fbpx
Suis-nous
Fans new zealand Fans new zealand

Fan expérience dans le monde

Fanstriker s’exporte en Nouvelle-Zélande

Fanstriker s’internationalise et ouvre un bureau en Nouvelle-Zélande ! L’occasion de partager en exclusivité du contenu et des bonnes pratiques depuis le pays du Rugby et des All Blacks.

Publié

le

C’est officiel et complètement incroyable : Fanstriker s’internationalise et s’exporte dans un pays qui nous fait tous rêver : la Nouvelle-Zélande. C’est vrai qu’on ne pouvait pas choisir plus loin ! L’objectif : vous faire vivre comme si vous y étiez l’expérience d’un fan de sports au pays des All Blacks, des moutons et du Haka.

 

Pas de panique, nous ne quittons pas l’hexagone, la plupart d’entre nous restent toujours très actifs à Paris, Lyon ou dans d’autres villes françaises. Désormais, Fanstriker va pouvoir vous faire vivre en exclusivité les news et les bonnes pratiques en matière de fan expérience en direct de l’autre bout de la terre. Et il y a fort à penser que la Nouvelle-Zélande ainsi que toute la région de l’Océanie n’en a pas fini de vous surprendre.

Membre de l’aventure Fanstriker depuis ses débuts, Laure Gruffat va permettre au projet d’obtenir une résonance encore plus grande. Elle a pris la décision il y a quelques mois de quitter Paris et la France pour vivre le rêve Néo-zélandais. Un choix fort qui lui permettra de développer son réseau international dans le monde du sport business mais aussi de partager un benchmark intéressant à travers ses rencontres et expériences. 

Si vous connaissez peu la Nouvelle Zélande, voici un petit aperçu en attendant le 1er Inside Fanstriker qui arrivera très vite.

La meilleure équipe de Rugby du monde : les All Blacks

La meilleure équipe de Rugby du monde : les All Blacks

Le pays des kiwis, le pays du rugby

C’est une évidence pour tous, en Nouvelle-Zélande on mange, on respire rugby. Les victoires des All Blacks sont d’ailleurs garantes de l’humeur de la nation. Ce sport est si populaire qu’il rassemble les différentes ethnies, âges et catégories sociales. Trois fois championne du monde depuis 1987, cette équipe historique est respectée par le monde entier.
Saviez-vous que la couleur noire de leurs fameux maillots symbolise leur puissance ? Ils portent en effet le deuil de leurs adversaires. De quoi donner des frissons.

Les meilleurs joueurs du monde

La Nouvelle-Zélande a formé les plus grands rugbymen du monde.

Jonah Lomu : le plus célèbre des All blacks qui détient le record du nombre d’essais marqués en coupe du monde et qui est également le plus jeune joueur à avoir porté le maillot des Blacks (à 19 ans). Ses facultés physiques étaient si impressionnantes (1,96m pour 119kg) qu’elles lui ont valu le surnom de « l’autobus ». Il est également le premier rugbyman de l’histoire à intéresser les sponsors et s’est démarqué avec son combat contre la maladie tout en continuant la compétition. Il est décédé fin 2015 à l’âge de 40 ans.

Jonah Lomu lors d'un match contre la France

Jonah Lomu lors d’un match contre la France

Dan Carter : l’un des plus grands buteurs de l’histoire du rugby et désigné meilleur joueur du monde à 3 reprises par World Rugby (l’organisme international qui gère le rugby). Il détient le nombre record de buts marqués avec les All Blacks (1 598 points exactement). Depuis la fin de sa carrière de demi d’ouverture pour l’équipe nationale en 2015, nous avons eu la chance de le voir à l’œuvre en France, à la U Arena avec le Racing 92.

Nous pouvons encore citer Colin Meads, Richie McCaw, Michael Jones et tant d’autres, sans oublier les coachs et les arbitres. Sur 18 des meilleures équipes du monde de rugby, la moitié est entraînée par un coach kiwi. Et fait insolite : le premier arbitre au monde a avoir utilisé un sifflet pour arrêter le jeu était lors d’un match de rugby en Nouvelle-Zélande en 1884.

L’Eden Park

Aussi mythique que le Maracana du Brésil, l’Eden Park s’impose à Auckland – l’équipe nationale est invaincue sur ce terrain depuis 1994 (battue d’ailleurs par la France à l’époque). L’impressionnant écrin est construit en 1990 au pied d’un volcan endormi et peut accueillir 50 000 fans. C’est à l’Eden Park que s’est joué le 1er match de la toute première coupe du monde en 1987. La fameuse marque des rugbyman français au nœud papillon rose tient bien sûr son nom de ce stade de légende.

L'Eden Park, stade mythique de Nouvelle-Zélande

L’Eden Park, stade mythique de Nouvelle-Zélande

La puissance du Haka

On a tous déjà tremblé devant la télévision ou au stade face à l’impressionnant rituel du Haka des Blacks. Le Haka, une tradition Maorie qui a pour but d’accueillir, de célébrer des victoires ou de vanter la fierté d’un groupe. C’est un véritable défi lancé à l’adversaire, montrant l’unité du groupe et sa puissance. La version la plus connue du Haka est le « Ka Mate ». Le Haka est aussi pratiqué par les équipes d’autres sports. En revanche, son exploitation commerciale est aujourd’hui interdite.

Un moment très fort que ce Haka réalisé par l’équipe du Seven All Blacks suite à leur victoire contre les Anglais à Hong Kong en 2014. Si fort qu’il a fait tomber la pluie !

La fougère des Blacks

Savez-vous ce que représente la fameuse fougère présente sur le maillot des Blacks depuis 1893 ?

Maillot All Blacks

Symbole très important pour les habitants de l’île que l’on retrouve également sur la face de la pièce d’un dollar néo-zélandais. Ce symbole provient d’une ancienne légende maorie, cette fougère argentée et géante est supposée éclairer et guider les aventuriers dans le noir.

Un pays où il fait bon faire du sport tout simplement

Non, en Nouvelle-Zélande, il n’y a pas que le rugby. Le golf, (oui vous avez bien lu), est le sport n°1 ici avec 500 000 joueurs (pour 4,5 millions d’habitants) et 400 parcours. Le pays compte aussi ses stars comme Michael Campbell et Lydia Ko, la meilleure joueuse du monde actuellement.

La Nouvelle-Zélande est également le paradis des sports extrêmes : c’est ici que nait en 1970 le saut à l’élastique. Les paysages et les espaces naturels incroyables se prêtent également très bien à la pratique du parapente, parachute, surf, voile, ski, etc.

Nouvelle-Zélande
Le football : vous l’auriez cru ? Il est même plus pratiqué que le rugby (près de 200 000 pratiquants contre 150 000 pour l’ovalie), malgré tout, il reste tout de même moins populaire.

Il y a d’autres sports plus folkloriques que nous espérons avoir la chance de découvrir mais qui ne sont pas des moins sérieux pour les locaux : la tonte de mouton, un véritable sport national où le champion du monde réussi à tondre un mouton en 14 secondes et dont les pratiquants militent activement pour qu’il devienne un sport olympique (après le e-sport, préparons nos futurs bergers champions !). Ou encore le lancer de bottes en caoutchouc qui ressemble à s’y méprendre à notre lancer de disque habituel. Complètement fou !

Des fans qui aiment autant la bière que le sportReuters

Des fans qui aiment autant la bière que le sport

Et les fans dans tout ça ?

On a très hâte de les rencontrer et d’échanger avec eux. Pour l’instant, nous savons juste qu’ils sont de très fidèles et fervents supporters et de gros consommateurs de bière (2 fois plus que les français). L’ambiance promet d’être bonne.

Début d’une nouvelle aventure pour Fanstriker, à l’autre bout du monde. Laure est prête à découvrir et partager les milles facettes d’une fan expérience plutôt agitée.
Si vous êtes vous aussi en Nouvelle Zélande ou que vous connaissez des personnalités du sport sur place, n’hésitez pas à contacter Laure. 

Contact Laure NZ

 

Vous avez aimé cet article ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

La kids expérience, nouvel eldorado de la fan expérience

Fan zones exclusives, kids clubs, espaces numériques dédiés… Les clubs s’ouvrent de plus en plus au phénomène de la Kids expérience.

Publié

le

Jeunes supporters du Mèfi Club OGC Nice

La nouvelle génération de supporters est une des cibles privilégiées des clubs. En effet, l’intérêt est double : fidéliser des jeunes passionnés, en attirant avec eux leurs familles. A présent, l’objectif est de faire vivre une expérience riche et innovante aux plus jeunes d’entre nous.

 

Fidéliser en proposant tout type d’activité supplémentaire autour de son enseigne devient de plus en plus courant. La restauration rapide met notamment en place de nombreuses possibilités de fêter un anniversaire dans un de leur restaurant. C’est sur ce modèle que se basent l’AS Nancy Lorraine, ou bien le Stade Rennais, grâce à l’anniversaire en Rouge et Noir, autour d’une partie de foot indoor suivi d’un goûter et d’une distribution de goodies aux couleurs du club. Cependant, certains clubs vont plus loin, en proposant une kids expérience totale.

L’apparition des espaces réservés aux enfants : le kids club des Girondins de Bordeaux

Les clubs tentent continuellement de développer l’expérience de leurs supporters. Conscients que les stades peuvent parfois apparaître comme des endroits de conflits et de tensions en fonction des sports, du résultat et du public, de plus en plus d’institutions proposent des espaces dédiés et réservés aux enfants. L’objectif premier est d’inciter les familles à venir pour profiter du spectacle offert par le club, les joueurs et les supporters.

Un premier exemple de ce phénomène se trouve au FC Girondins de Bordeaux : le Kids Club, donnant accès à la Kids Area au Matmut Atlantique. En plus de l’accès aux 19 matchs de Ligue 1 Conforama à domicile,  tables de Air Hockey, bornes d’arcade, baby-foot et consoles de jeux vidéo sont à la disposition des jeunes Girondins de moins de douze ans pour 30 euros par an. Située à la coursive de la tribune famille, la Kids Area est ouverte avant le match mais aussi à la mi-temps, pour échanger quelques photos avec la mascotte BenGi, dans un espace décoré aux couleurs du club.

“Adopter une stratégie Kids Marketing est d’une complexité extrême de par la nature de la cible. Mais les bénéfices sont énormes: les jeunes supporters d’aujourd’hui sont nos Fans de demain. C’est une stratégie long-terme.”

Paul Bouffard, Chef de Projet Fan Experience FCGB

Une réussite totale selon de nombreux parents, relevant l’accessibilité et la sécurité du lieu. Pour une maman présente à l’inauguration en décembre 2017, « voir son enfant heureux, partager un bon moment et s’amuser avec les autres est le plus important. »

En plus de l’accès exclusif à la Kids Area, les adhérents peuvent profiter d’une visite des coulisses du stade, ainsi que bénéficier de nombreux cadeaux à l’effigie du club.   

Kids club Girondins de Bordeaux

Les jeunes supporters Girondins à l’inauguration de la Kids Area.

Manchester City FC, un modèle de kids expérience

Très actif dans l’expérience proposée à ses « junior fans », le club propose un espace entièrement dédié aux enfants de cinq à douze ans accompagnés de leur famille. Les portes du City Football Academy (le centre de formation de Manchester City) s’ouvrent trois heures avant le début du match. Cela laisse suffisamment de temps pour se prendre en photo devant les trophées du club, de disputer une partie de football ou bien de Bubble-Foot. Il est aussi prévu une rencontre avec les joueuses féminines. Pour les plus chanceux d’entre eux, il y a même un tirage au sort pour désigner qui accompagnera les joueurs lors de leur entrée sur le terrain. Un autre groupe posera sur la photo de début de match avec les Citizens. Pour les autres, une heure avant le coup d’envoi, une marche est organisée de la kids fan zone jusqu’à l’Etihad stadium, afin de prendre place dans l’enceinte du stade.

Mais les Skyblues ne s’arrêtent pas là : le club a développé toute une digitale kids expérience. Dès décembre 2018, les jeunes fans ont pu retrouver sur leur smartphones la Man City Kids Application, dans laquelle ils peuvent voir et revoir de nombreux contenus adaptés comme des highlights des derniers matchs ou des interviews de joueurs. Mais ce qui rend l’application d’autant plus intéressante, c’est la possibilité de débloquer des stickers, emojis et avatars tout au long de la progression. En effet, jouer des matchs virtuels ou affronter les mascottes Moonchester and Moonbeam sur des mini-jeux permet de collecter de l’expérience dans l’application. 

Ce concept permet de fidéliser les utilisateurs, en les récompensant. Plus les enfants créent du contenu, plus ils apparaissent comme fidèles supporters de Manchester City. De quoi se vanter auprès de ses camarades, et d’attirer d’autres jeunes qui veulent eux aussi, obtenir cette distinction.

https://www.facebook.com/mancity/videos/1244988068974021/?v=1244988068974021

Précisément un an plus tard, le club a aussi ouvert la chaîne YouTube Man City Kids. Au programme, du contenu ludique, les coulisses des entraînements, des mini-jeux entre les joueurs. Outre les « Xtra time », où l’on retrouve les joueurs en dehors des terrains de football, c’est bien le concept de « Mini-me » qui attire le plus : Kevin De Bruyne et Bernado Silva nous partagent des souvenirs et photos de leur enfance.

Aires de jeux, goodies, événements… découvrez la Kids expérience en Major League Baseball

Maîtres en la matière en fan expérience, les Américains sont en avance sur l’expérience proposée aux enfants. La majorité des clubs de la MLB y consacrent une grande partie de leur budget. La quasi-totalité des franchises américaines proposent déjà des abonnements réservés à la nouvelle génération de supporters. Par exemple, la possibilité d’obtenir, en plus des places pour les matchs, des écharpes, casquettes ou drapeaux aux couleurs du club.

D’autres poussent expérience plus loin : les Minnesota Twins, les Rangers Texas ou bien les Reds de Cincinnati ont mis en place des aires de jeux dédiées. Les enfants peuvent y retrouver des toboggans, des piscines à balles, des activités avec les mascottes officielles, avant de se rendre au match de leur équipe préférée.

Les New York Yankees ont eux aussi aménagé le Plymouth Rock® Kids Clubhouse : près de trois cents mètres carré d’obstacles à escalader, sauter ou éviter. On retrouve par exemple une casquette ou des gants de Baseball géants des NY Yankees sur lesquels les plus jeunes peuvent monter.

Plymouth Rock Kids Clubhouse

Le Plymouth Rock® Kids Clubhouse aux couleurs des « Bombers »

Ceux qui le souhaitent peuvent également se rendre à la Strike Zone Game pour défier leurs amis. Cette animation entraîne le public à viser, tout comme un baseballeur, avec puissance et précision. De quoi se mettre dans la peau de ses joueurs favoris et de s’imaginer faire lever les foules.

la Strike Zone Game des NY Yankees

Une jeune fan s’essayant à la Strike Zone Game

L’OGC Nice et son Mèfi Club : une vraie expérience de Kop

Aujourd’hui, Fanstriker souhaitait vous faire découvrir le Mèfi Club. Unique en France et créé en mai 2018, les petits supporters du GYM ont eu droit pour l’inauguration, à une après-midi exceptionnelle à l’Allianz Riviera. Les joueurs Dante et Benitez les ont accueillis dans les vestiaires en configuration de match. Après avoir révélé quelques petits secrets sur la préparation des joueurs avant les matchs, les deux piliers de l’équipe niçoise se sont livrés à une séance de dédicaces et de selfies. Evidemment, tous les Pichouns ont eu le droit à leur pack de bienvenue. Pour cette saison 2019-2020, l’adhésion au Mèfi Club était 9,90 euros.

Soucieux de proposer une expérience toujours plus approfondie aux plus jeunes de leurs supporters, le club leur a tout d’abord ouvert les portes de certains des entraînements privés, permettant d’être au plus près de leurs idoles. Mais ce en quoi le Mèfi Club est unique en France, c’est parce qu’il réinvente l’expérience Ultra pour l’adapter aux Pichouns. Ces derniers ont donc une partie entièrement dédiée dans le stade. Le but : avoir des jeunes motivés à l’idée de vivre le match ensemble, d’animer la tribune et de faire résonner leur voix au stade. Il s’agit donc d’une vrai expérience de Mini-Kop que le club méditerranéen veut faire vivre à ses jeunes fidèles supporters de moins de douze ans.

Pour Enzo, dix ans, qui a pu assister au match entre le club de Nice et celui de Dijon en septembre dernier : « C’était génial, on a pu faire comme les grands de la Populaire. J’ai adoré pouvoir regarder le match et surtout chanter toute la partie avec mes copains du Mèfi Club ! »

Une des figures de ce Mèfi Club se prénomme Lucas. Depuis plusieurs années, il est habitué à se rendre au stade avec son oncle, en tribune sud. Il a de suite rejoint ce nouveau Kop, qu’il anime à présent, à l’aide du tambour qu’il a acheté lui-même.

enfant au mèfi club OGC Nice

Le jeune Lucas animant le Kop du Mèfi Club

En février 2020, le club des Aiglons innove encore : le Mèfi Club a organisé un déplacement en bus pour aller supporter ses joueurs au Stadium du Toulouse FC ! Le coach Patrick Vieira a même salué l’initiative en conférence de presse. Après plus de six heures de bus et près de 560km, les Pichouns ont pu chanter pour encourager leurs joueurs dans la victoire du GYM.

Si vous voulez poursuivre sur cette thématique, vous pouvez consulter cet article que nous avions réalisé début 2019. Un article qui partage les bonnes pratiques du club anglais de Norwich City Football Club à destination des enfants et des familles.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Nouveautés