études pour mesurer la notoriété et l’image de la marque sur le territoire ou même nationalement. Ces KPIs nous aident également à contrôler, modifier ou bien continuer nos actions suivant leurs impacts. De ce fait, on se rapproche encore plus de la cible pour leur proposer les contenus les plus qualitatifs possible. Enfin, on va pouvoir également mesurer en suivant la visibilité médias ce que cela nous apporte (photos, articles, interviews, etc).

https://twitter.com/Betclic/status/1217764672335683584?s=20

Quelle est l’activation la plus forte que Betclic ait réalisé auprès de sa communauté  ?

On propose plusieurs choses mais je dirai que c’est notre loge connectée aux Girondins de Bordeaux. Elle permet au fan, le temps d’un match, d’être dans la peau d’un trader de pari sportif. On y trouve le nombre de pari en direct, l’évolution des côtes, le fil twitter, le match en live et surtout … le champagne ! Par ailleurs, avec tous nos partenaires, on propose des activations à la mi-temps des grands matchs de la saison. Par exemple, trois participants peuvent avoir l’occasion de fouler la pelouse au même titre que leurs idoles ! C’est une activation unique pour les fans et une belle visibilité pour notre marque devant des milliers de supporters.

Quelle est votre approche du fan et du parieur lors des grandes compétitions telles que la Coupe du Monde de Football ou celle de Rugby ?

Le sport est notre cœur de métier depuis le 1erjour, c’est notre raison d’exister, de ce fait, tout grand rendez-vous sportif est un grand rendez-vous de pari ! Notre but est que le fan suive la compétition avec nous comme il peut le faire avec d’autres de ses marques préférées. On vient accompagner le fan en lui proposant différentes activités/contenus régulièrement pour garder la connexion avec lui, des contenus vidéos, des analyses, des missions pour gagner des freebets, etc. On entre complètement dans la routine et le quotidien du fan qui va se tourner vers nous même les jours sans match ou sans envie de parier. On essaie de lui apporter autre chose qu’une simple côte : une expérience de parieur.

“Tout grand rendez-vous sportif est un grand rendez-vous de pari !”

Une question qui s’adresse à Romain, comment activez-vous votre communauté durant le confinement ?

Durant cette période spéciale, malgré la faible actualité sportive, nous avons souhaité garder notre volume de communication sur les réseaux sociaux. Cependant, nous avons modifié nos communications : la quasi-totalité de nos contenus relèvent maintenant du divertissement autour de l’actualité sportive (ou non) et ne se concentrent quasiment plus sur l’aspect business de la marque.
Nous avons donc lancé des contenus qui parlent à nos communautés avec des matchs FIFA face aux CM, une équipe Club Pro FIFA, une partie de Football Manager gérée par la communauté, des petits jeux (puissance 4, plato, etc., des tournois de Poker face aux CM, des challenges sportifs ou encore des opérations tournées sur le ton de l’humour et de notre business. On fait même quelques live tweets autour de Koh Lanta et ça cartonne !
Il y a quelque temps, nous proposions par exemple à notre communauté de découvrir de façon totalement aléatoire et humoristique si leur couple allait résister au confinement ; l’opération a semblé plaire puisque nous avons reçu beaucoup de retours positifs. Elle s’est même retrouvée en Trending Topic sur Twitter durant plusieurs heures.

Comment envisagez-vous le paysage des paris sportifs après le confinement ? Pensez-vous qu’il y aura un changement des comportements ?

Il va y avoir une grande demande car le confinement a créé de la frustration du fait de ne pas pouvoir parier. Chaque match va être un grand match, je suis sur que comme moi vous seriez prêt à regarder un Dijon vs Toulouse alors qu’en temps normal… (rire). De plus, le calendrier va fortement évoluer avec beaucoup de matchs sur la même semaine et sûrement moins d’attente entre chaque match de LDC. Les mises vont alors peut-être, être plus dispersées entre les différents matchs. Mais le pari sportif doit rester un loisir.

L’interface de vos plateformes digitales est très importante pour l’expérience utilisateur. Quelles sont pour vous les priorités dans l’amélioration de cette expérience online ?

Nous sommes sans cesse dans l’objectif d’offrir à nos clients la meilleure expérience possible. Ils viennent sur l’application par plaisir et de ce fait, ils doivent avoir accès à tout ce qu’ils désirent de la façon la plus simple et la plus fun possible.
On va mettre en place des animations sur l’application d’ici la reprise. Pour les voir, il faudra rester connecté !

Vous jouez énormément de l’humour sur les réseaux sociaux, est-ce le meilleur moyen d’être proche de sa communauté lorsque l’on est un acteur des paris sportifs ?

Comme tu l’as remarqué, nous essayons d’être proches de notre communauté et de la fédérer. Tout d’abord, cela s’explique parce que nous sommes nous aussi des parieurs et de ce fait, nous vivons la même chose qu’eux et nous nous retrouvons autour de points communs ! L’humour positif est un très bon levier qui nous permet d’avoir une proximité avec eux puisque beaucoup de monde utilise les réseaux sociaux à des fins de divertissement. C’est donc naturel pour nous d’essayer de divertir nos communautés.
Au-delà de l’humour, nous souhaitons également capitaliser par exemple sur la spontanéité et les intérêts de notre communauté (sport, paris sportifs et autres) pour générer des contenus qui plaisent.

D’ailleurs, à quoi ressemble le profil type d’un parieur chez Betclic ?

Je dirais plutôt un fan de sport qui souhaite pimenter sa consommation avec le pari sportif pour ajouter de l’émotion au match. Ils veulent vivre le match avec encore plus d’émotions et Betclic est là pour cela. En d’autres termes, nous voulons faire ressentir un “combo parfait” à nos parieurs lorsqu’ils vivent un match : les potes, la bière, la pizza et Betclic.

@Betclic

La loge connectée Betclic aux Girondins de Bordeaux

Quelle serait pour vous la définition de fan expérience ?

La fan expérience c’est tous les dispositifs que l’on peut mettre en place pour que les consommateurs de sport puissent vivre une expérience différente, voire personnalisée. Cela permet de vivre le sport d’une façon différente. On va dans un stade, plus uniquement pour le match, mais pour tout ce qu’il y a autour. Je trouve que cela permet à une entreprise, à travers ces différentes expériences, de mettre en avant toutes les valeurs qui lui sont chères. Cela lui permet également de se rapprocher de ses clients en augmentant ou en entretenant son brand love. Le fan est le premier ambassadeur et le relai d’une marque. C’est un point très important pour le développement de celle-ci !

Merci à Robin et Romain pour ces échanges ! 

Vous avez aimé cet article ?

Passionné par le sport, je m'intéresse aux différents événements sportifs, à la façon dont le spectateur est pris en compte et aux nouvelles tendances.

Fan expérience en France

Étude Fanstriker : Le comportement des fans post Covid-19

Comment vont réagir les fans de sport post Covid-19 ? Afin d’obtenir quelques éléments de réponses nous avons mené une étude auprès de notre communauté.

Publié

le

Résultats de l'étude nationale sur le comportement des fans post Covid-19

Avant la fin du confinement il y a plusieurs jours maintenant, nous avons réalisé une étude auprès de notre communauté pour obtenir des éléments de réponses sur le comportement des fans après le Covid-19. Une étude dont nous vous dévoilons les résultats ci-dessous. 

Afin d’imaginer le comportement des fans de sport post Covid-19, nous avons mené une étude nationale “Le comportement des fans post Covid19“. L’objectif de cette enquête était d’évaluer au mieux l’impact de cette crise sanitaire sur la future consommation de divertissement sportif par les amoureux de sport.

Les détails de cette étude Fanstriker

L’étude que nous avons mené a été réalisé spécifiquement en ligne entre le 24 avril et le 8 mai 2020 auprès de notre communauté. Au total, ce sont 614 répondants qui ont chaleureusement participé. Au passage, nous les en remercions.

Via les informations partagées par l’échantillon interrogé, nous pouvons déduire un profil type. Il serait un homme âgé entre 18 et 25 ans qui se rend au moins une fois par mois dans un stade ou sur un événement sportif et vivant en région Ile de France.

Le Covid-19 aura très certainement un impact sur les fans

Sur l’ensemble de notre échantillon, 58% dans fans pensent que le Covid-19 aura un impact sur leur consommation de loisirs sportifs et culturels (événements sportifs, concerts, etc.). Un pourcentage qui montre qu’il y aura bien un avant et un après Covid-19.

Cette tendance pourrait donc se ressentir lors de l’achat d’un billet ou lors de la consommation d’un service additionnel dans les stades et les salles sportives dans les mois à venir. Mais dans quelles mesures ?

Le Covid-19, un frein pour la future vente de billets ?

Cette crise sanitaire engendrera probablement des changements mais ne devrait finalement pas être un frein pour les fans. Plus de 82% ont répondu vouloir assister à un événement sportif lorsque les conditions sanitaires le permettront. Les supporters sont plus impatients que méfiants à l’idée de revenir au stade. Plus de 72% d’entre eux ont en effet déclaré que participer à nouveau à un événement sportif crée chez eux un sentiment d’impatience, alors que seulement 16% ressentent de l’appréhension.

De plus, les fans se sentent prêts à suivre des événements sportifs en dehors de leur région. La période de confinement et de déconfinement a instauré une certaine limitation des déplacements, mais ce contexte ne semble pas freiner les supporters. Près de 70% d’entre eux se disent prêts à assister à une manifestation sportive en dehors de leur région. Encore plus loin, 58% de l’échantillon est prêt à se déplacer à l’étranger. On peut néanmoins apporter une nuance à cette envie de voir un événement sportif à l’étranger. En effet, 75% des fans concernés sont des grands consommateurs de compétitions sportives !

Les retours sont globalement très encourageants pour les professionnels du sport. Les fans, qu’ils soient abonnés ou qu’ils assistent rarement à un événement sportif (1 fois par an), restent motivés à se déplacer dans une enceinte sportive. Un chiffre qui n’est pas si étonnant dans la mesure où les participants sont des fans, et donc de grands consommateurs de sport. Cela reste néanmoins très positif puisque toutes les organisations sportives comptent beaucoup sur les revenus de la billetterie.
Par exemple, pour le basket en Pro A, la billetterie représente 17% du chiffre d’affaires des clubs. Pour le rugby, environ, 13%.

Les régions les plus touchées par la pandémie de Covid-19 seront-elles moins motivées à aller au stade ?

La réponse tend à être non. Plus durement touchés par le Covid-19, les fans de sport des régions Ile-de-France et Grand Est sont motivés par le fait d’assister à nouveau à un événement sportif ! En effet, plus de 76% des franciliens et des habitants du Grand Est veulent assister à un événement sportif, 70% éprouvent même de l’impatience. La question est de savoir s’il y aura une autorisation de réouverture des enceintes sportives par région ou non.

Une légère différence se note en revanche au niveau de l’âge. Les plus jeunes (18-35 ans) sont très motivés à l’idée d’assister à un événement sportif, 84% d’entre eux le sont. Alors que pour les 36 ans et plus, “seulement” 69% se sentent prêts à retourner au stade.

Les femmes, plus méfiantes que les hommes ?

Notre étude intègre une participation massive du sexe masculin. En effet, nous obtenons 75% de réponses masculines contre 25% de réponses féminine. Ces dernières expriment un sentiment de retenu sur leur retour dans les stades. Deux indices le démontrent.

Premièrement, 68% des femmes souhaitent assister un événement sportif quand les conditions le permettront lorsque les hommes sont près de 85%. Deuxièmement, en ce qui concerne le fait d’aller dans une enceinte sportive, 65% sont impatientes tandis que 74% des hommes sont impatients.

Difficile d’expliquer cette différence de motivation entre les deux sexes. Néanmoins, ces deux indices montrent tout de même que les femmes deviennent des consommatrices de sport, et que celles-ci sont de réelles cibles pour les services commerciaux d’événements sportifs.

Quelles sont les mesures attendues par les spectateurs post Covid-19 ?

Difficile pour le moment de connaitre les mesures qui seront prises et demandées envers les spectateurs post Covid-19. Mais qu’en pensent les principaux intéressés ?
Les spectateurs ont certaines attentes en partie similaires à celles que l’on préconise déjà dans les lieux de rencontres dans notre quotidien (commerces, rues, transport, travail, etc.) depuis le mois de mars dernier et le récent déconfinement.

La mise à disposition de gel hydroalcoolique dans les stades est la première mesure souhaitée par les spectateurs avec 71,7% des retours. Déjà une obligation pour la ré-ouverture des transports publics et des magasins, la distribution de gel le sera sans doute pour l’ensemble des enceintes sportives.

La deuxième attente la plus forte (69,5%), est l’ouverture des portes plus tôt pour espacer le flux d’entrée des spectateurs. Deux explications peuvent justifier ce résultat.
Tout d’abord, l’attroupement de personnes au niveau des portes peut être anxiogène pour le spectateur. Dans le contexte actuel, un regroupement n’est pas vraiment perçu comme quelque chose de rassurant. Un autre individu peut-être considéré comme une source de contamination. Il va falloir du temps pour passer ce cap.
Dans un second temps, il est difficile pour les organisateurs de faire respecter la distanciation sociale en dehors de ces portes. C’est pour ces raisons qu’il faudra incorporer dans le parcours spectateur un cheminement organisé et sécurisé dès l’entrée au stade dans le but de rassurer les spectateurs.

Cette modification des horaires d’ouverture des portes peut être une opportunité pour les clubs sportifs. Ils ont tout intérêt à inciter les fans à venir plus tôt au stade puisque cela peut engendrer des achats additionnels en avant-match que ce soit en merchandising ou bien en restauration. À condition de proposer des choses intéressantes pour le visiteur, des animations, des offres alimentaires adaptées, etc. pour faire de cet avant-match un moment à part.

Les spectateurs sont prêts à passer plus de temps au stade, il faut donc anticiper cette demande et livrer une offre qui permettra de capitaliser ce temps passé en plus à l’événement.

La troisième mesure attendue pour 64,5% des participants est : l’obligation du port du masque pour tous. Peu familiarisé avec le masque avant le Covid-19, les Français savent maintenant que celui-ci fait partie intégrante des gestes barrières. Plusieurs clubs ont déjà pris le virage pour proposer des masques à leurs effigies : Angers SCO, FC Nantes (Ligue 1) et le Biarritz Olympique (Pro D2) par exemple.

Une idée pertinente puisque 46,3% de nos répondants se sentent prêts à acheter des produits sanitaires à l’effigie de leur club. C’est notamment le cas chez les abonnés et spectateurs réguliers (70%). Même si la majorité se montre mitigée, 53,7% indiquent qu’ils n’achèteraient pas de produits sanitaires dérivés, c’est là encore une opportunité pour les organisations sportives de créer du lien avec leurs fans. Vigilance tout de même au tarif proposé qui peut vite faire réagir négativement sur les réseaux sociaux.

Plusieurs idées non mentionnées dans nos réponses possibles sont également intéressantes à mettre en place pour les événements sportifs. Peu coûteuses mais permettant de sensibiliser les spectateurs, les annonces en boucle des gestes barrières via les écrans géants et le speaker est une excellente idée.

Nous avions mentionné les entrées dans le stade mais les sorties sont tout aussi importantes pour éviter la congestion de spectateurs. Ainsi, la sortie par zone a été évoqué par l’un des répondants. Pour aller plus loin, il pourrait être utile d’utiliser le même système que les compagnies aériennes pour l’embarquement des passagers. Chaque passager a sur son billet d’avion un numéro de groupe. Ce numéro de groupe permet d’organiser la montée à bord et ainsi de fluidifier celle-ci. Ainsi, ce modèle peut être dupliqué par la lettre de la tribune ou bien par virage.

L’idée de réduction de la capacité totale du stade a été également évoquée. Espacer d’un ou de plusieurs siège chacun des spectateurs pourrait être envisagé. Difficile d’y penser concrètement, notamment pour les chaines de télévision qui préconisent de regrouper un maximum de spectateurs dans la zone la plus visible à l’écran. Au même titre, certains clubs comblent actuellement les tribunes vides de leur enceinte avec des bâches publicitaires, il est possible que dans le futur ces bâches soient supprimées pour gagner en espace disponible de façon à dispatcher les spectateurs pour respecter les mesures barrières.

Pour finir sur les idées partagées par notre communauté, comme nous pouvons le voir dans certains EHPAD en France ou dans les aéroports à l’étranger, mettre en place le contrôle de la température peut être également une mesure appliquée par les clubs.
Dans les faits, cette idée ne parait pas si complexe, bien que le temps passé à prendre la température de chacun pourrait engendrer une attente plus longue à l’entrée. Plusieurs membres du personnel munis d’un thermomètre digital pourraient accueillir les visiteurs tout en contrôlant leur température. Ou encore des caméras thermiques pourraient être installées dans les enceintes. Cependant, quid d’une personne qui présente des symptômes ?

Toutes ces mesures sont peut-être celles qui seront adoptés par les clubs, les ligues, les institutions ou les organisateurs d’événements sportifs et culturels. Pour autant, nous sommes tous d’accord pour dire que la réouverture doit s’opérer quand les conditions sanitaires le permettront. Sans précipitations.

Quelles sont les solutions prévues pour le retour des supporters pour le moment dans les stades ?

Il est encore trop tôt pour dire quand s’opérera le retour des spectateurs dans les stades.
Pour certains, un retour de la compétition sera possible début septembre. Pour d’autres, il doit s’opérer beaucoup plus tard. En effet, deux épidémiologistes de l’OMS auraient suggéré à l’UEFA de ne pas reprendre les compétitions internationales avant la fin de l’année 2021 (source Veja, journal d’investigation brésilien). Néanmoins, certaines compétions ont déjà repris à huis clos, notamment la Bundesliga en Allemagne.

Mais qu’en est-il du retour des spectateurs ? Pour certains scientifiques, l’équation est très simple, pas de vaccin = pas de supporters en tribune. Lorsque l’on sait que l’estimation d’un vaccin est à une date égale à 18 mois, cette donnée ne réjouit guère les fans.
Cependant, ces informations sont à prendre avec des pincettes puisque les institutions sportives cherchent des solutions pour un retour rapide à la compétition et des supporters.

Des fans en carton dans les tribunes en Allemagne

Plusieurs clubs ont innové pour combler le vide du à l’absence de spectateurs. C’est le cas avec le Borussia Mönchengladbach en Allemagne qui propose aux fans pour la reprise de la Bundesliga de mettre leur photo en grand format dans les tribunes, pour 19€. Près de 20 000 pancartes sont prévues dans le stade sur une capacité de 54 000 places.
Un autre club européen a proposé le drive-in sur le parking du stade à ses supporters. Le FC Midtjylland au Danemark permet donc aux fans d’encourager l’équipe depuis leur voiture.

Pour remplacer le bruit des supporters, nous avions aussi parlé de l’application Hear Me Cheer dans un récent podcast. L’application permet aux fans d’interagir avec le jeu en temps-réel depuis une plateforme et de se faire entendre par les joueurs sur la pelouse.

Chaque jour ou presque une nouvelle idée émerge des clubs. Souvent inédites, parfois hilarantes, une chose est certaine, cette période va déclencher de nouvelles approches et services au fans.

Nos interventions sur cette crise sanitaire

En plus de cette étude, les équipes de Fanstriker ont pu participer ces dernières semaines à plusieurs débats. Retrouvez l’ensemble de nos interventions pour prolonger la discussion.

Juste avant le déconfinement, nous étions invité à la radio sur Sud Radio avec plusieurs personnalités de l’environnement du sport. Un débat sur le comportement du public après l’épisode du Covid-19.

Puis après le jour du déconfinement, le 11 mai, nous échangions dans un live sur YouTube et Instagram avec Vanessa de Champions du Digital, Benjamin Roumegoux et Basile Brigandet de Stadito.

Fin avril, nous étions invité sur le podcast de Founders Factory pour évoquer la transformation envisagée du sport après le confinement.

Et plus récemment, nous abordions entre nous dans un podcast la problématique des clubs de comment mobiliser ses supporters pendant le confinement.

L’avenir des fans dans les stades est encore bien flou. Personne ne semble en mesure de prédire le jour où nos enceintes seront de nouveau pleines. Néanmoins, les fans sont tout à fait prêts à revenir dans les tribunes. Malgré une crise qui a frappé le monde entier, leur passion du sport semble peut-être encore plus forte. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés