Suis-nous

Fan expérience en France

Les clubs de Ligue 1 et l’utilisation de Facebook : notre analyse

Découvrez le classement 2016/2017 des clubs de Ligue 1 sur Facebook avec les bonnes pratiques sur le réseau social numéro 1.

Publié

le

Après une semaine consacrée à notre dossier Les fans et le sport professionnel, nous enchainons avec 10 jours où nous observerons les réseaux sociaux des clubs de football professionnels en France. Nous allons passer au crible les 3 principaux réseaux : Facebook, Instagram et Twitter.
Au programme : analyses, bonnes pratiques, exemples et interviews de community managers.

 

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus indispensables dans notre quotidien. Pour les clubs professionnels également cela est devenu indispensable, leur présence sur les réseaux sociaux permet aujourd’hui de bénéficier d’une proximité plus grande avec ses fans. Chaque club possède sa propre approche pour s’adresser à ses fans, mais l’imagination et la créativité du community manager sont des qualités intrinsèques qui renforcent l’image du club.

Communiquer oui mais pourquoi ? Quels sont les risques pour les clubs ?

En 2017, la présence des structures professionnelles sur les réseaux sociaux est obligatoire comme à l’époque du lancement des sites internet. Les clubs vont pouvoir : améliorer leur image, gagner en visibilité, créer ou développer une communauté locale, française, voire étrangère et enfin animer et connaitre leurs fans en prenant connaissance de leurs attentes et de leurs opinions.

De nos jours, un club ayant une bonne image sur les réseaux sociaux pourra être considéré comme un club sympathique même si ses résultats sont décevants sur le terrain. Un fan aura donc plus tendance à suivre le contenu du club.
En, effet, lorsque qu’un CM (community manager) publie sur la page, il recherche avant tout de l’engagement. C’est à dire qu’il cherche à créer une interaction entre son post et sa cible via des commentaires, des partages ou des likes.

L’engagement peut également avoir une orientation négative, via les Bad buzz. Ce sont ces réactions très négatives de la communauté ou du public sur un sujet d’actualité précis. C’est pour cela que le CM doit être capable d’animer ses fans quand tout va bien mais il doit surtout gérer les moments les plus durs car ceci peut détruire une réputation très rapidement.

Le PSG devance tout le monde sur FacebookFanstriker

Le PSG devance tout le monde sur Facebook

Facebook, le numéro 1 des réseaux ! 

Nous ne le présentons plus, Facebook est le réseau social le plus populaire. Crée en 2006 et regroupant 24 millions d’utilisateur en France, il est le réseau social le plus utilisé par le grand public et donc celui où les clubs peuvent toucher le plus de fans et de fans potentiels.

D’une vue globale, les clubs ont une stratégie similaire sur Facebook. Ils se servent de leur page pour partager du contenu émanant directement de leur site internet.
Les community managers partagent également des photos et vidéos sur la vie du club en général via leur compte Youtube ou Dailymotion. L’époque où seulement l’équipe professionnelle était mise en avant est révolue. Il y a aujourd’hui un vrai effort fait par les clubs pour présenter l’ensemble de son organisation. On peut facilement trouver des présentations des équipes du club, des plus petits (U6) aux plus grands, sans oublier les sections féminines. Cette évolution permet aux fans de se sentir vraiment au coeur de la vie du club.

Le Storytelling, une pratique appréciée par les fans

Alors le Storytelling, qu’est ce que c’est ? C’est raconter une histoire, celle du club. Dans ces récits, nous pouvons retrouver des évènements marquants ou les grandes dates de l’histoire. Mais aussi des nouvelles d’anciens joueurs du club par exemple. Ce format, très apprécié il permet de jouer sur les émotions des fans.

 

Lire cet article

 A LIRE ÉGALEMENT : DOSSIER SPÉCIAL LES FANS ET LE SPORT : ET SI LES FANS N’EXISTAIENT PAS ?

 

Les bonnes et mauvaises pratiques, qui fait quoi ?

Les clubs ont déterminés depuis le lancement des réseaux sociaux plusieurs bonnes pratiques, en voici quelques unes.
Commençons par le live-match.
Il n’est pas optimal sur Facebook, nous le verrons, Twitter est plus adapté pour ceci. C’est donc une pratique qui n’est pas très utilisée car il est plus difficile à animer que sur Twitter mais le SC Bastia en propose un à chacun de ses matchs et c’est plutôt bien réussi ! Il est d’ailleurs en langue corse (identité locale).

Un exemple de ce que nous annoncions avec le storytelling avec le LOSC. Le club Lillois est assez appliqué sur cette pratique qui consiste à mettre en avant le passer du club, l’humain et les grands souvenirs. Un modèle à suivre pour les autres clubs de l’élite.

Très importante, la relation avec fans n’est pas toujours évidente. Et à ce petit jeu, le FC Nantes et l’OM se débrouillent plutôt bien. Au terme du championnat, les deux clubs ont mis en place un questionnaire d’une durée de 30 jours avec des questions très variées. Cette action permet aux fans de s’exprimer sur des sujets précis. Ils peuvent donner leur avis et le club profite d’une remontée d’informations.

Mettre en avant les autres équipes du club fait partie des bonnes pratiques. Comme cette publication du Montpellier Hérault Football Club lorsque son équipe U19 a remporté la Coupe Gambardella (la Coupe de France pour les jeunes). Pour l’occasion, le club a mis en place des choses intéressantes, avec des reportages, des actualités.

 

Inciter ses fans à porter les couleurs du club, fait partie d’une ambition globale, celle d’avoir des fans engagés aux couleurs du club dans le stade mais aussi en dehors. L’OM et d’autres clubs utilisent à présent une nouvelle fonctionnalité Facebook qui permet d’insérer une boutique sur la page.

La boutique en accès sur la page Facebook du clubOM Facebook

La boutique en accès sur la page Facebook du club

 

Mais il y a encore des efforts à fournir

Certains clubs ne respectent pas totalement ces bonnes pratiques. À l’image de l’AS Nancy qui pendant un match, ne partage aucune information sur le déroulé de la rencontre. Alors qu’un visuel de lancement du match, d’annonce du score à la mi-temps, des buteurs et du score en fin de match parait comme indispensable. Aujourd’hui, le club ne publie qu’un visuel après le coup de sifflet final sur sa page Facebook.

Nous avons aussi remarqué que les clubs ne réalisent que peu de jeux/concours sur Facebook. Nous avons alors posé la question à quelques community managers (ceux de Bordeaux, Niort, Nîmes et le Paris FC). Et la raison est simple selon eux : ce n’est pas un moyen efficace de « recruter » des fans. En effet, lors de l’organisation de jeux/concours, il y a en général un public qui ne viendra que pour le gain mais il ne sera plus là pour l’amour du maillot. C’est donc délicat. Cela dit, réalisés de manière ponctuelle, ces jeux permettent aux clubs d’activer leurs fans en incitant à l’engagement qui peut être variable selon la hauteur du gain.

Paris champion incontestable et Nancy relégué une seconde fois

Le champion de France incontesté sur Facebook est le Paris Saint Germain avec plus de 28 millions de mentions j’aime.
Un beau résultat pour le club parisien. Ses concurrents sont loin derrière avec respectivement seulement 4,9 millions et 4,5 millions de fans pour l’Olympique de Marseille et l’AS Monaco, dernier vainqueur du championnat. Au pied du podium, nous retrouvons l’autre olympique, l’Olympique Lyonnais avec plus de 2 800 000 j’aime. Ces 4 clubs caracolent en tête car Bordeaux, qui se classe 5ème, n’obtient que 888 347 like.
A noter que la communauté du PSG est supérieure à l’ensemble des communautés du championnat.
C’est fort.

Le classement Facebook des clubs de Ligue 1Fanstriker

Le classement Facebook des clubs de Ligue 1

On observe que les clubs en difficulté sur Facebook sont également ceux en difficulté sur la pelouse. On y retrouve le Stade Malherbe de Caen avec 162 800 j’aime, le Dijon FCO avec 133 700 j’aime.
Et enfin, l’AS Nancy Lorraine avec 148 800 mentions j’aime. Le club Lorrain est donc relégué sur Facebook comme sur le carré vert.

En définitif, les clubs les plus populaires en France sont ceux qui possèdent le plus de fans sur les réseaux sociaux, c’est assez logique. Mais ceux également qui exercent les bonnes pratiques tirent leur épingle du jeu. Pour les clubs ayant pour objectif de se développer hors hexagone, tel que le PSG ou l’OM récemment avec l’arrivée de Franck Mc Court, la publication de posts internationaux est très favorable.
Enfin, le travail d’un community manager de club peut être relativement différent selon l’importance de sa structure (différence en termes de moyens humains et financiers) alors nous devons souligner le travail et la créativité dont font preuve certains CM de clubs “mineurs”. Keep going !

Après ce premier classement de la Ligue 1 sur Facebook, nous vous dévoilerons les classements des 3 championnats du football français sur les réseaux sociaux et leurs bonnes pratiques pendant toute la semaine.

En attendant, réagissez sur ce classement avec nous sur twitter 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Fans ambassadeurs au Dijon FCO pour la visite du nouveau centre

Pour présenter ses nouvelles infrastructures, le Dijon FCO a invité ses fans ambassadeurs les plus actifs sur les réseaux sociaux.

Publié

le

Pour présenter son nouveau centre d’entrainement, le club du Dijon FCO a invité ses fans les plus actifs sur les réseaux sociaux pour partager leur visite avec sa communauté. 

 

Une très bonne initiative qui nous vient de Bourgogne et plus particulièrement de Côte-d’Or, à Dijon où le club a eu l’idée de s’appuyer sur sa communauté de fans les plus actifs sur les réseaux sociaux pour partager les premières images de son tout nouveau centre d’entrainement. 

Des supporters ambassadeurs 

Des opérations de communication ou de promotion de ce type sont courantes pour les clubs. Mais elles s’adressent généralement à des personnalités et influenceurs pour bénéficier de leur large audience. 
Le 11 juin dernier, le club du Dijon FCO a invité une trentaine de ses fans à découvrir le nouveau centre d’entrainement. Une visite qu’ils ont été invités à partager sur leurs propres réseaux sociaux avec le hashtag #Lenouveaucentreenexclu pour ainsi partager avec la communauté dijonnaise. 

 

Parmi eux, un supporter a fait le déplacement du Portugal pour découvrir le nouveau centre du club.

Les fans les plus actifs sur les réseaux sociaux

La communauté de fans du Dijon FCO est à « taille humaine ». C’est sur cette communauté que le service communication du club dijonnais s’est appuyé en sélectionnant les membres qui participent le plus sur Twitter, Facebook et Instagram. Un souhait du club d’avoir des fans issus de l’ensemble des plateformes sociales et de présenter le nouveau centre d’une autre manière que la voie classique d’une communication basique.

“On a conscience que les autres supporters suivent la plupart des followers présents vendredi.”

Jérémy Ecoffet, Community Manager et créateur de contenus vidéos au Dijon FCO

Une façon d’exploiter les données disponibles sur les différents réseaux sociaux. Les superfans sur Facebook sont visibles sur chacune des pages. Sur Twitter et Instagram, il est assez simple d’observer les followers les plus présents dans les commentaires des publications ou via un hashtag précis.  

 

Un moment de rencontre entre fans

Après une longue période compliquée due au Covid19, cet événement permet aussi au club de créer du lien avec ses fans mais aussi de créer la rencontre entre les membres de sa communauté. Cela a également permis à beaucoup d’entre eux d’échanger de vive voix plutôt qu’à travers les réseaux sociaux.

Une visite en présence du Président Olivier Delcourt qui a permis de répondre en direct aux questions des supporters. Et quelque part rassurer sur les ambitions du club pour l’avenir.  
Cet échange correspond pleinement aux valeurs du DFCO où la proximité et l’aspect familial occupent une place prépondérante.

Une bonne idée donc née en interne et dont le club indique que cet événement n’était qu’une étape car d’autres visites avec les supporters seront organisées. Le service communication du DFCO souhaite développer cet esprit novateur et toujours proposer de nouveaux concepts à ses supporters.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

L’opération “La banderole des supporters” par TF1

La chaine TF1 a lancé depuis mars l’opération “La banderole des supporters” qui permet aux fans français d’envoyer leur message aux bleus.

Publié

le

Toujours sans public au raison du couvre-feu à 21h, la rencontre entre l’équipe de France et le Pays de Galles affichera cependant quelques messages des fans français dans les tribunes de l’Allianz Riviera de Nice avec une banderole des supporters.

 

La chaine TF1 a lancé à l’occasion des 100 jours avant le lancement de l’Euro 2020 (le 3 mars dernier), l’opération #LaBanderoleDesSupporters. 

 

Une opération de fan engagement 

Certainement la star de l’épisode Covid 19, la bâche s’est largement déclinée dans les enceintes sportives. Pour le premier match de préparation avec le groupe France qui jouera l’Euro 2020, la chaine TF1 co-diffuseur de la compétition a imaginé une opération de fan engagement. 

 

 

Depuis le 3 mars, les supporters français peuvent “déclarer leur flamme” aux Bleus sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #LaBanderoleDesSupporters et sur une page web dédiée. La chaine a exploité cette opération à plusieurs reprises sur ses médias sociaux pour animer sa communauté avec des jeux concours. 

Selon TF1, plus de 2 000 messages ont été envoyés pour ce match. Et plus de 1 500 de ces messages sont imprimés sur une grande toile placée derrière l’un des buts de l’Allianz Riviera de Nice. 

Et c’est ce soir, le mercredi 2 juin que le public et les fans peuvent découvrir cette banderole. Sur cette banderole, nous pouvons lire “La Banderole Des Supporters de TF1″ et le message ‘Unis avec les Bleus” composé avec l’ensemble des messages des supporters. 

 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture