Suis-nous
Le Campus 2023 pour se professionnaliser dans le sport avec la Coupe du Monde de Rugby Le Campus 2023 pour se professionnaliser dans le sport avec la Coupe du Monde de Rugby

Fan expérience en France

Le Campus 2023 pour se professionnaliser dans le sport

Quels sont les enjeux et objectifs de ce projet d’apprentissage lancé dans le cadre de la prochaine Coupe du Monde de Rugby ?

Publié

le

À moins de 3 ans de la prochaine Coupe du Monde de Rugby en France, la nouvelle génération des experts du sport doit se préparer. C’est la mission que s’est donné Campus 2023, le Centre des Formations des Apprentis créé à l’occasion de cet événement majeur.

Pour en savoir plus sur ce programme innovant, nous avons échangé avec Margaux Sabathier. Margaux est Chef de Projet Coordination et Héritage au sein de la Direction Emploi & Formation du Groupement d’Intérêt Public (GIP). C’est cet organisme qui est chargé de livrer la Coupe du Monde de Rugby en France en 2023.

Campus 2023, un enjeu territorial 

Au total, 2023 apprentis seront embauchés en contrat d’apprentissage dans le cadre du Campus 2023. Leur mission consistera à travailler au développement durable du sport sur l’ensemble du territoire. Campus 2023 souhaite effectivement faire de la prochaine Coupe du Monde de Rugby un événement bénéfique pour le sport français sur le long terme. C’est pourquoi le territoire est au cœur du projet

“D’ici la Coupe du Monde 2023 et après, il faut que nos clubs professionnels et amateurs soient prêts.”

En 2007, après la première Coupe du Monde de Rugby organisée en France, les clubs et associations avaient fait face à une vague de nouveaux licenciés. Les compétences et moyens humains internes à l’époque n’étaient alors pas suffisants pour encadrer cet afflux de pratiquants. Campus 2023 vise donc, en partie, à anticiper cette problématique en développant durablement nos clubs.

“La volonté du Campus 2023 est de répondre aux besoins actuels et futurs de nos structures sportives et rugby. D’ici la Coupe du Monde 2023 et après, il faut que nos clubs, professionnels et amateurs, soient prêts et montent en compétences” nous explique Margaux Sabathier. “C’est pourquoi nous avons établi trois niveaux de diplôme, tous reconnus par l’Etat, où les étudiants recrutés seront salariés en contrat d’apprentissage au sein des clubs de rugby, des ligues et du comité d’organisation de la Coupe du Monde. Les apprentis auront pour principale mission de professionnaliser les clubs et de développer le sport sur tout le territoire.” 

 

Les premiers étudiants du Campus 2023 seront en activité à compter de février 2021 jusqu’en 2023. Repartis dans la toute la France au sein des clubs, des ligues et des sites qui accueilleront la Coupe du Monde de Rugby, ils seront des ambassadeurs clés de l’événement sur le terrain.

Un diplôme authentique et ouvert à tous

Avec la Coupe du Monde de Rugby en ligne de mire, Campus 2023 s’adresse bien évidemment aux étudiants qui souhaitent évoluer dans l’industrie du sport. Le projet se veut être ouvert au plus grand nombre avec la possibilité de candidater entre ses 18 et ses 30 ans. La parité est également une valeur forte du Campus où 50% des jeunes recrutés seront des femmes et 10% en situation de handicap.

“Vivre une expérience professionnelle qui sera unique.”

Pour les passionnés de sport qui veulent en faire leur métier, les prochaines années en France s’annoncent propices. La Coupe du Monde de Rugby en 2023 et les Jeux Olympiques de Paris 2024 vont effectivement créer de nombreuses opportunités. Selon Margaux, c’est un cadre idéal pour évoluer professionnellement.

“La principale valeur ajoutée du Campus 2023 c’est de vivre une expérience qui sera unique. Dans ce programme, il y aura deux prismes. Le premier, c’est la possibilité de travailler dans le temps pour le troisième événement sportif mondial. Qui plus est en France. Le second, c’est l’acquisition de toutes les compétences nécessaires pour évoluer dans une structure sportive. Cette professionnalisation sera très concrète avec un contrat d’apprentissage en cours chez un acteur du sport pendant toute la durée de la formation.”

Les candidatures pour le Campus 2023 sont encore ouvertes. Si vous êtes un étudiant et que vous souhaitez inscrire la Coupe du Monde de Rugby dans vos études, rendez-vous sur le site du Campus 2023.

L’expérience fan ne se passe pas uniquement dans les tribunes. Elle est aussi vécue par les organisateurs d’événements qui l’imaginent et la créent. Etudiants en sport business, ne manquez pas l’occasion de contribuer aux événement internationaux qui nous attendent en France ! 

Vous avez aimé cet article ?

Chargé de SEO & SEA dans une agence de voyage sportif, je suis un passionné du Sport Digital et de la Fan Experience. Chez Franstriker, j'ai pour objectif de faire grandir le projet et d'écrire de temps en temps sur les activations digitales des uns et des autres dans le monde du sport.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Sportem : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Retour sur l’une des conférences du #DigitalSportem 2020 sur le thème : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Publié

le

Sportem : comment adapter et réinventer l'expérience fan ?

Les 14 et 15 janvier derniers s’est tenu en ligne Sportem, le Salon Européen du Marketing Sportif. Pour cette occasion, une conférence sur la thématique de la Fan Experience a été proposée aux participants avec plusieurs intervenants.
Fan expérience : comment l’adapter et la réinventer ?

 

Quelle est la stratégie à adopter pour son expérience fan en 2021 ? Revenons ensemble sur l’une des conférences qui se sont déroulées lors du #DigitalSportem2020 il y a quelques jours. 

 

Présentation des invités de cette conférence

Animée par Stéphane Desprez, Directeur Général de Huddle Makers, cette conférence comment adapter et réinventer l’expérience fan suivie par des centaines de participants a rassemblé ayants-droits et prestataires. Parmi les intervenants, Claire Billard, Chargée de communication événementielle chez France Rugby, Gauthier Pheby, Business Developer chez VOGO et Gauthier Dalle, CEO de Odiho étaient ainsi présents. Chacun a pu présenter son activité et les activations mises en place pendant l’année 2020.

France Rugby

C’est d’abord Claire Billard qui a pris la parole. Elle nous a alors expliqué comment la Fédération Française de Rugby s’est adaptée à la situation sanitaire pour maintenir le lien avec ses fans.

À l’occasion du match entre la France et le Pays de Galles en octobre dernier, France Rugby a invité pour la première fois ses supporters à suivre le match en visioconférence. L’intérêt était d’apporter un soutien aux joueurs du XV de France qui jouaient à huis clos, et de rapprocher au maximum les fans de leurs athlètes préférés. Les amateurs de rugby étaient ainsi présents sur les panneaux LEDs au bord de la pelouse du Stade de France. De quoi rendre la rencontre plus vivante et humaine malgré l’absence totale de public.

La FFR engage les fans du XV de France de rugby

Dans la continuité de cette retransmission en visio, France Rugby a aussi permis à plusieurs enfants malades de passer un moment avec les Bleus. Une expérience rendue possible grâce à un robot présent au stade et utilisable à distance par les enfants qui pouvaient ainsi se rapprocher de l’équipe et interagir avec elle. Selon Claire, l’ensemble des ces dispositifs digitaux peuvent être pérennisées une fois la situation redevenue normale. C’est effectivement l’opportunité de proposer à tous les fans un moment unique avec France Rugby.

VOGO 

VOGO est une référence internationale des techniques audio et vidéos dans le sport. L’entreprise montpelliéraine accompagne les clubs et autre ayant-droit afin de développer leur expérience fan grâce une solution de live et replay. Les spectateurs présents au stade peuvent via une application dédiée revoir à tout moment des actions grâce au service. L’expérience proposée par VOGO surfe ainsi sur la tendance des “smart stadiums” où le smartphone est au cœur de l’expérience fan.

Avec le contexte actuel et l’impossibilité de proposer une solution in-stadia, VOGO s’est orienté vers la place virtuelle. L’objectif de cette nouveauté est de vivre un événement comme au stade depuis chez soi. Les fans peuvent ainsi choisir leur angle de diffusion favori et revoir toutes les actions en replay. Pour les ayants-droits et diffuseurs, c’est l’occasion d’engager et de fidéliser les fans à distance. En effet, cette place virtuelle permet d’interagir avec le fan grâce à un second écran qui propose une expérience télévisuelle différente.

Odiho

Avec sa solution audio, Odiho souhaite proposer aux fans une expérience auditive avant, pendant et après le match. L’application a effectivement pour vocation de fournir aux spectateurs d’un événement des statistiques, des anecdotes et toute autre commentaire susceptible d’aider le fan à mieux comprendre ce qu’il voit. Par exemple, au départ du Vendée du Globe, Odiho permettrait d’apporter des informations en temps réel sur les voiliers qui passent devant les participants venus assister au départ.

Aussi, Odiho se veut être personnalisable. Chaque profil peut bénéficier d’une expérience audio adaptée selon ses caractéristiques. Un enfant recevrait ainsi à des informations différentes que celles reçues par un adulte.  

 

Quelle expérience fan pour demain, comment l’adapter et la réinventer ?

Après un tour de présentation, la discussion s’est ensuite orientée vers l’avenir. Les intervenant ont tenté d’imaginer l’expérience fan à venir en 2021 et de définir la stratégie à adopter dans cette optique d’adapter et de réinventer cette expérience. 

Avec une crise sanitaire qui perdure, tous sont d’accord pour dire que les investissements à réaliser se doivent d’être technologiques. Le huis clos n’est pas prêt d’être levé, il faut donc réussir à amener le stade chez le fan.

Cela peut passer par une diffusion immersive et originale des matchs afin de plonger au mieux le fan dans l’ambiance d’un stade (images exclusives, interactions avec d’autres fans, etc.). Il est également conseillé de rapprocher au maximum les joueurs et les fans grâce aux outils digitaux. Cette période de distanciation nous empêche de voir des athlètes sur le terrain, il faut donc réussir à créer des rencontres. Une action essentielle pour récompenser et fidéliser les supporters de tout âge. 

L’autre stratégie majoritairement évoquée était celle de la personnalisation. Comme sur tout autre marché, les acteurs du sport business doivent personnaliser leur message et l’expérience proposée pour susciter de l’engagement. Les fans veulent consommer et vivre des choses qui correspondent à leurs valeurs et à leur mode de vie. Ils veulent aussi être reconnus et se sentir concernés. Il est donc pertinent pour un club, une fédération ou une ligue de bien connaître sa communauté et ainsi de proposer un contenu personnalisé qui saura répondre à un besoin précis.

On peut prendre l’exemple de l’expérience télévisuelle créée par Nickeldon pour les playoffs de la NFL. La chaîne pour enfants a ainsi mis en place une diffusion dédiée aux plus jeunes en apportant des éléments divertissants et éducatifs dans un match de football américain professionnel. Original. 

Autre exemple, cette fois-ci en France, le tournoi FIFA organisé par l’AS Saint-Etienne. Pendant les fêtes, le club pensionnaire de Ligue 1 a organisé sur plusieurs jours une compétition eSport à laquelle les joueurs de l’équipe professionnelle participaient également. Une idée ludique et divertissante pour créer du lien entre les supporters amateurs de jeux vidéos et le club.

L’année 2021 s’annonce encore singulière pour l’expérience fan. L’expérience virtuelle est partie pour de nouveau prendre le pas sur l’expérience réelle. Il est donc essentiel pour les acteurs d’être innovants, de s’adapter et de se réinventer afin de proposer la diffusion ou le contenu le plus original et immersif possible. Le tout, en ayant l’intention de personnaliser l’expérience proposée. Pour voir ou revoir cette conférence cliquez ici

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

20 000 briques sur le Mur de Soutien du Stade Toulousain

Le résultat d’une opération solidaire où les fans soutiennent le Stade Toulousain en inscrivant leur nom dans l’histoire du club.

Publié

le

Mur de soutien du Stade Toulousain

Lancé en mai 2020, le “Mur de Soutien” du Stade Toulousain a franchi le cap des 20 000 briques. Cet édifice a pour objectif de représenter l’union sacrée entre le club et ses supporters pendant cette période de bouleversements que nous traversons encore actuellement. 

Une activation solidaire qui démontre l’importance des fans dans la vie d’un club.

Impliquer les fans dans ses projets

À son lancement il y a huit mois pendant le premier confinement, le Stade Toulousain n’avait peut-être pas imaginé que son opération allait se poursuivre jusqu’en 2021. Malheureusement, la crise perdure et le soutien de sa communauté de fans est encore essentielle. L’absence totale de revenus liés à la billetterie et aux “recettes stade” est un danger pour les clubs professionnels malgré les récentes aides annoncées par l’Etat. C’est d’autant plus le cas au rugby.

Toute solution est donc bonne pour trouver de nouvelles ressources financières. Le Mur de Soutien du Stade Toulousain en est la parfaite illustration. Destinée aux supporters et aux entreprise, cette opération permet de faire un don au club via une brique sur laquelle on peut inscrire son nom. Cette dernière est ensuite déposée sur un mur autour du stade Ernest-Wallon et restera ainsi “gravée”. Deux formules sont alors proposés aux fans (30 et 150€) avec à chaque fois la possibilité de bénéficier d’une défiscalisation de 66%. 

Huit mois plus tard, cette opération a donc atteint les 20 000 briques. Toutes sont, ou seront, disposées autour du stade Ernest-Wallon qui possède 19 000 places. Ce qui en dit long sur la solidarité et l’engagement des supporters stadistes. Jusqu’à maintenant, le Mur de Soutien a permis au Stade Toulousain de récolter plus d’1,3 millions euros. Cette somme sera reversée au fonds de dotation du club qui finance la formation et toutes les actions sociétales du Stade Toulousain. 

À noter que d’autres clubs de rugby en France ont réalisé une opération similaire comme Narbonne ou bien Mazamet.

Avec un retour au stade qui tarde, la contribution des supporters et des partenaires peut s’avérer être primordiale pour un club. Une contribution qui se doit alors d’être engageante voire honorifique afin de souligner leur importance. À défaut de pouvoir de créer de l’interaction pendant les matchs, le club peut donner à ses supporters un véritable rôle à jouer pendant cette période. C’est aussi ça l’expérience fan.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs