Suis-nous

Fan expérience aux Etats-Unis

Dossier spécial fans et sport : Les Screaming Eagles, une équipe 100% gérée par ses fans

Découvrez le concept totalement fou de FANchise de Salt Lake Screaming Eagles, le premier club professionnel au monde entièrement géré par ses fans.

Publié

le

Deuxième volet de notre dossier sur les fans et le sport professionnel, aujourd’hui nous vous partageons une vraie expérience comme vous n’en avez encore jamais vu. Une équipe entièrement gérée par ses fans, rien que ça. 

 

Imaginez un instant que vous ayez la possibilité d’agir directement sur le match de votre équipe favorite en déterminant la tactique à adopter ou en effectuant un remplacement. Imaginez un club où vous serez le fan mais aussi le décideur. Imaginez que vous pouvez choisir le nouveau maillot de votre équipe ou encore recruter les joueurs et le coach. Complètement fou me diriez vous hein ? 
Et bien oui ça l’est, et ça se passe aux Etats-Unis. 

Les Screaming Eagles, le seul club professionnel au monde entièrement géré par ses fans.

Screaming Eagles est une nouvelle équipe professionnelle de football américain lancée en 2016 à Salt Lake City dans l’Utah. Elle évolue en Indoor Football League, le championnat de football américain en salle (populaire aux Etats-Unis). C’est le même principe que le Foot US avec principalement les mêmes règles mais adaptées à la pratique en intérieur. Sauf que l’indoor lui se joue à 8.
Au-delà de l’équipe et du sport qu’elle pratique, c’est surtout un nouveau concept révolutionnaire qu’ont imaginé Sohrob Farudi, Grant Cohen, Ray Austin (ci-dessous en photo) et les autres co-fondateurs du projet.

Donner le pouvoir aux fans

Le concept est de donner totalement le pouvoir aux fans. Ils ont donc un pouvoir de décision sans limite. Un projet humain 100% digitalisé et sans frontières.
Hugo Boutin, un supporter français du projet de crowdfunding et associate depuis le lancement du concept Screaming Eagles que nous avons rencontré, nous explique que : 

“La légitimité des fans est grandement liée à la passion. Raison première de leur investissement. Ils ont une vue 360° sur tous les aspects du club. Chacun a un profil différent qui profite complètement aux décisions du club et au projet. Leur passion fait qu’ils ont tous une volonté commune qui profite au club.”

Concrètement, tout se fait via une application mobile que chacun peut télécharger sur son téléphone. Aucun niveau, d’expérience ou encore de connaissance du football US n’est requis. Sur cette appli, il existe deux niveaux :

  • Un premier niveau gratuit en téléchargeant l’application qui permet de voter et de choisir les stratégies et tactiques en live pendant le match.
  • Un second niveau qui lui est payant et permet de devenir un membre à part entière du staff et d’avoir un accès privilégié aux coulisses de l’équipe. 3 offres payantes proposent différents privilèges :

1 | Virtual Scout (recruteur) qui observe et suggère des joueurs directement au coach (plusieurs joueurs ont été recrutés par ce moyen. (9,99$/mois soit 120$ la saison)

2 | Virtual coach qui lui permet de de participer à l’analyse vidéo des matchs et l’élaboration de la stratégie de jeu. (24,99$/ mois soit 300$ la saison)

3 | Virtual General Manager qui est plus lié à l’organisation générale du club. (39,99$/ mois soit 480$ la saison)

Toutes ces offres sont sans abonnement, le fan peut s’il le souhaite, ne pas renouveler son offre mensuelle.

Les fans des Screaming Eagles utilisent l'appli mobile pendant le matchScreaming Eagles

Les fans des Screaming Eagles utilisent l’appli mobile pendant le match

Pendant le match, les fans (présents ou non dans l’enceinte) votent pour chaque action via l’application pour la stratégie de leur choix. Celle qui regroupe le plus de voix est transmise au coach qui transmet ensuite au quaterback via une oreillette comme en NFL. Tout ça se fait assez rapidement, bien que le Football permette de longs temps morts.

Un fan peut avoir un grand nombre de possibilités d’échanger avec le staff à condition d’être membre du staff en ayant souscrit à l’une des offres payantes. Un forum est disponible 24/24h sur lequel tous les membres et les fondateurs peuvent communiquer.

Comme nous le disions en titre, les fans décident de tout, ils sont au cœur du projet. Ce sont eux les décideurs.
Depuis le début de l’aventure, ils ont pu choisir la localisation de l’équipe (le choix était restreint entre deux villes des Etats-Unis), le nom de l’équipe ou encore designer le logo (celui-ci a d’ailleurs été réalisé par l’un d’eux). Mais ce n’est pas tout, le recrutement du coach a aussi été décidé avec les fans. Les interviews des candidats présélectionnés étaient diffusées en live sur internet, plus de 37 000 votes ont été recueillis, un fan a même été sélectionné et pouvait poser directement ses questions.

 

Lire cet article

A LIRE ÉGALEMENT : DOSSIER SPÉCIAL LES FANS ET LE SPORT : ET SI LES FANS N’EXISTAIENT PAS ?

 

En bref, tout est décidé par les membres, les cheerleaders, la mascotte, les joueurs, les maillots, les couleurs, le design des tenues, des casques, de la balle.
Et encore plus hilarant, le club propose aussi aux fans de voter pour la nourriture du coach le soir.

Les membres peuvent également suggérer une nouvelle opération marketing, des actions à réaliser pour la promotion du club, ou encore des produits dérivés à développer. Un vrai moyen de se sentir intégré complètement à son club.

De franchise à FANchise

A l’origine de cette idée aux côtés de Ray, il y a une startup américaine du sport nommée Project FANchise avec plusieurs investisseurs dont d’anciens joueurs NFL qui ont acheté les droits de création d’une nouvelle franchise.
Le concept de franchise, très présent aux Etats Unis, signifie le club. Nous utilisons davantage le terme club en Europe. Mais récemment nous avons vu naitre le concept de FANchise. Un club géré entièrement par ses fans. Entre Fantasy League, football manager et Alex Hunter mais dans la vie réelle.

Des fans des Screaming EaglesScreaming Eagles

Des fans des Screaming Eagles

Fans, vous pouvez même envahir le terrain

La FANchise Screaming Eagles joue l’expérience fan à fond. Moyennant 500 $, vous pouviez acheter lors du crowdfunding une carte appelée « Get out of jail free card » (sortie de prison). Cette carte permet à son acquéreur de pénétrer sur la pelouse pendant le match, et de traverser le terrain, cela sans conséquences, hormis le fait d’arrêter le jeu quelques instants.
Et devinez quoi ? Une offre épuisée très rapidement. Ça promet pour les futurs matchs.

Mais financièrement, comment un tel projet est-il possible pour un club ?

Le business model du concept est assez classique et proche de celui d’une équipe normale. C’est à dire que l’équipe a des dépenses comme les salaires des joueurs, des déplacements par exemple, mais aussi des revenus types d’une équipe sportive (billetterie, sponsoring, merchandising, boutique en ligne, etc.).
La différence entre les Screaming eagles et une équipe classique est que la source de revenue additionnelle digitale dépend des inscriptions des membres mais aussi de la publicité sur le digital.
Par exemple, avant même que l’équipe ait un nom, un logo, ou un joueur dans son effectif, la campagne de Crowdfunding avait générée plus de 60 000$. Dingue non ?

Le ticket pour assister à un match varie de 5$ à 85$.

Au-delà de l’aspect financier, le fait d’ouvrir les accès au fonctionnement du club à un collectif composé de fans permet d’avoir un staff beaucoup plus étoffé qu’une équipe lambda. Et donc un brainstorming plus large avec des idées beaucoup plus variées et des ressources plus nombreuses.

La communauté de fans des Screaming Eagles ne cesse de grimperScreaming Eagles

La communauté de fans des Screaming Eagles ne cesse de grimper

Un joli projet qui présente également quelques risques

Nous avons posé la question à Hugo Boutin dans une interview que vous retrouverez en fin de semaine sur Fanstriker.com, sur les risques d’un tel concept.

“Bien entendu ce concept n’est pas vierge de tous risques. Le risque principal souvent mis en avant par les détracteurs de ce fonctionnement est que les fans adverses peuvent voter pour les stratégies de l’équipe et donc ainsi désorienter l’équipe. (Pas besoin de payer pour voter). Aussi toutes les stratégies sont en ligne et accessible à tous les fans sur l’application. Mais pour contrer les inscriptions sauvages dans un but négatif, les fondateurs ont pensé à un fonctionnement qui récompense l’investissement des fans. Le Fan IQ, qui donne un plus large pouvoir décisionnaire aux fans les plus impliqués.”

Il existe également d’autres risques, comme la désertion des fans. Si ce projet est étroitement lié à l’investissement de ses fans, quid si demain ils disparaissaient ? Le club doit garder une communauté active le plus longtemps, c’est le big deal.

Comme dans tous les sports, le résultat importe aux fans, investisseurs, joueurs, coachs, etc. Le développement d’un tel modèle est très lié aux résultats. Il faut que les résultats sportifs soient à la hauteur pour garder tous ces acteurs motivés.  

Le premier match en février, un moment historique

Le jeudi 16 février dernier a eu lieu le premier match de l’histoire des Salt Lake Screaming Eagles mais aussi le premier match entièrement coaché par les fans eux-mêmes. Une vraie révolution.

Ce premier match a offert de très bons retours : 150 000 vues en live (diffusion sur la chaine YouTube de la League et sur le live de Sport Illustrated qui pour l’occasion réalisait un live Facebook que vous pouvez visionner ci-dessous).
Le match a été visionné dans 99 pays. Les fans du monde entier ont pu participer au coaching en direct du match : 33 000 tactiques ont été proposées via l’application. Malheureusement les Screaming Eagles n’ont pas remporté leur première rencontre (défaite 78 à 47).
Dans la salle, plus de 8 000 personnes ont assistées à la rencontre dans une ambiance chaude à l’américaine.

Des investisseurs ambitieux et visionnaires

Les investisseurs américains sont connus pour leur abnégation. Pour preuve, l’un des objectifs de Ray et de ses associés, est de doubler ou tripler d’ici 3 ans les revenus classiques de la FANchise et d’ajouter une nouvelle source de revenu via le digital.
L’aventure est loin de s’arrêter puisque la startup FANchise vient tout juste d’acheter une nouvelle franchise de Football indoor, en l’occurrence Colorado Crush mais vient également de finaliser un partenariat avec la ligue pour à terme, la transformer en Interactive Football League. Pour étendre le concept à l’ensemble des clubs du championnat.
Une affaire à suivre de près.

Un concept aussi proche des fans pourrait-il être appliqué en France ou en Europe ? Nous vous donnerons des éléments d’analyse dans notre 3ème article de notre dossier spécial les fans et le sport professionnel dès demain.

 

En attendant, réagissez au concept de FANchise des Screaming Eagles avec nous sur twitter 

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Fan expérience aux Etats-Unis

Retour sur la fan experience de l’US Open 2019

Dans le cadre d’un projet d’étude, Pierre et Olivier ont été conviés à suivre le déroulement de l’édition 2019 de l’US Open aux côtés d’un expert. Il nous en parle.

Publié

le

us-open-fan-experience-2019

Les victoires de Naomi Osaka et Dominic Thiem mi-septembre ont mis fin à une édition historique de l’US Open à huis clos. En 2019, le tournoi américain battait son plein en présentant une fan experience innovante et éco-responsable. Olivier Versproumy et Pierre Guiramand, deux étudiants de l’école de sport business AMOS à Lyon nous racontent leur visite à Flushing Meadows.

Dans le cadre d’un projet d’étude, ils ont été conviés à suivre le déroulement de l’édition 2019 de l’US Open aux côtés d’un expert. Ils nous en parlent aujourd’hui !

Pierre Guiramand et Olivier Versproumy, étudiant à AMOS Business School

Pierre Guiramand (gauche) et Olivier Versproumy (droite), étudiant à AMOS Business School

Assister à l’US Open avec des professionnels de l’événementiel sportif

Bonjour Olivier et Pierre, merci de venir échanger sur votre expérience sur l’US Open avec nous.Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis Olivier Versproumy, étudiant à AMOS Sport Business School depuis 3 ans sur le campus de Lyon. Passionné de sport depuis l’enfance, je souhaite m’orienter dans le marketing ou l’événementiel sportif. Je suis convaincu que le sport a des forces au-delà d’un effort physique ou d’une simple compétition. Le sport influence, guide et anime des sociétés, c’est un langage universel. 

C’est une opportunité de faire avancer certains problèmes de société et je souhaite développer des projets autour de l’influence positive du sport et participer à des projets sur l’expérience du spectateur sur un événement. Analyser et comprendre l’importance d’un événement sur une ville, un pays, une culture. 

Ayant la chance d’être bilingue anglais/français grâce à mes parents, j’aimerais voyager dans le monde entier et découvrir d’autres cultures. C’est pour cela que dans le cadre de mon Master, j’ai décidé de m’orienter vers le programme international d’AMOS Sport Business School où je serai sur le campus de Londres et participerai à des séminaires en Asie, en Amérique et en Europe. 

Bonjour, je suis Pierre Guiramand, étudiant en Master 1 International AMOS. Passionné de sport depuis toujours, j’ai décidé d’en faire mon projet professionnel. Le projet autour de l’US Open représentait une opportunité de découvrir un événement sportif majeur aux Etats-Unis.

Comment l’idée de ce projet est-elle née ? Pourquoi avoir choisi l’US Open en particulier plutôt qu’un autre événement sportif ?

Dans le cadre de notre cursus scolaire à AMOS, nous avons eu un cours sur les « mega events ». Deepak Trivedi, Consultant en Management du Sport et Ambassadeur chez AMOS, nous a présenté cet événement qui rassemble pendant deux semaines près de 700 000 spectateurs au Billie Jean King Tennis Center Parc à New York. 

Ce cours magistral sur l’US Open nous a donné envie de créer quelque chose en rapport avec cet événement. Passionnés de sport et désireux de découvrir un événement majeur, nous avons proposé un projet à notre professeur. Nous voulions devenir volontaires officiels de l’US Open et avoir une expérience en interne. Hélas, il faut la nationalité américaine pour être volontaire officiel, ce projet semblait donc impossible.

M. Trivedi, surpris par notre initiative, nous a proposé de le rejoindre pendant quelque jours à l’US Open du 30 août au 2 septembre pour nous faire découvrir les coulisses de ce tournoi de tennis atypique. Il nous a même invité à assister à des conférences exclusives et habituellement réservées aux membres exécutifs de l’USTA (United States Tennis Association). 

Vous avez donc été invités à New York par l’intermédiaire de Deepak Trivedi. Qui est-il et comment s’est passé votre rencontre ?

C’est durant notre semestre universitaire à Londres dans le cadre de notre cursus avec AMOS que nous avons rencontré notre intervenant référent, Deepak Trivedi. Consultant en stratégie de management du sport notamment pour les jeux olympique de Londres 2012, Rio 2016 et Tokyo 2020, Deepak Trivedi collabore également avec l’USTA et intervient chaque année sur l’US Open.

Nous nous sommes donc rencontrés grâce à nos cours sur le campus d’AMOS Londres. Aujourd’hui, il est l’ambassadeur majeur du Group AMOS et continue d’enseigner sur les campus de Paris et de Londres.

C’est un professeur passionné et il a été l’une de nos plus belles rencontres, ses cours étaient passionnants. Le côté humain de ce professeur nous a marqués. Nous sommes aujourd’hui de très bons amis. 

D’un point de vue global, comment pourriez-vous définir le profil type du spectateur à l’US Open ?

Une fois sur place on se rend compte de la diversité des profils qui viennent assister aux matchs. On y trouve des fans locaux et étrangers, des spectateurs venus pour le show, des VIP qui profitent des hospitalités et bien sûr, les fans de tennis venus pour la beauté du sport. L’US Open est un événement riche culturellement parlant, à l’image de New York.

Il est difficile de définir le profil type d’un spectateur à l’ US Open. L’expérience est conçue pour s’adapter et satisfaire le plus grand nombre. La volonté des organisateurs, notamment avec le programme Net Generation, est de faire du tennis et du tournoi un événement qui touche un large public. Néanmoins l’événement est malgré tout prestigieux et les places restent chères. Je ne pense pas que l’on puisse définir l’US Open comme un événement populaire.

histoire-us-open

L’histoire du tennis mise à l’honneur

Une expérience immersive pour les spectateurs dès leur arrivée à New York

Vous avez donc pu vous rendre à Flushing Meadows pour assister au tournoi. Y avait-il des dispositifs de fan experience en dehors du stade (dans la rue, dans les transports en commun, autour du stade) ?

La fan experience autour de l’ US Open débute bien avant l’arrivée sur les courts. Comme pour de nombreux événements sportifs internationaux, c’est toute une ville qui plonge dans l’événement. Le tournoi s’affiche dans de nombreuses rues de New York mais prend réellement vie dans le parc de Flushing Meadows.

Autour des stades, le tournoi cherche effectivement à créer une expérience unique qui répond aux attentes de chacun. Pour créer cette fan experience, l’USTA s’associe avec ses partenaires et sponsors pour proposer plus de 100 stands avec ces activités digitales, VR, sportives, etc.

L’espace Net Generation était aussi un lieu phare de l’événement. Il était destiné à un public familial afin de valoriser le sport auprès de la génération de demain. Cette partie du parc propose aux fans de prendre part à des jeux autour de différents sports comme le tennis, le basket et le football. Chaque année de nombreuses personnalités américaines se prêtent au jeu et viennent participer aux challenges proposés.

En parallèle, l’US Open valorise aussi son héritage historique avec son Hall of Fame qui plonge les spectateurs dans l’univers du tournoi, dès leurs premiers pas dans le parc. 

La dernière partie est l’espace Hospitalités. Un lieu qui représente une partie très importante dans l’expérience fan de l’US Open. On a eu la chance de découvrir un salon premium, c’était incroyable pour nous ! L’atmosphère qui y règne nous à mis en immersion dans l’événement. C’était un privilège de pouvoir accéder un buffet à volonté de plein de nourriture du monde entier tout en regardant les matchs sur des écrans géants. Tout est fait pour que le temps s’arrête et que l’on soit envahi par les émotions du tournoi. 

american-express-us-open

Le stand American Express

Les fans arrivaient-ils particulièrement en avance au stade ? Si oui, à votre avis quelles étaient leurs motivations (profiter des dispositifs de fan experience ou limiter le temps d’attente par exemple) ?

Le Billie Jean King Center ressemble à un village olympique ou un parc d’attraction comme Disneyland en raison de sa structure et de son organisation. Le village est très complet avec des animations, des stands de nourritures et de merchandising, des espaces pour enfants, etc. Tout est étudié pour attirer le fan du début de la journée jusqu’à la fin.

Et ça marche ! Nous avons remarqué que le fan qui achète son entrée pour un match le soir ou l’après midi, vient quand même passer la journée entière dans les infrastructures de l’US Open. Comme à Disneyland, on est immergé dans un monde à part et c’est donc un plaisir de passer des journées entières dans cet univers 100% tennis. 

En dehors des animations et de la fan experience, de nombreux matchs au début du tournoi sont accessibles dans les différents courts. Seul l’accès au Louis Armstrong Stadium est limité. Les fan doivent acheter un ticket particulier pour y entrer. Tous les autres courts et matchs sont donc accessibles au public ayant payé son entrée au Billie Jean King Center. Impossible de s’ennuyer !

Quelles animations étaient mises en place à l’événement ? Qu’est-ce qui était le plus populaire ?

Vivre un événement sportif en Amérique du Nord tranche complètement avec ce que l’on voit en Europe. Le sens du show est véritablement ancré dans la culture du sport américain. La connectivité de l’infrastructure, le design du stade, les services de restaurations, sans oublier les nombreuses animations qui rythment l’événement, tout est réfléchi pour que le spectateur vienne avant tout consommer une expérience et non simplement une rencontre sportive.

Avant le match, l’organisateur propose un spectacle de son et lumière suivi par le traditionnel hymne américain repris par une talentueuse jeune fille devant un Arthur Ashe Stadium rempli. Émotions garanties ! Les spectateurs se transforment ensuite en fans pour accueillir les plus grands joueurs de la planète sur le court. Afin de ne jamais faire redescendre l’ambiance, les spectateurs sont sollicités à toutes les pauses pour prendre part à des jeux organisés par les sponsors comme la Kiss Cam, la Dance Cam, le challenge Emirates et autres.

Je pense que l’animation qui réveille le plus la foule reste la Dance Cam. À l’US Open, le client est à la fois entre consommateur, spectateur et fan. Chaque partie de son expérience au tournoi est unique. 

À quoi ressemblaient le show d’avant-match et les animations sur les temps morts ?

Le show d’avant-match était vraiment dans l’esprit « showtime » à l’américaine. Il y avait des jeux de lumières, fumée, son et présentation des joueurs avec les grands écrans au bord du terrain. L’ambiance était digne d’un show américain. Le public était très bruyant et encourageait les joueurs.

Pendant les matchs, et surtout pendant les temps morts entre les jeux et les sets, il y avait donc la célèbre animation de la Dance Cam. La caméra se fixait sur des individus dans le public et ils devaient se mettre à danser. C’était une expérience sponsorisée par Emirates. Il y avait de super lots à gagner comme des voyages et des séjours tout inclus. Il y avait également des représentants de marques équipés d’un tireur de t-shirt. Ils tiraient dans la foule en faisant gagner des goodies de leurs marques.

Au coeur de l’US Open 2019

fan-experience-us-open-2019

Au coeur de l’US Open 2019

Comment avez-vous ressenti l’ancrage local de New York dans cette fan experience ?

Chaque année lors de l’US Open à New York, c’est toute une ville qui se transforme pour accueillir le plus grand événement annuel de la ville. L’US Open devient une véritable vitrine de la Big Apple. Les transports en commun sont mobilisés, on peut voir des publicités partout dans la ville ainsi que des fans avec des vêtements de tennis. 

L’US Open a créé son histoire et sa réputation avec la ville de New York. Ils vendent  l’événement en s’associant avec l’image de NY. Sport et culture forment vraiment une seule et même composante. New York joue un rôle important avec l’organisation de l’US Open. En effet, les fans vont directement associer leur expérience de l’US Open à la ville de New York. Il est donc primordial que leur expérience soit positive pour qu’ils reviennent dans la Big Apple. 

Certaines animations dans l’espace American Express contiennent du contenu ludique et éducatif sur New York. Lorsque nous avons visité le One World Trade Center, un animateur expliquait l’importance de l’US Open pour la ville. Un exemple parmi beaucoup d’autres sur cette appropriation de l’US Open par la mégalopole. L’objectif est de proposer aux fans une culture de la ville afin qu’ils aient envie de la découvrir en profondeur.

us-open-one-world-trade-center

L’US Open au cœur de l’observatoire du One World Trade Center

Des dispositifs surprenants et innovants pour mettre en avant les sponsors

IBM, Mercedes, American Express, Emirates… d’importantes marques sponsorisent l’événement. Comment se sont-elles intégrées dans la fan experience sur place ?

American Express disposait d’un très grand espace pour sa fan experience avec plusieurs animations. Il y avait une partie visuelle pour la beauté des lieux et se créer de beaux souvenirs, et une autre partie divertissement avec des jeux. Toutes les catégories d’âges étaient invitées. 

Le stand IBM était sûrement le plus impressionnant. En effet, il y avait des écrans installés partout dans une pièce sombre où on pouvait se croire dans un décor de science fiction. Une tablette tactile était alors installée. On pouvait naviguer dessus et choisir de regarder sur les murs des actions ou des matchs légendaires de l’US Open. IBM veut soigner son image de marque en démontrant sa capacité à récolter des données et montrer l’importance de celles-ci.

Stand Mercedes Benz fan experience US Open

Mercedes Benz offre la possibilité aux supporters de se prendre en photo avec leurs tennismen et tenniswomen préférés

JP Morgan offrait la possibilité de prendre une photo avec les 2 trophées du tournoi. IHG Hotel offrait quant à lui un massage gratuit avec un écran pour s’imaginer sous les tropiques. Emirates proposait un tirage au sort en direct pour tous les fans pour gagner des voyages et autres cadeaux. Evian proposait un jeu qui consistait à jeter des bouteilles dans un bac de recyclage avec des lots à gagner et ainsi éduquer le public à l’importance du recyclage.

Il y avait vraiment de quoi être diverti de A à Z. En plus des animations, les fans pouvaient visiter les boutiques de Fila, Ralph Lauren et Wilson et y trouver des vêtements et des goodies entièrement dédiés au tennis. 

Une application spécialement consacrée à l’événement était-elle disponible ? Qu’est-ce qu’on pouvait y trouver ? 

En partenariat avec leur sponsor majeur IBM, une application US OPEN 2019 était effectivement disponible pour les fans présents et ceux du monde entier. Via la plateforme ils pouvaient suivre les résultats, photos, vidéos, calendrier du tournoi, etc.

On utilisait cette application pour voir à quelle heure certains matchs se jouaient et sur quel terrain. C’était aussi intéressant de voir des statistiques plus avancées également avec toutes les données d’un match comme le nombre de coups droits réussis, de revers, etc.

Vous avez eu la chance de visiter les hospitalités premium, pouvez-vous nous décrire cette expérience ?

Tout d’abord, nous remercions notre professeur Deepak Trivedi pour s’être démené afin d’acquérir des accréditations. Nous avons pu profiter de l’expérience premium de l’US Open alors qu’elle s’adresse à un public (très) privilégié.

Pour entrer dans cet espace, on doit monter sur un rooftop où on retrouve une version miniature du mythique globe présent à l’entrée de Flushing Meadows. Dans cette infrastructure, il y alors plusieurs espaces premium différents des uns des autres selon l’offre sélectionnée. Dès l’entrée, on retrouve un stand de Ralph Lauren qui met en avant sa collection spéciale US Open.

Chaque espace est équipé de nombreuses télévisions pour suivre les matchs en direct ou revoir les moments forts du tournoi. Plusieurs bars sont installés avec consommations à volonté, bien évidemment. L’espace restauration est très également impressionnant avec une sélection de produits bio, frais et de tous types. C’était le plus beau buffet qu’on ait jamais vu ! Les salariés en hospitalités étaient vraiment agréables et d’une politesse incroyable. Un point très important pour une fan experience VIP.

Nous avons également eu l’opportunité de faire de belles rencontres pendant que nous étions au buffet comme celle avec Richard Chang. Un des hauts représentants de la gestion des volontaires pour l’US Open et auteur de nombreux livres sur le sport management. 

Dernièrement, on a beaucoup discuté de RSE et de fan experience eco-responsable dans le podcast Fanstriker. L’US Open est un événement qui revient souvent dans la discussion à travers les efforts qui ont été fait en partenariat avec Evian et Ralph Lauren. Est-ce que cette initiative était relativement mise en avant sur place ?

En effet, on a pu constater que l’US Open adoptait des nouvelles stratégies pour devenir un événement « vert ». Nous avons pu visiter le stand interactif et éducatif d’Evian qui proposait un lancé de bouteille dans des bacs de recyclages pour inciter les fans à faire de même sur les lieux de l’événement. La marque démontrait ainsi l’impact et l’importance du recyclage.

Ralph Lauren, qui est l’un des sponsors majeurs de l’événement, fabrique ses t-shirts et équipements à partir de bouteilles recyclées. Les volontaires arboraient un uniforme de cette collection. Wilson est également investi dans cette initiative verte. L’équipementier présentait un stand avec des centaines de balles de tennis conçues pour être biodégradables. La marque répond alors à l’une des problématiques environnementales causée par le nombre de balles perdues dans le monde entier.

Outres les marques, il existe également un stand « US Open Sustainability » qui a pour unique but d’informer sur les progrès de l’US Open et ses avancées environnementales.

Au niveau de l’accessibilité et des transports, c’est facile d’accéder et de partir du stade en transports en commun ?

Pour notre part, nous étions très privilégiés avec les transports en commun. Grâce à notre professeur M. Trivedi, nous avons eu des accréditations spéciales afin d’avoir un transfert qui partait de notre hôtel et qui se rendait directement à l’US Open. Nous étions donc chanceux d’avoir un accès aussi facile pour se rendre à l’événement.

Il existe néanmoins de nombreux moyens pour rejoindre l’US Open grâce au métro, aux bus et aux taxis. C’est très pratique d’avoir un arrêt de métro juste à coté de l’US Open. Cependant, nous avons remarqué que beaucoup de fans prenaient le bus. Ce qui est certain, c’est que l’accessibilité est très importante pour un événement de cette envergure.

Vous êtes donc étudiants à AMOS Lyon. Vous terminez prochainement vos études. Quels sont vos projets et vos ambitions en tant que futur professionnels du sport business ?

Olivier : Pour ma part, j’ai choisi le master international d’AMOS situé au campus de Londres pour me spécialiser dans le management international du sport business. A l’avenir, j’aimerais travailler dans la fan experience responsable dans le monde entier avec des équipes de toute culture. La protection de l’environnement est un combat qui me tient à cœur et je souhaite grâce au pouvoir d’influence du sport, divertir et éduquer les fans en optimisant une fan experience unique dans l’industrie du sport. 

Pierre : L’US Open m’a fait prendre conscience de l’importance de la fan experience sur un événement et m’a beaucoup inspiré à travers les nombreuses rencontres que l’on a pu faire. À la fin de mes études j’aimerais participer au développement du sport de demain et pourquoi pas entreprendre afin de faire évoluer le sport vers une voie plus éthique et éco-responsable.

Pour conclure, quelle est votre propre définition de la fan expérience ?

La fan expérience est un accompagnement du spectateur dans un événement de façon complète qui associe le côté interactif, divertissement et enrichissement personnel. C’est une manière de combler positivement l’expérience d’un fan outre le résultat sportif de son équipe. Que son équipe perdre ou gagne, l’objectif est que le fan ait une expérience et un souvenir positif de l’événement. 

Un grand merci à Olivier et Pierre pour ce retour complet sur leur expérience à l’US Open 2019.
Cette année, pour les raisons que l’on connaît, l’événement a eu lieu dans des conditions particulières : à huis clos. L’US Open a donc fait appel à The Famous Group pour apporter le soutien virtuel des familles aux athlètes. Malgré ces circonstances exceptionnelles, le tournoi new yorkais s’est encore une fois montré innovant.

Le dernier tournoi du Grand Chelem de cette année sera donc Roland-Garros. A l’aube de cette édition 2020 limitée à 1000 spectateurs, on se remémore également l’excellente expérience proposée par le tournoi de tennis français en 2019.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés