Suis-nous

Fan expérience dans le monde

L’ISL : un nouveau format de compétition pour révolutionner la natation

L’International Swimming League (ISL) propose une expérience unique à travers un format de compétition inédit, des codes inspirés de l’esport.

Publié

le

L’ISL, International Swimming League, est une ligue fermée créée en 2019 par le milliardaire ukrainien Konstantin Grigorishin. Le but étant de rendre la natation plus populaire en modifiant notamment le format des compétitions de natation. Quelles leçons tirer de ce projet innovant ? On en parle dans le podcast avec Matthias Disch et Maëlle Taffou.

Un format inédit en natation

En ISL douze équipes s’affrontent au sein de deux conférences :

  • une regroupant les équipes d’Amérique du Nord : New York Breakers, DC Trident de Washington, LA Current de Los Angeles, Cali Condors de San Francisco et Titans de Toronto
  • une regroupant les équipes européenne et asiatique : London Roar, Energy Standard de Paris, Aqua Centurions de Rome, Team Iron de Budapest et Tokyo Forg Kings.

Il y a une saison régulière et une finale. En saison régulière, les équipes gagnent des points en remportant des matchs. Un match dure 2 jours avec 39 courses : 32 individuels, 5 relais et 2 skins race. Chaque équipe peut avoir jusqu’à 36 nageurs, 18 hommes et 18 femmes. Pour les matchs, les équipes peuvent sélectionner 28 nageurs toujours avec la parité. Chaque match comprend 38 courses réparties à égalité entre hommes et femmes, plus un relais mixte en dernier.

Un classement par points et non plus par chronos

La principale nouveauté se fait au niveau du classement et plus particulièrement de la manière dont celui-ci est ordonné. Traditionnellement, les classement en natation se calculent sur la base du temps. L’ISL fonctionne avec un classement par points.

L’équipe remportant un match gagne 4 points, la seconde 3pts, la 3ème 2pts et la 4ème 1pts. Il y a 4 matchs pour chaque équipe en saison régulière chaque match comprend 4 équipes toute conférences mélangées, 10 événements au total sur une saison. Suite à la saison régulière, les 8 meilleures équipes se qualifient pour les demi-finales. Puis les 4 meilleures équipes pour la finale. En cas d’égalité à la suite d’un match, il y a une dernière épreuve pour départager, un relais mixte 4 nages.

Des points peuvent aussi être enlevés si un athlète ne finit pas une course, est disqualifié ou ne se présente pas à la course. De plus, si des nageurs sont hors délais par rapport au vainqueur, alors les points qui auraient du leurs être attribués sont finalement attribués au vainqueur, en plus de ses points pour la victoire de la course. Cela veut dire qu’une équipe peut prendre des points aux autres équipés. De ce fait, il a toujours un intérêt dans la course même si les écarts sont importants.

Il y a 39 courses par match. Pour chaque course, les points sont redistribués ainsi :

  • 1er = 9 points
  • 2nd = 7 points
  • 3ème = 6 points
  • 4ème = 5 points
  • 5ème = 4 points
  • 6ème = 3 points
  • 7ème = 2 points
  • 8ème = 1 point

En relais, les points sont doublés. En skin races, les points sont attribués après chaque course. Plus un bonus pour la victoire finale.

Il s’agit clairement d’un spectacle, à l’opposé des compétitions qui se déroulent toute la journée et qui peuvent avoir un temps d’arrêt important entre les épreuves. Les rencontres ont une durée maximale de 2 heures alors que les compétitions « traditionnels » durent très longtemps et perdent l’attention des téléspectateurs.

Les skin races, un format de course excitant

En plus d’un nouveau format pour la compétition, l’ISL a aussi inventé un nouveau format de course. Les skin races sont une nouveauté très intéressante. 8 nageurs (2 de chaque équipe) réalisent un 50 mètres nage libre. Suite à ces 50 mètres, les deux derniers nageurs sont éliminés. Après 3 minutes de récupération seulement, les 4 nageurs qualifiés réalisent à nouveau un 50 mètres et les deux derniers nageurs sont éliminés. Les 2 premiers sont donc qualifiés pour la finale après encore une fois, seulement 3 minutes de repos.

Attribution des points en skin race

Les plus grands nageurs réunis

Cette nouvelle compétition a réussi à attirer certaines des plus grandes stars de la natation mondiale telle que l’Américain Caeleb Dressel ou encore le Français Florent Manaudou. Auparavant, les nageurs participaient à peu de compétitions et attendaient les jeux olympiques pour leur son cash prize. Les nageurs ne gagnent pas beaucoup d’argent hormis les grands nageurs qui ont d’énormes contrats de sponsoring mais ils sont peu nombreux. De ce fait, cette compétition est très importante pour eux. Mais aussi d’un point de vue sportif puisqu’ils affrontent certains des meilleurs nageurs au monde.

En 2020, le total du prize money était d’un peu plus de 6 millions de dollars dont près de 4,5 millions directement pour les athlètes.

Tous les nageurs se battent pour deux classements. Un classement par équipes et un classement par nageur, un peu comme on trouve dans les sports automobiles. Le classement par nageur est pour déterminer un MVP comme dans les sports américains. Chaque match a un MVP. Il n’y a qu’un seul MVP hommes et femmes confondus. Puis à la fin de la saison, il y a un Season MVP.

ISL-AND, la plateforme OTT de l’ISL

L’ISL a lancé ISL-AND, sa plateforme OTT pour suivre la compétition, en 2020. Elle est gratuite et accessible sur le site de l’ISL et son application. La plateforme est disponible dans plus de 140 territoires pour la saison 2020. L’ISL a développé sa propre plateforme OTT notamment pour tous les pays dans lesquels elle n’a pas trouvé de contrats de diffusions. En France, BeIN Sports diffuse la compétition.

“L’objectif est de s’adresser à tous les marchés dans la mesure du possible. Il est évident que sur les marchés où nous avons un partenariat solide avec un diffuseur, nous serons complémentaires, mais nous pouvons éventuellement apporter un contenu exclusif supplémentaire pour les abonnés”, a déclaré Arnaud Simon, directeur général d’In & Out Stories, partenaire de l’ISL.

La Robycam

Les fans peuvent commenter en direct et échanger entre eux via un forum virtuel. De plus, la plateforme OTT offre un contenu “fly-on-the-wall” qui utilise des caméras à 360 degrés tournant en résolution 8K. Grâce à la réalité augmentée, les spectateur peuvent voir des animations et statistiques de manière ludique durant la compétition. Elle permet d’améliorer l’expérience du fan. Toujours avec les codes visuels de l’esport. La plateforme propose aussi du contenu behind-the-scene et des archives des saisons précédentes.

“Notre objectif est de créer un pont unique entre les athlètes et les fans, permettant à ces derniers de vivre les émotions des nageurs en temps réel”. – Ivan Grigorishin, chef des opérations digitales

Création de “pop-up pool”

L’un des problèmes de la natation, c’est la capacité pour les piscines d’accueillir un large public. En effet, une piscine « normal », n’accueille pas plus de 2000 spectateurs. Les plus grandes piscine ont de la place pour 5000 à 10000 spectateurs mais il n’y en a que très peu dans le monde.

Actuellement le public est principalement à la télévision et sur les réseaux sociaux. Mais Konstantin Grigorishin souhaite développer des « pop-up pool » pour le live show.

L’ISL a mis en place une pop-up pool à Vegas pouvant attirer jusqu’à 15000 personnes. Les murs de la piscine sont transparents afin d’améliorer la visibilité et l’expérience pour les spectateurs.

https://twitter.com/MandalayBay/status/1207470761579077633?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1207470761579077633%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_c10&ref_url=https%3A%2F%2Fswimswam.com%2Fisl-finale-features-a-temporary-pool-with-clear-acrylic-walls%2F

Les codes visuels de l’esport

Autre chose intéressante avec l’ISL, c’est son identité visuelle. En effet, on remarque un peu les codes visuels de l’esport notamment au niveau des logos et de la mise en scène via la réalité augmentée.

Logo de l’ISL

On le voit par exemple sur les boîtes d’équipes. Cette autre idée qui rend le spectacle plus dynamique surtout en ce moment sans les fans dans l’enceinte. Mais d’une manière générale, ça fait plaisir, c’est amusant de voir tous les nageurs ne participant pas à la course, crier et encourager leur coéquipier comme de vrais supporters.

Les nageurs soutiennent leur équipe depuis des boîtes au bord de la piscine

L’ISL est une compétition innovante par son nouveau format qui peut permettre d’attirer davantage l’attention vers la natation. Notamment pour les plus jeunes avec ce format plus court et avec des codes visuels inspirés de l’esport. Des investissements importants sont réalisés pour permettre de fournir le meilleur spectacle et la meilleure expérience possible. Reste à savoir si l’ISL va se poursuivre, elle qui fait face à d’importants problèmes financiers.

Vous avez aimé cet article ?

Sportif et fan de sport, l'ambiance dans les stades m'a toujours passionné. Voir comment un bon match peut devenir une expérience inoubliable grâce à l'ambiance et à l'expérience vécue dans les gradins me donne des frissons. C'est pour vous partager ces émotions que je vous écris.

Fan expérience dans le monde

Des toiles personnalisées pour couvrir 47 213 places à Feyenoord

Une initiative menée par les groupes de supporters du club de Feyenoord Rotterdam pour remplir le stade Feijenoord (De Kuip) avec des toiles personnalisées. 

Publié

le

Une initiative 100% menée par les groupes de supporters de Feyenoord Rotterdam. Des milliers de bannières pour compléter les tribunes du stade Feijenoord (De Kuip). 

 

À la mi-novembre 2020, les groupes de supporters du club de football du Feyenoord Rotterdam ont lancé la campagne “Ensemble, nous remplissons le stade“ dans le but de couvrir les 47 213 sièges de l’enceinte d’une manière différente et unique… avec des bannières personnalisées fait main.

Des bannières personnalisées 

Chaque participant pouvait personnaliser le message sur sa bannière avec des encouragements pour l’équipe. À partir de 5 euros, les supporters pouvaient acheter une toile et envoyer un texte à inscrire. Le groupe de supporters a proposé différentes offres débutant à 5€ et évoluant selon la taille de la bannière. Les participants qui voulaient voir leur bannière facilement à la télévision avait donc plus d’intérêt pour augmenter le nombre de sièges qu’ils souhaitaient couvrir en tribune. Voici le détail des offres proposées :

  • pour couvrir 1 siège avec une bannière = 5 €
  • 5 places = 25 €
  • 10 places = 50 €
  • 25 places = 125 €
  • 50 places = 250 €
  • 100 places = 500 €
  • 1200 places (une tribune pleine) = 6 000 €

L’opération qui est à présent conclue a relativement bien fonctionnée puisque le stade a été totalement recouvert et les offres ont toutes été épuisées. Début mars déjà, le nombre de 42 000 places vendues avait été atteint. 

Même les entreprises (partenaires ou non) pouvaient acheter une ou plusieurs bannières pour un montant minimum de 150 € pour une bannière qui couvre 30 sièges. 
Les principaux partenaires du club ont fait un geste envers cette initiative en retirant leurs traditionnelles bannières de sponsors (placées face caméra) pour libérer cet espace pour la campagne de bannières fait main. 

 

Une conception 100% par les supporters

La réalisation de chaque bannière a été faite par les bénévoles des associations de supporters de Feyenoord Rotterdam à l’origine de cette initiative. Ils ont conçu les bannières selon les commandes reçues, réalisé des photographies et disposé les toiles dans les tribunes aux emplacements prévus. Une vraie organisation !

Chaque participant ayant acheté une toile peut retrouver sa photo sur le site d’un des groupes de supporters  du club (FSV De Feijenoorder). Mais aussi à la télévision lors des rencontres à domicile. 

 

Le partenaire principal Droomparken (une compagnie de villages de vacances) a également rejoint la campagne et, avec les autres partenaires stratégiques (adidas, TOTO, Breeman BMW, Heineken et le Vriendenloterij), avait une grande toile, réalisée par des supporters, sur les sections W2 et W3 de l’enceinte.
Droomparken a tenu à remercier tous ces supporters qui se sont investis jour et nuit dans cette initiative. À l’automne, le partenaire va mettre deux villas à leur disposition pour un week-end de groupe dans l’un de leur village vacances. Un très beau geste. 

Une partie des bénéfices générés par cette initiative seront utilisés pour du matériel pour les groupes de supporters.

Pour remercier les participants, les supporters ont organisé un jeu concours en partenariat avec le club et le restaurant du stade pour remporter une visite des tribunes du stade avec un repas.

 

 

Une initiative intéressante de la part des groupes de supporters. Cela permet de créer du lien entre le club, sa communauté de fans, le grand public et les ultras. Deux mondes qui sont parfois en opposition. 

L’idée de proposer à chaque participant une photo de sa toile personnalisée est un vrai plus qui permet ensuite à chacun de partager cette photo sur ses réseaux sociaux et ainsi de donner de la visibilité à cette action collective. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience dans le monde

Un tableau interactif alimenté par les contenus des fans

La start-up française ArtDesignStory propose des œuvres d’art connectées qui permettent de scanner des éléments de l’œuvre et de lui donner vie à travers des contenus sur son smartphone.

Publié

le

Le sport et l’art ne sont jamais très éloignés, ArtDesignStory, une start-up française permet de mélanger l’art, la technologie et les souvenirs dans une oeuvre interactive.

 

Transmettre des émotions en adaptant la technologie a un objet d’art emblématique : le tableau. C’est l’objectif de l’innovation portée par Cyril Nardon et sa start-up ArtDesignStory.

Une oeuvre qui s’enrichie avec des vidéos intégrées  

La spécialité de la start-up française ArtDesignStory née en 2017 est le tableau connecté. Une innovation mêlant art et technologie. Une œuvre pas comme les autres, qui prend vie à travers des centaines de contenus connectés au tableau. Il suffit de scanner des éléments de l’oeuvre avec un smartphone pour voir apparaître sur son smartphone des vidéos, des publications sur les réseaux sociaux, des audios… en lien avec l’histoire du tableau.

 

Depuis sa création, Cyril et sa start-up ont pu réaliser des centaines de tableaux connectés pour des athlètes dans plus de 35 pays et 30 disciplines différentes (Matuidi, Neymar, Pelé, Tony Parker et plus de 500 sportifs en quatre ans), mais également pour des institutions (Real Madrid, Bayern, PSG, INSEP, Euroleague, FFF, FFR, CNOSF…), des franchises NFL aux États-Unis (Raiders), des médias (Canal+, RMC, BeIN SPORTS…), des artistes et tout récemment des acteurs du luxe (groupe LVMH).

 

Avec les caractéristiques visuelles d’un simple tableau, c’est un cadeau idéal pour célébrer la fin d’une carrière, d’une saison, un événement, un engagement, dans le but de partager de l’émotion à travers des souvenirs vidéos intégrés à l’oeuvre.

Un concept évolutif

Le concept ne cesse d’évoluer au rythme grandissant de la demande.
Récemment, ArtDesign story a développé la FanArtZone. Un nouvel outil qui offre la possibilité aux fans de participer à une oeuvre en partageant directement leur vidéo story via une landing page en ligne. L’objectif est de construire des oeuvres interactives avec une communauté. 
Le module administrateur du tableau appelé le VipArtZone permet à son propriétaire de pousser en temps réel du nouveau contenu sur le(s) tableau(x) qu’il possède.

“C’est incroyable parce qu’en quelques minutes ça donne des millions d’idées pour notre sport ! Ça pourrait vraiment révolutionner notre communication et l’hospitalité associée.”

Bruno Dubois, Team manager France SailGP

ArtDesignStory collabore également avec des clubs pour des activations comme cet exemple du CS Sedan. Un tableau club en réalité augmentée dans la ville pour les 100 ans du club. Les fans pouvaient alimenter l’histoire du club et ainsi enrichir le tableau en ligne via la landing page dédiée fanartzone.com/cssedan100.

 

Un outil d’interaction et de valorisation de demain pour les fans ? 

Nous connaissons déjà le mur des Kalon à Guingamp, les murs avec le nom des abonnés en Écosse pour ne citer qu’eux. Avec le développement de la technologie, nous pourrions voir fleurir demain dans les stades, des murs et tableaux de photos des fans abonnés ou non qui offrent la possibilité d’enrichir ces oeuvres avec des vidéos. 
Demain, cela représentera peut-être une opportunité pour les clubs d’offrir un nouveau moyen d’interagir avec leur communauté la plus fidèle. Ou encore un outil de valorisation pour les hospitalités. 

Qu’il soit installé dans un salon, un bureau, un écran, sur un mur dans un stade, dans un abris-bus… l’oeuvre connectée peut devenir un média interactif et participatif. C’est d’ailleurs de cette façon que le fondateur Cyril Nardon qualifie désormais son projet : un « nouveau média » connectant les émotions et proposant une véritable expérience pour les fans.

Un produit adaptable pour les particuliers, les associations et institutions, les fondations ou les entreprises. Pour les clubs, cela peut représenter une offre merchandising.

Jérémy Geeraerdt

Les tableaux connectés ArtDesignStory lors de la Convention du Football en 2019

Le coût d’un tableau connecté débute à 1 250€. Une offre de service mensuel est proposée à partir de 25,90€/mois. Et une offre grand public de « poster-tableau connecté » est proposée à partir de 59 €.

L’effet confinement a profité à des produits comme celui que propose ArtDesignStory et après avoir livré plus de 500 clients BtoB et BtoVIP sur les six continents, le BtoC et donc le grand public peut être la prochaine cible à travers les clubs. 

Nous lançons une première levée de fonds à partir d’avril qui va nous aider à développer un nouveau concept basé sur l’utilisation de la réalité augmentée qui permettra de réaliser des EXP-AR-IENCES. Vous pourrez transformer vos écrans en musée depuis votre club, installer chez vous le musée de Pelé, ou même un popup-AR store éphémère pour développer le merchandising dans le salon de vos fans !” explique Cyril Nardon, Fondateur & CEO ArtDesignStory.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs

Fanstriker est sur Twitter

X