Suis-nous
Idées pour des stades éco-responsables Idées pour des stades éco-responsables

Actu fan expérience

5 idées éco-responsables à destination des fans

Focus sur 5 pratiques éco-responsables qui visent à limiter l’empreinte environnementale des fans dans les stades et les salles.

Publié

le

Pour toute entité, l’écologie n’est plus à négliger. C’est un enjeu majeur qui demande la mise en place de moyens pour limiter notre impact sur l’environnement. Dans le monde du sport, de nombreux clubs ont emprunté ce virage vert en souhaitant rendre nos salles et stades éco-responsables.

 

En limitant les coûts d’infrastructures avec des dispositifs volumineux comme des panneaux solaires ou un nouveau système de consommation d’eau, voici 5 idées éco-responsables à destination des fans et “faciles” à mettre en place dans une enceinte sportive.

Le recyclage ludique de mégots grâce au vote

Il n’est jamais évident d’empêcher les spectateurs fumeurs de jeter leur mégot de cigarette sur le sol en dehors du stade. Et c’est malheureusement une problématique courante pour les organisateurs d’événements. Les mégots de cigarettes font partie des déchets sauvages les plus nombreux et ils représentent une véritable pollution.

Afin de réduire ce déchet et de sensibiliser son public, le club de football belge du Standard de Liège a eu une idée originale : le cendrier-vote. Système de recyclage que l’on retrouve de plus en plus dans les villes, le cendrier-vote permet via un sondage de collecter les mégots de cigarettes afin de les recycler. Pour encourager ses fans à cette nouvelle pratique, le Standard les invite à donner leur avis sur des moments clés de l’histoire du club. Comme le but qui les a fait le plus vibrer. Ainsi, les fans se sentent davantage concernés par cette initiative car ils ont un jugement à partager. 

Au total, le club a installé 13 cendriers-vote au stade de Sclessin. Les mégots collectés sont ensuite recyclés grâce à une solution proposée par la société WeCircular.
Limiter les déchets polluants en poussant les fans à agir est une première étape pour des stades éco-responsables.

Une restauration plus locale et de saison

Bien manger, c’est essentiel. Et l’origine et la qualité des produits que nous mangeons sont devenus des critères très importants. Des clubs et enceintes sportives ont récemment décidé d’abandonner les fast-food et le fameux sandwich en sachet pour laisser place à des produits locaux et sains. Un modèle qui vise à la fois à valoriser la production locale et régionale et à s’orienter vers une démarche plus écologique. Tout en proposant aux spectateurs une offre de meilleure qualité. 

C’est par exemple le cas au Golden 1 Center, la salle omnisports de Sacramento où évoluent les Kings en NBA. Une salle qui a d’ailleurs été élue enceinte sportive la plus éco-responsable au monde en 2017. Dans ce lieu ultra-moderne (inauguré en septembre 2016) d’une capacité de 17 000 spectateurs, 90% des aliments proposés proviennent de producteurs localisés dans un rayon de 240 kilomètres. Un périmètre qui est relativement étroit à l’échelle des États-Unis. La promesse du Golden 1 Center est de garantir à ses visiteurs des produits frais et sains à chaque événement.
Une restauration locale au stade, une idée qui semble s’implanter fortement aux US comme l’avait mentionné Benjamin Roumegoux dans une précédente interview sur son aventure de Stadium Tour aux États-Unis.

La salle apporte également une dimension sociale à son offre de restauration. En effet, l’ensemble des produits invendus et consommables sont donnés à des banques alimentaires locales. Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble du programme de restauration du Golden 1 Center dans cette charte de 10 points

Un recyclage ludique et efficace

Élément majeur de l’écologie, le recyclage concerne tout le monde. Même si cette pratique fait partie de notre quotidien, il n’est pas toujours évident de contrôler les bons et mauvais comportements. Et c’est une action qui peut être difficilement applicable pour le consommateur, surtout pendant un événement. Dans les stades, le tri des déchets a encore des efforts à fournir pour s’installer durablement. Il suffit de faire un tour dans les tribunes après un match pour s’en rendre compte. 

Depuis plusieurs mois, le Groupe Coca-Cola, en partenariat avec la start-up Lemon Tri, tente de jouer le rôle de sensibilisateur du recyclage dans les stades. La société a installé dans plusieurs enceintes en France des machines qui incitent au tri sélectif. D’une manière ludique, ces machines contribuent à faire comprendre au consommateur qu’un emballage doit être recyclé via des messages pédagogiques diffusés à travers des ambassadeurs. La démarche se veut être attractive grâce à des cadeaux à gagner pour les participants (tickets ou goodies). Le but est d’attirer l’attention et de pousser les fans à obtenir les bons réflexes.

Nous avons eu l’opportunité de tester ces machines à plusieurs reprises à l’AccorHotels Arena à Paris lors du LNB All Star Game ou encore lors de la finale du championnat d’Europe de handball féminin. Ludiques et visibles dans les coursives, ces machines font partie intégrante de l’expérience fan comme les autres animations proposées tout en rendant les stades éco-responsables.

Parking dédié aux voitures électriques, covoitureurs et vélos

Même si le moyen de locomotion le plus courant pour se rendre au stade reste les transports en commun, beaucoup de fans qui viennent de loin doivent utiliser leur voiture. Un fait à prendre en compte et qui peut faire l’objet de nouvelles installations responsables.
En effet, plusieurs enceintes ont commencé à anticiper les changements à venir sur le marché de l’automobile en installant des bornes de recharge pour les véhicules électriques. C’est par exemple le cas au flambant neuf Mercedes-Benz Stadium à Atlanta. Autour du stade, pas moins de 48 bornes sont disponibles pour les fans équipés. Ce qui est largement au dessus de la moyenne aux Etats-Unis. Un dispositif plutôt massif qui s’explique par le fait que l’État de Géorgie est un des meilleurs pour les ventes de véhicules électriques dans le pays.

En France, ces parkings dédiés aux voitures électriques pourraient bien se développer à long terme. L’année 2019 a effectivement enregistré la vente de plus de 37 000 véhicules électriques contre 31 000 en 2018 et 25 000 en 2017.  


Dans le même esprit, on peut également mentionner les parkings dédiés aux vélos qui sont plus nombreux dans les stades. Tout comme les parkings réservés aux covoitureurs tel que celui du FC Nantes à la Beaujoire. Une zone de 300 places qui a été inaugurée la saison dernière afin de limiter les déplacements en voiture autour du stade. Et c’est via la billetterie du club que les fans nantais peuvent récupérer leur accès. 
Voiture électrique, vélo, covoiturage… plusieurs moyens de transports sont bons pour rendre nos stades éco-responsables.

La pratique du zéro-déchet

Il y quelques semaines, l’Amiens Sporting Club a fait parler de lui avec son projet écologique. Le club picard souhaite en effet devenir le premier stade zéro-déchet en France. Et pour cela, le Stade Crédit Agricole de la Licorne (12 000 places) souhaite proposer en 2020 de nouvelles manières de faire à ses supporters :

  • Fin de la vaisselle en plastique, remplacée par des assiettes biodégradables en amidon de maïs
  • Fin des bouteilles en plastiques, remplacée par des gobelets réutilisables
  • Des nouvelles poubelles de tri avec la présence d’une brigade dédiée
  • Un système de redistribution des restes alimentaires via une banque alimentaire et possiblement via l’application spécialisée TooGoodToGo

Avec l’ensemble de ces dispositifs, le Stade de la Licorne jouerait le rôle de sensibilisateur. Un rôle essentiel pour proposer aux fans des solutions viables lorsqu’ils consomment.
En écrivant cet article, nous avons bien sûr en tête l’image des supporters japonais lors de la coupe du monde de football en 2018 qui nettoient leur tribune après les matchs. Si culturellement cette pratique est impossible en France, c’est peut-être aux clubs de prendre les dispositions nécessaires pour améliorer le traitement de nos déchets.

En matière de déchet, d’autres idées sont également à prendre comme la réutilisation des drapeaux. C’est le cas de la Section Paloise en rugby qui propose des bacs à la sortie de son stade pour les récupérer. Une pratique qui peut être frustrante pour certains qui souhaitent garder un souvenir. Cependant, quand on se rend souvent au stade, c’est tout à fait adapté. 

À travers ces exemples, nous avons vu plusieurs idées facilement applicables pour rendre nos salles et stades éco-responsables. Au delà de limiter notre empreinte sur l’environnement, ces idées ont aussi et surtout un objectif de sensibilisation auprès des fans. Et comme elles peuvent très bien être ludiques, pratiques et innovantes à la fois, ces activations écologiques contribuent elles aussi à une expérience fan réussie.

Vous avez aimé cet article ?

Chargé de SEO & SEA dans une agence de voyage sportif, je suis un passionné du Sport Digital et de la Fan Experience. Chez Franstriker, j'ai pour objectif de faire grandir le projet et d'écrire de temps en temps sur les activations digitales des uns et des autres dans le monde du sport.

Fan expérience en France

Opération Octobre Rose pour le Valence Romans Drôme Rugby

Pour la réception de l’AS Béziers Hérault, le VRDR s’est mis au rose pour soutenir la lutte contre le cancer du sein.

Publié

le

Octobre Rose par le VRDR

Le mois dernier, le Valence Romans Drôme Rugby a mis en place l’opération Octobre Rose lors de la réception de l’AS Béziers Hérault pour le compte de la 7ème journée du championnat de Pro D2 en rugby. Proche des associations locales, le club drômois a notamment organisé une vente aux enchères de maillots de match.

Le vendredi 23 octobre 2020, la lutte contre le cancer du sein était au centre des attentions au stade Georges Pompidou de Valence. Malgré le contexte sanitaire, qui a forcé le club à annuler toutes les animations habituellement prévues, le Valence Romans Drôme Rugby (VRDR) a su organiser un événement complet autour de la thématique Octobre Rose.

Le 23 octobre n’avait pas encore sonné le reconfinement national (il a débuté le 30 octobre) et Valence bénéficiait d’une autorisation d’accueillir jusqu’à 5 000 personnes dans son stade. Un stade qui comptabilise environ 15 000 places et dont le VRDR réalise une affluence moyenne autour 3 à 4 000 spectateurs. Il y avait donc des spectateurs dans le stade pour cet événement.

Un événement Octobre Rose pour la réception de l’AS Béziers Hérault

Pour la 8ème année consécutive, le VRDR s’est mobilisé pour soutenir l’association Agir Contre le Cancer 26 (ACC 26). Lors du dernier match à domicile avant le confinement national, les joueurs ont abandonné leurs maillots habituels en damier, pour revêtir une tenue spéciale avec de nouveaux maillots roses.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par VRDR Rugby (@vrdrrugby)

Ce soir-là, il n’y avait pas que les maillots qui étaient roses. Le club a aussi développé tout un lot de goodies de couleur rose avec notamment des masques ou des ballons VRDR. Des lots dont les bénéfices ont été entièrement reversés à l’association partenaire.

“L’idée : un événement dans l’événement match.”

Hans Granell, Responsable Marketing du VRDR

Le club a également proposé à ses supporters une récolte de leurs tokens non utilisés. Les tokens sont des jetons échangés contre de l’argent par les supporters au stade. Un système de cashless qui leur permet ensuite d’utiliser cette monnaie officielle et spécifique au club dans les différentes buvettes et points de restaurations de l’enceinte. Ainsi, grâce à des urnes placées à proximité des buvettes, les supporters pouvaient faire don de leurs tokens restants afin d’alimenter la cagnotte pour la lutte contre le cancer.

De nombreuses autres animations étaient également proposées, dans le respect du protocole sanitaire. Parmi elles, un stand autour duquel s’étaient réunis les joueurs au repos pour signer des autographes et faire des photos avec les fans.

Les partenaires apportent leur contribution en participant à une vente aux enchères des maillots de match

Pour soutenir l’association drômoise, le VRDR a mis aux enchères les maillots roses portés par les joueurs durant ce match à thème. Une vente physique et digitale puisque 10 télévisions retransmettaient en direct les enchères dans les 1 600m2 de l’espace partenaire du stade Georges Pompidou.

Une solution que le club a trouvé afin de respecter la distanciation sociale de rigueur et les gestes barrières pour ainsi permettre à l’ensemble des partenaires d’assister et de participer à cette vente de maillots.

Jean-Daniel Desplanches

La vente aux enchères des maillots du VRDR

Les partenaires du club ont également pu assister à une exposition de Marianne Louge, photographe portraitiste et meilleur ouvrier de France, retraçant le parcours de guérison de ces héroïnes du quotidien qui luttent courageusement contre la maladie. L’exposition présente 6 femmes prises en charge par l’Institut du Sein (Ardèche). Ces photos sont issues d’un projet de “Photographie Thérapie“, dans lequel ces femmes ont pu assister à des améliorations de leur image corporelle tout au long de leur lutte contre le cancer. Le projet a permis aux patientes de retrouver leur féminité en les aidant à s’exprimer corporellement.

De 2013 à 2019, l’ensemble de ces événements réalisés par le VRDR ont permis de rapporter près de 28 000 € à l’association ACC 26. Cette année, le club a récolté plus de 21 000€ en une seule soirée. Le précédent record était de 9 500€ sur un seul match. C’est donc une très belle soirée pour le club drômois, qui a reversé la totalité de cette somme à l’association ACC 26 et à destination du Centre Léon Bérard de Lyon, qui lutte activement contre le cancer par des soins, des recherches et des enseignements en cancérologie.

La mascotte du VRDR contribue pleinement à la fan expérience au stade

Si vous êtes un lecteur régulier, vous devez savoir que pour nous, la mascotte est un élément indissociable de la fan experience. Souvent mise en avant dans nos articles, elle est le personnage accessible qui amuse petits et grands, anime le grand public ou les partenaires lors des matchs et des temps faibles.

Au Valence Romans Drôme Rugby, la mascotte représente un tigre. Dénommée Taïka, elle accueille les visiteurs, dès l’ouverture des portes du stade. Pendant le match, elle se déplace dans les tribunes pour rencontrer les supporters et partager quelques photo souvenirs. Cette année, en raison des protocoles et de la bulle sanitaire mise en place autour des joueurs, elle n’a pas accès au bord de pelouse.
Pour ce match sur le thème d’Octobre Rose, la mascotte avait également troquée son habituel maillot noir et blanc pour un maillot rose, comme les joueurs.

Jean-Daniel Desplanches

Taïka animant les tribunes du VRDR

Pendant la rencontre, la mascotte offrait des goodies aux enfants présents tout en s’amusant avec eux. Depuis quelques saisons, elle dispose même de son propre pistolet à propulsion pour envoyer des t-shirts et d’autres goodies à l’effigie du club directement dans les tribunes.
En fin de match, Taïka rejoint l’espace partenaire pour faire l’animation.

Une expérience fan en développement à Valence

Lucas Meysonnat, reporter Fanstriker et étudiant à Kedge Business School, réalise un projet étudiant de développement de la fan experience en coopération avec le VRDR. Il nous en dit plus dans l’épisode #53 de notre podcast Fanstriker.

Les matchs à thèmes sont légions dans le sport lors des rencontres à domicile. Que ce soit des actions engagées comme notre exemple du jour avec le VRDR qui agit pour la lutte contre le cancer du sein ou d’autres actions liées au calendrier comme la Saint-Valentin ou encore Halloween, les fans apprécient les efforts des clubs pour s’accorder avec le calendrier. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés