Suis-nous
The third shirt par le Red Star FC The third shirt par le Red Star FC

Fan expérience en France

The Third Shirt, un tatouage comme 3e maillot pour les fans du Red Star FC

The Third Shirt, un tatouage éphémère pour les vrais fans au prix que chacun voudra lui donner en guise de 3e maillot pour le Red Star FC.

Publié

le

Le club du 93 a sorti une nouvelle campagne intitulée The Third Shirt. Une communication originale du Red Star FC pour faire la promotion d’un maillot Third qui n’est en réalité pas un maillot.

 

C’est aujourd’hui une pratique totalement dans l’air du temps pour les clubs sportifs que de dévoiler une nouvelle tenue avec style et originalité. Le Red Star FC s’est inspiré de cette pratique pour dévoiler non pas un maillot mais… un tatouage du logo du club. Le tout avec une communication bien menée. 

Un Third qui n’est pas un maillot

The Third Shirt, c’est le nom de cette campagne réalisée par le Red Star FC et imaginée par l’agence BETC, l’agence avec qui le club avait déjà réalisé le lancement de ses maillots domicile et extérieur, en les dévoilant sur Google Street View. 
Le maillot Third est le 3ème du club, ce maillot est très régulièrement considéré par les supporters comme le “maillot marketing” car il casse régulièrement les codes historiques du club de par son style ou ses couleurs. Les gros clubs de football en Europe qui sont équipés par Nike bénéficient cette saison d’un maillot vintage, qui plait aux fans, mais ce n’est pas toujours le cas. 

Cette fois-ci, le club de Saint-Ouen se positionne comme un fervent supporter de ses propres supporters, en mettant en avant le fait que dans le football, ce maillot Third ne répond généralement à aucune nécessité sportive, mais plutôt une tentation commerciale. Une philosophie qui ne correspond pas à celle du Red Star FC et à ses valeurs de club populaire.

“Nous voulions envoyer un message fort à nos supporters et au monde du foot en général. Oui, nous sommes un club professionnel. Oui, nous évoluons, nous transformons le club. Mais nous n’oublions pas pour autant les valeurs fondatrices qui sont les nôtres. C’est ça que raconte le Third Shirt. Comment être un club de football en 2019, sans se couper de sa culture populaire.”

Patrice Haddad, le président du Red Star FC.

C’est dans une belle vidéo de moins de 50 secondes que le club rend hommage à ses fans les plus fervents. Dans cette vidéo, c’est d’ailleurs la voix rauque de Dani, fan historique du club qui narre le storytelling.
Un dispositif complet accompagnera le lancement du Third Shirt. Avec notamment une campagne d’affichage avec les supporters placardée dans les environs du stade.

Un tatouage éphémère qui n’a pas de prix

The Third Shirt est donc une campagne qui ne propose pas un 3e maillot mais un tatouage éphémère. Un tattoo disponible à la vente sur le site et au stade Bauer lors des matchs à domicile. 
Ce tatouage, vendu comme “le maillot du 12e homme” est à apposer sur le cœur, faisant écho à la devise du club : Notre Cœur Notre Force.

Mais la particularité est que The Third Shirt n’a pas de prix. Il a le prix que chacun voudra lui donner. Sur le site internet du club, le tatouage peut être acheté en échange d’une somme d’argent allant de à,50€ à 2€. 

Le tatouage est disponible au stade et sur le site@REDSTARFC

Le tatouage est disponible au stade et sur le site

Une campagne qui oublie cependant les femmes, les spectateurs et les autres 

Le moins que l’on puisse dire sur cette campagne de communication est qu’elle vise à toucher les fans, les ultras, “les plus fervents supporters, les vrais fans qui ne portent rien au stade, torse nu, été comme hiver”. Mais à l’heure où la segmentation du public dans les stades est de plus en plus importante pour répondre aux besoins et exigences de chacun, une partie de ce public semble avoir été oublié dans cette campagne. 

https://twitter.com/cedricmahot/status/1180381473314152449

En effet, les femmes sont les premières oubliées, ne figurant pas dans cette campagne et ne pouvant pas arborer le tatouage sur le torse au stade comme les hommes de cette vidéo. Le grand public, les enfants et les adultes, qui ne chantent peut-être pas, ou ne regardent pas le match debout, et encore moins torse nu semblent eux aussi exclus de cette communication. 

 

Ceci est probablement un choix du Red Star FC que de ne cibler que ses plus grands fans à juste titre ou non, mais n’oublions pas que le club de Saint Ouen est un des clubs les plus populaires de notre territoire. Une organisation qui souhaite apporter bien plus que du football à sa communauté à travers des actions engagées dans l’ADN du club.

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Fan expérience en France

Dossier LFP #2 : Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans la deuxième partie de notre dossier sur la LFP, on discute de la manière dont elle fait la promotion d’une meilleure fan experience et des sujets qui font beaucoup parler : les fumigènes, les tribunes debout et l’alcool dans les stades.

Publié

le

Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans sa campagne pour améliorer l’expérience fan en France, la LFP porte une attention particulière à l’accompagnement des clubs mais aussi à l’écoute des supporters. Dernièrement, l’éventuel retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades anime le débat. La LFP nous en dit plus sur ces sujets.

(La LFP nous a fourni ses réponses le 23 juillet 2020)

Vers un retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades ?

Quels sont les axes prioritaire de développement relatifs au supportérisme pour la LFP ?

Plusieurs axes de travail en cours ou à venir sont à souligner.

1. La Pyrotechnie :

Le plus médiatique ces derniers mois est la pyrotechnie. L’ouverture de discussions encourageantes sur la pyrotechnie au sein de l’INS (Instance Nationale du Supportérisme) est la preuve que des sujets imaginés comme tabous sont également discutés. Un cadre préalable à des expérimentations a été défini par un groupe de travail de l’INS.

Ce cadre expérimental peut permettre aux clubs professionnels qui le souhaitent, en lien avec les associations de supporters et les autorités locales, de proposer à l’INS des expérimentations qui devront ensuite être validées par les instances sportives concernées, sur la saison 2020-2021.

En parallèle, une étape décisive du dialogue et du sujet « pyrotechnie », a été menée par Le Havre AC et le SCO Angers et leurs groupes de supporters (en lien avec la LFP), sur un modèle similaire à celui décrit ci-dessus. Nous suivons également de près les études et expérimentations menées par nos voisins européens. Nous avons entamé des démarches de recherche d’alternatives innovantes avec de grandes écoles françaises.

2. La préparation des matchs à risque

Dans la même lignée, la circulaire du Ministère de l’Intérieur (novembre 2019) s’inscrit dans le cadre des travaux menés par l’Instance Nationale du Supportérisme. Elle prône notamment la tenue de réunions préparatoires de sécurité en Préfecture en amont des rencontres avec tous les acteurs concernés par l’organisation de la rencontre. Un renforcement de l’anticipation dans la préparation des matchs à risque est essentiel.

L’ensemble des acteurs sont à mobiliser le plus en amont possible, afin de permettre une meilleure identification des risques, des enjeux, et des solutions à apporter. La systématisation des réunions préparatoires trois semaines à l’avance et l’implication des Référents Supporters dans ce processus de préparation et d’anticipation sont des changements de pratique importants qu’il convient de soutenir, notamment par un accompagnement fort de la part de la LFP.

3. Les tribunes debout

Les tribunes debout constituent également un axe de progrès très important. Une instruction interministérielle est parue au début du mois de juillet. Il s’agit de la suite logique d’une expérimentation de 18 mois, avec cinq clubs, qui a rendu des conclusions particulièrement positives.

L’instruction est signée par la ministre des Sports, le ministre de l’Intérieur et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, ce qui lui donne une force et une valeur d’autant plus importante. Son contenu est une avancée très importante dans le cadre des travaux liés au supportérisme et aux demandes des clubs de pouvoir permettre la station debout de leurs supporters en tribune. Cela est désormais possible, dans le respect de cette instruction.

4. Amélioration des relations avec les supporters

Parmi les axes de développement, on peut également citer la poursuite du dialogue à toutes les échelles, avec un fort potentiel de structuration et de professionnalisation des relations entre les différents acteurs (on pense notamment aux relations de la LFP avec l’Association Nationale des Supporters, qui sont efficaces et prometteuses depuis plusieurs saisons).

L’amélioration du parcours des supporters est également une priorité, et notamment celui des supporters visiteurs et des supporters en situation de handicap (qui fait d’ailleurs l’objet d’un groupe de travail de l’INS).

Enfin, et même si dans leur immense majorité les clubs ont intégré les Référents Supporters dans leurs schémas de fonctionnement respectifs, le plus gros chantier à venir reste la poursuite du développement, de la formation, et de la professionnalisation de ce métier.

On parle beaucoup de ces potentiels changements de régulation sur les sujets des fumigènes, de l’alcool et des tribunes debout dans les stades. Quelles sont les avancées sur ces sujets ? Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à reconsidérer ces sujets maintenant ?

La LFP, tout comme d’ailleurs l’ensemble des acteurs impliqués dans le dialogue national, est constamment à la recherche de nouveaux outils, bonnes pratiques et actions destinées à favoriser le dialogue national, et par extension local. L’enjeu, à l’image de l’expérimentation des policiers référents ou des tribunes debout, est de mettre en place de façon concrète à chaque niveau local des initiatives poussées par le niveau national, grâce à un dialogue fort et constant entre tous les acteurs.

Il n’y a pas de sujets tabous et nous n’avons donc pas nécessairement eu besoin de reconsidérer tel ou tel sujet plus qu’un autre. Ces sujets que vous citez sont toujours au cœur de nos préoccupations et de notre travail. En revanche, chaque fois qu’un sujet est particulièrement mis sur le devant de la scène, nous participons aux discussions avec engagement et une volonté d’avancer avec les autres acteurs impliqués.

Ces discussions se tiennent généralement dans les groupes de travail de l’Instance Nationale du Supportérisme. Nous avons passé, aux côtés des autres parties prenantes de l’INS, de longs mois à monter des projets expérimentaux. Les tribunes debout sont un succès, qui nous permet aujourd’hui d’aller plus loin (une nouvelle régulation).

L’objectif est de se servir du modèle réussi de l’expérimentation des tribunes debout pour entretenir un dynamique expérimentale positive. Cette expérimentation est donc une proposition d’ajout d’un outil pour alimenter les relations de dialogue et de travail des clubs avec leurs supporters. Les barrières, difficultés, refus, auxquels ils feront face pendant la durée de l’expérimentation contribueront à l’évaluation de cette dernière, de même que le seront les réussites.

Promouvoir une meilleure fan experience en accompagnant les clubs

Quel rôle joue la LFP dans l’accompagnement des clubs sur le sujet de fan experience ? Parlez-vous d’expérience fan avec les référents supporters et les différents groupes de supporters ? Quelle est leur vision sur ce sujet ?

On peut distinguer plusieurs volets d’accompagnement des clubs sur le sujet de la Fan Experience. Plusieurs entités de la LFP sont impliquées dans le soutien aux clubs sur ce sujet :

  • La Commission Exploitation réunit des Stadium Managers de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, des Responsables Billetterie et Expérience Spectateurs, et des experts de ces questions. Cette commission se réunit souvent, pour échanger sur les sujets d’actualités, sur des innovations et sur des projets à mener en matière d’exploitation des stades (ce qui inclut bien sûr la Fan Experience) ;
  • A titre d’exemple de projet piloté par cette commission, un projet de catalogue d’animations a été mené. Une deuxième version a même été proposé aux clubs en début de saison 2019-2020. Ce catalogue regroupe de nombreuses animations de différents prestataires et propose des outils clés en main, particulièrement selon les budgets des clubs et la localisation des animations dans le stade ;
  • Des séminaires expérience spectateurs sont organisés par les services de la LFP. Le dernier a eu lieu au début du mois de mars 2020 ;
  • Aussi, et pour répondre à votre question, le rôle des Référents Supporters dans le développement de la fan expérience de leur club varie d’un club à l’autre. Ce volet de l’activité du Référent Supporters fait néanmoins parti de la fiche de poste standard du métier. Le poste étant encore récent, il appartient à chaque Référent Supporters et à chaque club de le construire à leur manière. Ainsi, des Référents Supporters occupant d’autres fonctions au sein de leur club peuvent se sentir plus proches de ces sujets, notamment s’ils sont en lien direct avec la billetterie, le stadium management, ou même directement avec la fan experience dans le cadre du reste de leurs fonctions.

Enfin, terminons par la question que l’on aime poser à tous nos interviewés : quel est votre définition de l’expérience fan ?

 La Fan Experience doit être le concept qui permet à chacun de comprendre que l’expérience du spectateur, du fan, du supporter ou du supporter actif est différente et personnelle. Chaque personne doit être en mesure de vivre son expérience au stade conformément à ses attentes (évidemment dans le respect du cadre fixé par les lois et les règlements intérieurs des enceintes).

Ainsi, la définition de la fan experience est multiple, et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à cette question.

Cela conclut notre dossier réalisé avec la LFP. Retrouvez la première partie de l’interview sur notre site :

Dossier LFP #1 : Projet Supportérisme et retour des supporters au stade.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés