Suis-nous
Les journées SuperFan par la LNB Les journées SuperFan par la LNB

Fan expérience en France

Les journées #SuperFan par la LNB, une bonne idée

Inciter les clubs à offrir une expérience fan immersive et enrichie à l’un de leur fan. C’était l’objectif des journées SuperFan imaginées par la LNB.

Publié

le

La Ligue Nationale de Basketball organisait des journées dédiées aux fans pour la reprise du championnat français. Du 26 septembre au 27 octobre, la LNB a mis en place les journées SuperFan. Cela permettait à certains fans de vivre une expérience spéciale lors d’un match de leur équipe favorite.

 

Entre le 26 septembre et le 27 octobre, la LNB a mis en place des actions dédiées pour les fans dans toutes les salles de Pro B (2ème division) et Jeep Elite (1ère division). Ainsi, chaque club de basket professionnel en France était invité à engager ses fans sur les réseaux sociaux et ensuite offrir une expérience immersive à leur SuperFan. Une idée intéressante qui nous fait penser à celle imaginée par Canal + et la LFP avec le Crazy Fan de la Ligue 1 Conforama en mars dernier. 

Engager les fans de basket

La LNB a instauré ces journées pour inciter les clubs français à travailler sur l’expérience fan proposée aux spectateurs qui se déplacent dans les salles matchs après matchs. En effet, la ligue essaye de trouver de nouveaux moyens pour booster l’attractivité du basket français et faire en sorte de gagner en attractivité pour séduire davantage de fans d’assister aux rencontres du championnat.

Pour cela, elle a créé l’année dernière la Disneyland Paris Leaders Cup LNB, nouvelle version de la traditionnelle Leaders Cup. Celle-ci se déroule à l’intérieur du complexe Disneyland Paris au sein de la Disney Events Arena. Durant un week-end, les meilleures équipes françaises viennent s’y affronter. Véritable temple du divertissement, Disneyland Paris était l’endroit idéal pour s’implanter et créer une compétition attirante. La modification de son format marqua une étape importante dans la nouvelle stratégie de la LNB, qui se veut plus orientée vers les fans et qui observe de près ce qui se passe outre-atlantique.

Les journées SuperFan qui ont eu lieu il y a plus d’un mois permettent d’ailleurs de remporter une expérience unique pour 4 personnes à Disneyland Paris le week-end de la Leaders Cup (14, 16 février 2020). Ils pourront profiter du parc d’attraction, de l’hôtel quatre étoiles ainsi que de l’intégralité des rencontres en VIP.

Chaque club devait choisir son SuperFan via un concours sur les réseaux sociaux durant un mois où les fans étaient invités à partager leur amour pour leur équipe de coeur en postant une photo/vidéo. Au total, ce sont 500 personnes qui ont joué le jeu et ont envoyé photos et vidéos pour être l’heureux élu.

 

C’est ensuite mi-octobre que les clubs devaient sélectionner leurs SuperFan. Le fan qui allait pouvoir vivre une expérience inoubliable dans son club lors d’un match de championnat.

https://twitter.com/EBPLO/status/1187767486822977537

L’ensemble des équipes ont joué le jeu et ce sont donc 36 fans de basket qui ont eu la chance de vivre une journée SuperFan au sein de leur club. Toutes les générations étaient concernées puisque l’âge des gagnants allait de 4 ans pour George (Villeurbanne) à 57 ans pour Olga (Souffelweyersheim).
Différentes animations leur étaient réservées et chaque club pouvait personnaliser la journée du spectateur sélectionné. Les gagnants ont pu assister à la rencontre depuis le banc des joueurs et rentrer dans l’intimité du vestiaire en avant-match et à la mi-temps. Certains clubs ont également poussé le concept encore plus loin comme le Paris Basketball qui a permis à son SuperFan de rentrer sur le terrain en compagnie des joueurs. Le joueur d’Evreux, Ruphin Kayembe est quant à lui venu chez le SuperFan du club pour lui annoncer qu’il avait été désigné pour la rencontre du week-end (à voir en vidéo ci-dessous).

Sur les différents réseaux sociaux, les clubs ont relayé cette action via des contenus photos et vidéos montrant la journée de leur SuperFan. Un moment unique dès le début du championnat.

https://twitter.com/NantesBasket44/status/1188765388882038784

Un grand SuperFan parmi les 36 fans

Au terme de toutes les rencontres organisées dans le cadre de ces journées SuperFan, un grand gagnant fût sélectionné. Parmi les 36 participants, celui qui a le plus animé la rencontre et qui s’est démarqué comme le vrai fan numéro 1 de la ligue s’est vu offrir le gros lot. Soit une Jeep pour se rendre à la Disneyland Paris Leaders Cup LNB, les 14, 15, 16 février 2020 avec 3 personnes de son choix. Sur place, il bénéficiera d’un pack gold qui comprend l’hébergement, les entrées pour le parc d’attraction et un accès VIP à la compétition. Vraiment pas mal !

C’est Thierry, 54 ans et originaire de Blois qui a su faire ses preuves. Ce passionné et supporter de l’ADA Blois Basket avait pu bénéficier le 19 octobre d’une expérience particulière avec une présence dans le vestiaire des joueurs en avant-match et à la mi-temps. Il avait également pu assister à la conférence d’après-match. C’était un moment unique pour ce grand fan qui se déplace chaque saisons pour supporter son équipe.

Image
Thierry lors du match SuperFan

« L’avant match, la concentration des joueurs, le discours du coach à la mi-temps. Je veux dire aux gens que c’est quelque chose d’assez particulier, c’est le monde professionnel, vu par un passionné de basket, mais amateur donc c’est fort en émotions, c’est très fort ! »

Thierry, fan de l’ADA Blois Basket à propos de son expérience

L’animation vue de l’intérieur avec l’exemple du Paris Basketball

Nous étions à la Halle Carpentier, à Paris, le 27 octobre, pour assister à la rencontre entre le Paris Basketball et Souffelweyersheim. L’occasion d’observer en immersion ces journées SuperFan.

Le club parisien a tout d’abord lancé sa campagne sur les réseaux sociaux pour désigner son SuperFan. Pour participer, le fan devait poster une photo lors d’un match ou la tenue du Paris Basketball. Un concours était organisé et la photo qui recevait le plus de likes était sélectionnée pour assister au match à proximité des joueurs.

Mathieu GOERGEN | Fanstriker La publication Facebook du Paris Basketball pour le jeu concours de sélection de son SuperFan

À Paris, c’est Jules, 10 ans qui a été désigné à cette occasion. Supporter du Paris Basketball depuis la naissance du club et abonné pour la 2ème saison malgré son jeune âge, a eu le privilège de s’entrainer trois jours avant le match avec Gary Florimont, Amara Sy et Dustin Sleeva, trois joueurs du Paris Basketball.
Lors de la rencontre dédiée à son SuperFan, le club a invité Jules dans le vestiaire de la Halle Carpentier avec les joueurs pour les accueillir à leur arrivée. Il a ensuite pu assister à l’échauffement depuis le bord du terrain comme un membre du staff à part entière. Au moment de l’entrée des joueurs sur le parquet, Jules a eu la chance de vivre un moment unique. Celui de faire son entrée comme un joueur de l’équipe avec une annonce par le speaker.

« Je suis rentré sur le parquet avec les joueurs lors de la présentation d’avant match : c’est un moment inoubliable, vraiment magique, d’autant que chaque joueur et membre du staff m’a super bien accueilli ! »

Jules, à propos de sa journée en tant que Super Fan

https://twitter.com/Paris_Basket/status/1188489117388234752

Durant l’intégralité de la rencontre, le jeune fan du Paris Basketball a ensuite pu s’installer sur le banc des remplaçants, collé aux joueurs comme si il pouvait lui aussi entrer sur le parquet à tout moment. C’était une chance incroyable pour lui qui a vécu le match avec des paillettes dans les yeux.

« Pendant le match, j’étais sur le banc du Paris Basketball : j’ai goûté à l’ambiance de la compétition, la concentration, la solidarité des joueurs et de tout le staff… quel privilège d’être au cœur du l’équipe de Paris Basketball ! J’étais super content et très impressionné de leur engagement. »

Jules, Super Fan du Paris Basketball

À la mi-temps, Jules a pu rentrer aux vestiaires et écouter les consignes de l’entraineur. Après la seconde mi-temps, passée également en compagnie des joueurs, il a pu les féliciter, même si la victoire n’était pas au rendez-vous ce soir là. Jules aura eu le privilège de vivre une journée incroyable. 

 

« En conclusion, j’ai aimé l’expérience #SuperFan, le partage des joueurs et du staff, je n’oublierai jamais cette super expérience… un grand merci au Paris Basketball qui est un club génial ! »

Jules, au moment de faire le bilan de cette expérience

Le bilan pour cette première du SuperFan LNB

Un fort engagement digital

C’est sur les réseaux sociaux que tout a commencé pour cette campagne. Du 16 septembre au 13 octobre, de nombreux supporters ont publié leurs photos sur les différents réseaux. De Twitter à Facebook en passant par Instagram, les posts étaient nombreux (plus de 500 au total). Si ce chiffre peut vous paraitre faible, sachez qu’il n’est pas si facile d’engager sur les réseaux sociaux avec une mécanique qui nécessite de partager sa photo ou vidéo.
Plus de 500 participations n’est pas anodin pour une première édition, qui plus est pour un sport comme le basketball qui attire en moyenne 3 000 spectateurs/match en Jeep Elite.

Une expérience enrichie

Côté terrain cette fois-ci l’expérience est une pure réussite. Les journées SuperFan ont permis aux clubs français de proposer une fan expérience enrichie dès la reprise du championnat.
Les retours des personnes ayant participé à l’opération sont excellents, ils ont pu passer une journée fabuleuse grâce à la Ligue Nationale de Basketball.
Pouvoir assister en privilégié à l’intimité d’une équipe forgent des souvenirs forts qui ne s’oublient pas.

Cette première édition est donc positive et l’engouement pourrait grandir par la suite.
Tous les spectateurs qui se sont déplacés dans les salles lors de ces journées n’étaient pas forcément au courant de ce concept. Avec cette première édition, la communication générée par les 36 SuperFan et les clubs devraient donner un coup de pouce à la diffusion de l’information pour les prochaines éditions. Thierry, le grand SuperFan LNB est le premier à inciter les fans à participer : « Une chance sur 36, ce n’est pas croyable. Je bloque la date immédiatement. Merci à la LNB et vraiment j’incite les gens à participer aux journées #SuperFan l’année prochaine parce qu’ils vivront quelque chose d’unique ».

Mathieu GOERGEN | Fanstriker

Cette campagne lancée par la LNB permet de “pousser” les clubs peu impliqués sur le sujet de la fan expérience. À l’heure actuelle, nombreux sont les clubs français à ne pas proposer une offre enrichie de ce niveau. C’était donc l’occasion pour eux de découvrir le champ des possible et de leur donner quelques idées.
Dans le cas du Paris Basketball, plusieurs animations sont déjà mises en place comme nous l’avions noté l’année dernière lors de notre première visite. Pour ces clubs ayant déjà une certaine maturité, ces actions s’inscrivent dans la continuité de ce qu’ils proposent tout au long de la saison.

Quoi qu’il en soit, une très bonne idée portée par la LNB et les clubs que nous soulignons. Cette opération a su attirer les fans des différentes équipes durant plusieurs semaines. Des moments uniques ont pu être vécus par des supporters et cela ne peut qu’apporter du positif.

Vous avez aimé cet article ?

Passionné de sport avant tout, j’ai découvert la notion de fan experience plus récemment. Les spectateurs jouent un rôle essentiel lors des évènements sportifs, c’est pourquoi je pense que l’expérience qui leur est proposée jour de match est cruciale.

Fan expérience en France

Dossier LFP #2 : Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans la deuxième partie de notre dossier sur la LFP, on discute de la manière dont elle fait la promotion d’une meilleure fan experience et des sujets qui font beaucoup parler : les fumigènes, les tribunes debout et l’alcool dans les stades.

Publié

le

Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans sa campagne pour améliorer l’expérience fan en France, la LFP porte une attention particulière à l’accompagnement des clubs mais aussi à l’écoute des supporters. Dernièrement, l’éventuel retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades anime le débat. La LFP nous en dit plus sur ces sujets.

(La LFP nous a fourni ses réponses le 23 juillet 2020)

Vers un retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades ?

Quels sont les axes prioritaire de développement relatifs au supportérisme pour la LFP ?

Plusieurs axes de travail en cours ou à venir sont à souligner.

1. La Pyrotechnie :

Le plus médiatique ces derniers mois est la pyrotechnie. L’ouverture de discussions encourageantes sur la pyrotechnie au sein de l’INS (Instance Nationale du Supportérisme) est la preuve que des sujets imaginés comme tabous sont également discutés. Un cadre préalable à des expérimentations a été défini par un groupe de travail de l’INS.

Ce cadre expérimental peut permettre aux clubs professionnels qui le souhaitent, en lien avec les associations de supporters et les autorités locales, de proposer à l’INS des expérimentations qui devront ensuite être validées par les instances sportives concernées, sur la saison 2020-2021.

En parallèle, une étape décisive du dialogue et du sujet « pyrotechnie », a été menée par Le Havre AC et le SCO Angers et leurs groupes de supporters (en lien avec la LFP), sur un modèle similaire à celui décrit ci-dessus. Nous suivons également de près les études et expérimentations menées par nos voisins européens. Nous avons entamé des démarches de recherche d’alternatives innovantes avec de grandes écoles françaises.

2. La préparation des matchs à risque

Dans la même lignée, la circulaire du Ministère de l’Intérieur (novembre 2019) s’inscrit dans le cadre des travaux menés par l’Instance Nationale du Supportérisme. Elle prône notamment la tenue de réunions préparatoires de sécurité en Préfecture en amont des rencontres avec tous les acteurs concernés par l’organisation de la rencontre. Un renforcement de l’anticipation dans la préparation des matchs à risque est essentiel.

L’ensemble des acteurs sont à mobiliser le plus en amont possible, afin de permettre une meilleure identification des risques, des enjeux, et des solutions à apporter. La systématisation des réunions préparatoires trois semaines à l’avance et l’implication des Référents Supporters dans ce processus de préparation et d’anticipation sont des changements de pratique importants qu’il convient de soutenir, notamment par un accompagnement fort de la part de la LFP.

3. Les tribunes debout

Les tribunes debout constituent également un axe de progrès très important. Une instruction interministérielle est parue au début du mois de juillet. Il s’agit de la suite logique d’une expérimentation de 18 mois, avec cinq clubs, qui a rendu des conclusions particulièrement positives.

L’instruction est signée par la ministre des Sports, le ministre de l’Intérieur et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, ce qui lui donne une force et une valeur d’autant plus importante. Son contenu est une avancée très importante dans le cadre des travaux liés au supportérisme et aux demandes des clubs de pouvoir permettre la station debout de leurs supporters en tribune. Cela est désormais possible, dans le respect de cette instruction.

4. Amélioration des relations avec les supporters

Parmi les axes de développement, on peut également citer la poursuite du dialogue à toutes les échelles, avec un fort potentiel de structuration et de professionnalisation des relations entre les différents acteurs (on pense notamment aux relations de la LFP avec l’Association Nationale des Supporters, qui sont efficaces et prometteuses depuis plusieurs saisons).

L’amélioration du parcours des supporters est également une priorité, et notamment celui des supporters visiteurs et des supporters en situation de handicap (qui fait d’ailleurs l’objet d’un groupe de travail de l’INS).

Enfin, et même si dans leur immense majorité les clubs ont intégré les Référents Supporters dans leurs schémas de fonctionnement respectifs, le plus gros chantier à venir reste la poursuite du développement, de la formation, et de la professionnalisation de ce métier.

On parle beaucoup de ces potentiels changements de régulation sur les sujets des fumigènes, de l’alcool et des tribunes debout dans les stades. Quelles sont les avancées sur ces sujets ? Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à reconsidérer ces sujets maintenant ?

La LFP, tout comme d’ailleurs l’ensemble des acteurs impliqués dans le dialogue national, est constamment à la recherche de nouveaux outils, bonnes pratiques et actions destinées à favoriser le dialogue national, et par extension local. L’enjeu, à l’image de l’expérimentation des policiers référents ou des tribunes debout, est de mettre en place de façon concrète à chaque niveau local des initiatives poussées par le niveau national, grâce à un dialogue fort et constant entre tous les acteurs.

Il n’y a pas de sujets tabous et nous n’avons donc pas nécessairement eu besoin de reconsidérer tel ou tel sujet plus qu’un autre. Ces sujets que vous citez sont toujours au cœur de nos préoccupations et de notre travail. En revanche, chaque fois qu’un sujet est particulièrement mis sur le devant de la scène, nous participons aux discussions avec engagement et une volonté d’avancer avec les autres acteurs impliqués.

Ces discussions se tiennent généralement dans les groupes de travail de l’Instance Nationale du Supportérisme. Nous avons passé, aux côtés des autres parties prenantes de l’INS, de longs mois à monter des projets expérimentaux. Les tribunes debout sont un succès, qui nous permet aujourd’hui d’aller plus loin (une nouvelle régulation).

L’objectif est de se servir du modèle réussi de l’expérimentation des tribunes debout pour entretenir un dynamique expérimentale positive. Cette expérimentation est donc une proposition d’ajout d’un outil pour alimenter les relations de dialogue et de travail des clubs avec leurs supporters. Les barrières, difficultés, refus, auxquels ils feront face pendant la durée de l’expérimentation contribueront à l’évaluation de cette dernière, de même que le seront les réussites.

Promouvoir une meilleure fan experience en accompagnant les clubs

Quel rôle joue la LFP dans l’accompagnement des clubs sur le sujet de fan experience ? Parlez-vous d’expérience fan avec les référents supporters et les différents groupes de supporters ? Quelle est leur vision sur ce sujet ?

On peut distinguer plusieurs volets d’accompagnement des clubs sur le sujet de la Fan Experience. Plusieurs entités de la LFP sont impliquées dans le soutien aux clubs sur ce sujet :

  • La Commission Exploitation réunit des Stadium Managers de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, des Responsables Billetterie et Expérience Spectateurs, et des experts de ces questions. Cette commission se réunit souvent, pour échanger sur les sujets d’actualités, sur des innovations et sur des projets à mener en matière d’exploitation des stades (ce qui inclut bien sûr la Fan Experience) ;
  • A titre d’exemple de projet piloté par cette commission, un projet de catalogue d’animations a été mené. Une deuxième version a même été proposé aux clubs en début de saison 2019-2020. Ce catalogue regroupe de nombreuses animations de différents prestataires et propose des outils clés en main, particulièrement selon les budgets des clubs et la localisation des animations dans le stade ;
  • Des séminaires expérience spectateurs sont organisés par les services de la LFP. Le dernier a eu lieu au début du mois de mars 2020 ;
  • Aussi, et pour répondre à votre question, le rôle des Référents Supporters dans le développement de la fan expérience de leur club varie d’un club à l’autre. Ce volet de l’activité du Référent Supporters fait néanmoins parti de la fiche de poste standard du métier. Le poste étant encore récent, il appartient à chaque Référent Supporters et à chaque club de le construire à leur manière. Ainsi, des Référents Supporters occupant d’autres fonctions au sein de leur club peuvent se sentir plus proches de ces sujets, notamment s’ils sont en lien direct avec la billetterie, le stadium management, ou même directement avec la fan experience dans le cadre du reste de leurs fonctions.

Enfin, terminons par la question que l’on aime poser à tous nos interviewés : quel est votre définition de l’expérience fan ?

 La Fan Experience doit être le concept qui permet à chacun de comprendre que l’expérience du spectateur, du fan, du supporter ou du supporter actif est différente et personnelle. Chaque personne doit être en mesure de vivre son expérience au stade conformément à ses attentes (évidemment dans le respect du cadre fixé par les lois et les règlements intérieurs des enceintes).

Ainsi, la définition de la fan experience est multiple, et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à cette question.

Cela conclut notre dossier réalisé avec la LFP. Retrouvez la première partie de l’interview sur notre site :

Dossier LFP #1 : Projet Supportérisme et retour des supporters au stade.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés