Suis-nous
Netball Silver Fern England Roses Netball Silver Fern England Roses

Fan expérience dans le monde

À la découverte du Netball, ce sport pas comme les autres

Sport très peu connu en Europe, le netball est pourtant sport féminin n°1 en Nouvelle-Zélande. Nous étions très curieux de s’intéresser à ce sport collectif populaire à l’univers girly très particulier.

Publié

le

Ce weekend l’équipe nationale Néo-zélandaise de Netball, les Silver Ferns affrontaient les England Roses. C’est donc avec grande excitation que nous avons assisté à la rencontre, impatients de découvrir un tout nouveau sport. Nous n’étions pas au bout de nos surprises !

 

Le netball, c’est quoi ce sport ?

Vous avez peut-être déjà entendu vaguement parler de ce sport, mais de là à le décrire précisément… Le netball pourrait s’apparenter au basketball. C’est un sport collectif de salle, où deux équipes de 7 joueuses s’affrontent avec l’objectif de marquer des paniers. À la différence des paniers au basket, au netball, les “net” sont à 3 mètres de haut et n’ont pas de planche. La technique de lancer est donc complètement différente.

Une partie se déroule en 4 quart temps de 15 minutes. Une fois la balle en main, une joueuse ne peut plus se déplacer, ni dribbler.

Le netball n’est pas un sport olympique, en revanche c’est un sport très populaire aux Jeux du Commonwealth et à la télévision. Ce sport compte environ 20 millions de pratiquants dans 10 pays. En comparaison, la FIBA considère que 450 millions de personnes jouent au basketball dans le monde.

[KGVID]https://fanstriker.com/wp-content/uploads/2018/09/IMG_0251.mov[/KGVID]

Un “sport de filles” ?

On parle de “joueuses” et “d’équipe féminine”, parce que le netball est majoritairement populaire et pratiqué par les femmes. C’est le sport le plus pratiqué par les filles en Nouvelle-Zélande mais également le sport le plus répandu à l’école. Si l’on observe la base de fans, les proportions sont frappantes : 81% des fans de netball sont des femmes, et 46% ont moins de 25 ans.

Mais le netball est populaire et regardé par une plus large partie de la population : 3e communauté sur les réseaux sociaux après le rugby et le football et 2,6 millions d’audiences TV cumulées l’an dernier chez les Kiwis. Difficile d’imaginer un tel sport collectif dominé par les filles en France!

Une rencontre surprenante

Le match se déroulait à la Spark Arena, où nous avions déjà assisté à une rencontre de basketball des Tall Blacks. Les lieux nous étaient donc familiers. Mais c’est dans une toute autre ambiance que s’est déroulé ce match de netball.

La différence est frappante, dès les portes d’entrée du stade. Le public présent n’est ABSOLUMENT PAS le public type auquel on peut être habitué en France, même pour un match d’une équipe féminine comme un match de Handball d’équipe de France par exemple.

https://twitter.com/fanstriker/status/1040844826793717760

C’est la première fois que nous avons vu autant de femmes, filles, de toutes générations en tribunes, à danser, chanter, déguisées pour soutenir leur équipe. Le DJ et les animations sont quant à elles plutôt en phase avec le public ce qui accentue l’effet très (parfois un peu trop pour nous) « girly » et familial du match.

Netball fans at Auckland game @Silverferns

Les fans de Netball ne sont pas des fans comme les autres!

En revanche, on ne peut pas dire que les filles n’aiment pas le sport et ne soient pas de « vraies fans » et qu’une enceinte ne peut pas être remplie et dégager des revenus grâce aux fans féminins – une problématique qui intéresse beaucoup l’équipe Fanstriker.

La vidéo ci-dessous montre l’ambiance “girly” qui règne dans ce sport. Une ambiance qui peut donner l’impression d’assister à un concert de Nicky Minaj, ou à une fête d’anniversaire. Mais ceci est bien un match de netball. (Mettez le son, le DJ s’est fait plaisir!).

[KGVID]https://fanstriker.com/wp-content/uploads/2018/09/IMG_0262.mov[/KGVID]

Plutôt intéressant de voir qu’un match de netball peut devenir une véritable sortie entre amies, entre copines ou en famille.

Côté fan expérience

Nous avons apprécié l’ambiance, même si les moyens utilisés pour animer le public étaient répétitifs et pas très originaux. Le recours abusif et exclusif de fans cam pour animer les tribunes nous a paru presque gênant – et c’est avec étonnement qu’on a vu le public danser pendant 5 longues minutes sur la même musique sans se lasser !

Quelques fans cams amusantes :

  • La Bongo Cam : le public doit taper sur des tams tams
  • La Floss cam : le public doit réaliser la « floss dance » populaire auprès des ados
  • La Dance cam : classique
  • Who’s in the driver’s seat (Qui est-ce qui conduit ?) : cam originale qui permet au sponsor automobile de l’équipe de proposer une animation aux fans, simulant deux conducteurs au volant d’une voiture de la marque.

À l’extérieur de l’arène, de nombreux stands maquillage et dessins étaient également adaptés à un public jeune. Originalité, le même sponsor automobile propose à l’entrée une voiture blanche que tous les fans peuvent dédicacer.

@Fanstriker

Activation originale d’un sponsor lors du match contre les England Roses

Un dernier petit clin d’œil inédit et propre à la Nouvelle-Zélande : malgré l’atmosphère très familiale, les fans peuvent consommer aux buvettes… de la vodka, en plein milieu d’après midi, pour regarder le match en toute tranquillité !

Ce qui est certain, c’est que la découverte du netball restera un souvenir fort et qui remet en question beaucoup de perceptions du sport et des fans. C’est peut-être un marché intéressant à étudier pour tous les clubs qui se demandent comment attirer plus d’enfants (notamment des filles), des femmes et de familles au stade…

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience dans le monde

Quand les fans font échouer le projet de la Super League

L’opposition des fans face à la Super League, notamment en Angleterre, a peut-être eu raison de ce projet qui souhaitait révolutionner le football.

Publié

le

Les fans face à la Super League

Jamais la planète foot n’a semblée aussi agitée que ces derniers jours. Lundi dernier, douze clubs européens ont annoncé la création d’une ligue fermée, The Super League. Quelques jours après, le projet est déjà avorté avec plus que trois clubs fondateurs à l’heure ou nous écrivons ces lignes. Cette révolution n’a visiblement pas supporté l’opposition intense des fans.

 

Une étude de cas concrète qui nous fait dire que les fans peuvent prendre l’ascendant sur leur club.

Football is for the fans

C’est principalement en Angleterre que les fans ont fait front face à la Super League. Seulement quelques heures après l’annonce du projet, nombreux sont ceux qui ont manifesté leur opposition que ce soit en ligne sur les réseaux sociaux ou en physique devant les stades et lieux de rassemblement. Les supporters de Liverpool, Arsenal et de Manchester United se sont par exemple rendus devant leur enceinte pour afficher des banderoles hostiles au projet. Le lendemain, des centaines de fans de Chelsea ont même retardé l’arrivée du bus de leurs joueurs qui disputaient un match à Stamford Bridge.

Comme souvent, les réseaux sociaux ont été le principal canal utilisé par les fans pour partager leurs avis. Certains appelleront cela la “dictature de Twitter”, d’autres la liberté d’expression. À l’heure où les médias sociaux sont omniprésents dans notre quotidien, il semble inévitable qu’un tel sujet y soit débattu par les internautes.

En plus des fans, des clubs non-membres de la Super League ont également dénoncé le projet. Leeds United ou bien Wolverhampton ont en effet pris la parole parfois avec humour et dérision. Notamment pour se moquer de leurs six confrères qui souhaitaient rejoindre la ligue. De quoi renforcer la prise de position des fans.

Wolverhampton qui se proclame Champion d’Angleterre 2018/2019. Cette saison-là, le club termine septième de Premier League derrière les six clubs anglais fondateurs de la Super League.

Leeds United qui renomme son adversaire du jour Liverpool en “Merseyside Reds”. Une blague en référence au jeu Pro Evolution Soccer qui pendant plusieurs années n’avait pas les licences nécessaires pour utiliser le nom de certains clubs anglais.

Avant ce match face à Liverpool, les joueurs de Leeds ont même porté un tee-shirt d’entrainement contestataire. Ce dernier valorisait l’importance du mérite et des fans dans le football.

Des clubs qui s’excusent auprès de leurs fans

Un par un, neuf des clubs fondateurs de la Super League ont annoncé leur retrait du projet. Le message qui revient constamment est alors : “Nous nous excusons auprès de nos fans” ou encore : “Les fans sont essentiels“. À Liverpool, le propriétaire américain John W Henry’s a lui même pris la parole pour honorer les supporters qu’il a “laissé tomber”.

Jamais les fans n’ont semblé aussi importants aux yeux de leurs clubs après cette polémique. Et nous pouvons dire que leur statut a alors été parfaitement respecté. Puisque dans l’histoire d’un club, quelque soit le sport, les joueurs, entraineurs et propriétaires passent, mais les fans, eux, restent.

Il est encore trop tôt pour savoir comment cette Super League va évoluer. Elle ne verra certainement pas le jour la saison prochaine mais rien n’empêchera certains clubs fondateurs, dont le Real Madrid, de revenir à la charge avec une proposition différente des actuelles coupes européennes. Les instances du football (UEFA et FIFA), clubs, joueurs et fans ont néanmoins tremblé ces derniers jours et compris que la ligue fermée était plus qu’un serpent de mer. 

D’autant plus que la volonté de la Super League reste “d’offrir une expérience nouvelle aux fans“.  Le Président de cette ligue, Florentino Perez, ne croit plus en la Ligue des Champions qu’il juge cruellement en manque d’attractivité avant les quarts de finale.

Super League ou non, désormais, il semble inévitable que les grands clubs européens consultent leurs fans avant de s’engager dans un tel projet. L’importance du sujet de la co-construction avec sa communauté est encore une fois prouvée. 

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience dans le monde

Des appareils électroménagers cassés dans les tribunes en Belgique

Le club belge et une association ont imaginé une action de sensibilisation au recyclage en disposant 500 appareils électroniques cassés dans les tribunes.

Publié

le

Action de sensibilisation au recyclage à destination des fans de football du pays

Une action de sensibilisation au recyclage de la part du club belge du FC Bruges et de l’organisation à but non lucratif Recupel.

 

Lors du match comptant pour la 34e journée de Jupiler Pro League entre le FC Bruges et le Royal Excel Mouscron ce dimanche 18 avril 2021, les tribunes du stade Jan Breydel (29 042 places) ont permis de réaliser une action de sensibilisation auprès de la communauté de fans de football du pays. 

Des appareils électroménagers et électroniques dans les tribunes

Des centaines d’appareils électroménagers et électroniques cassés ont assisté à la rencontre, sagement “assis” dans les tribunes. Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle technique pour engager les fans pendant la période de restrictions sanitaires, ni même d’un jeu concours mais tout bonnement d’une action de sensibilisation au recyclage. 

En tant que club de football avec une forte responsabilité sociale et une grande image, nous voulons également utiliser notre impact pour apporter notre contribution au niveau écologique.

FC Bruges

Ce sont donc des équipements électriques et électroniques cassés qui ont pris place dans les tribunes du stade Jan Breydel. Observez donc, les images que cela représente.

 

La démarche de sensibilisation a été menée suite à une étude de Recupel (organisation à but non lucratif spécialisée sur le recyclage). Cette étude montre que pas moins de 9 millions d’appareils électriques et électroniques en panne s’accumulent et prennent la poussière dans les foyers belges.
Une quantité d’appareils inutilisés et inutilisables qui représenterait la capacité de 300 stades de football. En moyenne, chaque famille belge a 2 appareils électriques et électroniques en panne.

Le club belge et son partenaire du jour, ont profité de l’absence physique des supporters pour attirer l’attention sur le message suivant : déposer les appareils électriques qui s’entassent à la maison dans un point Recupel pour qu’ils puissent être recyclés en de nouvelles matières premières.

« En emmenant ces appareils cassés à un point Recupel, vous ne libérez pas seulement de l’espace. Vous contribuez également à un meilleur environnement en donnant une nouvelle vie à votre appareil cassé. Après tout, le recyclage garantit que les matières premières de ces appareils peuvent être réutilisées pour la production de nouveaux appareils, par exemple. Plus nous recyclons de matières premières issues de l’électrotechnique, moins nous devons extraire de nouvelles matières premières grâce à l’exploitation minière traditionnelle et polluante », déclare Eric Dewaet, PDG de Recupel.

 

« Malheureusement, nous devons encore manquer nos supporters au stade Jan Breydel pour le moment. Les tribunes vides nous ont offert l’opportunité de soutenir Recupel dans cette campagne. Le Club Brugge est devenu un club de premier plan durable au cours des dernières décennies. Cette vision de la durabilité est plus large que ce qui est sportif sur le terrain. En tant que club de football avec une forte responsabilité sociale et une grande image, nous voulons également utiliser notre impact pour apporter notre contribution au niveau écologique. Par exemple, les gobelets utilisés lors de nos matchs à domicile sont déjà recyclés en nouvelles matières premières; notre complexe de pratique a été construit avec de nombreux matériaux de construction durables et notre nouveau stade du Club sera un excellent exemple en termes d’écologie » indique le club belge. 

Des tribunes vides et des possibilités infinies ? 

Cette période de crise sanitaire aura permis au moins une chose : repenser la façon dont nous pouvons occuper les tribunes d’une enceinte sportive. La préoccupation d’équiper les tribunes d’un stade vide aura vraiment été bénéfique tant les idées nouvelles continuent de fleurir dans les différentes structures. 

Ce n’est pas la première fois que nous abordons ce sujet ces derniers mois sur Fanstriker. Nous avions déjà vu une plage éphémère installée à Sydney en Australie en 2018, des photos portraits de fans sur les sièges en Allemagne ou dans d’autres pays, de large bâches avec les visages des fans en Angleterre, des personnages de dessins animés aux États-Unis, des toiles personnalisés fait main, des peluches aux Pays-Bas, des écrans digitaux avec les fans en live depuis leur domicile en France et aux États-Unis ou encore un salon de coiffure dans les tribunes à Paris en 2019. Et très probablement que d’autres initiatives ne sont pas encore passées dans notre spectre d’observation.

Même si rien ne remplacera les supporters dans le stade, toutes ces idées pourront pour certaines d’entre elles peut-être se pérenniser avec le retour du public dans les enceintes. 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture