Suis-nous
Immersion au sein du Paris Basketball Immersion au sein du Paris Basketball

Inside club expérience

INSIDE CLUB : Immersion au sein du Paris Basketball

Nouveau club de basket dans la capitale, immersion au Paris Basketball. Un club qui s’est créé en quelques semaines pour rejoindre le niveau professionnel en Pro B.

Publié

le

 

Devenir le club de basket de la capitale, c’est l’ambition du Paris Basketball qui évolue en Pro B cette saison et qui est parti de pratiquement zéro il y a quelques semaines. Un grand chantier se met actuellement en place en interne pour répondre à cet objectif. Immersion au sein de ce tout nouveau club parisien.

 

Vendredi 23 novembre nous étions à la Halle Georges Carpentier dans le 13e arrondissement de Paris à l’occasion du match entre le Paris Basketball et Gries-Oberhoffen (7e journée du championnat). Cette petite salle (2 400 places) a été aménagée pour répondre aux exigences du championnat professionnel et à la volonté d’offrir une expérience agréable au public.

La création d’un club professionnel en quelques semaines

Anciennement connu sous le nom de Paris Basket Avenir la saison dernière en National 3, le Paris Basketball est officiellement créé en juillet 2018. Une création qui s’est faite dans le cadre d’un projet d’envergure : avoir un club de basket de haut niveau à Paris.

À l’origine de ce projet ambitieux, ce sont deux investisseurs américains. Le premier, David Kahn, ancien Président des Minnesota Timberwolves et ancien Directeur des Indiana Pacers en NBA. Le second, Eric Schwartz, ancien actionnaire minoritaire des Atlanta Hawks.

En rachetant le Paris Basket Avenir (N2 en 17/18), David Kahn avait pour principale ambition de faire vivre le basket à Paris et de monter les échelons petit à petit jusqu’à l’élite française et Européenne. C’était une anomalie pour lui de ne pas avoir de club de basket pour représenter la capitale en France et en Europe.
Mais l’opportunité de racheter les droits sportifs du Hyères Toulon Var Basket (alors en relégation de Jeep Elite) n’a été que trop belle pour accélérer le projet. En effet, dans le basketball, les droits sportifs peuvent être vendus à un autre club en cas de faillite ce qui implique de reprendre la structure et la dette du club initial. C’est donc ceci qui permet aujourd’hui au Paris Basketball d’évoluer directement en Pro B.
Le rachat des droits sportifs est une pratique qui peut ne pas faire l’unanimité dans le monde du basketball et du sport français en général. Mais c’est une pratique qui est autorisée et qui a pu être exploitée par les investisseurs américains.

Romuald Coustre, un DG innovant

Pour mener à bien ce projet, les repreneurs américains ont choisi Romuald Coustre. Un Français de 44 ans dont vous avez certainement entendu parler si vous êtes un amateur de basket et du réseau Twitter.

Il est le fondateur de l’agence de design What if ? (Et si ? en français). Une agence qui redesign les maillots de clubs professionnels de basketball et d’autres sports. Des maillots au style unique qui visent à rendre l’image des clubs plus attrayantes. Le fameux “maillot carnaval 2017” du BCM Gravelines-Dunkerque en est le parfait exemple. “Ce maillot carnaval conçu par Kipsta et porté une fois dans la saison, se vendait 2 à 3 fois plus que le maillot de la saison” rapportait Romuald il y a plusieurs mois dans une interview pour SportBuzzBusiness. 

Plus récemment, l’agence s’est également lancée dans la customisation de terrains de basket. Un concept innovant qui modernise les salles.
Romuald Coustre est aussi habitué des coulisses du basketball français. Il a en effet été le manager général du BCM Gravelines-Dunkerque entre 2004 et 2013 où il a fortement contribué au développement du club.

Le club parisien a récemment ajouté un petit détail sur son parquet de la Halle Carpentier avec l’inscription “Paris”.

Interview de Romuald Coustre à venir

Interview de Romuald Coustre à venir

L’interview de Romuald Coustre est disponible ci-dessous.

Une expérience fan avec les moyens du bord

Voir un match de basket professionnel en plein Paris est quelque chose d’abordable. À 12 euros le billet (8 euros en tarif jeunes et étudiants), le club propose des prix plutôt attractifs. Et au-delà du match, le Paris Basketball ne vise pas à offrir uniquement du sport à ses spectateurs mais une véritable expérience que nous allons retranscrire dans les lignes suivantes.

L'une des deux bâches avec le logo du Paris Basketball

L’une des deux bâches avec le logo du Paris Basketball

Avec seulement quelques mois de travail, il n’est pas facile de proposer une expérience enrichie à son public. Surtout lorsque nous ne disposons pas d’un espace adapté. Cependant, le Paris Basketball s’en sort plutôt bien malgré le timing serré.
Tout d’abord, à notre arrivée dans la salle, nous avons pu observer que les couleurs du club étaient bien visibles. De grandes bâches floquées du logo du club sont disposées sur les deux tribunes derrière les paniers ainsi qu’au centre du parquet.
L’usage de bâches, permet de réduire la capacité de la salle sans d’importants moyens mais surtout d’éviter une ambiance qui serait totalement différente avec plusieurs tribunes vides. Un habillage qui est accompagné de deux écrans de grande taille où le logo est là aussi présent. Cette théâtralisation de l’espace marque tout de suite l’identité de la salle et donne un caractère plus professionnel au lieu.

Le public VIP assiste au match au bord du terrain

Le public VIP assiste au match au bord du terrain

Du côté des tribunes et des spectateurs, des places en court-side (en bord de terrain) sont disponibles. À l’américaine, inspirées des enceintes de NBA, le public VIP est positionné au plus près des joueurs et de l’action. Un public qui est d’ailleurs accueilli par des membres bénévoles du club pour garantir une offre hospitalité plus complète. Concernant les tribunes grand public, c’est un placement libre qui est proposé. Ce qui donne un aspect plus convivial.

Reconnue comme une best practice dans de nombreux stades et salles, l’expérience canapé au bord du terrain est aussi proposée par le Paris Basketball. En amont du match face à Gries-Oberhoffen, le club a organisé un concours sur ses médias sociaux pour permettre à des fans de vivre l’événement sur un canapé placé dans un angle juste à côté du banc parisien.

https://twitter.com/Paris_Basket/status/1064571675335950336

Voici la vue que pouvaient avoir les chanceux gagnants du jeu concours “canapé en bord de terrain”. Pas mal non ?!

Le club propose aussi quelques services à ses supporters.
Un stand de restauration avec pizzas, boissons et snacks qui est situé dans un des angles de la salle qui offre un fort passage et accès facile. Toujours dans l’objectif de se rapprocher du modèle américain, un vendeur ambulant (avec son panier rempli de snacks) permet au public de consommer directement depuis les tribunes.
Le club envisage d’accueillir un food truck sous son toit pour rendre l’offre de restauration plus conviviale et moderne.
À quelques mètres de cet espace restauration, un coin merchandising est également présent avec divers produits signés du logo du club. À noter que le maillot n’est pas encore commercialisé.

Tshirt, pull, survêtement, plusieurs produits textiles sont proposés à l'achat

Tshirt, pull, survêtement, plusieurs produits textiles sont proposés à l’achat

Dans la Halle, quelques produits dérivés du club sont à vendre

Dans la Halle, quelques produits dérivés du club sont à vendre

Pour l’animation musicale dans la salle, un DJ placé au bord du parquet donne le rythme en collaboration avec le speaker du club. Un speaker qui avant chaque match donne la parole à un joueur qui remercie les supporters présents. Ce qui créé de suite un lien avec le public et rend l’équipe accessible. De cette manière, le club parisien veut mettre l’accent sur la proximité entre les joueurs et les fans.

Pendant la mi-temps, c’est une opposition de basket junior féminin qui est proposée aux spectateurs. Une animation qui est aujourd’hui proposée par beaucoup (peut-être trop ?) de clubs dans le monde du sport. C’est le moyen qu’à trouvé le club pour occuper le public pendant cette pause.

En fin de match, nous avons découvert l’espace VIP de la Halle Carpentier. Encore une fois, le club américanise sa vision du sport. C’est dans une salle dédiée à côté de la Halle qui a été aménagée avec tables de Tennis de table, mini-golf, séance de tirs, musique, apéritif dînatoire… que le Paris Basketball accueille les spectateurs VIP après la rencontre. Ceci dans une atmosphère fraiche et détendue où les joueurs se mélangent avec les visiteurs.

Paris Basketball x AMOS : un partenariat pertinent

Nous le savons, dans le sport, les bénévoles sont importants. Et il est de plus en plus complexe de trouver des personnes motivées pour s’investir au sein des clubs. Mais heureusement, il existe des solutions.

Au Paris Basketball, le staff peut compter sur une dizaine de bénévoles pour les jours de match. Des bénévoles qui sont pour la majorité des étudiants d’AMOS Paris, une école du sport business qui se développe de plus en plus sur le territoire. Une collaboration a été construite entre les deux organisations. Un partenariat gagnant – gagnant qui permet au club de garantir un accueil toujours plus qualitatif pour son public et d’élargir son offre de services. Pour les étudiants, c’est l’occasion de se confronter à la réalité du terrain au sein d’un club de sport professionnel.

Chaque bénévole participe activement à l’organisation et au déroulement du match avec un chacun un rôle précis (placeur, vendeur, animateur, etc.). Le partenariat avec une école du sport est une solution vraiment logique qui répond aux besoins de chacun de ses acteurs : le club qui est constamment en recherche de forces vives pour l’organisation de ses rencontres et les étudiants qui cherchent eux à compléter leur CV dans l’optique de gagner en expérience et d’entrer plus facilement dans la vie active au termes de leurs études.

Le canapé en bord de terrain

Le canapé en bord de terrain

Comment améliorer une expérience fan avec peu de moyens ?

En 2022 le Paris Basketball rejoindra l’Arena 2. Une salle flambant neuve de 7 500 places qui verra le jour Porte de la Chapelle à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris 2024. En attentant, le club restera à la Halle Carpentier pour les prochaines saisons.

Avant de passer cette étape majeure, comment le Paris Basketball peut-il continuer à améliorer son expérience fan ? Voici quelques idées que la rédaction propose au club ainsi qu’à d’autres acteurs similaires.

Très actif et créatif sur les médias sociaux, le club parisien peut accentuer le lien entre le digital et le terrain. Pendant un match, un concours photo sur Instagram peut par exemple être organisé via un hashtag dédié. Une activation qui permet à la fois d’engager les fans sur le réseau et de récupérer de beaux clichés pour de prochaines communications. Ce qui valorise la créativité des fans et les encourage à republier du contenu. Dans le même le esprit, les fans présents peuvent également pronostiquer sur Twitter le score du prochain quart-temps et tenter de remporter un prix en cas de bon résultat.

Populaire aux Etats-Unis, le quiz depuis les tribunes s’apprête également à un club comme le Paris Basketball. Pendant un temps mort ou un quart-temps, un fan peut avoir la chance de répondre à une question sur le club pour espérer repartir avec un cadeau. Souvent animé d’une manière ludique, ce quiz est un moment convivial pour l’ensemble de la salle qui joue le jeu.

Toujours dans la volonté de renforcer la relation entre les fans et les joueurs, une immersion unique au sein de l’équipe peut aussi être proposée. Comme c’est le cas à l’OGC Nice qui offre une expérience exceptionnelle à un fan dans les vestiaires du club. En matière d’immersion, d’autres possibilités existent comme une place à côté du banc des joueurs ou bien une présence sur le terrain pendant l’échauffement.

Dans un style plus classique mais toujours efficace, une initiation au freestyle sur le terrain est un autre très bon moyen d’améliorer l’expérience d’un fan. C’est en effet l’opportunité de faire apprendre quelque chose au public et de positionner un fan dans le rôle d’acteur.

Pour l’animation des tribunes, il peut également être intéressant de voir le speaker ou un animateur dédié au plus près des spectateurs. C’est en effet l’occasion de donner la parole aux fans et de créer une autre forme d’encouragement pour les joueurs.

Il est intéressant de constater que le Paris Basketball positionne l’expérience de son public comme point de développement majeur de sa structuration. C’est d’autant plus intéressant qu’il est au début de son histoire avec ce public. Partant de zéro ou presque, les possibilités sont donc nombreuses.
Merci au Paris Basketball, à Romuald Coustre et Romain Villachon pour leur invitation.

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Fan expérience en France

INSIDE CLUB : L’expérience fan au Groupama Stadium avec l’Olympique Lyonnais

Animations sur le parvis, mascottes et shows lumineux au Groupama Stadium. L’Olympique Lyonnais a enchainé 3 rendez-vous en quelques jours.

Publié

le

L'expérience fan au Groupama Stadium à Lyon

L’Olympique Lyonnais disputait 3 matchs cruciaux en l’espace de 7 jours au Groupama Stadium avant la période du coronavirus. Trois rencontres, face à la Juventus, Saint-Etienne et le PSG, dans trois compétitions différentes. C’était l’occasion pour nous de s’y rendre et d’analyser l’expérience fan proposée par le club lors de ces matchs de gala avec des animations sur le parvis, des mascottes et shows lumineux pour satisfaire les spectateurs.

Retour au Groupama Stadium à Lyon après notre première visite en 2017 à l’occasion du Monster Jam. Cette fois-ci, pas de véhicules XXL ni d’odeur d’essence mais une atmosphère bien particulière. Avant l’épisode de coronavirus, l’Olympique Lyonnais disputait trois matchs cruciaux en l’espace de sept jours. C’est d’ailleurs au total 155 000 spectateurs qui se sont déplacés dans l’enceinte lyonnaise pendant cette période. Quelle expérience le club a-t-il proposé pour l’ensemble de ces fans ?

À Lyon, le parvis est la scène pour le spectacle

Dès l’arrivée dans l’enceinte lyonnaise, le Groupama Stadium, on peut apercevoir plusieurs animations et entendre de la musique. À Lyon, de nombreuses activités sont proposées au public qui peut accéder au parvis deux heures avant le début du match.

Trois zones sont exploitées par le club pour proposer des divertissements aux spectateurs. Il y a tout d’abord la Fan Zone au nord où se produisent différents DJs devant un écran géant diffusant la chaîne du club, OL TV. Cette zone est le 1er espace visible pour la majorité des spectateurs arrivant au stade.

Au sud, deux zones sont implantées pour cibler des types de fans différents. Il y a la Like Zone qui est dédiée aux étudiants. On y retrouve des tables de beer-pong, des babys-foot ainsi qu’une cabine DJ. En plus de cela, il y a des zones assises avec des fatboys qui n’étaient pas très utilisés mais qui fonctionnent mieux lorsque les beaux jours sont de retour. L’autre zone s’appelle la Family Zone et est elle destinée aux enfants/familles. On peut y voir des jeux gonflables et autres stands comme du maquillage. Sur les trois matchs auxquels on a assisté, les zones étaient bien remplies et le concept a l’air de bien marcher.

La like zone au Groupama Stadium

La like zone au Groupama Stadium

En plus de ces zones bien définies et permanentes, d’autres animations sont mises en place sur certains matchs. C’est par exemple le cas des animations football disposées autour du stade. Il y avait sur les matchs OL/Juventus et OL/ASSE trois stands à destination des fans : une arène 1 vs 1, un foot bowling ainsi qu’un foot fléchettes.

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

C’est une idée que l’on avait déjà vu à Rennes précédemment. Ce type d’animation est efficace et attire le public en nombre. Cela permet de toucher une cible très large et d’offrir une animation ludique avec des gestes simples de la pratique du football.

Les spectateurs présent au stade pouvaient également observer des lanceurs de drapeaux italiens qui étaient présents. Ce groupe composé de cinq personnes réalisait des tours de podium en lançant des drapeaux de l’Olympique Lyonnais créant un véritable show pour le public.
Le principe reprend celui des fêtes de village italiennes où les shows de drapeaux sont impressionnants. Ils étaient également accompagnés d’une batucada (genre de musique avec des percussions traditionnelles) qui jouait en continu pour mettre l’ambiance et attirer du monde sur des emplacements spécifiques. Ces performeurs débordaient d’énergie et dynamisaient de ce fait l’ensemble du show. Nous avons été agréablement surpris par ce show original qui permet d’animer des zones moins “chaudes” comme le parvis Est et Ouest.
Les zones “chaudes du Groupama Stadium se concentrent en effet au nord et au sud de l’enceinte.

Au niveau de l’offre food & beverage, là aussi l’expérience est très qualitative. Il y a une dizaine de food trucks qui sont disposés tout autour du stade pour proposer une offre très variée.
Les spectateurs lyonnais avait donc le choix même si les files d’attentes semblaient s’allonger à l’approche du coup d’envoi.

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Après avoir fait un tour à l’extérieur du stade, direction dans l’enceinte.
En s’y rendant, nous avons été marqué par l’habillage des coursives. En effet, de nombreux pans de murs sont recouverts de street-art. Le rendu est très beau et change de nombreux intérieurs de stades qui se veulent un peu ternes et froids la majore partie du temps. Cela fait partie d’un partenariat avec Offside Gallery qui devrait recouvrir la quasi totalité des coursives à terme. C’est une des caractéristique majeure du stade qui a beaucoup investi dans ce sens afin de proposer une expérience différente aux visiteurs.

Une expérience in-stadia exceptionnelle

À l’intérieur du stade, l’ambiance des grands soirs se faisait sentir, surtout pour le match de Ligue des Champions OL vs Juventus le 26 février. À cette occasion, un tifo drapeaux mis en place par l’équipe animation était visible dans les tribunes latérales. Celui-ci était très réussi et donnait un bel aspect visuel au moment de l’entrée des joueurs.

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d'OL/Juventus

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d’OL/Juventus

Juste avant l’entrée des équipes, nous avons assisté à un rituel mis en place pour l’ensemble des matchs de l’OL. Le club diffuse dans l’ensemble du stade son nouvel hymne. Les paroles sont inscrites sur les panneaux LED en bord terrain. C’est une bonne idée pour que les supporters s’approprient les paroles.
Cet hymne avait du mal à prendre en début de saison mais est désormais bien ancré chez les supporters. Ils le reprennent d’ailleurs à capella à la fin du chant, ce qui fait encore plus monter l’ambiance.

En même temps que cet hymne, les porteurs de drapeaux entrent également en jeu. Une vingtaine de jeunes arrivent des deux côtés du terrain avec des drapeaux géants sur lesquels on peut voir les anciens logos du club. Cela permet d’habiller le terrain et alimenter ce show global. Sur certains matchs, il y a même la mascotte qui se joint à la fête pour déambuler sur le terrain. Malheureusement sur les matchs de Ligue des Champions, l’UEFA restreint les possibilités en terme d’animations.

Le match de Ligue 1 Conforama contre Saint-Etienne le 1er mars a quand à lui offert un show unique aux spectateurs du Groupama Stadium. Pour cette rencontre à l’atmosphère si spéciale pour cause de derby, le club avait mis le paquet en terme de show pyrotechnique. Le rendu (visible en vidéo ci-dessous) était incroyable. Les ingrédients de ce show hors-norme sont les suivants : des feux d’artifice grandioses accompagnés de flammes, un usage de la lumière impeccable et une musique dynamique. Ce type de spectacle est la plupart du temps visible en fin d’événements majeurs comme les finales ou d’autres grandes compétitions.

C’était donc une bonne surprise de voir un spectacle de cette qualité en avant match. Les spectateurs semblaient apprécier ce qu’ils voyaient.
Les tifos préparés par les groupes de supporters étaient eux aussi d’un grand niveau et ont permis aux spectateurs d’être plongés dans l’ambiance du derby. Ceci n’est pas directement géré par le club mais participe tout de même à l’expérience fan proposée au public.

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l'OL

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l’OL

Une mascotte très active

Dernière chose que nous avons pu remarquer durant cette semaine spéciale, l’utilisation de la mascotte. Lord du match de Ligue des Champions le 27 février, nous avons assisté à un évènement assez rare en football, la présence de la mascotte visiteuse. En plus de Lyou, la mascotte de l’Olympique Lyonnais, Jay, la mascotte de la Juventus avait également fait le déplacement.
Le club italien de la Juventus l’avait déjà fait lors de déplacements à Londres ou à Munich. Le public a donc non pas une mascotte mais deux. Une de chaque équipe. De quoi créer de nombreuses interactions entre ces deux personnages.

Dans la matinée déjà, une vidéo des deux mascottes avait été diffusée sur les réseaux sociaux. C’était un petit teaser qui annonçait que Lyou avait reçu Jay dans la ville Lyonnaise. En avant match, le public a pu voir les deux mascottes s’affronter sur les animations football disposées à l’extérieur du stade. Elles ont également pu déambuler sur le parvis ainsi que dans les gradins pour aller à la rencontre des spectateurs.

Cette idée est très intéressante car elle permet de proposer une animation aux supporters locaux et aux fans du club visiteurs qui se sentent soutenus par leur mascotte. C’est aussi une occasion pour le public local de voir la mascotte d’un club étranger.
Les spectateurs étaient plus que réceptifs à cette idée, mis à part quelques ultras réticents à l’idée de voir le zèbre dans l’enceinte juste avant une rencontre décisive.

À l’intérieur du stade, les deux mascottes nous ont offert des séquences inédites et plutôt réussies. Parmi celles-ci, le club a organisé une battle de danse entre Lyou et Jay en bord terrain. Chaque mascotte avait 30 secondes pour faire ses plus beaux pas de danse sur la musique de son choix. Les deux animateurs ont offert une très belle performance. Le speaker n’a d’ailleurs pas su départager les deux danseurs et les deux mascottes se sont donc partagé le trophée mis en jeu.

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Lyou et Jay sont ensuite allées se balader dans les tribunes pour prendre des photos avec les fans français et italiens. L’engouement était très important et les spectateurs patientaient pour pouvoir faire leur photo.

Sur les deux autres rencontres auxquelles nous avons assisté, la mascotte de l’OL était bien évidemment présente. Elle était au contact des supporters sur le parvis, elle jouait avec les musiciens, participait aux animations foot ou encore animait la Like Zone avec le DJ.

À l’intérieur du stade, la mascotte est en général très sollicitée. Elle participe aux animations mises en place sur la pelouse avec le public, elle se déplace beaucoup dans les tribunes et jusque dans les loges et salons. La tradition veut qu’en après-match, Lyou s’habille d’un costume et aille faire un tour dans un des salons du stade tel un vrai joueur.

Une semaine de gala bien exploitée au Groupama Stadium

Nous retirons beaucoup de positif de cette expérience lyonnaise. Sur le plan sportif, la semaine était cruciale pour le club. L’expérience fan proposée semble avoir été à la hauteur de ces événements. En proposant de plusieurs animations sur le parvis en amont du match, le club incite le public à se déplacer plus tôt au stade et donc à inciter d’avantage ses visiteurs à la consommation, tout en fluidifiant les arrivées.

L’entertainment proposé était très réussi et digne des plus grands stades européens.
Le club utilise également les temps morts de manière judicieuse avec beaucoup de contenus diffusés sur les écrans géants et une utilisation importante de sa mascotte.

Quelques éléments n’étaient cependant pas parfaits bien évidemment. Comme évoqué un peu plus haut, l’UEFA ne permet pas aux clubs d’utiliser le terrain en avant-match et à la mi-temps pour réaliser des animations. Cela limite donc les possibilités. Le club aurait toutefois pu utiliser les écrans géants pour proposer des animations à la mi-temps comme le FC Barcelone le fait par exemple avec la Pelota Cam ou une Goal Cam.

Au niveau de l’offre en nourriture et boissons, la qualité à l’intérieur de l’enceinte n’était malheureusement pas à la hauteur de ce que l’on a pu voir à l’extérieur du stade. Les concessions sont un peu désuètes, ce qui est étonnant pour un stade aussi moderne. À l’intérieur de celles-ci on retrouve beaucoup de produits classiques comme des sandwichs baguettes, des frites et des hamburgers. Le club essaye cependant de changer cela avec de nouvelles offres comme des nachos, des nuggets ainsi que des ravioles, la spécialité de la région. Il semblerait que le club soit en bonne voie pour s’aligner sur le niveau de qualité des produits proposés en ex-stadia.

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Autre constat lors de notre visite, les spectateurs partent très vite à la fin du match. Encore pire, certains partent même avant le coup de sifflet final. Ces comportements peuvent s’expliquer par deux hypothèses.
Le flux des départs du stade est trop dense et les spectateurs habitués préfèrent éviter la cohue en sortie de stade et dans les parkings, sur les routes et dans les transports. Pour y remédier, pourquoi ne pas s’inspirer, de la franchise de NFL des Patriots, qui offre le parking aux spectateurs restant plus d’une heure après le match.
Autre hypothèse, le club peut avoir du mal à conserver son public en post-match. L’OL pourrait alors mettre en place un aftershow pour les spectateurs qui souhaitent poursuivre leur soirée au stade. Une inspiration que nous avons vu à Paris La Défense Arena.

Quoi qu’il en soit notre expérience fût une vraie réussite et le club rhodanien propose une fan expérience de grande qualité. L’outil principal dont dispose le club, le Groupama Stadium est un avantage certain sur les autres clubs de la région et du pays. Avec celui-ci, les stratégies d’animations sont nombreuses.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés