fbpx
Suis-nous
Netball Silver Fern England Roses Netball Silver Fern England Roses

Fan expérience dans le monde

À la découverte du Netball, ce sport pas comme les autres

Sport très peu connu en Europe, le netball est pourtant sport féminin n°1 en Nouvelle-Zélande. Nous étions très curieux de s’intéresser à ce sport collectif populaire à l’univers girly très particulier.

Publié

le

Ce weekend l’équipe nationale Néo-zélandaise de Netball, les Silver Ferns affrontaient les England Roses. C’est donc avec grande excitation que nous avons assisté à la rencontre, impatients de découvrir un tout nouveau sport. Nous n’étions pas au bout de nos surprises !

 

Le netball, c’est quoi ce sport ?

Vous avez peut-être déjà entendu vaguement parler de ce sport, mais de là à le décrire précisément… Le netball pourrait s’apparenter au basketball. C’est un sport collectif de salle, où deux équipes de 7 joueuses s’affrontent avec l’objectif de marquer des paniers. À la différence des paniers au basket, au netball, les “net” sont à 3 mètres de haut et n’ont pas de planche. La technique de lancer est donc complètement différente.

Une partie se déroule en 4 quart temps de 15 minutes. Une fois la balle en main, une joueuse ne peut plus se déplacer, ni dribbler.

Le netball n’est pas un sport olympique, en revanche c’est un sport très populaire aux Jeux du Commonwealth et à la télévision. Ce sport compte environ 20 millions de pratiquants dans 10 pays. En comparaison, la FIBA considère que 450 millions de personnes jouent au basketball dans le monde.

Match des Silver Ferns contre England Roses

Un “sport de filles” ?

On parle de “joueuses” et “d’équipe féminine”, parce que le netball est majoritairement populaire et pratiqué par les femmes. C’est le sport le plus pratiqué par les filles en Nouvelle-Zélande mais également le sport le plus répandu à l’école. Si l’on observe la base de fans, les proportions sont frappantes : 81% des fans de netball sont des femmes, et 46% ont moins de 25 ans.

Mais le netball est populaire et regardé par une plus large partie de la population : 3e communauté sur les réseaux sociaux après le rugby et le football et 2,6 millions d’audiences TV cumulées l’an dernier chez les Kiwis. Difficile d’imaginer un tel sport collectif dominé par les filles en France!

Une rencontre surprenante

Le match se déroulait à la Spark Arena, où nous avions déjà assisté à une rencontre de basketball des Tall Blacks. Les lieux nous étaient donc familiers. Mais c’est dans une toute autre ambiance que s’est déroulé ce match de netball.

La différence est frappante, dès les portes d’entrée du stade. Le public présent n’est ABSOLUMENT PAS le public type auquel on peut être habitué en France, même pour un match d’une équipe féminine comme un match de Handball d’équipe de France par exemple.

C’est la première fois que nous avons vu autant de femmes, filles, de toutes générations en tribunes, à danser, chanter, déguisées pour soutenir leur équipe. Le DJ et les animations sont quant à elles plutôt en phase avec le public ce qui accentue l’effet très (parfois un peu trop pour nous) « girly » et familial du match.

Netball fans at Auckland game @Silverferns

Les fans de Netball ne sont pas des fans comme les autres!

En revanche, on ne peut pas dire que les filles n’aiment pas le sport et ne soient pas de « vraies fans » et qu’une enceinte ne peut pas être remplie et dégager des revenus grâce aux fans féminins – une problématique qui intéresse beaucoup l’équipe Fanstriker.

La vidéo ci-dessous montre l’ambiance “girly” qui règne dans ce sport. Une ambiance qui peut donner l’impression d’assister à un concert de Nicky Minaj, ou à une fête d’anniversaire. Mais ceci est bien un match de netball. (Mettez le son, le DJ s’est fait plaisir!).

Fans de Netball à Auckland

Plutôt intéressant de voir qu’un match de netball peut devenir une véritable sortie entre amies, entre copines ou en famille.

Côté fan expérience

Nous avons apprécié l’ambiance, même si les moyens utilisés pour animer le public étaient répétitifs et pas très originaux. Le recours abusif et exclusif de fans cam pour animer les tribunes nous a paru presque gênant – et c’est avec étonnement qu’on a vu le public danser pendant 5 longues minutes sur la même musique sans se lasser !

Quelques fans cams amusantes :

  • La Bongo Cam : le public doit taper sur des tams tams
  • La Floss cam : le public doit réaliser la « floss dance » populaire auprès des ados
  • La Dance cam : classique
  • Who’s in the driver’s seat (Qui est-ce qui conduit ?) : cam originale qui permet au sponsor automobile de l’équipe de proposer une animation aux fans, simulant deux conducteurs au volant d’une voiture de la marque.

À l’extérieur de l’arène, de nombreux stands maquillage et dessins étaient également adaptés à un public jeune. Originalité, le même sponsor automobile propose à l’entrée une voiture blanche que tous les fans peuvent dédicacer.

@Fanstriker

Activation originale d’un sponsor lors du match contre les England Roses

Un dernier petit clin d’œil inédit et propre à la Nouvelle-Zélande : malgré l’atmosphère très familiale, les fans peuvent consommer aux buvettes… de la vodka, en plein milieu d’après midi, pour regarder le match en toute tranquillité !

Ce qui est certain, c’est que la découverte du netball restera un souvenir fort et qui remet en question beaucoup de perceptions du sport et des fans. C’est peut-être un marché intéressant à étudier pour tous les clubs qui se demandent comment attirer plus d’enfants (notamment des filles), des femmes et de familles au stade…

Vous avez aimé cet article ?

Passionnée, supportrice et grande curieuse, j'ai à cœur de partager ma vision des événements. Convaincue du rôle central que les fans ont à jouer dans le développement du sport, je suis ravie de pouvoir mettre en lumière les bonnes pratiques qui peuvent servir d'exemple et d'inspiration à tous grâce à Fanstriker. Passionate, curious by nature, and a true fan, I like to share my vision about sport events. I am convinced that fans have a considerable part to play to develop the sport economy. Through Fanstriker I aim at bringing to light the best practices that can serve as an example or an inspiration.

Fan expérience dans le monde

La kids expérience, nouvel eldorado de la fan expérience

Fan zones exclusives, kids clubs, espaces numériques dédiés… Les clubs s’ouvrent de plus en plus au phénomène de la Kids expérience.

Publié

le

Jeunes supporters du Mèfi Club OGC Nice

La nouvelle génération de supporters est une des cibles privilégiées des clubs. En effet, l’intérêt est double : fidéliser des jeunes passionnés, en attirant avec eux leurs familles. A présent, l’objectif est de faire vivre une expérience riche et innovante aux plus jeunes d’entre nous.

 

Fidéliser en proposant tout type d’activité supplémentaire autour de son enseigne devient de plus en plus courant. La restauration rapide met notamment en place de nombreuses possibilités de fêter un anniversaire dans un de leur restaurant. C’est sur ce modèle que se basent l’AS Nancy Lorraine, ou bien le Stade Rennais, grâce à l’anniversaire en Rouge et Noir, autour d’une partie de foot indoor suivi d’un goûter et d’une distribution de goodies aux couleurs du club. Cependant, certains clubs vont plus loin, en proposant une kids expérience totale.

L’apparition des espaces réservés aux enfants : le kids club des Girondins de Bordeaux

Les clubs tentent continuellement de développer l’expérience de leurs supporters. Conscients que les stades peuvent parfois apparaître comme des endroits de conflits et de tensions en fonction des sports, du résultat et du public, de plus en plus d’institutions proposent des espaces dédiés et réservés aux enfants. L’objectif premier est d’inciter les familles à venir pour profiter du spectacle offert par le club, les joueurs et les supporters.

Un premier exemple de ce phénomène se trouve au FC Girondins de Bordeaux : le Kids Club, donnant accès à la Kids Area au Matmut Atlantique. En plus de l’accès aux 19 matchs de Ligue 1 Conforama à domicile,  tables de Air Hockey, bornes d’arcade, baby-foot et consoles de jeux vidéo sont à la disposition des jeunes Girondins de moins de douze ans pour 30 euros par an. Située à la coursive de la tribune famille, la Kids Area est ouverte avant le match mais aussi à la mi-temps, pour échanger quelques photos avec la mascotte BenGi, dans un espace décoré aux couleurs du club.

“Adopter une stratégie Kids Marketing est d’une complexité extrême de par la nature de la cible. Mais les bénéfices sont énormes: les jeunes supporters d’aujourd’hui sont nos Fans de demain. C’est une stratégie long-terme.”

Paul Bouffard, Chef de Projet Fan Experience FCGB

Une réussite totale selon de nombreux parents, relevant l’accessibilité et la sécurité du lieu. Pour une maman présente à l’inauguration en décembre 2017, « voir son enfant heureux, partager un bon moment et s’amuser avec les autres est le plus important. »

En plus de l’accès exclusif à la Kids Area, les adhérents peuvent profiter d’une visite des coulisses du stade, ainsi que bénéficier de nombreux cadeaux à l’effigie du club.   

Kids club Girondins de Bordeaux

Les jeunes supporters Girondins à l’inauguration de la Kids Area.

Manchester City FC, un modèle de kids expérience

Très actif dans l’expérience proposée à ses « junior fans », le club propose un espace entièrement dédié aux enfants de cinq à douze ans accompagnés de leur famille. Les portes du City Football Academy (le centre de formation de Manchester City) s’ouvrent trois heures avant le début du match. Cela laisse suffisamment de temps pour se prendre en photo devant les trophées du club, de disputer une partie de football ou bien de Bubble-Foot. Il est aussi prévu une rencontre avec les joueuses féminines. Pour les plus chanceux d’entre eux, il y a même un tirage au sort pour désigner qui accompagnera les joueurs lors de leur entrée sur le terrain. Un autre groupe posera sur la photo de début de match avec les Citizens. Pour les autres, une heure avant le coup d’envoi, une marche est organisée de la kids fan zone jusqu’à l’Etihad stadium, afin de prendre place dans l’enceinte du stade.

Mais les Skyblues ne s’arrêtent pas là : le club a développé toute une digitale kids expérience. Dès décembre 2018, les jeunes fans ont pu retrouver sur leur smartphones la Man City Kids Application, dans laquelle ils peuvent voir et revoir de nombreux contenus adaptés comme des highlights des derniers matchs ou des interviews de joueurs. Mais ce qui rend l’application d’autant plus intéressante, c’est la possibilité de débloquer des stickers, emojis et avatars tout au long de la progression. En effet, jouer des matchs virtuels ou affronter les mascottes Moonchester and Moonbeam sur des mini-jeux permet de collecter de l’expérience dans l’application. 

Ce concept permet de fidéliser les utilisateurs, en les récompensant. Plus les enfants créent du contenu, plus ils apparaissent comme fidèles supporters de Manchester City. De quoi se vanter auprès de ses camarades, et d’attirer d’autres jeunes qui veulent eux aussi, obtenir cette distinction.

https://www.facebook.com/mancity/videos/1244988068974021/?v=1244988068974021

Précisément un an plus tard, le club a aussi ouvert la chaîne YouTube Man City Kids. Au programme, du contenu ludique, les coulisses des entraînements, des mini-jeux entre les joueurs. Outre les « Xtra time », où l’on retrouve les joueurs en dehors des terrains de football, c’est bien le concept de « Mini-me » qui attire le plus : Kevin De Bruyne et Bernado Silva nous partagent des souvenirs et photos de leur enfance.

Aires de jeux, goodies, événements… découvrez la Kids expérience en Major League Baseball

Maîtres en la matière en fan expérience, les Américains sont en avance sur l’expérience proposée aux enfants. La majorité des clubs de la MLB y consacrent une grande partie de leur budget. La quasi-totalité des franchises américaines proposent déjà des abonnements réservés à la nouvelle génération de supporters. Par exemple, la possibilité d’obtenir, en plus des places pour les matchs, des écharpes, casquettes ou drapeaux aux couleurs du club.

D’autres poussent expérience plus loin : les Minnesota Twins, les Rangers Texas ou bien les Reds de Cincinnati ont mis en place des aires de jeux dédiées. Les enfants peuvent y retrouver des toboggans, des piscines à balles, des activités avec les mascottes officielles, avant de se rendre au match de leur équipe préférée.

Les New York Yankees ont eux aussi aménagé le Plymouth Rock® Kids Clubhouse : près de trois cents mètres carré d’obstacles à escalader, sauter ou éviter. On retrouve par exemple une casquette ou des gants de Baseball géants des NY Yankees sur lesquels les plus jeunes peuvent monter.

Plymouth Rock Kids Clubhouse

Le Plymouth Rock® Kids Clubhouse aux couleurs des « Bombers »

Ceux qui le souhaitent peuvent également se rendre à la Strike Zone Game pour défier leurs amis. Cette animation entraîne le public à viser, tout comme un baseballeur, avec puissance et précision. De quoi se mettre dans la peau de ses joueurs favoris et de s’imaginer faire lever les foules.

la Strike Zone Game des NY Yankees

Une jeune fan s’essayant à la Strike Zone Game

L’OGC Nice et son Mèfi Club : une vraie expérience de Kop

Aujourd’hui, Fanstriker souhaitait vous faire découvrir le Mèfi Club. Unique en France et créé en mai 2018, les petits supporters du GYM ont eu droit pour l’inauguration, à une après-midi exceptionnelle à l’Allianz Riviera. Les joueurs Dante et Benitez les ont accueillis dans les vestiaires en configuration de match. Après avoir révélé quelques petits secrets sur la préparation des joueurs avant les matchs, les deux piliers de l’équipe niçoise se sont livrés à une séance de dédicaces et de selfies. Evidemment, tous les Pichouns ont eu le droit à leur pack de bienvenue. Pour cette saison 2019-2020, l’adhésion au Mèfi Club était 9,90 euros.

Soucieux de proposer une expérience toujours plus approfondie aux plus jeunes de leurs supporters, le club leur a tout d’abord ouvert les portes de certains des entraînements privés, permettant d’être au plus près de leurs idoles. Mais ce en quoi le Mèfi Club est unique en France, c’est parce qu’il réinvente l’expérience Ultra pour l’adapter aux Pichouns. Ces derniers ont donc une partie entièrement dédiée dans le stade. Le but : avoir des jeunes motivés à l’idée de vivre le match ensemble, d’animer la tribune et de faire résonner leur voix au stade. Il s’agit donc d’une vrai expérience de Mini-Kop que le club méditerranéen veut faire vivre à ses jeunes fidèles supporters de moins de douze ans.

Pour Enzo, dix ans, qui a pu assister au match entre le club de Nice et celui de Dijon en septembre dernier : « C’était génial, on a pu faire comme les grands de la Populaire. J’ai adoré pouvoir regarder le match et surtout chanter toute la partie avec mes copains du Mèfi Club ! »

Une des figures de ce Mèfi Club se prénomme Lucas. Depuis plusieurs années, il est habitué à se rendre au stade avec son oncle, en tribune sud. Il a de suite rejoint ce nouveau Kop, qu’il anime à présent, à l’aide du tambour qu’il a acheté lui-même.

enfant au mèfi club OGC Nice

Le jeune Lucas animant le Kop du Mèfi Club

En février 2020, le club des Aiglons innove encore : le Mèfi Club a organisé un déplacement en bus pour aller supporter ses joueurs au Stadium du Toulouse FC ! Le coach Patrick Vieira a même salué l’initiative en conférence de presse. Après plus de six heures de bus et près de 560km, les Pichouns ont pu chanter pour encourager leurs joueurs dans la victoire du GYM.

Si vous voulez poursuivre sur cette thématique, vous pouvez consulter cet article que nous avions réalisé début 2019. Un article qui partage les bonnes pratiques du club anglais de Norwich City Football Club à destination des enfants et des familles.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Nouveautés