Suis-nous

Fan expérience en France

Une soirée en immersion avec l’ESVBA-LM

Immersion dans l’expérience fan que propose l’Entente Sportive Basket de Villeneuve-d’Ascq – Lille Métropole en fin d’année 2018.

Publié

le

Dimanche 16 décembre 2018 l’enjeu était de taille pour l’ESBVA-LM : conserver son invincibilité en championnat à domicile dans la salle du Palacium et surtout remporter ce derby face à Saint Amand en guise de cadeau de fin d’année pour les supporters.

 

Après une rencontre de Volley à Tourcoing dans le Nord, nous poursuivons notre tour des clubs dans cette partie du pays. Nous étions, il y a quelques semaines à Villeneuve d’Ascq pour assister à une rencontre de basketball féminin.
Pour ce match de la 9ème journée du championnat de Ligue Féminine de Basket, la salle du Palacium de Villeneuve d’Ascq, d’une capacité de 1800 places, résonnait au son des tambours et des acclamations des supporters nordistes.

Avec une moyenne de 25 matchs à domicile, l’ESBVA-LM (Entente Sportive Basket Villeneuve d’Ascq Lille Métropole) mise donc beaucoup sur son offre de billetterie pour alimenter ses ressources. Sa présence en Euroligue, un championnat qui regroupe les 16 meilleures équipes européennes et le championnat national, lui permet de proposer différents tarifs selon l’enjeu de la rencontre.
Des places en bords de terrain « Fan zone » sont également proposées lors des rencontres en Euroligue. Le plein tarif est quant à lui de 13 euros et de 10 euros en demi-tarif (enfants et ados) quand en championnat ceux-ci sont respectivement de 10 et 7 euros.
Pour ce dernier match qui avait lieu un peu avant Noël, le club proposait un tarif unique de 5 euros.

Un accueil bien aménagé

Dès l’arrivée devant la salle, le public est bien encadré : des agents de sécurité et secouristes sont présents à la porte, des bénévoles vérifient les tickets achetés en ligne ou vendus au guichet. Un programme de la rencontre, en papier cartonné d’une bonne qualité est distribué à l’entrée. Ce flyer fait également office de poster de l’équipe lorsqu’on le déplie. Une bonne idée qui amuse les nombreux enfants présents dans les tribunes.

Après seulement quelques secondes dans l’enceinte et déjà une odeur de gaufre nous attire vers le stand restauration. Le marketing sensoriel dans toute sa splendeur ! Pour les moins gourmands, c’est vers la gauche de l’entrée que l’on retrouve le stand merchandising aux couleurs de Noël. Bien évidemment, c’est peut-être l’occasion d’y faire ses derniers achats pour les fêtes.

Un des stands merchandising de l’ESBVA-LM

Le club sait donc efficacement remplir le hall de sa salle pour capter son public, celui-ci ne pouvant finalement qu’avoir accès à ce hall ou autour du terrain dans les tribunes pour ses déplacements. Néanmoins, on retrouve un autre stand de restauration dans un angle de la salle et un autre stand merchandising dans un autre espace. Chaque espace est justement optimisé et toujours accompagné par un ou deux bénévoles du club.

Une ambiance exclusive au basketball

Personnellement habitué des rencontres de tennis et alors que nous avions vécus un match de volleyball deux jours avant, c’est avec plaisir que nous avons pu apprécier la clameur des deux groupes de supporters durant le match. Des « Défense ! Défense » étaient scandés par les Z’hurlants, les supporters locaux lorsque leurs joueurs devaient tenir cette position. Des roulements de tambours et des sons de trompette se faisaient entendre lors des lancers francs des deux équipes. 
Le Palacium était animé ce soir là, malgré la défaite des filles de l’ESBVA-LM.

Le groupe de supporter les Z’hurlants

Un groupe d’une dizaine de pom-pom girls de l’Université de Lille animait également les temps-morts, mi-temps et quart-temps. Aux aguets, elles n’hésitaient pas à profiter de chacune de ces pauses.
La pause de la mi-temps proposait un duel entre plusieurs supporters sur panier et un challenge de shoot à 3 points. Chaque participant pouvait repartir avec un cadeau, un ballon et un t-shirt dédicacées par les joueuses ou encore une table dans une brasserie partenaire du club.

Les pompom girls de l’ESBVA-LM

Le jeu de tir à la mi-temps

Le speaker profitait également de ces moments pour intervenir pendant le match. Accompagné par les musiques et les effets sonores du DJ.
Lorsqu’un panier était inscrit, un son de « cris de public » était diffusé par ce même DJ, à tort ou à raison pour accompagner ceux des vrais supporters présents dans les gradins.

Une tribune entière est réservée aux 400 places rouges des VIP et aux carrés des loges. Surplombant les sièges, une grande baie vitrée laisse apercevoir l’espace VIP illuminé en rouge, la couleur du club. Nous avons pu y faire un tour et apercevoir de nombreuses décorations à l’effigie du club, plusieurs pancartes cartonnées représentants les joueuses permettent de se prendre en photo. Une machine de tirs de paniers est même à disposition.
Des petits détails qui manquaient clairement dans les allées de la salle et dont le grand public ne peut pas profiter.

L’équipe de l’ESBVA-LM représentée sur un panneau dans l’espace VIP

“Sortir du cadre du terrain et être là aussi dans les tribunes.”

Maxime Dekeuster, responsable commercial et marketing du ESBVA-LM

Deux mascottes, le combo gagnant

La mascotte du club est un lion. Celui-ci s’était dupliqué ce soir. Deux mascottes, dont l’une était habillée en tenue de basket et l’autre déguisée en tenue de Père Noël. On pouvait les apercevoir ensemble ou à deux endroits différents dans les tribunes mais surtout sur le terrain à chaque temps morts. Les enfants s’amusaient à vouloir se prendre en photo avec ces mascottes.
Une troisième mascotte était également présente ce soir-là, celle de l’adversaire, la grenouille de Saint-Amand.

Comme nous l’avons déjà remarqué au All Star Game LNB 2018 ou dans l’une de nos #FridayIdea, une paire de mascotte ou encore un couple fille-garçon est vraiment un moyen sympa d’animer la rencontre, surtout pour les plus jeunes.

Une équipe à l’écoute

Avant le match, nous avons pu échanger avec Maxime Dekeuster, le responsable commercial et marketing du ESBVA-LM, qui nous a partagé être force de proposition en matières d’expérience fan mais également à l’écoute de ses partenaires et supporters abonnés. Ceci dans l’optique d’engendrer un maximum de retours sur les axes à développer au club. Comme au Tourcoing Lille Métropole Volleyball, le club à une capacité d’accueil inférieure à 2 000 personnes, c’est avant tout le relationnel et le contact avec les joueuses qui est le plus efficace pour eux. La proximité avec les joueuses en fin de match (chaque joueuse vient taper dans a main du public) est appréciée de chaque spectateur.

Maxime le reconnait, ce sont également ces valeurs de proximité et de convivialité qui attirent les partenaires.
Le futur projet de rénovation de la salle du Palacium permettra d’accueillir pas moins de 2 300 personnes. Des expériences « unique et inédites », tels sont les adjectifs qui seront associés à l’expérience fan selon Maxime. Peut-être aussi une meilleure capacité d’éclairage qui permettra peut-être de projeter du mapping sur le terrain comme en rêve Maxime après son passage au JL Bourg-en-Bresse Basket.

Le tour de terrain des joueuses en fin de match

Dédicaces d’une des joueuses de l’ESBVA-LM

Des actions classiques mais limitées

Pour notre première immersion au sein d’un club de basketball féminin, nous sommes ravis de voir que cette discipline attire son public. Le sol Lillois et ses environs sont définitivement une sportive.
L’ambiance était au rendez-vous. Cependant, le club peut certainement augmenter ses actions pour solliciter le public.
Il n’y pas d’écrans LED qui permette des diffusions vidéos ou la création d’interactions. Un bel espace est réservé aux VIP mais c’est un espace qui ne fait pas salle comble à chaque match. Pourquoi ne pas ouvrir cet accès au grand public durant ces moments d’affluence plus faible pour faire partager une expérience enrichie.

Les mascottes sont la best practice de ces clubs professionnels de moyennes capacités. À deux ce soir là, la complicité favorise la proximité avec le public. Nous remarquons aussi que les groupes de supporters sont le moteur de l’expérience fan pour des salles de cette capacité.

A l’échelle de ce club, pouvoir approcher les joueuses est une belle opportunité pour satisfaire le public. En fin de match, au bord du terrain ou à la sortie du vestiaire pour les plus patients, enfants et parents sont marqués par ces petites attentions et cela les motivent à réitérer l’expérience.

Merci à l’Entente sportive Basket de Villeneuve-d’Ascq – Lille Métropole et à Maxime Dekeuster pour leur accueil.

Vous avez aimé cet article ?

Vous l'aurez compris, Fanstriker est dans l'air du temps en ce qui concerne le sport business avec comme mot d'ordre : le fan ! Attiré par tout ce qu'il se fait en matière d'activations dans les stades ou événements sportifs, mon but est de faire grandir le projet et de vous proposer des lectures sur le sujet de l'expérience fan.

Fan expérience en France

Innover dans la fan experience avec Sébastien AUDOUX

Quels sont les produits qui ont révolutionné la fan experience ces dernières années ? Comment encourager l’innovation dans le sport ? On en parle avec Sébastien Audoux dans le podcast 47.

Publié

le

sébastien-audoux

Que ce soit derrière leur écran ou dans les stades, les fans de sport ont vu leurs habitudes changer considérablement ces 10 dernières années et drastiquement en 2020. Head of Sports Digital Content chez Canal+ et Membre du Conseil d’Administration chez HYPE Foundation, Sébastien Audoux vient partager avec nous sa vision de l’avenir de la fan experience.

Dans l’épisode 47 de notre podcast, Sébastien revient donc sur son parcours chez Canal+ ainsi que sur son rôle au sein du fonds d’investissement et accélérateur Hype Foundation.

Trois questions à se poser avant de lancer une startup dans la fan experience selon Sébastien Audoux

La fan experience a de beaux jours devant elle. Les startups se précipitent pour découvrir la prochaine technologie qui améliorera notre visite dans un stade ou expérience télévisuelle. Durant les 4 années qu’il a passées chez HYPE, Sébastien a vu passer beaucoup de startups très talentueuses. Il nous a donc partager 3 questions essentielles à se poser quand on veut se lancer dans la fan experience.

Comment mon produit va-t-il générer de l’argent ?

C’est le plus important pour toute startup, quel que soit son industrie. Dans la fan experience, il faut se demander si les organisateurs d’événements et/ou les fans seront prêts à investir de l’argent pour le produit. Si beaucoup de produits de fan experience destinés aux clubs ont pour valeur ajoutée de contribuer à améliorer l’image de marque, alors il faudra des arguments solides pour l’en convaincre. C’est là qu’intervient la deuxième question.

Mon produit améliore-t-il réellement l’experience du supporter ?

Beaucoup d’entreprises développent des produits très techniques et spécifiques avant d’être sûrs qu’ils auront un succès auprès des supporters. Cependant, une application ou un service peut avoir un mécanisme très impressionnant mais ne pas retenir l’attention des fans pour autant. Par exemple, les supporters ne sont pas toujours prêts à faire l’effort d’utiliser une technologie complexe pendant leur moment de détente. C’est pour cela que l’on voit un fort succès chez les innovations qui facilitent la vie des fans ou des professionnels de l’industrie. Un bon produit de fan experience apporte une valeur claire à son client. Une valeur telle qu’il est prêt à payer pour en bénéficier.

Suis-je sûr que mon public cible le supporter et pas l’athlète ?

Il n’est pas rare de voir que des technologies désignées pour les fans sont finalement adoptées par des athlètes. Et vice versa !

Des liens de plus en plus forts entre l’innovation pour les athlètes et pour les fans

Les startups de l’industrie du sport ont de plus en plus de choix pour trouver leur public cible. Les fans sont en effet devenus très intéressés par une immersion totale dans le sport. Les plus puristes s’intéressent même à des produits destinés aux athlètes. C’est le cas pour la pratique sportive par exemple. Les applications de suivi des performances sportives chez les pratiquants en sont la preuve. C’est aussi le cas pour les statistiques d’une manière globale. La popularité croissante des paris sportifs ont donné naissances à un fort intérêt pour les données sportives auprès des supporters.

De l’autre côté, des technologies qui semblaient être destinées à améliorer l’expérience spectateur finissent par aider les athlètes et leurs coach à améliorer leurs performances sportives.

Ecoutez notre podcast complet avec Sébastien Audoux :

L’exemple du TrackMan dans le golf

Le TrackMan est un cas à part. Initialement développé pour l’armée, il est aujourd’hui utilisé pour améliorer les performances des golfeurs. Grand amateur de golf, Sébastien Adoux a longtemps commenté ce sport sur Canal+. Il décrit l’introduction du Trackman comme l’une des innovations ayant eu un impact majeur sur le marché du sport.

Le Trackman a surtout été la première grande amélioration dans le diffusion du golf à la télévision. En 2008, la Fox est l’un des premiers diffuseurs a introduire le TrackMan sur les écrans des spectateurs lors de l’US Open :

Ces dix dernières années la fan experience a connu des avancées considérables. L’un des domaines où l’innovation s’est  particulièrement accélérée ces derniers mois, c’est la diffusion. 2020, une année de tous les possibles pour l’OTT ? On y répond avec Sébastien Adoux dans la deuxième partie de notre podcast qui sortira prochainement !

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés