Suis-nous

Fan story

FAN STORY : Charlotte, une fan au grand coeur sang et or

Dans le cadre de notre série Fan Story qui met en avant les fans de sport, nous avons rencontré Charlotte, une jeune maman au coeur sang et or.

Publié

le

Dans le cadre de notre série Fan Story qui met en avant les fans de sport, nous sommes allés à la rencontre d’une nordiste, Charlotte, une jeune maman au coeur sang et or. Cette jeune femme est complètement fan du Racing Club de Lens. Rencontre.

Bonjour Charlotte, peux-tu te présenter à nos fans ?

Bonjour ! Je viens du Nord, de Sin-le-Noble, proche de Douai plus précisément. Je suis une jeune maman au foyer de 21 ans, fan de sport en tout genre depuis toujours. Je pratique le football depuis quelques mois à Salomé, jeune équipe du district Flandre. Après 8 ans de basket, 5 ans d’arrêt et un bébé j’ai eu envie de pratiquer mon sport favori, ma plus grande passion.

@Chagru59

Charlotte avec John BOSTOCK (joueur lensois)

Quel genre de fan es-tu ?

Extravagante. Passer un match assis sur mon siège, ce n’est pas moi ! Il me faut des chants, des cris, du bruit ! Je vis ma passion à 100%, au risque d’y perdre la voix.

@RCLens

Les supporters du Racing Club de Lens

Tu supportes une équipe en particulier ?

Oui ! Je suis tombé dans l’engrenage familial très jeune. Le racing club de Lens est en moi, au risque de faire passer ma phrase pour un cliché. Mon grand-père mineur était déjà abonné avec les houillères du pas de calais (NDLR : Les houillères est le nom donné aux mines du nord après la seconde guerre mondiale). C’est générationnel chez nous. Quand je demandais à mes copines en école primaire ce qu’elles avaient fait du week-end j’entendais des histoires banales. Moi je racontais qu’on m’avait vu sur France 3 quand John Utaka avait célébré son but. 😉

Est-ce que tu suis régulièrement ton ou tes équipes préférées sur les réseaux sociaux ?

Oui ! Je fais part de mes impressions sur twitter. C’est un endroit merveilleux pour les fans de sport, on peut y rire y râler et tout critiquer sans problèmes. Avec les autres supporters on se refait le match à chaque fois, ça permet d’avoir plusieurs points de vue différents. En tribune on ne voit pas tout ..

En tant que fan de sport, as-tu un souvenir fabuleux à partager avec nous ? 

J’en ai plein ! Mon premier match à Lens par exemple. Mon frère ainé voulait m’y emmener depuis longtemps, j’en mourrais d’envie et je suppliais mes parents de m’y laisser y aller ! Puis contre leur accord, il m’a fait la surprise 3h avant Lens-Monaco en 2003. Première vu du stade, les supporters qui chantent sur le parking, ceux qu’on appelaient les mexicains, qui arrivaient en groupe et en musique ! J’étais en extase. Je me rappelle avoir mangé un américain pour 3-4 €, être rentré dans cet endroit mythique et avoir eu les larmes aux yeux. Puis ma première lensoise (NDLR : l’hymne du club lensois) que j’ai gueulé, excusez moi du terme, ce match de folie, cet ambiance qui me faisait tant rêver ! D’ailleurs à chaque fois que je rentre dans ce stade, c’est cette gamine de 8 ans qui revient là, je laisse ma vie de femme dehors, dedans c’est la supportrice. Je pense que tous les lensois seront d’accord avec moi.

La lensoise en vidéo

On aimerait en savoir un peu plus sur ton comportement et tes habitudes en tant que fan et spectateur. 

Pourquoi as-tu l’envie d’aller voir un match dans le stade au lieu de le vivre chez toi devant ta télé ou dans un bar avec des amis ?

Pour l’ambiance. Passer un match devant ma TV ce n’est pas la peine, sauf quand je n’ai pas le choix, je me sens inutile. Je vais au stade pour pousser mon équipe, chanter, rencontrer des gens. A chaque but on sert une personne différente dans nos bras et ça ça n’a pas de prix ! Puis dans un stade on peut hurler sans problèmes, dans un salon c’est plus compliqué.

À quelle fréquence vas-tu dans un stade ?

Autant que je peux. Depuis la naissance de mon fils j’essaye d’y aller une fois par mois, ce n’est pas évident avec un bébé, surtout quand on est une femme. Un papa, ou tout simplement un amoureux du foot, peut s’arranger et laisser son enfant à sa femme. Une grande majorité des filles d’aujourd’hui gardent les enfants pendant que les hommes vont au stade, et pour elle le foot se résume à « le foot c’est débile, ce sont des mecs qui courent après un ballon », même si cela évolue un peu avec le sport féminin. Pour moi et mon conjoint, aller au stade ensemble est un plaisir et puis c’est notre moment rien qu’à deux, enfin + 28 000 personnes (NDLR : le stade compte environ 38 000 places). Je suis fière de partager ces moments avec lui.

Comment fais-tu pour te rendre au stade habituellement ?

En voiture ! De toute façon même quand il y a des bouchons c’est agréable. Les supportes à pied nous tapent dans la main et on continue de chanter même si on a perdu. 

Milieu des années 2000 je me rappelle que le club avait gagné contre saint Etienne, une folie dans Lens. Deux hommes sont montés avec nous en voiture juste pour chanter, puis sont repartis en disant « Ce club va nous faire crever ». Bienvenue à Lens !

https://twitter.com/chagru59/status/722358877682036737

 As-tu l’habitude d’acheter des choses une fois entrée dans le stade ?

Il y a encore de ça 10 ans oui. Maintenant 7€ un américain avec des frites toutes blanches non merci. Je trouve les prix excessifs, mais le temps qu’il y aura des gens pour acheter ça ne changera pas.

Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont marquées dans tes différentes expériences en tant que spectateur (de bons ou mauvais souvenirs) ?

Beaucoup. Les hommages qu’on peut faire pour nos supporters disparus me laissent sans voix par exemple. Des montées en L1, des descentes également. Les rencontres qu’on peut y faire, ces moments où on change de place dans le stade s’en même s’en rendre compte dans le kop lensois. Je ne veux jamais perdre ces moments là. Mon premier maillot porté que j’ai eu grâce à Jordan Ikoko. J’ai eu la chance de participer au canapé PMU également en novembre dernier, place à côté du banc lensois c’était merveilleux.

Pour parler basket aussi, il y a les all star game 2013 à Bercy qui m’ont marqué. Surtout le panier à 100.000 € de Thomas. Moment de folie.

https://twitter.com/ClubHousePMU/status/802488205996163072

 Que penses-tu de l’ambiance dans les stades en France ?

Des clubs comme Lens, St Etienne, Strasbourg peut-être Marseille et Paris me font rêver. Mais comparé aux clubs allemands ou anglais de d3, ce n’est rien. J’ai aussi une haine envers les préfectures qui interdisent les déplacements. Puis ces grilles et ces sièges en kop je trouve ça idiot, ce n’est pas du tout pratique pour nous et ce n’est pas de la sécurité. D’ailleurs en tribunes Marek les sièges se cassent facilement, c’est logique, les supporters sont debout. Je ne pense pas que les ingénieurs vont au stade.

Y-a-t ‘il un évènement sportif majeur qui te fait envie ? 

J’aimerais vivre un Euro ou une Coupe du monde de foot pleinement. Je n’ai pas pu profiter de notre Euro en 2016 chez nous, mais après tout, mon enfant est ma priorité. A part ça j’aimerais revivre un jour une Europa League avec le racing !

Avant de terminer notre entretien, nous voulons te demander de partager avec nous des idées pour améliorer l’expérience que les spectateurs pourraient vivre prochainement dans un stade.

Si tu étais en charge de l’expérience des spectateurs, quelles idées pourrais-tu apporter ?

Ce serait pas mal d’avoir des moments d’échanges avec des hauts placés ou membres du staff technique. Avoir une interview sans langue de bois. Ce qu’ils pensent de nous, ce qu’ils font pour nous. Pouvoir dialoguer avec eux également. Puisque finalement on fait aussi vivre le club, si demain nous décidions de ne plus venir, que se passerait-il ? Bonne question.
Quand on a un arrêté des préfectures qui interdit les supporters de se déplacer, on ne peut pas contester on n’a plus qu’à subir je trouve ça injuste.
Puis, le staff, on ne sait pas vraiment comment ils bossent. Personnellement ça m’intéresse.

Et pour conclure, dans quel stade pourra-t-on te croiser prochainement ?

Bollaert évidemment !

 

@RCLens

Le stade Bollaert de Lens

Merci Charlotte pour ce récit de ta vie de fan absolue du club lensois, nous observerons un peu plus les célébrations de but des joueurs nordistes pour voir si tu ne passes pas à nouveau sur le petit écran 😉 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Continuer la lecture
Publicité

Fan story

Fan Story : Lilian “j’ai gagné une mini voiture Volkswagen”

Lilian a remporté le jeu concours proposé par Volkswagen France à l’occasion du match France – Pays de Galles le 02 juin dernier.

Publié

le

Retour de nos #FanStory, ces histoires qui soulignent une expérience ou un souvenir d’un fan.

 

Une #FanStory Fanstriker, c’est un moment où nous donnons la parole aux supporters, aux fans, aux personnes qui ont un peu moins souvent l’opportunité de s’exprimer, à ceux à qui les clubs et les partenaires souhaitent s’adresser à travers les diverses opérations qu’ils proposent. 
D’opération de marque, c’est ce dont il s’agit dans cette interview. Lilian a remporté le jeu concours proposé par Volkswagen France à l’occasion du match France – Pays de Galles le 02 juin dernier. Un concours qui s’inscrit dans le cadre du partenariat entre la marque automobile et la FFF. Nous revenons avec lui sur cette expérience.

Bonjour Lilian, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Lilian, j’ai 21 ans et j’habite à Cholet au Pays de la Loire. Je suis fan de foot depuis le plus jeune âge. J’y joue depuis plus de 15 ans au poste de défenseur central et je travaille en tant que monteur câbleur.

Quel type de fan de sport es-tu ?

Je suis le genre de fan qui parle de foot H24. Je suis fan de l’AS Saint-Étienne mais je ne suis pas abonné au stade Geoffroy Guichard étant beaucoup trop loin. Mais dès que les verts jouent à proximité de chez moi, j’essaye d’y aller. J’ai habité quelque temps à côté du stade de France et donc j’ai pu y aller quelques fois.
En bref, j’adore regarder du football, le pratiquer, en parler avec des amis…
Je n’achète pas le maillot de l’ASSE tous les ans, mais j’achète aussi des produits d’autres clubs, là récemment j’ai acheté une veste coup de cœur d’Arsenal par exemple.

 

Le 30 mai tu as participé à un jeu concours proposé par Volkswagen dans le cadre de son partenariat avec la FFF (match France vs Pays de Galles le 02/06) pour remporter une mini voiture télécommandée et un ballon de football dédicacé par les joueurs, tu peux nous raconter ça ?

Je me baladais sur Twitter et je suis abonné à la page Volkswagen France et je sais que la marque est partenaire de l’Équipe de France. Et je suis l’actualité de Volkswagen régulièrement et là la question était assez simple pour moi, j’avais la bonne réponse (ndlr : la question était “Commentez ce tweet avec le nom du modèle de la mini voiture qui accompagnera le ballon pour le match”). Il s’agissait du nouveau modèle ID4. Comme pour tous les jeux concours, j’ai participé sans grand espoir de gagner quoi.

Et parmi les plus de 90 participants sur Twitter et 430 sur Facebook, tu as été tiré au sort !

Oui ! Et pour la petite anecdote, avant le match j’envoie une photo à mes copains de ma pizza, ma bière, devant la télévision chez moi et je leur dis “qu’est ce que je pourrais demander de mieux ?”. Le tirage au sort du gagnant se fait au moment du coup d’envoi et puis là sur Twitter je reçois un message du CM de Volkswagen qui me dit que j’ai gagné la voiture télécommandée et le ballon dédicacé. J’étais plus que content !
Honnêtement, j’avais complètement oublié ce jeu concours au moment du match, j’avais pas prêté attention à l’avant match avec l’arrivée de la voiture qui apporte le ballon.
Environ une semaine plus tard, j’ai reçu la voiture et le ballon à la maison.

 

Le 15 juin dernier, pour le premier match des Bleus à l’Euro 2020, Volkswagen a invité une soixantaine de personnes à regarder le match dans une de leur voiture en mode Drive In à Clairefontaine. Tu aurais aimé vivre ça ?

Oui ça m’aurait plu. J’ai vu passer le concours mais je n’y ai pas participé étant assez loin de Clairefontaine. J’ai déjà eu l’occasion d’y aller quelques fois. La chance de pouvoir être là-bas c’est quand même énorme.

Le Drive-In Volkswagen à Clairefontaine

Est-ce tu observes les activations que les marques font pour les fans dans le sport ?

Je n’observe pas trop ce que font les marques dans le sponsoring. Mais je me souviens lorsque j’étais petit, j’avais pu participer au challenge Orange à la mi-temps d’un match au SCO Angers.
J’ai pu faire ramasseur de balle au Parc des Princes dans un match face à Lille avec mon ancien club à côté de Chartres dans le 28.
Je trouve que ces actions réalisées par les marques, par les clubs, pour ouvrir ce monde assez fermé aux fans, c’est génial.

Mais pour l’exemple de mon expérience au Parc des Princes en tant que ramasseur de balle, je me souviens que nous avions pu le faire parce qu’un membre de notre club à Angers connaissait quelqu’un au PSG. Souvent ce type d’expérience est réservé aux clubs de la région mais en réalité des fans du PSG ou de Saint-Étienne ne sont pas que dans la région. Il en existe partout. Ce serait bien de pouvoir offrir cette opportunité plus largement. C’est aussi un moyen pour les clubs d’entretenir le lien avec sa communauté de fans en dehors de sa région.

D’après ce que l’on a observé sur ton profil Twitter, tu possèdes toi aussi une Volkswagen. Quel est ton rapport avec cette marque ?

J’adore cette marque. J’ai eu deux voitures dans ma vie, ma première voiture était une Volkswagen Fox et ma voiture actuelle est une Polo et j’en suis très content. Et je pense que ma prochaine voiture sera une Volkswagen.
Je suis un fan de foot mais j’aime bien les voitures. J’ai toujours aimé les marques Audi, Lamborghini, et je sais que ça fait partie du même groupe. L’entrée de gamme de ce groupe là, c’est Volkswagen et donc je me suis aussi intéressé à la marque.

Est-ce que selon toi ce type de concours ne devrait pas être uniquement dédié à la communauté de la marque en question ?

Dans le cadre d’un jeu concours avec tirage au sort, je ne pense pas, ça peut être ouvert à tous. Mais au final c’est déjà un peu le cas, car la question posée est une forme de filtre. Il faut être connaisseur des modèles de la marque ou se renseigner pour participer. Et puis là le jeu concours était aussi pour les fans de l’Équipe de France.

“Pour moi la meilleure fan expérience c’est de s’attendre à quelque chose et de vivre mieux.”

Tu joues régulièrement aux jeux concours proposés par les marques ?
Quand c’est gratuit, oui ça m’arrive. C’est rapide et ça ne coûte rien.

Quelle est ta propre définition de la fan expérience ?

Pour moi la meilleure fan expérience c’est de s’attendre à quelque chose et de vivre mieux.
J’avais été voir un match de football au stade de France entre la France et l’Angleterre. Et j’étais assis à côté des supporters anglais. Ils se sont mis à chanter pour rendre hommage aux victimes des attentats de Londres. En tant que fan j’étais très heureux d’être au stade pour voir les Bleus mais en plus de ça d’avoir assisté à ce chant des anglais ça m’a donné des frissons.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan story

Victor, un passionné à la découverte des stades du continent américain

Victor voyage pendant quelques mois à la découverte de nouvelles cultures et expériences sportives autour des stades.

Publié

le

Victor Sauh et son tour des stades

Victor a décidé de voyager sur le continent américain pour découvrir de nouvelles cultures, trouver de nouvelles inspirations. Une expérience qu’il espère enrichissante pour son futur professionnel.

 

Bonjour Victor, tu viens de commencer un voyage qui va t’emmener dans plusieurs pays du monde à la rencontre des stades et événements sportifs, raconte nous ce projet intéressant ?

Le projet Voyage Autour des Stades était de partir à l’étranger assister à des événements sportifs et découvrir une autre façon de vivre le sport à l’étranger. De l’ambiance populaire du football Argentin aux hyper-connectés et immenses stades Américains, je souhaitais vivre une incroyable aventure et découvrir différentes manières de vivre chaque sport dans des pays différents. 
J’ai donc décidé de partir pendant 5 mois, parcourir l’Argentine, le Brésil, le Canada et les États-Unis à la recherche d’événements sportifs et vivre une aventure unique en assistant à des rencontres sportives (Football, Baseball, Tennis, Golf, Football Américain…), en découvrant une nouvelle façon de vivre le sport et de voyager, et en partageant mes galères comme mes bons plans, mes coups de coeur ou les choses que j’ai détesté, tout au long de mon aventure, afin de faire vivre une expérience sportive hors du commun à des passionnés de sport sur les réseaux sociaux @sauhvictor et sur mon site internet www.voyageautourdesstades.com.

Combien de pays et de stades vas-tu visiter ?
Tout au long de cette aventure, je vais parcourir 5 pays : L’Argentine, l’Uruguay, le Brésil, le Canada et les USA.
Actuellement, j’ai déjà fait une première partie de mon voyage en assistant à 4 matchs à Buenos Aires, et en faisant des visites de stade en Argentine et en Uruguay.
Je pense visiter pas loin d’une cinquantaine de stade au cours de mes 5 mois de voyage.

https://twitter.com/SauhVictor/status/1126266040177049600

Cela représente une importante somme d’argent non ? Tu as dû économiser longtemps pour cette expérience ? 
Voyager en Amérique du Sud n’est pas le plus cher, mais le passage en Amérique du Nord va représenter une somme conséquente en effet.
De plus, l’achat des tickets et les transports représentent aussi une somme importante. J’ai étudié le budget que j’étais prêt à dépenser au cours de ce voyage et celui-ci représente environ 12 000 €. C’est une grosse somme d’argent que j’ai eu la chance de pouvoir économiser depuis 7 ans. J’avais comme projet de réaliser un voyage, j’ai donc débloqué cet argent pour réaliser un immense rêve et essayer de partager mon aventure avec les gens.

Comment s’est déroulée ta préparation ?
Ayant l’habitude de voyager, avec plus d’une vingtaine de pays parcourus, je me suis surtout organisé sur l’enchaînement des pays que j’allais découvrir afin de pouvoir assister à des événements sportifs un peu partout. Je voulais aussi absolument voir un match de football américain et c’est la raison pour laquelle je termine mon voyage par les États-Unis.

Du coup, j’ai préparé mon voyage en arrivant en Argentine dans un premier temps pour assister à des matchs de Superliga, et de Copa Libertadores, puis cap sur le Brésil pour la Copa América et la Liga Brésilienne pour ensuite m’envoler au Canada pour voir de la CFL, de la MLS, du baseball et du tennis. Puis les États-Unis avec les championnats de MLB, MLS, NFL, un peu de golf et peut-être même du NASCAR.
Question logistique et notamment pour le logement, ce n’est pas un problème car je vais dormir des auberges de jeunesse et il y a toujours de la place. La grosse préparation a surtout été l’administratif, le médical. Les vaccins, les assurances et tous les papiers auxquels on ne pense pas forcément avant de partir dans une aventure de ce type.
J’ai aussi préparé pas mal de choses pour pouvoir communiquer sur les réseaux sociaux. J’ai réalisé une vidéo de présentation (disponible sur mon site), imprimé quelques stickers, etc.

Comment se passent tes premières semaine de voyage ?
Le début de mon voyage s’est super bien passé. En arrivant j’étais vraiment très excité à l’idée d’assister à des matchs de football dans un nouveau pays et de découvrir des stades que je n’aurais jamais imaginé voir dans ma vie.

Dés le premier match à Huracan, j’ai rapidement compris que pour la plupart des matchs sud américain, la majorité des achats de tickets se feraient directement au guichet dans le stade, les jours de matchs. Du coup, c’est de cette façon que j’achète mes places dans cette partie du continent.
Car, à part pour La Bombonera où il faut s’y prendre vraiment à l’avance pour trouver un contact qui vend des places illégalement.

L’ambiance dans les stades dans leur ensemble est absolument incroyable, avec 50 000 ou 24 000 personnes, il y a toujours autant de force et de passion dans ces stades, c’est impressionnant !
Je suis ensuite parti rejoindre l’Uruguay pour aller voir un match de Copa Sudamericana. Je suis arrivé en bateau dans une petite ville et j’ai voulu vivre les choses différemment pour rencontrer des locaux. J’ai fait du stop pour rejoindre Montevideo et pour assister au match. Malheureusement je n’ai pas pu avoir de place devant le stade ou sur internet, mais je suis quand même allé voir le Stade Centenario et le musée du football ! Donc rien de perdu mais pas d’événements sportifs en Uruguay. Dommage !
Je suis ensuite retourné à Buenos Aires visiter les musées de River Plate et Boca Junior ! Je voulais avoir des places pour la finale de la Copa de la superliga mais je n’ai pas pu en obtenir.

As-tu un souvenir marquant ou une anecdote à partager avec nous depuis ton départ ? 
Le souvenir le plus marquant en tant qu’ambiance était bien entendu celle de la Bombonera ! Dans un scénario de folie en plus ! Boca était deuxième de son groupe en Copa Libertadores et devait remporter le match contre le premier pour passer premier du groupe. Ils perdent 1 – 0 à  la 63e et égalisent à la 75e avant de remporter le match à la dernière seconde grâce à Carlos Tevez. C’était incroyable !

Après malgré le fait que je n’ai pas pu assister au match à Montevideo, j’ai adoré le stop que j’ai fait au contact des locaux ! Je suis tombé sur un Uruguayen fan de Peñarol avec qui j’ai parlé pendant 2h30 ! C’était vraiment une superbe expérience de voyage !
J’ai aussi interviewé un socios de Boca Junior dans un bar un peu reculé afin d’en savoir plus sur la vente de tickets illégaux. Il m’a demandé de ne divulguer ni son prénom, ni son nom, ni de le filmer. Je vais publier l’article sur mon site dans quelques jours je pense.

Ton initiative nous rappelle celle de Naomi l’année dernière avec Looking for fans. Comment vas-tu différencier ton expérience de la sienne ou de celles des autres personnes avec un projet similaire ?
J’ai vu que Naomi avait fait ça en effet et j’ai vraiment trouvé le projet incroyable.
Mon Voyage Autour des Stades est de pouvoir écrire des articles sur tous les événements auxquels j’ai assisté afin de proposer dans le futur, aux personnes qui tombent sur mes articles, des informations sur les événements sportifs que j’ai pu découvrir (comment trouver un billet, comment se rendre au stade, est ce que c’est dangereux, etc.). Aussi, je souhaite faire une étude afin de comprendre le fonctionnement des événements sportifs et des enceintes sportives, dans le but, pourquoi pas, de trouver des idées de développement et d’amélioration de l’expérience fans en France.

Quel est le projet derrière tout ça ? 
Derrière ce voyage, je souhaite dans un premier profiter un maximum de mes 2 passions : le voyage et le sport pour vivre une aventure unique.
Dans un second temps, je réalise ce projet afin d’acquérir de l’expérience dans le domaine du sport (communications, études, médias, événements, etc.), afin de pouvoir trouver des idées à importer en France et commencer une carrière dans ma passion.

Après ton voyage, as-tu déjà un plan, des objectifs ?
Après mon voyage, mon plan est d’intégrer une organisation sportive. J’ai déjà réussi à nouer quelques contacts avant mon départ et même pendant que je voyage mais je sais pas encore très dans quel milieu du sport je souhaite exercer. J’espère rapidement trouver, mais c’est aussi la raison pour laquelle je réalise ce voyage : découvrir ce que je souhaite faire dans quelques mois.
J’aimerais aussi continuer à assister à des événements 1 ou 2 fois par mois en Europe afin de continuer mon projet de Voyage Autour des Stades et ainsi continuer à partager cette aventure. Le côté “partage” est pour moi essentiel dans cette aventure.

On te retrouve bientôt sur Fanstriker.com ?
Oui, j’espère pouvoir donner régulièrement des nouvelles sur fanstriker.com. N’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux (@sauhvictor) et sur mon site Voyage Autour des Stades.

Prochainement retrouvez Victor sur Fanstriker.com. Il nous partagera en quelques lignes ses découvertes sportives liées à l’expérience des fans dans les différents pays qu’il visite. 

 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture