Suis-nous
Retour des supporters dans les stades de Ligue 1 Retour des supporters dans les stades de Ligue 1

Fan expérience en France

Dossier LFP #1 : Projet Supportérisme et retour des supporters au stade

La LFP revient avec nous sur l’approfondissement de la relation avec les supporters et le retour des fans dans les stades de Ligue 1 et Ligue 2.

Publié

le

Après 4 mois d’interruption, le football professionnel reprend en France. La Ligue de Football Professionnel revient à ce titre sur l’approfondissement de la relation avec les supporters. Nous évoquons également la gestion actuelle de la crise sanitaire et les perspectives de retour des supporters dans les stades de Ligue 1 Uber Eats et Ligue 2 BKT 

(La LFP nous a fourni ses réponses dans le cadre d’entretien réalisé le 23 juillet 2020)

Le Projet Supportérisme de la LFP

Comment la LFP est-elle structurée en matière de supportérisme ?

La LFP est structurée de façon à répondre efficacement aux besoins des clubs. En parallèle de l’investissement de notre Présidente, Nathalie Boy de la Tour, sur les sujets relatifs aux supportérisme, un poste est consacré à ces sujets à la LFP, depuis juillet 2018. L’objectif est de coordonner au mieux les différents dossiers, par exemple au sein de l’Instance Nationale du Supportérisme (INS), de la Fondation Daniel Nivel, des projets internes à la LFP, des programmes européens (LIAISE +), mais aussi pour structurer le dialogue avec les supporters à toutes les échelles.

Ce poste de chef de projet supportérisme est aussi celui de la coordination des Référents Supporters dans les clubs professionnels, dont nous parlerons plus tard. Il s’agit pour la LFP d’apporter un soutien opérationnel à ce métier et de favoriser l’échange de bonnes pratiques entre les clubs, de façon à développer un réseau de Référents Supporters solide pour favoriser la professionnalisation et le développement de ce métier.

S’agissant de supportérisme, le plus important est le respect de la séparation des fonctions de sûreté-sécurité de celles relatives au supportérisme. Cela signifie donc que le Directeur Sûreté Sécurité ne peut pas, au sens de la loi Larrivé mais également dans le respect des bonnes pratiques, exercer parallèlement la fonction de Référent Supporters. Nous sommes structurés d’une façon similaire, afin de répondre au mieux aux attentes et aux besoins de nos interlocuteurs dans les clubs.

Quel rôle joue la LFP dans l’accompagnement des clubs sur le sujet du supportérisme ?

La LFP a toujours eu conscience de la nécessité de répondre aux enjeux du supportérisme et d’accompagner les clubs dans leur structuration, notamment lorsque celle-ci est amenée à évoluer rapidement.

Ainsi, cet accompagnement a été facilité par l’implication de l’ensemble des acteurs au sujet du volet dialogue de la loi de 2016, que ce soit en se réunissant collectivement au sein de l’INS, ou bien en mettant en avant le développement et la diffusion dans tous les clubs du métier de Référent Supporters. La loi Larrivé a donc institué des outils novateurs pro-dialogue, auxquels la LFP est aujourd’hui très attachée, et qui nous sont très utiles dans notre accompagnement des clubs au quotidien.

S’agissant plus précisément de l’accompagnement des clubs en matière de supportérisme, tout ou presque passe par le renforcement des Référents Supporters et notamment de leur rôle au sein des clubs. Pour cela, nous mettons en place un maximum d’outils à leur disposition, notamment via des formations et des séminaires. Ces pratiques vont se renforcer dans les prochains mois afin de continuer à insuffler une dynamique de réseau et de professionnalisation du poste.

Il appartient ensuite à chaque club, dans le respect des lois, des règlements et des bonnes pratiques de structurer ses relations avec ses supporters et sa gestion du supportérisme à l’échelle locale. L’accompagnement des clubs de la part de la LFP en matière de supportérisme se fait au niveau des Référents Supporters, qui sont de véritable relais pour chaque niveau local.

Approfondir la relation avec les supporters et créer du lien

Quel est le rôle du Référent Supporters dans les clubs ?

La fonction de Référent Supporters est inspirée par une loi, massivement travaillée par l’Instance Nationale du Supportérisme et activement soutenue par la LFP. Le rôle des Référents Supporters est en constante professionnalisation au sein des clubs.

On peut définir un Référent Supporters (de l’anglais Supporter Liaison Officer – SLO) comme un acteur incontournable du dialogue entre un club, ses supporters et l’écosystème local. Les RS sont un trait d’union et une courroie de transmission essentielle entre l’ensemble des acteurs liés aux supporters.

À l’origine (c’est-à-dire à partir du début des années 2010), le concept du référent ou du responsable de l’encadrement des supporters (RES) vient de l’UEFA pour les compétitions européennes de football. Le législateur français a pris acte de cette obligation et l’a même étendue à l’ensemble des disciplines sportives collectives professionnelles.

Le Référent Supporters est un acteur bénéficiant d’un champ d’action spécifique. N’étant pas en charge de la sécurité de la manifestation sportive, il ne constitue pas un directeur de sécurité bis. En revanche, il est amené à travailler en étroite relation avec le directeur sûreté sécurité, comme avec les responsables billetterie et marketing, le Stadium Manager, et pratiquement avec l’ensemble des salariés du club.

Le référent supporters a pour mission première d’être un interlocuteur crédible et un créateur de liens. Il doit permettre la bonne prise en compte des besoins, des contraintes, des devoirs et des droits de l’ensemble des supporters du club auquel il est rattaché (tant des supporters individuels que des membres d’associations de droit ou de fait) et du club adverse grâce à un important échange avec le référent supporters de ce club.

Ces personnes doivent être dotées d’un sens de l’écoute et d’un véritable savoir-faire en matière de dialogue. Ils ont donc en conséquence besoin de faire preuve de diplomatie, de conseil, de persuasion voire de médiation pour que la parole et/ou l’intérêt de tous les supporters puissent être entendus par les autres parties prenantes.

LFP : le rôle du référent supporter

Quels sont les plus grands changements que l’instauration du Référents Supporters a apporté dans (presque) tous les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 ?

Tout d’abord, il convient de rappeler que l’article 114 du règlement administratif de la LFP prévoit l’obligation pour chaque club de désigner une personne référente chargée des relations avec les supporters dans le respect des dispositions de la loi Larrivé. Cette obligation est aujourd’hui suivie par une immense majorité de clubs, le Référent Supporters étant devenu un incontournable du lien du club avec ses tribunes.

Les clubs français comptent aujourd’hui à 90% un ou plusieurs Référents Supporters, formés, investis, et au cœur des relations du club avec ses supporters.

Les Référents Supporters apportent une présence et une expertise quotidienne au sein des clubs sur les supporters. Ils constituent également un acteur essentiel sur le terrain, en jour de match, à domicile et à l’extérieur.

Est-ce qu’il y a des ligues étrangères qui vous inspirent particulièrement ?

Certaines ligues européennes, comme la SEF (ligue suédoise) ou la DFL (ligue allemande) ont développé des modèles d’accompagnement des clubs en matière de supportérisme et de structuration du rôle de référent supporters au début des années 2010. Leur expérience sur ces sujets est précieuse et nous nous en sommes inspirés, en allant à leur rencontre.

En revanche, chaque pays a ses propres spécificités et son propre type de supportérisme, et il nous appartient de prendre en compte ses spécificités pour continuer à développer le modèle français du supportérisme.

Le canal privilégié pour s’inspirer et échanger avec les ligues étrangères a été le programme LIAISE (Liaison Based Integrated Approach to Improving Supporter Engagement, programme Erasmus+ de SD Europe). Ce programme a réuni pendant plus de deux ans des fédérations nationales, des ligues et des organisations de supporters de toute l’Europe. Ces différentes entités ont travaillé et appris ensemble pour construire une véritable collaboration, sous la forme de partage de bonnes pratiques, mutuellement bénéfiques pour les acteurs du projet et pour le développement des Référents Supporters dans les clubs européens.

LIAISE a été un facteur essentiel du développement français de bonnes pratiques et du changement d’approche des différents acteurs face aux problématiques de supportérisme et de Référents Supporters. Le programme a également renforcé l’excellente collaboration entre les partenaires français (ANS, FFF et LFP).

Enfin, pour garantir un héritage solide et ancré dans le temps et afin de permettre une meilleure compréhension des conclusions, les résultats intellectuels sont mis à disposition par SD Europe, l’organisation pilote de LIAISE. Ces derniers permettent de constater les actions à mener en matière de renforcement des Référents Supporters, avec un accent particulièrement intéressant mis sur les bonnes pratiques inspirées de nos voisins européens.

L’image des groupes de supporters (ou ultras) est plutôt “mauvaise” en France. Comment souhaitez-vous améliorer leur image ? Quel est l’état du dialogue avec cette catégorie de supporter ?

L’image des groupes de supporters n’est pas négative si on se concentre sur le niveau local. A titre d’exemple, la crise du Covid-19 a montré à quel point les groupes de supporters sont engagés dans des causes sociales et caritatives dans leurs régions respectives. Ainsi, nous ne souhaitons pas contribuer à cette stigmatisation qui peut parfois avoir lieu du supporter comme un personnage étant uniquement négatif. Les supporters sont indispensables au football tel que nous le connaissons, et la grande majorité d’entre eux sont ouverts au dialogue.

Nous pensons que le développement d’un dialogue fort au niveau national entre toutes les parties prenantes du supportérisme peut contribuer à l’amélioration de cette image. C’est déjà le cas, notamment grâce aux travaux de l’INS et plus récemment au travers des conclusions du rapport parlementaire de Marie-George Buffet et de Sacha Houlié.

Le dialogue au niveau national est quotidien, et s’entretient par un échange d’information permanent, et par une confiance réciproque des acteurs. Tous les acteurs impliqués de près ou de loin dans le supportérisme peuvent bénéficier des fruits de ce dialogue, et les avancées récentes en sont la preuve : le tarif unique pour les supporters visiteurs, les tribunes debout, les expérimentations pyrotechniques, le renforcement du rôle des Référents Supporters, l’expérimentation des policiers référents, la circulaire Castaner, et de nombreux autres exemples.

Nous sommes particulièrement attachés à ce dialogue comme moyen privilégié d’actions en matière de supportérisme !

Gérer la crise sanitaire et l’interruption des compétitions

Durant la pandémie, est-ce que la Ligue a aidé, accompagné les clubs pour les encourager à rester engagés avec leurs fans ? Si oui, comment ?

Bien sûr. Malgré le ralentissement de l’activité, il est apparu évident qu’un des enjeux de cette crise était le maintien du lien entre les clubs et les supporters. Pour cela, les clubs ont eu de nombreuses relations avec leurs supporters, que ce soit via l’aspect abonnement/billetterie, avec les problématiques de remboursement ou non, ou que ce soit via le rôle des référents supporters, en lien permanent avec leurs groupes de fans.

Comment envisagez-vous le retour des supporters après la crise sanitaire et l’arrêt des compétitions ? 

Nous espérons un rapide retour des supporters, et d’un maximum d’entre eux, dans le respect des conditions sanitaires qui seront fixées par le gouvernement.

Pour cela, et comme chaque organisateur événements et chaque ligue de sport professionnel collectif, nous avons travaillé au retour du public dans les stades. Un groupe de travail composé de salariés de la LFP et de membre de la commission exploitation a développé un protocole de retour des supporters dans les stades. Ce travail important a nécessité une grande réactivité et un travail collaboratif majeur qui nous a permis de produire ce document, dont l’objectif est de convaincre les pouvoirs publics de rouvrir les stades pour les championnats avec tout le public et d’ici là de permettre également l’organisation de matches avec du public.

En parallèle de la rédaction de ce cahier des charges, il a été très important de prendre en compte les positions et les revendications des supporters. Pour cela, plusieurs échelles de dialogue et de travail se sont rapidement mises en place. L’Instance Nationale du Supportérisme a permis la création d’un groupe de discussions regroupant tous les supporters membres de l’INS. Ce groupe de discussion a produit un document de restitution, avec 6 positions/revendications/propositions, qui a ensuite été présenté à la Ministre des Sports lors de la 6ème séance plénière de l’INS. L’ensemble des propositions ont été transmise au groupe de travail de la LFP, qui les a pris en compte dans ses réflexions et dans la construction du protocole du retour du public dans les stades.

Interview Baptiste Huriez Directeur Marketing FC Nantes

Les fans nantais à La Beaujoire

Les supporters vous ont-ils communiqué des attentes ou inquiétudes particulières ?

Les supporters nous ont fait connaître leurs inquiétudes et leurs souhaits, et nous avons fait en sorte d’intégrer toutes ces positions dans nos travaux. Il est apparu essentiel d’inclure les supporters dans les réflexions. Au même titre que les autres acteurs concernés, d’autant qu’il s’agit bien du retour du public, donc des supporters dans les stades. Nous sommes désormais dans l’attente des nouvelles mesures, qui nous l’espérons permettront à un public le plus nombreux possible de revenir dans les stades en toute sécurité.

Une fois ces conditions de retour connues, les Référents Supporters auront un rôle majeur dans la préparation des premières rencontres et dans la prise en considération de ces mesures.

La sécurité dans les stades comme priorité

La sécurité des spectateurs est un sujet crucial. Quel est le rôle du policier référent et quelles sont les résultats observés ?

La Fondation Nivel a été créée en octobre 2000 à l’initiative de la Fédération Allemande de Football (DFB), avec la participation de la Fédération Française de Football, de l’UEFA et de la FIFA. La Fondation porte le nom de Daniel Nivel, gendarme très grièvement blessé par des hooligans allemands à Lens en marge d’un match de la Coupe du Monde de football en 1998.

Son objet est de prévenir les incidents autour des matches de football, particulièrement ceux opposant certains supporters aux forces de police. Pour cela, la Fondation Nivel encourage et finance des recherches et des expérimentations sur les violences dans le football et sur les moyens de les prévenir.

Comme décrit précédemment, l’instauration dans chaque club d’un Référent Supporters par la loi du 10 mai 2016 a renforcé les interactions entre les clubs et leurs supporters. La nomination d’un Policier Référent, sous l’égide de la Fondation Nivel, s’inscrit dans la lignée de la volonté d’étendre le modèle du Référent Supporters aux relations entre les supporters et les forces de l’ordre, au travers d’une expérimentation avec les supporters en déplacement.

Le public visiteur ne disposant généralement que de peu de repères et d’interlocuteurs réguliers du côté des forces de l’ordre, un dialogue clair et apaisé des supporters visiteurs avec les forces de l’ordre doit être favorisé. Le Policier Référent fait alors office de point de contact unique et privilégié des Référents Supporters et des supporters en déplacement.

Les tests sont menés depuis plus d’un an sur trois secteurs visiteurs (ceux d’Amiens, Lille et Strasbourg), et sont particulièrement encourageants. Un rapport d’expérimentation sera rendu public avant la fin de l’année 2020 et permettra de définir, espérons-le, un cadre de pérennisation de la démarche dans un maximum de villes. Aussi, une évaluation du dispositif par un expert indépendant, spécialiste des relations police-population, est en cours, et permettra d’ajuster le cadre dans lequel évolue ces policiers référents.

Nous avons beaucoup d’attentes sur ce modèle, qui doit permettre de diminuer certaines tensions constatées sur les secteurs visiteurs, et in fine d’améliorer l’accueil de ces supporters dans les stades. Nous considérons que les supporters visiteurs doivent être accueillis et bénéficier d’une expérience comparable aux supporters du club à domicile.

Dans la deuxième partie de notre entretien avec la LFP, nous évoquerons le retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades. Ainsi la manière dont la LFP promeut une meilleure fan experience. Rendez-vous mardi !

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

I am a finance and entertainment student excited by the idea of enhancing entertainment experiences thanks to numbers and technology.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Comment la JL Bourg garde le lien avec ses fans ?

Pour sa 1ère participation à une coupe d’Europe, la JL Bourg a été contrainte, comme tous, de s’adapter pour garder le lien avec les fans.

Publié

le

Pour la première participation de son histoire à une coupe d’Europe, la JL Bourg a été contrainte comme tous les clubs de revoir ses plans en s’adaptant au contexte sanitaire. Voici comment un club habitué aux salles pleines a réussi à combler le vide au moyen de différentes initiatives.

 

“Rien n’y fait, je ne m’habitue toujours pas à cette ambiance”. Assis à la table de marque, Maxime Vasselin savoure à demi-mot la victoire à domicile de la JL Bourg. Depuis l’annonce du deuxième confinement, l’arène de l’équipe bressane est interdite d’accès au grand public et seuls des journalistes, des salariés du club et des membres de la famille des joueurs ont été autorisés à entrer. Face à Nanterre, les crissements des chaussures et les consignes des staffs ont une nouvelle fois remplacé les encouragements des supporters, dans une salle qui comptait la saison passée le meilleur taux de remplissage de la ligue avec 98,8%. La billetterie, l’espace VIP et les services de restauration demeurent également fermés, faisant passer cette rencontre de la 23ème journée de Jeep Elite pour un simple match amical.

La salle Ekinox comptait la saison passée le meilleur taux de remplissage de Jeep Elite avec 98,8%.

 

Pourtant, tout avait bien commencé : en septembre, lors de la réception de Roanne, la JL Bourg retrouvait ses supporters après plusieurs mois d’absence. En plus de la victoire, cette soirée avait été l’occasion de célébrer la découverte à venir de l’EuroCup, soit la toute première participation en coupe d’Europe pour un club de la ville de Bourg-en-Bresse (42 405 habitants en 2020). C’est même dans une salle à guichets fermés (3 500 places assises) que les Espagnols de la Joventut Badalona ont été reçus le 7 octobre dernier.

Une saison à adapter en permanence pour la JL Bourg

Et puis le virus est progressivement revenu déstabiliser la saison en cours, comme se rappelle Loïc Michel, directeur de la communication : “Sur les 3.500 places de la salle d’Ekinox, 2.000 étaient déjà réservées pour les abonnés. Alors, quand on a commencé à évoquer des options telles que des fermetures partielles, des jauges à 50% ou des jauges au mètre carré, on a rapidement su qu’on ne serait pas dans les clous”. Dès lors, il a fallu mettre en place des stratégies sur différents niveaux pour entretenir le lien avec un public privé de rencontres.

Par chance, l’addition d’une nouvelle compétition à l’agenda a permis au club de maintenir une actualité sportive chaude et de nourrir sa communauté de façon plutôt régulière. Au total, entre la Jeep Elite, la coupe de France et l’EuroCup, ce sont pas moins de 26 matchs qui ont déjà été disputés cette saison par les joueurs de Savo Vučević. Pendant ce temps, d’autres équipes du championnat Français comptent à peine 9 rencontres depuis la reprise de fin septembre.

Face à l’impossibilité de servir ces prestations déjà payées, le président Julien Desbottes a proposé à ses abonnés des remboursements sous la forme d’avoirs pour la saison prochaine, ou alors sous la forme d’abonnements pour les chaînes Euroleague TV ou RMC Sport. En recevant chaque mois 14,99€ de la part du club, les intéressés ont donc pu suivre derrière leur écran les exploits de Zach Wright, Danilo Anđušić et Hugo Benitez sur les scènes nationale et européenne.

En ce qui concerne les retransmissions, Loïc Michel confie avoir eu la chance d’avoir été régulièrement programmé : “Pour l’instant, presque tous nos matchs sont passés en clair sur L’Équipe 21 ou sur la chaine Sport en France. La ligue de son côté choisit les rencontres qu’elle souhaite programmer, nous on est à leur disposition pour qu’ils puissent faire leur production”. À ce titre, il confie également que la JL prépare son propre système de production pour les diffusions sur LNB TV. Si deux caméras et un algorithme permettent actuellement de capter les rencontres de façon automatique, l’objectif est de proposer à terme un contenu plus ambitieux avec une réalisation dédiée et plusieurs cadreurs. Alors que la ligue vient également d’annoncer le lancement de son application mobile, les fans disposent donc désormais de plusieurs manières de suivre la fin de saison.

Des idées pour s’adresser aux fans

Aussi, il a fallu répondre de manière pédagogique aux différents doutes soulevés par la situation sanitaire. Relayée sur les réseaux sociaux, le site internet et par mailing, La Boîte À Questions est un contenu pédagogique qui a été imaginé pour délivrer des informations claires et transparentes : “Pourquoi ce match est annulé ou reporté ?”, “Peut-on perdre un match à cause de trop nombreux forfaits ?”, “Pourquoi ce joueur a-t-il le droit de jouer tel match, mais pas un autre ?”. Bien accueilli par les supporters, cet exercice a également permis de démystifier toutes sortes de rumeurs, qu’elles soient administratives ou sportives.

 

Dans un deuxième temps, l’équipe responsable de la communication a fait le choix de se mettre elle-même en scène afin d’entretenir un semblant de contact visuel avec le public. Ainsi, il est devenu fréquent pour la chargée de communication Manon Fontaine, la community manager Eléa Girardon ou encore le speaker Arafat Gorrab de se retrouver au milieu du newsfeed des fans de la JL, comme dans le format de La Récup qui conclut chaque soirée à domicile sur les réseaux sociaux. Cette mise à contribution accrue tend à humaniser le club auprès d’un public loin des tribunes, tout en rendant hommage “à ceux qui mouillent la chemise du matin jusqu’au soir et souvent du lundi jusqu’au week-end” dixit Loïc Michel.

 

Dans un autre registre, le directeur général et deux responsables commerciaux se sont également retroussés les manches : avant certains matchs, ils sont allés livrer en personne des paniers repas à leurs partenaires. Appelée “VIP Time”, cette opération qui est toujours en cours vise avant tout à remercier le soutien alloué au club, mais aussi à recréer l’ambiance d’un match à la maison. En plus des gastronomies thématiques, des goodies tels que des drapeaux et des tap-taps viennent compléter l’expérience pour que chacun puisse vivre un match agrémenté.

Un temps mis à contribution

Dans le cadre de la compétition européenne, la JL Bourg a dû répondre à des obligations supplémentaires comme le programme One Team. Celui-ci demande aux 42 équipes inscrites en EuroLeague et en EuroCup de mener des actions locales et solidaires à destination des personnes vulnérables. C’est pourquoi, pendant dix semaines, des enfants de l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg-en-Bresse sont venus appréhender des valeurs fondamentales du basket-ball telles que la confiance en soi, l’estime, le respect, l’ouverture d’esprit, la tolérance… une expérience riche en émotions pour tous les participants, comme l’évoque Loïc Michel : “On a eu huit petits soleils qui sont venus chaque semaine dans le cadre du projet parrainé par Pierre Pelos et soutenu par toutes nos équipes. Ça nous a clairement changé le quotidien et rempli de bonheur, une très belle aventure qui sera forcément le point de départ de beaucoup d’autres”. En publiant les résumés de ces dix après-midis d’échanges, le club a pu montrer de nouveaux visages à sa communauté, comme pour souligner son implication dans le tissu local.

 

Si la baisse d’activité globale a entraîné des périodes de chômage partiel pour certains des salariés, elle a aussi donné du temps pour entamer des projets nécessaires. Par exemple, suite à une proposition commerciale reçue lors du premier confinement, le club dispose aujourd’hui d’une application mobile destinée au grand public. Produite en partenariat avec le prestataire bFAN, celle-ci a été téléchargée par environ 80% des abonnés depuis septembre. Simple à éditer et à personnaliser, elle propose des informations plutôt classiques comme les dernières actualités ou les bios des joueurs professionnels, mais aussi des formats exclusifs comme Game Time dans lequel des membres du staff livrent les trois clés du prochain match. Des jeux viennent compléter l’ensemble avec une interaction possible en double-écran pendant les rencontres, comme des quizz qui ont permis de mieux s’approprier la campagne européenne.

Au final, malgré l’absence de public à Ekinox, la découverte de l’EuroCup a été bienvenue dans la saison de la JL Bourg. Malgré son lot de contraintes, elle a permis au club de conserver un rythme sportif et une actualité chaude, du moins jusqu’à maintenant. Régulièrement salué pour sa solide gestion financière, le club bressan peut aussi se targuer de poursuivre sereinement son développement dans la fan experience. Et si plusieurs projets en digital ou en animation de soir de match ont été rangés dans les cartons, il est certain que la force d’adaptation des équipes sera bientôt célébrée dans une salle pleine à craquer.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

Orange active son partenariat avec le XV de France via un filtre Instagram

Partenaire historique du XV de France, Orange vous invite à découvrir le joueur de rugby que vous êtes grâce un filtre Instagram en Réalité Augmentée.

Publié

le

Le filtre Instagram d'Orange Rugby et du XV de France

Très populaires sur Instagram, les filtres de Réalité Augmentée sont un bon un support de communication pour susciter de l’engagement chez les fans. Aussi, ils permettent de valoriser un partenariat entre un club, ou une fédération, et un sponsor.

 

Avant le Crunch tant attendu entre la France et l’Angleterre pour le compte de la 3ème journée du Tournoi des 6 Nations ce samedi, Orange, partenaire historique de la Fédération Française de Rugby et du XV de France, vous invite à découvrir le joueur de rugby qui sommeille en vous.

Plus précisément, parmi l’effectif actuel de l’équipe de France de rugby, l’opérateur téléphonique vous dit le joueur que vous êtes. Antoine Dupont, Charles Ollivon, Gaël Fickou… à chacun son rugbyman.
Afin de personnaliser davantage le filtre, Orange a également associé un adjectif tel que Tacticien, Leader ou Courageux à chaque joueur. De quoi peut-être justifier le choix final du filtre !

Le “Qui êtes-vous ?” dans les filtres Instagram s’avère être très efficace. Il a souvent été utilisé par des séries télévisées comme Game of Thrones. Cet effet en Réalité Augmenté permet effectivement de créer un lien indirect entre un athlète et un fan, et donc d’engager d’une manière ludique sa communauté.

Si vous souhaitez tester le filtre d’Orange c’est très simple. Il suffit de vous rendre sur le compte Instagram de Team Orange Rugby et de retrouver les effets disponibles. Vous pouvez aussi simplement cliquer ici.

Instagram

Pour promouvoir sa création, Orange a pu compter sur les joueurs du XV de France qui ont eux-mêmes utiliser le filtre dans leur Story. D’autres personnalités comme d’anciens joueurs professionnels, journalistes ou comédiens ont également joué le jeu. Ce qui a certainement offert une belle visibilité à la marque.

Pas moins de 500 millions de personnes utilisent les Stories sur Instagram au quotidien. Soit la moitié des utilisateurs du média social. Un club ou un partenaire a donc tout intérêt à y proposer du contenu !

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture