Suis-nous
Le Sport Business post Covid-19 Le Sport Business post Covid-19

Actu fan expérience

Quelle suite pour les fans et le monde du sport après la crise ?

Le monde du sport est durement frappé par l’épidémie de Coronavirus. Malgré tout, cela représente une opportunité à court terme pour imaginer des concepts innovants pour mobiliser sa communauté et à long terme pour repenser à un nouveau mode de fonctionnement plus durable pour le sport business.

Publié

le

Le monde du sport est durement frappé par la crise sanitaire en cours. Ce qui laisse place à plusieurs interrogations : Quels sont les impacts réels de cette crise sur le monde du sport ? S’oriente t-on vers un nouveau modèle du sport business ? Quand et comment les compétitions vont-elles reprendre ? Quelle sera l’attitude des fans après la crise ? Comment pourront-ils se mobiliser en cas de huit-clos des matchs ?

De nombreuses questions auxquelles nous allons essayer de répondre à travers cet article. 

Les impacts de la crise sanitaire sur le monde du sport

Comme beaucoup de secteurs, le monde du sport est durement frappé par l’épidémie de coronavirus, en France et partout dans le monde. Football, rugby, basketball, cyclisme, athlétisme et bien d’autres disciplines sont touchés. Aucun sport, aucune compétition n’est épargné. Le Covid-19 a effectivement bouleversé tous les calendriers : matchs joués à huis clos, championnats reportés, épreuves annulées, etc. 

Le problème étant qu’une annulation représente la pire des situations pour l’industrie de l’événementiel sportif. Le cas d’un tournoi comme Roland-Garros par exemple peut se révéler très problématique. Ce tournoi majeur du tennis français et international représente 80 % des revenus de la Fédération Française de Tennis. Les finances des ligues, des clubs et des cadres techniques reposent en grande partie sur cet événement. S’il est annulé, c’est tout le tennis français qui peut s’effondrer.

L’épidémie a aussi mis l’ensemble des activités des clubs à l’arrêt. Les salariés sont au chômage partiel. Les stades sont vides. Tout cela a de sévères répercussions économiques et sportives sur les organisations sportives. Les modèles économiques des clubs sont en partie basés sur les revenus de billetterie et les partenariats. Ces modèles sont donc gravement mis en danger par cette crise sanitaire qui devient une crise économique. À cela s’ajoute l’incertitude des modalités de reprise. Ce manque de visibilité pour la suite constitue un frein pour les institutions sportives dans la mise en place de leur stratégie de relance. 

Les enjeux financiers de cette crise sont énormes. L’un des problèmes majeurs est probablement celui de la trésorerie. La crise a eu pour conséquence l’arrêt prématuré de nombreux championnats. Il reste donc une bonne partie des recettes prévues qui n’est pas perçue (sponsoring, droits TV, billetterie, etc.). L’annulation des matchs représente un manque à gagner considérable au niveau des recettes billetteries, food & beverages et merchandising. Alors que pour ce qui est des dépenses, elles, restent quasiment inchangées hormis les frais liés aux déplacements.
Difficile, donc, pour les clubs de compenser cette perte d’activité. Et pour la saison à venir, les conséquences économiques de la récession sur l’activité des partenaires et du pouvoir d’achat des supporters auront peut-être un impact indirect sur le budget des clubs.

En ces temps critiques, les organisations sportives mettent donc tout en oeuvre pour surmonter cette crise. Tous les acteurs du sport business sont focalisés sur la préservation de leur pérennité économique. 

C’est pourquoi, la solidarité dans le sport professionnel se développe. Tous les acteurs sont très actifs dans ce combat et se mobilisent de plus en plus y compris les supporters. Parce que les abonnés aussi ont un rôle à jouer. En effet, pour que leurs clubs tiennent bons, nombreux d’entre eux s’engagent en renonçant à toute demande de compensation de leur abonnement. Sans cela, le dédommagement de tous les abonnés engendrait un coût insurmontable pour certains clubs.

L’engagement et la fidélité des supporters n’ont jamais été aussi importants. Voilà qui renforce l’intérêt de proposer une expérience fan de qualité à ses supporters. L’objectif est de développer en eux un sentiment d’appartenance fort afin qu’ils puissent en retour se sentir concernés dans les moments difficiles que vit le club.
Un exemple ci-dessous avec les supporters de l’Union Bordeaux Bègles en rugby qui via ce communiqué invitent l’ensemble des abonnés à ne par demander de remboursement au club malgré l’arrêt prématuré de la saison régulière.

https://twitter.com/UnitedBBrugby/status/1254696890479894530?s=20

La reprise des championnats : autant de scénarios que d’incertitudes

À moins d’être toujours à un mètre de ses adversaires comme Usain Bolt, difficile de tenir les distances de sécurité lors des compétitions et événements sportifs.

La reprise des championnats s’annonce en effet plus que problématique. Les manifestions sportives peuvent difficilement respecter les conditions sanitaires actuellement exigées. L’enjeu est de pouvoir concilier le principe de précaution et le principe de rentabilité des compétitions. Dans cette optique, il sera difficile pour les supporters de se rendre aux matchs et ainsi assister aux événements sportifs.

En attendant la fin de l’épidémie et un vaccin, de plus en plus de scientifiques et spécialistes n’envisagent pas un retour à la normale avant 2021. De nombreuses compétitions ou événements ont déjà vu leur planning modifié et contraint sur plusieurs mois voire plusieurs années. Une bien si mauvaise nouvelle pour les fans. Néanmoins les annonces concernant les potentielles reprises se multiplient ces derniers jours.
Faisons un petit tour d’horizon de la situation dans les différents sports.

La reprise en Football

Alors qu’en Allemagne la Bundesliga a repris depuis mi-mai, en France la fin des championnats pour la saison 2019-2020 a été officialisée. Seules les finales des coupes pourraient être jouées avant la reprise du championnat en août. Dans les autres principaux championnats européens (Angleterre, Italie et Espagne), la reprise a été officiellement annoncée pour juin sans la présence de supporters dans les tribunes.
À noter qu’en Pologne et en Russie, les fans pourront revenir au stade où 10 à 25% des places seulement seront accessibles.

Seule certitude : les conditions de reprise seront strictes.
Prenons l’exemple des restrictions imposées en Bundesliga :

  • 300 personnes au stade maximum réparties sur 3 zones,
  • Test des joueurs et du staff 2 fois par semaine et veille de match,
  • Chaque équipe doit bénéficier de 3 vestiaires (1 pour les remplaçants, 1 pour les titulaires et 1 pour les gardiens),
  • Les équipes entrent sur la pelouse l’une après l’autre,
  • Pas de poignées de mains entre les joueurs,
  • Pas de photos de groupe,
  • Célébrations et embrassades interdites après un but,
  • Deux sièges d’écart sur le banc des remplaçants avec port du masque,
  • Ballon régulièrement désinfecté.

La reprise en Tennis

La pandémie a aussi bouleversé le monde du tennis. Wimbledon a été annulé et Roland-Garros reporté. Même si la reprise des circuits féminins et masculins est régulièrement annoncée, la situation demeure indécise. La date de reprise est régulièrement repoussée. Aux dernières nouvelles, la reprise est espérée en août avec l’US Open encore maintenu mais sans aucune garantie. Les 850 000 fans qui étaient présents pour cet événement l’année dernière ne devraient pas avoir la possibilité de revenir cette année. Quoi qu’il en soit, beaucoup de questions subsistent. 

La reprise en Rugby

Malgré les tentatives pour organiser les phases finales fin août pour clôturer la saison 2019-2020, le rugby français a finalement acté la fin de la saison de TOP 14 et de Pro D2 sans champion. Reste maintenant à se concentrer sur l’organisation de la reprise de la nouvelle saison.

La reprise en Basketball

Si les championnats de France sont annulés, il en est autrement outre-atlantique. La NBA n’a pas encore communiqué officiellement sur la suite de sa saison préférant attendre de voir l’évolution de la pandémie aux États-Unis. Néanmoins, les présidents des 30 franchises de la ligue américaine et la plupart des joueurs ont affirmé vouloir terminer la saison. Une saison qui pourrait bien ainsi se poursuivre en juillet dans un lieu unique : Disney World en Floride. Le parc d’attractions serait alors le lieu de résidence, d’entrainement et de matchs de toutes les franchises afin de reprendre dans les meilleures conditions.

L’attitude des fans après la crise

Dans tous les cas, quel que soit le sport et quel que soit le pays, les reprises se feront très probablement sans spectateurs. Ou du moins, les stades ne pourront pas se remplir à 100% de leur capacité. Cette situation s’avère difficile pour les fans mais aussi pour les institutions sportives quand on sait la part importante des revenus qui provient des fans.

D’autant plus que cette situation risque de durer après la crise si l’appréhension d’aller dans les stades prend le dessus sur l’envie d’aller assister à une rencontre sportive. Avec cette crise sanitaire sans précédent, il est compliqué d’imaginer ce dont à quoi vont ressembler nos compétitions sportives sur le terrain et dans les tribunes.  

Néanmoins, pour répondre à cette question majeure, nous avons pu tirer quelques enseignements dans une enquête menée auprès de notre communauté.
Plus de 600 fans de sport ont répondu à une étude menée par Fanstriker. Nous avons constaté que l’impatience domine chez eux. En effet, plus de 70% des supporters se disent impatients à l’idée de retourner au stade. Plusieurs ont même partagé leurs attentes en cas d’ouverture des enceintes au public : masque obligatoire, distribution de gel hydroalcoolique, ouverture plus tôt des portes, etc. Des critères qui seront peut-être indispensables pour la sécurité de tous.

Retrouvez l’ensemble des résultats de notre étude ici : Le comportement des fans après le Covid-19.

Comportement des fans de sport post Covid-19Mathieu GOERGEN | Fanstriker

Comment les fans pourront se mobiliser lors de la reprise ?

Les fans risquent de ne pas pouvoir se rendre au stade avant un long moment malgré les dates de reprises annoncées ou évoquées. Néanmoins, les acteurs du sport peuvent profiter de la crise et des contraintes du huis clos pour innover et faire évoluer l’expérience des fans. Certains clubs ont déjà pris des initiatives insolites et intéressantes pour mobiliser leurs fans en ces temps de crise.

Faire jouer son équipe devant les fans sur Zoom

Une initiative venue tout droit du Danemark. Le club de football AGF Aarhus a joué le 28 mai dernier devant plus de 10 000 fans connectés sur Zoom, l’application de visioconférence devenue très populaire pendant le confinement. Les billets étaient gratuits, de quoi permettre au plus grand nombre de se réjouir ensemble à distance. Ce dispositif pourrait bien inspirer d’autres organisations avec pourquoi pas l’intégration d’une nouvelle offre : une expérience stade à distance. Notamment pendant cette période de huis clos. 

Permettre aux supporters de s’exprimer depuis leur canapé, chez eux

Hear Me Cheer rend le sport à huis clos plus engageant en diffusant dans les stades les encouragements des fans en direct. Cette application permet en effet aux fans de s’enregistrer lors d’une retransmission d’un match et de partager le son depuis leur propre salon.

Proposer des masques en tissu à l’effigie des clubs

Les masques à l’effigie des clubs font déjà beaucoup d’adeptes. De nombreux clubs de football ou de rugby se sont effectivement lancés dans l’aventure. Cette “mode” permet aux fans, qui veulent se mobiliser de respecter les règles sanitaires tout en affichant les couleurs de leur club de cœur par l’intermédiaire sur cet accessoire devenu indispensable au quotidien.

Permettre aux fans d’avoir leur portrait en carton à leur place en tribune

Le Borussia Mönchengladbach a fait le buzz en Allemagne avec son initiative insolite qui à l’origine vient d’un groupe de supporters. L’idée est de permettre aux fans d’avoir leur effigie en carton à leur place en tribune pour 19€.
Cela nous rappelle l’initiative d’un club de football biélorusse, le Dynamo Brest,  qui pour combler l’absence de fans pendant la pandémie de coronavirus a proposé lui aussi à ses fans d’afficher leur photo en tribunes sur un mannequin.

Une solution intéressante qui a montré récemment une dérive possible, celle d’afficher les photos de personnages sombres comme Hitler. Un contrôle plus important doit tout de même accompagner ce type d’initiative. 

Recréer les ambiances de stades grâce à la Réalité Augmentée

Le concept imaginé par OZ Sports est innovant : utiliser la Réalité Augmentée pour remplir les stades avec des fans virtuels et recréer au plus réel l’ambiance des stades pendant les retransmissions télévisées. Pour amener l’ambiance des stades chez les fans, les nouvelles technologies seront sans aucun doute primordiales. Surtout si le huis clos se prolonge.

Proposer de nouveaux produits

Les organisations sportives cherchent des idées pour continuer leur activité commerciale même sans compétition. Aux Etats-Unis en Floride, l’équipe de ligue mineure de baseball Pensacola Blue Wahoos vient de mettre son stade sur le site de location de logements Airbnb. Pour la somme d’environ 1400€, les fans peuvent passer la nuit dans ce stade de 5 000 places et maintenir d’une manière très privilégiée le lien avec leur club.

Le monde du sport peut ainsi “profiter” de cette crise pour se réinventer pendant une période où les restrictions sont nombreuses. Malgré qu’elles soient intéressantes et pertinents, ces initiatives n’ont, normalement, pas vocation à durer. Mais alors, qu’en sera-t-il de la situation lorsque la situation redeviendra normale ? Est-ce que le monde du sport a intérêt à évoluer vers un nouveau mode de fonctionnement ?
Nous l’avons vu, la crise a été propice à des changements à court terme pour s’adapter aux contraintes. Est-ce qu’elle peut aussi être propice à des changements à plus long terme ?

Vers un nouveau modèle pour le sport business ?

Le sport occupe une place considérable dans notre société. C’est devenu un spectacle universel grâce à la télévision et à la mondialisation. C’est aussi un business énorme : sportifs extrêmement riches, contrats de sponsoring toujours plus juteux, inflation des droits TV, montants des transferts astronomiques, etc.

Seulement, cette crise soulève beaucoup de doutes et d’interrogations sur la notion de “sport spectacle”. Seule certitude : le monde du sport sera différent après le Covid-19. Aujourd’hui, les principales sources de revenus pour les organisations sportives reposent sur les droits télévisuels, la billetterie, le sponsoring, le merchandising ainsi que les revenus transferts pour certains.

Même s’il s’agit de la plus ancienne source de revenus, la billetterie a une importance limitée par rapport aux d’autres ressources économiques, en particulier dans le football. On constate effectivement une prépondérance des droits TV et du sponsoring/merchandising.
Il faut savoir que la diffusion de plus en plus importante du football à la télévision a été l’origine du développement des ressources de sponsoring/merchandising. En effet, les revenus sponsoring sont devenus conséquents notamment pour les grandes organisations sportives avec des marques puissantes et un taux d’exposition médiatique important. Le modèle économique du sport business d’aujourd’hui s’est donc développé de pair avec la diffusion du sport à la télévision et l’évolution des droits proposés par les chaînes TV.

“Le sport business moderne est devenu pour certains événements, ligues et clubs un nouvel « eldorado publicitaire ». Le Superbowl en est l’incarnation absolue.”

Lionel Maltese, Chargé de Développement Economique à la FFT 

Seulement, la crise nous a démontré que l’économie des clubs est trop dépendante. Que cela tienne des droits TV en football ou de la billetterie et des autres revenus enregistrés en jour de match en rugby. Cette dépendance menace fortement le modèle économique des clubs. D’autant plus que les sponsors, qui représentent eux aussi une source de revenu fort, souffrent également de cette crise.
Dans le monde post Covid-19, on peut se demander si les entreprises vont continuer à investir autant dans le sponsoring. Il est peut-être temps de repartir sur des bases plus solides et saines pour envisager un futur plus serein.

Tout le fonctionnement de l’industrie du sport va donc forcément être remis en question. Le sport business doit évoluer après cette crise et songer à un nouveau modèle économique plus durable. Mais comment ?

Pour cela, plusieurs pistes sont déjà évoquées : réguler strictement les transferts, réguler la masse salariale, réguler les dépenses et les investissements, harmoniser les calendriers des compétitions, réinventer le sport spectacle, créer de fonds de solidarité en cas de crises, mettre en place une économie prévoyante et un modèle plus équilibré où les risques sont mieux répartis, proposer de nouveaux produits et services digitaux, intégrer profondément le développement durable etc.

Bien évidemment, chaque sport aura ses propres réponses en fonction de ses propres contraintes. Il faudra également attendre la fin définitive de cette crise et un retour à la normale pour faire le point sur les pertes et les opportunités à saisir. Néanmoins, avec les différents dispositifs récemment mis en place, les clubs semblent devoir parvenir dans tous les cas à maintenir le lien avec leurs fans. Un lien qui passe par de nouveaux produits qu’ils soient physiques ou digitaux pour à la fois fidéliser et générer des revenus via de nouvelles sources.

Vous avez aimé cet article ?

Véritable amoureux de sport, c’est tout naturellement que je souhaite me spécialiser dans le sport business et m’impliquer professionnellement dans ce milieu. Mon objectif ? Me former et devenir un manager en phase avec les besoins et les spécificités du secteur. Fanstriker me permet d'accumuler de l'expérience dans le milieu. Je vis des événements sportifs et propose du contenu sur le retour de mon expérience pour sensibiliser tout l’écosystème sportif à l’importance d’offrir une expérience fan de qualité.

Fan expérience en France

Sportem : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Retour sur l’une des conférences du #DigitalSportem 2020 sur le thème : comment adapter et réinventer l’expérience fan ?

Publié

le

Sportem : comment adapter et réinventer l'expérience fan ?

Les 14 et 15 janvier derniers s’est tenu en ligne Sportem, le Salon Européen du Marketing Sportif. Pour cette occasion, une conférence sur la thématique de la Fan Experience a été proposée aux participants avec plusieurs intervenants.
Fan expérience : comment l’adapter et la réinventer ?

 

Quelle est la stratégie à adopter pour son expérience fan en 2021 ? Revenons ensemble sur l’une des conférences qui se sont déroulées lors du #DigitalSportem2020 il y a quelques jours. 

 

Présentation des invités de cette conférence

Animée par Stéphane Desprez, Directeur Général de Huddle Makers, cette conférence comment adapter et réinventer l’expérience fan suivie par des centaines de participants a rassemblé ayants-droits et prestataires. Parmi les intervenants, Claire Billard, Chargée de communication événementielle chez France Rugby, Gauthier Pheby, Business Developer chez VOGO et Gauthier Dalle, CEO de Odiho étaient ainsi présents. Chacun a pu présenter son activité et les activations mises en place pendant l’année 2020.

France Rugby

C’est d’abord Claire Billard qui a pris la parole. Elle nous a alors expliqué comment la Fédération Française de Rugby s’est adaptée à la situation sanitaire pour maintenir le lien avec ses fans.

À l’occasion du match entre la France et le Pays de Galles en octobre dernier, France Rugby a invité pour la première fois ses supporters à suivre le match en visioconférence. L’intérêt était d’apporter un soutien aux joueurs du XV de France qui jouaient à huis clos, et de rapprocher au maximum les fans de leurs athlètes préférés. Les amateurs de rugby étaient ainsi présents sur les panneaux LEDs au bord de la pelouse du Stade de France. De quoi rendre la rencontre plus vivante et humaine malgré l’absence totale de public.

La FFR engage les fans du XV de France de rugby

Dans la continuité de cette retransmission en visio, France Rugby a aussi permis à plusieurs enfants malades de passer un moment avec les Bleus. Une expérience rendue possible grâce à un robot présent au stade et utilisable à distance par les enfants qui pouvaient ainsi se rapprocher de l’équipe et interagir avec elle. Selon Claire, l’ensemble des ces dispositifs digitaux peuvent être pérennisées une fois la situation redevenue normale. C’est effectivement l’opportunité de proposer à tous les fans un moment unique avec France Rugby.

VOGO 

VOGO est une référence internationale des techniques audio et vidéos dans le sport. L’entreprise montpelliéraine accompagne les clubs et autre ayant-droit afin de développer leur expérience fan grâce une solution de live et replay. Les spectateurs présents au stade peuvent via une application dédiée revoir à tout moment des actions grâce au service. L’expérience proposée par VOGO surfe ainsi sur la tendance des “smart stadiums” où le smartphone est au cœur de l’expérience fan.

Avec le contexte actuel et l’impossibilité de proposer une solution in-stadia, VOGO s’est orienté vers la place virtuelle. L’objectif de cette nouveauté est de vivre un événement comme au stade depuis chez soi. Les fans peuvent ainsi choisir leur angle de diffusion favori et revoir toutes les actions en replay. Pour les ayants-droits et diffuseurs, c’est l’occasion d’engager et de fidéliser les fans à distance. En effet, cette place virtuelle permet d’interagir avec le fan grâce à un second écran qui propose une expérience télévisuelle différente.

Odiho

Avec sa solution audio, Odiho souhaite proposer aux fans une expérience auditive avant, pendant et après le match. L’application a effectivement pour vocation de fournir aux spectateurs d’un événement des statistiques, des anecdotes et toute autre commentaire susceptible d’aider le fan à mieux comprendre ce qu’il voit. Par exemple, au départ du Vendée du Globe, Odiho permettrait d’apporter des informations en temps réel sur les voiliers qui passent devant les participants venus assister au départ.

Aussi, Odiho se veut être personnalisable. Chaque profil peut bénéficier d’une expérience audio adaptée selon ses caractéristiques. Un enfant recevrait ainsi à des informations différentes que celles reçues par un adulte.  

 

Quelle expérience fan pour demain, comment l’adapter et la réinventer ?

Après un tour de présentation, la discussion s’est ensuite orientée vers l’avenir. Les intervenant ont tenté d’imaginer l’expérience fan à venir en 2021 et de définir la stratégie à adopter dans cette optique d’adapter et de réinventer cette expérience. 

Avec une crise sanitaire qui perdure, tous sont d’accord pour dire que les investissements à réaliser se doivent d’être technologiques. Le huis clos n’est pas prêt d’être levé, il faut donc réussir à amener le stade chez le fan.

Cela peut passer par une diffusion immersive et originale des matchs afin de plonger au mieux le fan dans l’ambiance d’un stade (images exclusives, interactions avec d’autres fans, etc.). Il est également conseillé de rapprocher au maximum les joueurs et les fans grâce aux outils digitaux. Cette période de distanciation nous empêche de voir des athlètes sur le terrain, il faut donc réussir à créer des rencontres. Une action essentielle pour récompenser et fidéliser les supporters de tout âge. 

L’autre stratégie majoritairement évoquée était celle de la personnalisation. Comme sur tout autre marché, les acteurs du sport business doivent personnaliser leur message et l’expérience proposée pour susciter de l’engagement. Les fans veulent consommer et vivre des choses qui correspondent à leurs valeurs et à leur mode de vie. Ils veulent aussi être reconnus et se sentir concernés. Il est donc pertinent pour un club, une fédération ou une ligue de bien connaître sa communauté et ainsi de proposer un contenu personnalisé qui saura répondre à un besoin précis.

On peut prendre l’exemple de l’expérience télévisuelle créée par Nickeldon pour les playoffs de la NFL. La chaîne pour enfants a ainsi mis en place une diffusion dédiée aux plus jeunes en apportant des éléments divertissants et éducatifs dans un match de football américain professionnel. Original. 

Autre exemple, cette fois-ci en France, le tournoi FIFA organisé par l’AS Saint-Etienne. Pendant les fêtes, le club pensionnaire de Ligue 1 a organisé sur plusieurs jours une compétition eSport à laquelle les joueurs de l’équipe professionnelle participaient également. Une idée ludique et divertissante pour créer du lien entre les supporters amateurs de jeux vidéos et le club.

L’année 2021 s’annonce encore singulière pour l’expérience fan. L’expérience virtuelle est partie pour de nouveau prendre le pas sur l’expérience réelle. Il est donc essentiel pour les acteurs d’être innovants, de s’adapter et de se réinventer afin de proposer la diffusion ou le contenu le plus original et immersif possible. Le tout, en ayant l’intention de personnaliser l’expérience proposée. Pour voir ou revoir cette conférence cliquez ici

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience dans le monde

Participez au #DigitalSportem les 14 & 15 Janvier 2021

Nouveau format pour le salon des professionnels du sport business Sportem avec une édition 2020 100% digitale avec le #DigitalSportem.

Publié

le

visuel homepage digitalsportem2020

Après des tentatives repoussées en 2020 suite au Covid, le salon Sportem revient en 2021 pour une édition 100% digitale #DigitalSportem.   

C’est aujourd’hui et pendant deux jours que se déroule l’édition 100% digitale du salon #DigitalSportem les 14 & 15 Janvier 2021. 

Le #DigitalSportem, une édition 2020 100% en ligne en 2021

C’est donc en 2021 que se déroule l’édition 2020 qui avait été reportée suite aux mesures gouvernementales. Cet événement permet de réunir l’écosystème du sport business sur un nouveau format de salon pour les professionnels du sport business.  Sur deux journées, ce sont 40 exposants qui réaliseront des démonstrations, 15 speakers renommés qui prendront la parole dans des tables rondes, 12 partenaires médias et institutionnels et plus de 450 visiteurs inscrits qui pourront échanger directement avec l’ensemble des participants.  

Une plateforme similaire à Facebook ou encore LinkedinSportem

Une plateforme similaire à Facebook ou encore Linkedin

Une plateforme inspirée des réseaux sociaux

Si vous avez déjà franchi le pas pour vous inscrire à ce salon, vous avez sans doute remarqué que l’interface était relativement intuitive. Et qu’elle n’est pas sans rappeler les réseaux sociaux que nous utilisons au quotidien. 

Les équipes de 3L qui organise ce salon ont travaillé pour permettre aux participants d’utiliser une plateforme qui offre de multiples possibilités (personnalisation d’une page de marque, création d’un profil utilisateur, publications dans un feed d’actualités, direct messages vers d’autres participants…). 

Étant 100% gratuit, ce salon permet d’entrer en relation directement avec les acteurs du sport business participants. 
Vous pouvez vous inscrire pour participer au salon #DigitalSportem2020 via ce lien ➡ https://t.co/8iBxcxXmRi 

Nous nous retrouvons donc pendant deux jours sur le salon #DigitalSportem. N’hésitez pas à venir nous voir sur la page Fanstriker ou via nos profils personnels. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs