Suis-nous
Le classement Instagram des clubs de Ligue 1 Le classement Instagram des clubs de Ligue 1

Fan expérience en France

Les clubs de Ligue 1 apprécient Instagram

Quel contenu les clubs de Ligue 1 diffusent-ils sur Instagram ? Découvrez le classement et les bonnes pratiques des clubs.

Publié

le

Après avoir observé l’utilisation de Facebook par les clubs de football français, c’est maintenant au tour du réseau social Instagram. Que font les clubs sur ce réseau de partage de photos ? Réponse avec leurs bonnes pratiques et le classement Instagram de la Ligue 1.

 

Second épisode de notre saga consacrée à l’utilisation des  réseaux sociaux par les clubs de football professionnels, nous passons aujourd’hui à un réseau très apprécié des plus jeunes d’entre nous : Instagram.
C
rée en 2010, il fait figure de petit jeune parmi les 3 réseaux sociaux les plus connus. Son utilisation principale est le partage de contenus photos, vidéo mais aussi de live instantané via les stories (inspirés de Snapchat). Les fans peuvent suivre les comptes de leurs stars, marques ou clubs préférés et s’engager en postant des commentaires ou en likant les contenus diffusés. La clé de ce réseau est le hashtag. Il permet comme pour l’exemple suivant : #Fanstriker de classifier tous les contenus d’un même sujet ou d’un même compte.

Ce réseau social est, d’une manière générale, moins utilisé par les clubs qui favorisent davantage Facebook et Twitter.

Un réseau social de partage de photos et vidéos

Instagram est probablement le réseau social préféré des joueurs. Ils sont en effet plus actifs que sur Facebook ou parfois Twitter. Les fans apprécient également ce réseau car il donne l’impression d’entre dans l’intimité d’un joueur, d’un groupe ou d’un club. Avec Snapchat, Instagram fait partie de ces réseaux de l’instantané, de la vidéo live peu préparé mais qui donnent une impression d’originalité que le public apprécie.

Les bonnes pratiques des clubs

Pour commencer, nous avons remarqué qu’un joueur peut avoir sur son compte Instagram plus d’abonnés que son club lui même tel que l’exemple ci-dessous avec l’OL et Alexandre Lacazette. Ce n’est pas un constat que nous retrouvons régulièrement sur les autres réseaux.

 

L’interaction est parfois plus difficile à créer pour les clubs sur ce réseau. Alors les CM doivent redoubler d’originalité pour inciter ses abonnés à s’engager sur une publication, par un like, un commentaire, un repost ou un post en réponse sur son propre compte personnel. 
C’est l’exemple ci-dessous des Girondins de Bordeaux, qui incite ses fans à partager leurs photos de vacances aux couleurs du club girondins avec un hashtag dédié. Les plus belles seront ensuite publiées sur le compte du club. 

Le PSG a mis en place un rendez vous similaire avec ses fans sur Instagram. Le #ParisWorldwide, dont le principe est de partager une photo d’un fan qui porte le maillot du club dans un endroit souvent paradisiaque. 

Le FC Lorient à quant à lui utilisé le match retour des barrages d’ascension en Ligue 1 pour partager les photos de ses fans sur son compte Instagram. Le club a publié une dizaine de photos mettant en avant les supporters pour faire monter l’engouement autour de ce match important.

LORIENTAIS !

A post shared by FC Lorient (@fclorient) on

 

Faire passer des messages de soutien à l’occasion d’évènements peut être une pratique assez régulière. En témoigne cette publication du SCO Angers en marge de la finale de Coupe de France où il affrontait le Paris SG. Le club Angevin avait mis en place une opération de soutien auprès des joueurs en développant un #Hashtag dédié encore une fois afin que les fans puissent partager leurs photos. Ces photos étaient ensuite diffusées dans le vestiaire avant le départ des joueurs et du staff pour le stade de France.

La plupart des fans ne peuvent pas assister aux entrainements de leur équipe. C’est pour cela que beaucoup de clubs partagent des photos de l’entrainement en mode immersion où l’on peut souvent voir des sourires et beaucoup de travail. L’AS Monaco propose ce genre de publications très fréquemment.

 

📸@k.mbappe29 #Smile #Training #ASMonaco #Monaco #UniqueForever #GoMonaco #foot #football #DagheMunegu

Une publication partagée par AS Monaco 🏆🇫🇷 (@asmonaco) le

Dans notre article sur l’utilisation de Facebook par les clubs de Ligue 1, nous avions constaté que peu de clubs effectuaient un live-match sur leur page. Sur Instagram, très peu de clubs partagent du contenu photo en instantané durant la rencontre. Les clubs partagent principalement un visuel d’avant-match et un visuel final avec le résultat de la rencontre. L’Olympique de Marseille effectue ce genre de publication mais il informe également ses fans du score à la mi-temps via ce réseau.

 

🕕 MI-TEMPS (1-0) I L’OM regagne le vestiaire avec une petite longueur d’avance ! 🙌🏽 #OMOGCN

Une publication partagée par OM Officiel (@olympiquedemarseille) le

 

Lire cet article

 A LIRE ÉGALEMENT : LES CLUBS DE LIGUE 1 ET L’UTILISATION DE FACEBOOK : NOTRE ANALYSE

 

Au FC Nantes comme dans beaucoup d’autres club dorénavant, le match ne se termine pas à la 90ème minutes sur Instagram, mais au contraire il commence. Le community manager prolonge le plaisir des fans avec des photos et vidéos de la joie des joueurs et du staff après une victoire de son équipe.
Et dès le lendemain, les clubs publient une série de photos en lien avec la rencontre de la veille.

T E A M 👊

Une publication partagée par FC Nantes ⚽️ (@fcnantes) le

 

 

Certains clubs mettent également en lumière leurs équipes de jeunes comme le SM Caen et ses U19 Nationaux lors de leur parcours en Coupe Gambardella (la coupe de France des jeunes). Ces jeunes joueurs, très actifs sur ce Instagram, doivent apprécier la démarche de partager l’affiche avec les joueurs professionnels.

 

8ème de finale face au @stadedereims pour nos U19 Nationaux! 💪🔴🔵 #SMCaen #TeamSMC #InstaMalherbe #Gambardella #Formation

Une publication partagée par Stade Malherbe Caen (@smcaen) le

 

Instagram, les instragrameurs et les clubs, la rencontre

Les personnalités les plus populaires sur Instagram (hors célébrités) sont appelés des instagrameurs, ou des influenceurs. Quelques clubs invitent ces instagrameurs lors de moments précis pour leur offrir une visibilité originale et différente. 
Comme à l’OL en mars dernier, certains clubs organisent des #instameet. Le principe est d’invité ces créatifs pour qu’ils prennent des clichés du stade, du lieu ou des personnes avec leur propre regard. Cela profite au club car c’est un contenu qui est général de très bonne qualité. Et c’est pour la majorité des cas, sans frais.

Le PSG a été un précurseur dans cette pratique en invitant des instagrameurs pendant les matchs. Ces derniers disposaient d’une carte blanche pour shooter tous les espaces. Une stratégie plutôt gagnante puisque le club a triplé son nombre d’abonnés sur Instagram en 1 an entre février 2015 et février 2016.
Pour avoir plus d’informations sur cette action, nous en parlions lors d’un précédent article sur Fanstriker.

Le Paris SG et l’AS Monaco champions d’Instagram

Les résultats sur Instagram sont semblables à ceux sur Facebook. Le Paris SG est toujours en tête avec nombre de fans énorme (plus de 8m d’abonnés) tandis que ses poursuivants, l’AS Monaco et l’Olympique Lyonnais, ne détiennent que 516k et 420k abonnés.

Mais outre le classement du nombre d’abonnés, on peut remarquer que l’activité la plus importante est celle de Monaco mais suivi ensuite de très près par… le Montpellier Hérault Sport Club à environ 200 photos/vidéos de moins. Ils sont poursuivis par l’inévitable Paris SG avec ses 3 717 publications. Ces trois là sont largement en avance en termes d’activité sur Instagram sur l’ensemble des comptes de Ligue 1.

Le classement Instagram des clubs de Ligue 1

Le classement Instagram des clubs de Ligue 1

Toujours des difficultés pour les anciens pensionnaires de Ligue 2

Les clubs récemment montés en Ligue 1 ont du mal à combler leur retard sur les réseaux sociaux et ça se signale encore avec Instagram. Nancy et Dijon sont dans les 3 relégués avec 19 500 abonnées nancéiens et 14 900 abonnés dijonnais. S’intercale entre ces deux club, les bretons de l’EA Guingamp avec 18 200 abonnés. Mais c’est déjà très bien pour une petite ville comme celle de Guingamp !

En termes de publications, ces clubs ont une activité très faible par rapport au reste du peloton de Ligue 1. Entre 500 et 200 contenus postés seulement, c’est encore trop peu pour espérer sortir de la zone de relégation.
En toute logique, on peut constater que moins un club communique et partage des contenus sur Instagram, moins il détiendra d’abonnés. Le travail de fond est vraiment important car il faut savoir mettre en place une histoire cohérente avec le partage de photos et vidéos ayant un lien les uns avec les autres.

Continuez à suivre vos clubs favoris sur Instagram. Dès demain nous nous attaquerons à la Ligue 2.

Vous pouvez toujours réagir et échanger avec nous via twitter 

Vous avez aimé cet article ?

Fan expérience en France

Dossier LFP #2 : Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans la deuxième partie de notre dossier sur la LFP, on discute de la manière dont elle fait la promotion d’une meilleure fan experience et des sujets qui font beaucoup parler : les fumigènes, les tribunes debout et l’alcool dans les stades.

Publié

le

Vers un retour des fumigènes et des tribunes debout

Dans sa campagne pour améliorer l’expérience fan en France, la LFP porte une attention particulière à l’accompagnement des clubs mais aussi à l’écoute des supporters. Dernièrement, l’éventuel retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades anime le débat. La LFP nous en dit plus sur ces sujets.

(La LFP nous a fourni ses réponses le 23 juillet 2020)

Vers un retour des fumigènes, des tribunes debout et de l’alcool dans les stades ?

Quels sont les axes prioritaire de développement relatifs au supportérisme pour la LFP ?

Plusieurs axes de travail en cours ou à venir sont à souligner.

1. La Pyrotechnie :

Le plus médiatique ces derniers mois est la pyrotechnie. L’ouverture de discussions encourageantes sur la pyrotechnie au sein de l’INS (Instance Nationale du Supportérisme) est la preuve que des sujets imaginés comme tabous sont également discutés. Un cadre préalable à des expérimentations a été défini par un groupe de travail de l’INS.

Ce cadre expérimental peut permettre aux clubs professionnels qui le souhaitent, en lien avec les associations de supporters et les autorités locales, de proposer à l’INS des expérimentations qui devront ensuite être validées par les instances sportives concernées, sur la saison 2020-2021.

En parallèle, une étape décisive du dialogue et du sujet « pyrotechnie », a été menée par Le Havre AC et le SCO Angers et leurs groupes de supporters (en lien avec la LFP), sur un modèle similaire à celui décrit ci-dessus. Nous suivons également de près les études et expérimentations menées par nos voisins européens. Nous avons entamé des démarches de recherche d’alternatives innovantes avec de grandes écoles françaises.

2. La préparation des matchs à risque

Dans la même lignée, la circulaire du Ministère de l’Intérieur (novembre 2019) s’inscrit dans le cadre des travaux menés par l’Instance Nationale du Supportérisme. Elle prône notamment la tenue de réunions préparatoires de sécurité en Préfecture en amont des rencontres avec tous les acteurs concernés par l’organisation de la rencontre. Un renforcement de l’anticipation dans la préparation des matchs à risque est essentiel.

L’ensemble des acteurs sont à mobiliser le plus en amont possible, afin de permettre une meilleure identification des risques, des enjeux, et des solutions à apporter. La systématisation des réunions préparatoires trois semaines à l’avance et l’implication des Référents Supporters dans ce processus de préparation et d’anticipation sont des changements de pratique importants qu’il convient de soutenir, notamment par un accompagnement fort de la part de la LFP.

3. Les tribunes debout

Les tribunes debout constituent également un axe de progrès très important. Une instruction interministérielle est parue au début du mois de juillet. Il s’agit de la suite logique d’une expérimentation de 18 mois, avec cinq clubs, qui a rendu des conclusions particulièrement positives.

L’instruction est signée par la ministre des Sports, le ministre de l’Intérieur et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, ce qui lui donne une force et une valeur d’autant plus importante. Son contenu est une avancée très importante dans le cadre des travaux liés au supportérisme et aux demandes des clubs de pouvoir permettre la station debout de leurs supporters en tribune. Cela est désormais possible, dans le respect de cette instruction.

4. Amélioration des relations avec les supporters

Parmi les axes de développement, on peut également citer la poursuite du dialogue à toutes les échelles, avec un fort potentiel de structuration et de professionnalisation des relations entre les différents acteurs (on pense notamment aux relations de la LFP avec l’Association Nationale des Supporters, qui sont efficaces et prometteuses depuis plusieurs saisons).

L’amélioration du parcours des supporters est également une priorité, et notamment celui des supporters visiteurs et des supporters en situation de handicap (qui fait d’ailleurs l’objet d’un groupe de travail de l’INS).

Enfin, et même si dans leur immense majorité les clubs ont intégré les Référents Supporters dans leurs schémas de fonctionnement respectifs, le plus gros chantier à venir reste la poursuite du développement, de la formation, et de la professionnalisation de ce métier.

On parle beaucoup de ces potentiels changements de régulation sur les sujets des fumigènes, de l’alcool et des tribunes debout dans les stades. Quelles sont les avancées sur ces sujets ? Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à reconsidérer ces sujets maintenant ?

La LFP, tout comme d’ailleurs l’ensemble des acteurs impliqués dans le dialogue national, est constamment à la recherche de nouveaux outils, bonnes pratiques et actions destinées à favoriser le dialogue national, et par extension local. L’enjeu, à l’image de l’expérimentation des policiers référents ou des tribunes debout, est de mettre en place de façon concrète à chaque niveau local des initiatives poussées par le niveau national, grâce à un dialogue fort et constant entre tous les acteurs.

Il n’y a pas de sujets tabous et nous n’avons donc pas nécessairement eu besoin de reconsidérer tel ou tel sujet plus qu’un autre. Ces sujets que vous citez sont toujours au cœur de nos préoccupations et de notre travail. En revanche, chaque fois qu’un sujet est particulièrement mis sur le devant de la scène, nous participons aux discussions avec engagement et une volonté d’avancer avec les autres acteurs impliqués.

Ces discussions se tiennent généralement dans les groupes de travail de l’Instance Nationale du Supportérisme. Nous avons passé, aux côtés des autres parties prenantes de l’INS, de longs mois à monter des projets expérimentaux. Les tribunes debout sont un succès, qui nous permet aujourd’hui d’aller plus loin (une nouvelle régulation).

L’objectif est de se servir du modèle réussi de l’expérimentation des tribunes debout pour entretenir un dynamique expérimentale positive. Cette expérimentation est donc une proposition d’ajout d’un outil pour alimenter les relations de dialogue et de travail des clubs avec leurs supporters. Les barrières, difficultés, refus, auxquels ils feront face pendant la durée de l’expérimentation contribueront à l’évaluation de cette dernière, de même que le seront les réussites.

Promouvoir une meilleure fan experience en accompagnant les clubs

Quel rôle joue la LFP dans l’accompagnement des clubs sur le sujet de fan experience ? Parlez-vous d’expérience fan avec les référents supporters et les différents groupes de supporters ? Quelle est leur vision sur ce sujet ?

On peut distinguer plusieurs volets d’accompagnement des clubs sur le sujet de la Fan Experience. Plusieurs entités de la LFP sont impliquées dans le soutien aux clubs sur ce sujet :

  • La Commission Exploitation réunit des Stadium Managers de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, des Responsables Billetterie et Expérience Spectateurs, et des experts de ces questions. Cette commission se réunit souvent, pour échanger sur les sujets d’actualités, sur des innovations et sur des projets à mener en matière d’exploitation des stades (ce qui inclut bien sûr la Fan Experience) ;
  • A titre d’exemple de projet piloté par cette commission, un projet de catalogue d’animations a été mené. Une deuxième version a même été proposé aux clubs en début de saison 2019-2020. Ce catalogue regroupe de nombreuses animations de différents prestataires et propose des outils clés en main, particulièrement selon les budgets des clubs et la localisation des animations dans le stade ;
  • Des séminaires expérience spectateurs sont organisés par les services de la LFP. Le dernier a eu lieu au début du mois de mars 2020 ;
  • Aussi, et pour répondre à votre question, le rôle des Référents Supporters dans le développement de la fan expérience de leur club varie d’un club à l’autre. Ce volet de l’activité du Référent Supporters fait néanmoins parti de la fiche de poste standard du métier. Le poste étant encore récent, il appartient à chaque Référent Supporters et à chaque club de le construire à leur manière. Ainsi, des Référents Supporters occupant d’autres fonctions au sein de leur club peuvent se sentir plus proches de ces sujets, notamment s’ils sont en lien direct avec la billetterie, le stadium management, ou même directement avec la fan experience dans le cadre du reste de leurs fonctions.

Enfin, terminons par la question que l’on aime poser à tous nos interviewés : quel est votre définition de l’expérience fan ?

 La Fan Experience doit être le concept qui permet à chacun de comprendre que l’expérience du spectateur, du fan, du supporter ou du supporter actif est différente et personnelle. Chaque personne doit être en mesure de vivre son expérience au stade conformément à ses attentes (évidemment dans le respect du cadre fixé par les lois et les règlements intérieurs des enceintes).

Ainsi, la définition de la fan experience est multiple, et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à cette question.

Cela conclut notre dossier réalisé avec la LFP. Retrouvez la première partie de l’interview sur notre site :

Dossier LFP #1 : Projet Supportérisme et retour des supporters au stade.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés