Suis-nous
Les nouvelles technologies améliorent l'expérience fan Les nouvelles technologies améliorent l'expérience fan

Actu fan expérience

Les nouvelles technologies améliorent l’expérience de 69% des fans

Sont-elles le nouvel outil d’acquisition et de fidélisation des acteurs du sport ?

Publié

le

En février dernier, le spécialiste du conseil et des services technologiques Capgemini a sorti une étude sur l’utilisation des technologies émergentes dans le sport. Une étude qui a été menée auprès de 10 000 fans dans 9 pays différents dont la France. De nombreux enseignements sont à en tirer !

Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée, Intelligence Artificielle… les nouvelles technologies se présentent sous de nombreuses formes et impacteront le sport de demain. Mais quelles sont les opportunités à saisir dans cette digitalisation de l’expérience fan et comment les saisir ?

Les fans aiment les nouvelles technologies et les utilisent 

L’une des choses les plus importantes à retenir dans cette étude, c’est le fait que les fans de sport apprécient les nouvelles technologies. En effet, 69% des interrogés affirment que ces outils ont amélioré leur expérience que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du stade. En France, c’est le cas pour 62% des fans. Mais où et quelles technologies utilisent-ils aujourd’hui ?

À l’intérieur du stade, la technologie émergente la plus utilisée est celle liée à nos smartphones. La moitié des fans ont pour habitude de sortir leur téléphone pendant un match pour consulter des statistiques, des actualités ou des résultats sur des applications dédiées. Bien évidemment, pas moins de 48% des spectateurs le font aussi pour partager du contenu sur les médias sociaux. 

En matière de technologies in-stadium plus spécifiques, 40% des fans de sport ont déjà reçu des notifications en temps-réel via un chatbot ou une application. Des notifications qui transmettent des informations utiles comme la composition des équipes ou l’affluence aux stands de restauration dans les coursives par exemple. On peut également y ajouter toutes notifications liées à des offres promotionnelles.

À l’extérieur du stade, c’est là où les technologies utilisées sont plus les variées. En tête, on retrouve la Réalité Virtuelle. 40% des fans interrogés ont déjà testé la VR pour regarder un match et simuler ainsi l’expérience d’être spectateur dans un stade depuis chez eux. Technologie très similaire, la possibilité de choisir l’angle de vue pour regarder un match arrive juste derrière avec 39% des sondés.

En France, France tv Sport avait lancé cette technologie via son application “France Tv Sport 360”. Une application qui permet aux utilisateurs de regarder des matchs en direct en choisissant l’angle de visionnage. Une expérience rendue possible grâce à plusieurs caméras qui donnent une vision à 360° de l’événement sportif.

Autres technologies utilisées par les fans en dehors des stades, les jeux de prédictions pilotées par l’Intelligence Artificielle. Ces jeux interactifs ont été expérimentés par 38% d’entre eux. Une technologie qu’on retrouve également à l’intérieur des stades comme chez les Pelicans en NBA.

Les fans semblent aussi apprécier le visionnage de match avec le point de vue d’un joueur. 35% des supporters interrogés l’ont déjà expérimenté. Cette immersion est rendue possible grâce à des caméras intégrées sur les athlètes, permettant ainsi de montrer l’envers du décor aux spectateurs. Exemple ici d’une vidéo réalisée par le Los Angeles FC (MLS) en 2018 où l’on se retrouve dans les yeux du gardien Charlie Lyon via une GoPro. Simple et immersif !

Toujours à l’extérieur des stades, la Réalité Augmentée rentre bien évidemment dans l’usage des fans. Une technologie que 34% des sondés ont utilisé et qui peut prendre bien des formes.

Exemple ici d’un mur entier à Dallas sur lequel des fans de basket pouvaient visionner une action de la star NBA des Mavs, Luka Doncic. Une action qui n’était alors pas comme les autres. Des éléments visuels sous forme de filtres apparaissaient en effet sur les smartphones des fans via Facebook afin de rendre le tir du joueur slovène plus immersif, réaliste et spectaculaire.

Les nouvelles technologies pour générer de l’engagement physique et digital

Au-delà d’améliorer l’expérience des fans, les nouvelles technologies semblent aussi être un outil d’acquisition et de fidélisation à part entière.

En effet, d’un point de vue digital, 60% des fans interrogés ont augmenté leur consommation d’événements sportifs en ligne après avoir vécu une bonne expérience avec une technologie émergente. En plus de regarder plus de matchs, 60% d’entre eux se sont davantage informés sur des joueurs et des équipes sur les médias sociaux. Toutes ces expériences technologiques renforcent donc globalement l’intérêt et la curiosité des fans en ligne.

D’un point de vue physique, 56% des fans interrogés ont augmenté leur fréquentation dans les stades après avoir vécu une bonne expérience avec une nouvelle technologie. Encore plus intéressant, 54% d’entre eux ont même encouragé leurs proches à venir voir des matchs au stade avec eux. Une hausse de déplacement au stade qui peut alors même transformer certains fans en prescripteurs.

Les nouvelles technologies s’avèrent être un moyen pertinent pour augmenter l’engagement chez les fans et les fidéliser. Car elles offrent aux fans une expérience si immersive et si singulière, que le fan se sent proche de son club et souhaite prolonger son expérience en ligne et au stade.

Comprendre ses fans avant de se lancer

Cet engagement accentué chez les fans qui utilisent les nouvelles technologies doit être légèrement nuancé. Il est effectivement important de comprendre les limites de l’utilisation des technologies émergentes avant d’en déployer.

L’étude relève effectivement que pas moins de 65% des fans ne sont pas rassurés vis à vis de la collecte et de l’exploitation de leurs données personnelles. Ce qui peut les freiner à l’idée d’utiliser une nouvelle technologie. Les clubs doivent donc rassurer leurs fans sur l’usage et la collecte de leurs données afin d’établir un lien de confiance.

Autre frein important, la connexion au stade. 53% des spectateurs interrogés jugent qu’ils font face à un manque de connexion ou une absence de Wi-Fi dans les enceintes sportives. La connectivité au stade est un facteur important pour de nombreux spectateurs, notamment chez les jeunes. Comme nous l’avons vu, beaucoup souhaitent partager leur expérience sur les médias sociaux ou bien s’informer en temps-réel. C’est donc un critère majeur pour lancer une technologie dans son stade.

Dernière limite qu’on peut citer, l’impact des nouvelles technologies sur l’attention des fans. La moitié d’entre eux estiment qu’elles peuvent être intrusives et donc les empêcher de suivre correctement une rencontre. Un élément à prendre forcément en considération pour ne pas nuire au jeu et au terrain. Il serait effectivement contre-productif de voir des milliers de spectateurs regarder leur smartphone et non le match.

Déployer des technologies émergentes sur des appareils que les fans utilisent déjà, en créant une expérience immersive qui améliore l’expérience existante.

Pour les clubs, il y a donc un juste milieu à trouver avant de se lancer dans les technologies émergentes.

La première étape, c’est d’aller là où les fans sont. Certains experts l’expliquent : “Les clubs et autres acteurs du sport doivent décider de quelle plateforme et de quel contenu ils ont besoin pour créer. Parce que si les fans ne sont pas là où vous êtes, vous n’allez pas les capter et d’autres le feront” nous dit David Goncalves, Responsable Partenariat chez LiveLike. “Pour cela, il faut déployer des technologies émergentes sur des appareils que les fans utilisent déjà, en créant une expérience immersive qui améliore l’expérience existante.” 

Autre solution pour se lancer, se concentrer davantage sur les “fans passionnés“. Par fans passionnés, l’étude parle de ceux qui suivent quasiment tous les matchs de leur équipe et qui se rendent souvent au stade. Dans l’étude, 27% des sondés sont concernés par ce profil.

Les fans passionnés ont un niveau d’engagement supérieur à tout autre fan. En effet, 73% d’entre eux qui ont vécu une bonne expérience avec une nouvelle technologie ont augmenté leurs visites au stade contre 50% pour les autres. Un chiffre qui n’est pas si étonnant dans la mesure où on parle de fans déjà fidèles. Néanmoins, c’est un élément à prendre en compte quand on déploie une nouvelle technologie. Puisque nous savons que ce sont ces fans passionnés qui vont davantage la rentabiliser. On parle donc plus de fidélisation que d’acquisition dans les premières étapes d’une stratégie technologique. 

Pour conclure, l’étude nous rappelle que beaucoup de personnes sont passionnées par le sport. Avec les nouvelles technologies, cette relation peut être encore plus forte. Car le club devient plus attractif et il renforce son image de marque. Surtout si les athlètes contribuent eux-aussi à ces activations.

Pour saisir ces opportunités technologiques, les clubs auront donc, selon l’étude, une stratégie à suivre : celle de comprendre parfaitement le comportement numérique de ses fans, puis de cibler en priorité les fans les plus engagés pour se donner toutes les chances de réussir.

Pour retrouver l’étude complète de Capgemini : Emerging technologie in sports.

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Chargé de SEO & SEA dans une agence de voyage sportif, je suis un passionné du Sport Digital et de la Fan Experience. Chez Franstriker, j'ai pour objectif de faire grandir le projet et d'écrire de temps en temps sur les activations digitales des uns et des autres dans le monde du sport.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience en France

Un trophée d’un autre club présenté aux supporters de l’ESTAC

Dimanche, le public du stade de l’Aube à Troyes a pu découvrir le trophée de champion de Premier League remporté par Manchester City la saison passée. 

Publié

le

Un trophée d'un autre club présenté aux supporters de l'ESTAC

Le 24 septembre, le club anglais de Manchester City a annoncé sur ses réseaux sociaux que les fans de l’ESTAC pourraient découvrir en IRL le trophée de Premier League remporté par les Citizens la saison passée. 

 

C’est ce dimanche 26 septembre que les spectateurs présents au stade de l’Aube ont pu découvrir le trophée d’une autre équipe et d’un autre championnat.

Le trophée de Premier League présenté dans un stade en France

Chose inédite ou non cohérente selon certaines observations sur les réseaux sociaux, plusieurs trophées dont le trophée de champion de Premier League, le championnat anglais, remporté par le club de Manchester City lors de la saison 2020-2021 ont été présenté au public troyens lors de la rencontre comptant pour la 8e journée de Ligue 1 Uber Eats face au SCO Angers.

Le trophée était présent sur la Fan Zone avant le début de la rencontre et accessible pour les fans qui souhaitaient prendre une photo ou simplement l’observer de près. Ensuite, il a été déplacé sur la pelouse du stade de l’Aube et présenté à l’ensemble du public en tribune.

 

Alors pourquoi ce trophée était-il présenté aux fans de l’ESTAC au stade de l’Aube à Troyes ? La réponse est assez simple et laisse entrevoir d’autres possibilités de liaisons que nous allons détailler plus bas dans cet article. En effet, le club de Manchester City et l’ESTAC sont tous les deux la propriété du City Football Group. Il est donc cohérent que le propriétaire de ces clubs souhaite créer des synergies entre les structures différentes organisations qu’il détient. 
En pré-saison déjà, un match amical devait se tenir le 31 juillet 2021 entre l’ESTAC et Manchester City mais celui-ci avait été annulé en raison des contraintes sanitaires. 

L’aspect positif de cette action

Plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux soulignent le caractère “étrange” de cette action. Certains mentionnent l’utilité d’une telle présentation. Mettant l’accent sur le fait que le public Troyen ne présente aucun intérêt pour un club et un championnat étranger. 
Cela dit, elle permet quelques opportunités aux spectateurs présents pour ce match au stade de l’Aube et quelques avantages pour le club.

Premier avantage pour le public, celui de voir un trophée d’un championnat étranger en vrai. Et de plus, le meilleur championnat reconnu par tous les fans de football. Chacun pouvait se prendre en photo avec ce symbole de la Premier League. C’est tout de même assez rare, de pouvoir toucher (ou presque) un objet qui d’ordinaire n’est présent que dans un pays étranger. Ici, aucun billet d’avion n’était nécessaire pour y accéder. 

Pour le club, cela permet de créer l’événement et d’enrichir les animations prévues dans le cadre de la fan zone. C’est assez inédit pour inciter quelques curieux et amateurs de football anglais à venir assister au match de l’ESTAC, même s’ils ne sont pas fans de l’équipe Troyenne.

 

Pour le City Football group, c’est une façon d’ancrer sa propriété et donc de créer le lien entre les deux clubs dans l’esprit de la communauté locale à Troyes. Un lien qui selon nous, a tout intérêt à se tisser entre les différentes entités que possède le récent propriétaire de l’ESTAC. Pour ça, nous avons déjà quelques idées. 
Demain, nous pourrions envisager des offres commerciales communes avec des tarifs avantageux pour les fans. De nombreux amateurs de sport et notamment de football intègrent (si celui-ci n’en est déjà pas l’objectif principal) un événement sportif à leur programme lors d’un séjour touristique. Ainsi, un fan abonné de l’ESTAC pourrait bénéficier d’avantages pour assister à une rencontre d’un club détenu par le City Football group. Il en est de même pour le merchandising.

En bref, une idée qui fait parler mais qui a le mérite de susciter de la curiosité et de créer l’évènement sur la fan zone pour les spectateurs du stade de l’Aube.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

La nouvelle stratégie de billetterie du Stade Brestois

Le Stade Brestois a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie à tarifs dégressifs. Un modèle inspiré du yield management.

Publié

le

La reprise de la Ligue 1 Uber Eats s’est faite avec le retour des supporters après de nombreux mois de restrictions liés à la COVID. Mais le retour des fans n’est pas l’unique nouveauté pour les supporters du Stade Brestois 29. En effet, le club breton a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie. Inspirée de la stratégie des compagnies de transport (aérien et ferroviaire), ce système est communément appelé yield management.

 

Le Stade Brestois a mis en place une nouvelle stratégie de billetterie à tarifs dégressifs. Un modèle inspiré du yield management. Comment cela fonctionne-t-il ? Quels résultats attend-on sur les ventes de billets ? Quelles sont les réactions des supporters brestois ? On en parle en analysant ce sujet dans cet article. 

Des tarifs dégressifs

Le principe est simple. La billetterie ouvre 4 semaines avant la rencontre. Lorsqu’elle ouvre, les tarifs de chaque catégorie sont au plus élevés. Puis, chaque semaine, en se rapprochant du match, les tarifs baissent. La première semaine, le tarif sera situé entre 50€ et 100€, selon les catégories. Après une semaine, les prix se situeront entre 80€ et 35€ puis entre 60€ et 20€ la semaine suivante. Enfin pour la dernière semaine, les prix seront entre 30€ et 4€, s’il reste des places à la vente.

Avec ce système, les prix par catégorie continuent d’exister mais les tarifs spéciaux disparaissent. Par exemple, le club a décidé de mettre fin aux tarifs réduits pour les enfants.

Grille tarifaire du Stade Brestois pour le match face à Rennes

Grille tarifaire du Stade Brestois pour le match face à Rennes

Objectif guichets fermées

Le co-président du Stade Brestois 29, Gérard Le Saint, n’a pas caché son ambition avec ce nouveau modèle. En effet, l’objectif est de réaliser des guichets fermés à chaque match au Stade Francis Le Blé et ainsi d’améliorer l’affluence moyenne du club. Lors de la saison 2019/2020, l’affluence moyenne du club était de 13 700 spectateurs (pour environ 16 000 places) pour son retour dans l’élite (avant la fin du championnat due à la COVID), soit un taux de remplissage de 90,7%.

Cette nouvelle formule devrait répondre parfaitement à la règle de l’offre et de la demande.
Gérard Le Saint, co-président du Stade Brestois 29.

Sur le site du club, le co-président s’est expliqué : “Cette nouvelle formule devrait répondre parfaitement à la règle de l’offre et de la demande. Au-delà de vouloir vous vendre des places aux prix les plus justes, notre réflexion s’est aussi tournée vers les familles qui ne peuvent pas venir au stade Le Blé parce que c’est tout simplement trop cher. J’ai encore en tête la réception de Reims fin août il y a deux ans. Le temps était beau et nous n’avions pourtant pas réussi à remplir la tribune Brittany Ferries avec des places à 9 euros. J’en ai conclu que celles-ci devaient être trop chères. Dans ce nouveau système, le prix des billets descendra par moments jusqu’à 4 euros.

Comment a réagit la communauté de fans du club breton ?

Pour acheter leurs places au meilleur prix, les supporters devront se transformer en de véritables analystes. Ils devront spéculer sur l’offre et la demande pour prendre leurs billets au dernier moment avant que l’intégralité des billets soit épuisés. S’ils achètent leurs billets “trop tôt”, les spectateurs payeront le prix fort. Mais s’ils attendent trop longtemps, ils risquent de se retrouver sans billets.

Face à Rennes, certains supporters ont pris leurs places au dernier moment et sont donc satisfaits : “J’ai eu ma place ce matin à 4 euros alors que c’est un derby. J’ai tenté ma chance, j’ai gagné. Ce système permet de faire baisser les coûts, c’est parfait.” D’autres fans comparent ça à la loterie : “ C’est la loterie, mais si tu arrives à avoir une place à un meilleur prix tant mieux pour toi. Ça va attirer du monde, c’est sûr !”. Des réactions à retrouver sur l’article de So Foot.

Pour de nombreux supporters y compris les abonnés, qui ne sont pourtant pas concernés par ce système, ce nouveau modèle ne plaît pas.

https://twitter.com/gozoille29/status/1422317367015710726

https://twitter.com/PlatelLaurence/status/1422219977604612108

« C’est dégueulasse pour les personnes qui ont moins d’argent. C’est une mesure qui va à l’encontre du football populaire. Je trouve ça étonnant de la part d’un club comme le Stade brestois.” a réagi un membre des Celtics Ultras 2001 auprès de So Foot.

Le cas du Brest Bretagne Handball

Dès 2015, le Brest Bretagne Handball (BBH) proposait lui aussi des tarifs basés sur le yield management pour la couronne supérieure de son Arena soit pour près de 1 500 places pour une capacité totale de 4 077 places. En effet, le tarif de base était de 9€ et était mis à jour tous les soirs sur le site du club. Les prix pouvaient soit monter jusqu’à 11€ maximum, soit baisser jusqu’à 1€ en fonction de la demande.
Depuis, le Brest Bretagne Handball a encore modifié son modèle de billetterie en proposant des tarifs ascenseurs, le modèle dont s’est inspiré le club de football de la ville. À noter que les présidents du BBH sont les frères Gérard et Denis Le Saint. Denis Le Saint étant aussi le président du Stade Brestois 29.

Les deux images ci-dessous montrent les différents tarifs et les dates de changement des prix. Si un supporter achète une place en tribune centrale le 20 août 2021 pour le match contre Mérignac (qui aura lieu le 15 septembre 2021) alors il payera sa place au tarif 1 soit à 65€. En revanche, s’il attend et qu’il achète sa place dans cette même catégorie le 7 septembre alors il payera sa place seulement 20€ soit plus de trois fois moins cher. Cependant, il prend le risque qu’il n’y ait plus de places pour cette rencontre dans cette catégorie.

La particularité de l’offre billetterie du BBH est que si le supporter attend trop longtemps, les prix repartent à la hausse. En effet, à J-14 de la rencontre les prix augmentent. Ceci permet d’éviter que tous les supporters n’achètent leurs billets au tout dernier moment. C’est une manière de sécuriser un certain niveau d’affluence.

Tarifs du Brest Bretagne Handball

Tarifs du Brest Bretagne Handball

Dates de changement des tarifs de la billetterie du Brest Bretagne Handball

Dates de changement des tarifs de la billetterie du Brest Bretagne Handball

Un modèle proche du Purple Pricing mais avec une différence majeure

Le Purple Pricing est une stratégie billetterie développée par deux chercheurs américains. Cette méthode permet aux fans d’acheter leurs billets à tout moment. Ici, le prix décroît au fur et à mesure jusqu’à épuisement ou à la fermeture de la billetterie. Cependant la particularité réside dans le fait que si un spectateur a acheté son billet tôt et donc au prix “fort”, alors il sera remboursé de la différence par rapport au prix qu’aura payé le dernier spectateur à avoir acheté son billet. Un modèle qui augmente l’implication du fan et aussi sa satisfaction puisqu’il aura payé son billet au juste prix au vue de l’offre et de la demande. Retrouvez une explication plus précise et plus poussée dans notre article sur le sujet.

Avec ce nouveau modèle, “les supporters sont libres de donner au billet la valeur qu’ils veulent, avec le risque qu’il n’y en ait plus” comme l’explique une source interne au Stade Brestois 29 au journal L’Equipe. Ce modèle est vivement critiqué par des supporters qui considèrent que c’est une nouvelle atteinte au football populaire. D’autres, sont plutôt satisfaits de ce nouveau système qui leur permet de bénéficier de places à des tarifs très réduits. Cependant, ce nouveau modèle présente peut-être une limite : les grosses affiches.
En effet, face au Paris Saint-Germain l’intégralité des places du Stade Brestois a été vendue très rapidement mais de nombreuses places se sont retrouvées sur le marché noir à des tarifs extrêmement élevés avec des places allant jusqu’à 400€. Sans solution de billetterie secondaire, le club ne pourrait donc pas gérer les dérives liées à ce système d’offre tarifaire modulable. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce modèle et de faire un point sur l’affluence au stade Le Blé et les impacts sur la billetterie du Stade Brestois après quelques mois.

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture