Suis-nous
Interview Thomas Auger, MHR Interview Thomas Auger, MHR

Interviews

Interview : Thomas Auger (MHR) “fidéliser, faire revenir les gens”

Comment le MHR tente de fidéliser son public localement ? Thomas Auger nous en parle dans cette interview réalisée lors de notre Inside au GGL Stadium.

Publié

le

En toute fin du mois de décembre, nous étions avec le MHR pour un match du boxing day. L’occasion de vivre une expérience stade au GGL Stadium et aussi de rencontrer Thomas Auger.

 

Bonjour Thomas, tu es donc chargé de missions marketing et opérations au MHR. Peux-tu nous dire en quoi consiste ton job exactement ?

Le projet principal est de faire venir les gens au stade en mettant en place des animations et en rendant le parcours client le plus simple et agréable possible pour l’utilisateur. Puis il y a une analyse des données supporters, des données clients. Quels spectateurs viennent au stade ? Quelles sont leurs caractéristiques, leurs habitudes de consommation ? Nous essayons de répondre à ces questions.
Tout cela dans le but de leur proposer des produits en points de vente ou des expériences qui correspondent à ce qu’ils attendent quand il viennent au stade. On va donc essayer d’analyser cela et l’un des projets que l’on va mettre en place cette année, c’est un logiciel qui nous permettra de gérer le mieux possible notre relation client.

On va aller chercher le public parmi les gens qui nous suivent sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, ta mission principale est de mieux connaître les personnes qui se rendent au stade. Cela veut-il dire que l’objectif du club est de fidéliser ces spectateurs déjà acquis plutôt que d’attirer de nouveaux public ?

Oui, il y a un double objectif. On essaye, dans un premier temps, de fidéliser et de faire revenir les gens qui sont déjà venu nous voir en leur proposant une expérience qui va leur donner envie de revenir. Par exemple, on envoie des messages aux gens qui sont déjà venu une ou deux fois dans l’année pour les inciter à revenir en mettant en place des opérations commerciales, ou cela peut être simplement de la communication.
Après, sur de l’acquisition, on va aller chercher le public parmi les gens qui nous suivent sur les réseaux sociaux par exemple en analysant notre population à ce niveau là.

Thomas Auger est le chargé de missions marketing et opérations au MHR

Thomas Auger est le chargé de missions marketing et opérations au MHR

Selon toi, le développement de l’expérience fan est-il un effet de mode ou quelque chose de nécessaire dans la façon de proposer un spectacle sportif au public ?

Il y a un vrai enjeux pour les clubs aujourd’hui. Au-delà du match en lui-même, point d’orgue de ce pourquoi les gens viennent au stade, il y a tout ce qu’il y a autour qui compte. Tout ce qui va permettre de faire de cette expérience un truc exceptionnel. Il faut mettre les spectateurs dans les meilleures conditions, leur proposer des animations variées et essayer à chaque match de leur proposer quelque chose de différent.
Je pense que c’est très important pour les clubs. Je ne pense pas que ce soit un effet de mode mais qu’au contraire on va aller de plus en plus vers : “Comment personnaliser au maximum l’expérience pour que chacun y trouve du plaisir ?”.

Il est vrai que tout le monde se partage un peu le gâteau et il faut proposer quelque chose de différent pour essayer d’attirer les gens.

Parlons inspirations. On trouve beaucoup de bonnes idées dans le sports américains mais également en France dans des sports plus secondaires. Où est-ce que le MHR puise-t-il ses inspirations ?

Les États-Unis nous inspirent forcément, notamment ce qui se fait en NBA et en NFL. On essaye également de regarder ce qui se fait en Ligue 1 au niveau national. Nous nous devons aussi de garder en tête qu’à Montpellier il y a une offre importante en terme de sport avec du football, du handball et du rugby. Il est vrai que tout le monde se partage un peu le gâteau et il faut proposer quelque chose de différent pour essayer d’attirer les gens. Il faut penser aussi qu’on a un public qui n’est pas encore hyper solide. On a encore du travail à faire là dessus pour agrandir notre base de fans et cela se fera notamment grâce aux réseaux sociaux.
On essaye surtout de construire un noyau dur et de créer quelque chose que les gens vont apprécier et c’est là que la connaissance des clients est importante.

Pour finir, comment définirais-tu l’expérience fan ?

Aujourd’hui, dans l’expérience fan, le plus important est que l’utilisateur, le supporter, arrive au stade et qu’il puisse profiter de son match dans les meilleures conditions. C’est qu’il puisse avoir toutes les informations et qu’il passe vraiment un bon moment. Il faut qu’il en garde quelque chose et qu’il ait envie de revenir.

Merci à Thomas pour ces réponses. Vous pouvez retrouver notre immersion au GGL Stadium avec le Montpellier Hérault Rugby sur Fanstriker.com.

Vous avez aimé cet article ?

Le sport a cette particularité de rassembler les foules. C'est précisément cette raison qui me pousse à me rendre au stade dès que j'en ai l'occasion. Aujourd'hui, l'expérience fan est prépondérante dans le monde de l'Entertainment sportif et je souhaite, au travers de Fanstriker, inspirer ses acteurs en partageant ce que je vis en tant que fan de sport et fan de spectacle.

Interviews

INTERVIEW : (Gudjon GUDJONSSON, OZ Sports) “Une ambiance de coupe pour chaque match”

Gudjon GUDJONSSON nous présente une solution de réalité augmentée pour donner aux matchs à huis clos une ambiance de coupe du monde.

Publié

le

OZ Sports

Dans le podcast de cette semaine, Gudjon GUDJONSSON nous présente une solution de réalité augmentée pour donner aux matchs à huis clos une ambiance de coupe du monde.

Nous avons rencontré Gudjon Gudjonsson pendant le confinement pour évoquer la solution qu’il proposer avec OZ Sports pour apporter davantage d’ambiance dans les stades.
Un article que vous pouvez écouter en format audio (en anglais) avec notre podcast.

OZ Sports : un dispositif de réalité augmentée qui donne à n’importe quel match une ambiance de coupe du monde

Bonjour Gudjon, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Fanstriker ?

Je m’appelle Gudjon GUDJONSSON, c’est un prénom islandais. Je suis née en Islande mais j’ai vécu la plupart de ma vie en Europe et aux Etats-Unis. A l’heure actuelle, je suis le CEO d’OZ Sports.

Votre produit principal s’appelle OZ Connected Stadium. Pouvez-vous nous expliquer en quoi il consisite et à qui il s’adresse ?

Le dispositif Connected Stadium est principalement destiné au football mais il peut parfaitement s’adapter au basketball, au football américain, au hockey sur glace ou tout autre sport qui se joue dans un stade. On a commencé à travailler avec des ligues avec 10 à 14 équipes. On installe les dispositif en une fois dans les stades. Quand on a commencé le développement de la solution en 2016, l’idée c’était de donner aux compétitions de jeunes la même experience que celle des plus grandes ligues.

Parmi les innovateurs de l’entreprise on a beaucoup de profil très intéressants, notamment des PhD spécialisé dans la robotique et le tracking des joueurs et du ballon. J’ai donné un défi à l’équipe : faire en sorte que des matchs de compétitions de jeunes aient la même atmosphère que la finale de la coupe du monde. On a alors créé une technologie pour proposer une expérience augmentée lors de ces matchs. On a fait de premiers tests avec le COMMEBOL pour la Copa America féminine juste avec la coupe du monde féminine en France. OZ Sports a créé une ambiance digne d’une finale de coupe du monde masculine à cette compétition.

Ce dispositif de réalité augmentée s’appelle OZ Arena. Le principal objectif de ce produit est de reproduire un environnement visuel qui donne l’impression que le stade est rempli de fans qui encouragent leur équipe. Etant donné que la plupart des ligues vont reprendre à huis clos, OZ Arena pourrait remettre de l’ambiance durant ces matchs que les fans vont regarder depuis chez eux.

La pandémie nous a poussés à agir. Les détenteurs de droit voient le produit qu’ils ont acheté changer. L’experience n’est pas la même pour les téléspectateurs. Elle est aussi moins intéressante pour les sponsrors. On offre la possibilité aux détenteurs de droits d’améliorer l’expérience de visionage en proposant aux fans de rejoidnre le spectacle. Les supporters s’inscrivent sur le plateforme, choisissent une place puis personnalise un avatar qui apparaitra dans les tribunes à l’écran. Notre objectif est d’améliorer le rendu du match qui apparait sur l’écran de manière authentique. OZ Arena permet d’avoir 4000 voire 5000 fans visibles en tribune pendant la diffusion du match. Les supporters peuvent participer à l’ambiance en secourant leur téléphone et en rendant le visuel de diffusion plus vivant.

Les supporters peuvent faire en sorte que leur avatar apparaisse à l’écran. Peuvent-ils aussi être entendu lors de la diffusion.

Oui. Les supporters peuvent encourager leur équipe via le micro de leur téléphone. Il peuvent chanter, applaudir et participer au rassemblement de supporters à leur manière. De notre côté on mixe les audios des fans pour qu’ils soient appropriés et pour qu’ils soient audibles au moment adéquat.

Il est particulièrement intéressant de noter que les chants peuvent être entendu en temps réel. C’est une véritable valeur ajoutée par rapport aux dispositifs de chants enregistrés. 

Comment les supporters rejoignent-ils l’experience ? Par le site du diffuseur ? Par le site d’une ligue ? Par le site d’OZ Sports ?

Quand on rentre en collaboration avec un diffuseur, on leur fournit une landing page très simple à partir de laquelle les fans peuvent rejoindre l’expérience. Avant le match, le diffuseur n’a qu’à préparer l’experience augmenter et orienter les fans vers la page d’inscritpion où ils pourront choisir leur place dans le stade. De notre côté, on s’occupe de faire ce qu’il se passe en coulissse.

Il est possible que plus de supporters veuillent rejoindre l’experience qu’il n’y a de places dans le stade. Que se passerait-il dans ce cas ?

La capacité du stade est également limitée sur OZ Arena. C’est “premier arrivé, premier servi”. L’idée c’est vraiment d’être au plus proche de la réalité. Après la pandémie, nous allons continuer à proposer OZ Arena aux clubs de divisions inférieures et aux ligues moins populaires. On a réussi à améliorer cette nouvelle version de l’expérience pour la rendre plus authentique. Sur les anciennes versions, on remplaçait totalement le stade i.e. tout sauf le terrain. Désormais, on ne remplace plus rien. On ajoute les avatars dans les tribunes existantes. Le rendu est plus réaliste et authentique. Il est plus agréable pour les fans de pouvoir sélectionner sa place favorite dans son stade de prédilection.

Avec qui travaillez-vous à l’heure actuelle ?

Il se passe beaucoup de choses pour nous à l’heure actuelle. Beaucoup de partenariats se développent mais nous n’avons pas encore la possibilité d’en partler. 

J’imagine que la situation actuelle pousse beaucoup de diffuseurs à se rapprocher de vous ! Comment envisagez-vous l’avenir ? Comment OZ Arena va-t-il s’intégrer dans l’expérience fan lorsque les supporters auront de nouveau le droit d’aller au stade ?

Notre priorité est de couvir les ligues moins populaires que les autres et les ligues qui sont en croissance comme les ligues féminins pour leur fournir une expérience similaire à celle d’une grande ligue. Après la pandémie, nous allons implémenter nos dispositifs sur des ligues de second rang pour qu’elles aient la même atmosphère que la Champions League. C’est l’essance de notre entreprise : apporter une technologie de haute qualité à toutes les ligues.

Ca apporter une forte valeur ajoutée à ces ligues, notamment en les rendant plus intéressantes pour les sponsors et en augmentant l’engagement des téléspectateurs.

Merci beaucoup de nous avoir rejoint aujourd’hui Gudjon. Où est-ce que les lecteurs de Fanstriker peuvent vous retrouver après ce podcast ?

Les ligues et les diffuseurs intéressés peuvent nous contacter facilement sur notre site oz.com. Ils pourront y trouver plus d’informations sur le dispositif pour améliorer l’expérience de visionnage du sport, notamment durant cette pandémie.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés