Suis-nous

Fan expérience dans le monde

Le partenariat technologique, un vecteur de développement de l’expérience fan

De nombreuses technologies voient le jour chaque année et certaines ont le pouvoir d’améliorer et de développer l’expérience fan. Le partenariat technologique semble être un bon moyen pour lier la technologie aux clubs et aux événements sportifs.

Publié

le

Aujourd’hui, le partenariat entre un club et une marque ne se limite plus à une simple visibilité, la réflexion est plus globale. Les deux parties cherchent à améliorer certains aspects du club ou de l’événement sportif que ce soit pour l’équipe, le stade ou bien l’expérience fan.

On peut légitimement évoquer les partenariats qui élaborent des activations pour enrichir celle-ci mais dans cette article, nous allons aborder le partenariat technologique.

Qu’est-ce que le partenariat technologique ?

Le partenariat technologique est, par définition, une alliance de deux ou plusieurs entités qui peuvent différer carrément de secteur d’activité mais prêts à unir leur force pour la réussite d’un projet commun de recherche et développement (source comptable en ligne). Dans le cadre de ce type de partenariat, celui-ci peut permettre d’améliorer le fonctionnement d’un club que ce soit au niveau de ces équipements (wifi, application mobile, confort visuel et sonore, etc) ou bien de la data (CRM, données sportives, etc.) par exemple. Des partenariats à ne pas négliger lorsque l’on sait que 69% de spectateurs affirment que les outils technologiques ont amélioré leur expérience selon l’étude Capgemini.

La connectivité des événements sportifs par Orange

De nos jours, de nombreux événements sportifs souhaitent offrir de la connectivité à leurs spectateurs. Pour déployer celle-ci, Orange, premier opérateur téléphonique et internet de France, a signé des partenariats avec de grands acteurs du sport. On peut notamment y trouver le naming du stade Vélodrome ou bien le Tour de France.

Pour le premier partenariat, Orange a su développer la connectivité avec l’installation de 1000 bornes wifi et d’antennes 4G permettant à 20 000 spectateurs de se connecter en simultané à internet pour partager leurs émotions au fil des matchs. En novembre 2019, le partenariat a évolué en installant la 5G dans le cadre de l’expérimentation 5G que mène Orange dans la ville de Marseille.

Cette évolution a permis aux deux acteurs d’offrir une meilleure expérience à ces spectateurs. En effet, il permet d’augmenter le flux vidéo et ainsi proposer la Réalité Virtuelle en live et d’améliorer l’expérience sonore avec une qualité d’écoute en instantané.

Elle permet aussi d’optimiser son empreinte énergétique ainsi que son équation environnementale avec la récolte de données en temps réel. Le partenariat valorisé à 4 millions n’est pourtant que de 2,45 millions. La différence peut s’expliquer par la mise à disposition d’équipements permettant de connecter le Vélodrome et ainsi améliorer l’expérience des supporters marseillais.

OLRAT / SHUTTERSTOCK.COM

Naming du stade de l’Olympique de Marseille, Orange Vélodrome

Le second partenariat, entre Orange et le Tour de France existe depuis 20 ans. Celui-ci permet à l’événement d’être connecté à 84% (donnée 2018) du parcours. Ce chiffre parait tout simplement « énorme » sur un tracé qui fait tout de même en moyenne 3000/3500 kilomètres.

Cette connectivité 4G permet au Tour d’être couvert avant, pendant et après chaque étape pour les différents besoins (le départ, l’arrivée, la course, le PC sécurité, les médias, etc) et ainsi rendre connecté des zones qui ne l’étaient pas. Le côté positif de ce partenariat pour le territoire est la conservation de nombreux équipements qui profitent aux habitants des villes traversées par le Tour.

L’investissement est donc avantageux pour les deux parties. Dans un premier temps, il est avantageux pour le Tour de France puisqu’il connecte ses spectateurs et répond aux besoins sportifs, logistiques et médiatiques de l’événement. Quant à l’opérateur téléphonique, en proposant son savoir-technologique, Orange met en lumière son expertise et développe son réseau dans toute la France sans même être particulièrement visible sur le Tour avec une caravane publicitaire par exemple.

La data

Plusieurs acteurs mondiaux sont spécialisés dans le traitement de données et la mise à disposition de solutions technologiques. Un partenariat avec ses acteurs peut permettre de mieux comprendre le comportement des spectateurs ou bien de donner des statistiques sportives.

Dans le premier cas, on y trouve l’entreprise allemande SAP. Le créateur de logiciel, partenaire du Bayern Munich, analyse les données du club et met en place des logiciels et solutions pour améliorer l’expérience spectateur et la gestion du stade. Ainsi, le club a les moyens de savoir les zones d’affluences tant piétonnes que véhicules et de donner des informations à ses clients. De même pour le remplissage du parking.

Au delà, des statistiques et des solutions pendant l’événement, SAP a également mis en place des moyens pour connaître le comportement à la sortie du stade (délai d’attente pour sortir du parking, présence ou non de consommation après match, heure de départ du stade, etc). Ainsi, la mission de SAP est de proposer des solutions pour décongestionner ces sorties de stade en mettant en place des activités, des codes promotionnels ou autres actions permettant de retarder également le départ du stade. Ainsi, plusieurs outils sont installés dans le stade :

  • objets connectés inhérents au stade pour surveiller la maintenance et la sécurité,
  • des sièges connectés pour gérer le remplissage et mener des actions marketing,
  • des capteurs de trafics pour connaître les flux à l’intérieur et l’extérieur du stade
  • une application pour proposer différents services et informations pour le spectateur.

Deuxièmement, la data peut également permettre d’obtenir des statistiques sur la performance des joueurs et ainsi mieux comprendre leur niveau et le jeu proposé. Ici, le partenaire répond à un besoin nouveau, un spectateur toujours plus connecté, avide de datas et consommant le sport en multi-device. Certains événements l’ont compris en s’alliant à des partenaires technologiques. IBM, partenaire durant 34 ans de Roland Garros, avait su développer une application offrant une multitude de statistiques aux spectateurs ayant télécharger l’application.

Améliorer le confort sonore et visuel des spectateurs

Un partenariat technologique peut améliorer le confort sonore de ses spectateurs. En effet, avant l’inauguration du nouveau stade de Bordeaux, le Matmut Atlantique avait signé un partenariat avec Bose pour le développement de sa sonorisation.

Le même partenaire avait été signé en 2013 avec la Ligue Nationale de Basketball pour installer le système de sonorisation Bose RoomMatch™ lors des événements LNB et dans les différentes salles françaises.

Par ce type de partenariat, les différents acteurs sportifs offrent une meilleure acoustique à ses fans, permettant de valoriser les différentes interventions du speaker, les annonces publicitaires, les interviews et de proposer une meilleure ambiance.

Groupama Stadium

Show son et lumière lors du Winter Game

Des partenariats sont également possible au niveau visuel. Premièrement, on peut améliorer l’expérience au niveau de la luminosité. Le Parc OL l’avait compris en 2017 en signant un partenariat avec Philips Lighting à l’instar de la Juventus de Turin. Cela a permis au stade de la région lyonnaise d’offrir aux spectateurs un meilleur confort visuel au stade et à la télévision mais aussi de proposer des shows lumineux de qualité.

Deuxièmement, le confort visuel peut se ressentir à travers les équipements audiovisuels, par exemple écrans géants ou panneautique LED. Sony s’était allié au Stade Océane du Havre pour fournir une solution complète : 2 écrans géants, 1 panneautique LED bord de terrain contrôlés par la régie numérique ainsi qu’une solution d’IPTV permettant l’encodage et la distribution de flux sur 170 écrans LCD répartis dans les points clés du stade.

Une expérience toujours plus immersive grâce aux partenariats

De nombreux partenariats activent celui-ci pour proposer des animations technologiques plus immersives. On peut y retrouver la réalité augmenté et la réalité virtuelle par exemple. Selon Artefacto, le premier est “une technologie qui permet d’intégrer des éléments virtuels en 3D (en temps réel) au sein d’un environnement réel”. Le second est “un dispositif permettant de simuler numériquement un environnement par la machine (ordinateur)”. De nombreux événements ont compris que ces technologies influenceront les fans d’aujourd’hui et de demain. Cependant, cette technologie immersive est très chère, d’où la possibilité de s’intéresser au partenariat technologique.

Le CIO s’est penché sur ce type de partenariat avec Intel pour les Jeux Olympiques. Intel mettra en service sa technologie Replay 360 pour permettre aux fans de vivre les meilleures images de l’événement depuis n’importe quel angle. Concernant la diffusion, la technologie Intel TrueVR offrira une diffusion en direct et en réalité virtuelle des Jeux Olympiques, en donnant la possibilité aux fans de s’immerger dans les Jeux depuis chez eux. Pour finir, la technologie des drones d’Intel permettra des spectacles lumineux dans le ciel pour les différents événements organisés par le CIO.

La technologie blockchain

Selon Blockchainfrance.net, la blockchain (dont la traduction en français est chaîne de blocs) est une technologie qui permet de stocker et transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle. Elle ressemble à une grande base de données qui contient l’historique de tous les échanges réalisés entre ses utilisateurs depuis sa création. La blockchain peut donc être utilisée de trois façons : pour du transfert d’actifs (monnaie, titres, actions…), pour une meilleure traçabilité d’actifs et produits et pour exécuter automatiquement des “smart contracts”.

« Cette technologie révolutionnaire aura un impact important sur la stratégie commerciale globale du club et sur la manière dont nous interagissons avec nos fans. Nous sommes heureux d’accueillir Socios.com dans la famille Paris Saint-Germain. » Marc Armstrong, Directeur du Sponsoring du Paris Saint-Germain

Plusieurs clubs, à l’instar du PSG, se sont déjà lancés dans la création de leur crypto-monnaie. En partenariat avec le site Socios.com, cette technologique permet aux clubs de proposer un nouvel axe d’engagement pour leurs fans en proposant un moyen de participer à la vie du club. Ainsi, en achetant la crypto-monnaie du club (le $PSG équivaut à 2 euros), le fan, sous forme de votes ou de sondages en ligne, accède à des récompenses, des contenus et des expériences exclusives. Un nouveau système de fidélisation avec la crypto-monnaie voit le jour et pourrait séduire de plus en plus de clubs.

De nombreuses technologies voient le jour chaque année et certains ont le pouvoir d’améliorer et de développer l’expérience fan. Les technologies façonneront le sport de demain sans dénaturer le rapport humain qui lie le club à ses fans. C’est un virage important à prendre pour séduire et comprendre les consommateurs de demain et le partenariat technologique semble être un bon moyen pour s’approcher des clubs et les événements sportifs.

Vous avez aimé cet article ?

Passionné par le sport, je m'intéresse aux différents événements sportifs, à la façon dont le spectateur est pris en compte et aux nouvelles tendances.

Fan expérience dans le monde

Sensory room : accueillir les personnes atteintes d’autisme au stade

Des clubs disposent une sensory room dans leur stade. Une pièce spécialement aménagée pour les personnes atteintes de Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA).

Publié

le

sensory room qatar 2022

Tout le monde devrait pouvoir assister à un spectacle sportif. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas notamment pour les personnes en situation de handicap. Pour les handicaps visibles et encore plus pour les handicaps invisibles. Alors comment des fans atteints d’autisme peuvent aujourd’hui vivre leur expérience au stade en toute sécurité ?

 

Environ 1% de la population mondiale et 700 000 personnes en France présentent un trouble du spectre de l’autisme. Ces personnes ont des besoins particuliers. Au Royaume-Uni, les Ligues et les clubs l’ont bien compris et ont adapté leurs enceintes afin de pouvoir les accueillir.

Pourquoi faut-il des installations spéciales pour les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme (TSA) ?

Les personnes souffrant de TSA et en particulier les enfants ont une grande sensibilité sensorielle. Cette surcharge sensorielle peut provoquer en eux de l’anxiété et de la panique. Elle est généralement due aux lumières, aux sons et à la foule. Des éléments qui font donc partie intégrante d’un événement sportif. Mais rendant l’expérience inconfortable pour les personnes atteintes du spectre de l’autisme.

De ce fait, de nombreuses personnes ayant des besoins sensoriels se privent de ce spectacle de l’événement physique et cela peut participer à la création d’un isolement social. Le fait qu’il n’y ait pas d’installations, d’infrastructures spécifiques peut décourager les personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme ainsi que leurs familles et amis, d’assister à un match.

La sensory room : un environnement sûr et adapté pour profiter du match

Une sensory room ou salle sensorielle est une pièce conçue pour développer les sens d’une personne. Cela repose généralement sur un éclairage, une musique et des objets spéciaux. Elle contient des jeux sensoriels, des tubes à bulles, des poufs, des boules disco, etc. C’est un espace où les fans présentant une sensibilité sensorielle particulière peuvent se détendre à l’écart du bruit et de la foule. Dans les stades, cette pièce offre une vue sur la pelouse via une baie vitrée pour ne rien manquer du match. Ces espaces disposent pour certains d’entre eux d’un balcon.

Sunderland AFC un club moteur en matière de sensory room

L’initiative des sensory rooms dans les stades vient notamment de Kate et Peter Shippey, les parents de 3 enfants ayant tous été diagnostiqués de trouble du spectre de l’autisme. L’un de leur enfant, Nathan, est fan de football. Sa première expérience au stade n’a pas été un succès malgré les protections auditives et autres accessoires. Suite à plusieurs expériences infructueuses, les parents de Nathan sont entrés en contact avec le club local dont ils sont supporters, Sunderland AFC.

Ensemble, ils ont consulté des experts du domaine sensoriel pour connaitre les adaptations possibles. Et dans le but d’en savoir plus sur la création d’une pièce spécifique pour permettre à son enfant de vivre le match dans de bonnes conditions.

Après une année de discussions et de recherches, la première sensory room nait en 2016 dans le Stadium of Light, l’enceinte de 49 000 places de Sunderland AFC.

En 2018, le club anglais avance encore plus dans cette démarche en créant une seconde sensory room.
Dans une loge qui a été emménagée pour permettre d’offrir un lieu adapté pour les fans du club ayant un trouble du spectre de l’autisme.

D’autres clubs ont suivi la démarche, comme Manchester City fin 2019, avec la création d’une sensory room dans son enceinte l’Etihad Stadium.

“Il y a tellement de conditions qui comportent des difficultés sensorielles. Des salles comme celle-ci sont indispensables, c’est une partie essentielle d’un stade maintenant.”

Kate Shippey MBE

Le but de la famille Shippey est de faire évoluer les choses. Apporter de l’information sur ces situations pour les clubs et les familles ayant un membre souffrant de TSA.
Via son association caritative, The Shippey Campaign, la famille veut étendre ce concept pour aider les familles touchées par les difficultés sensorielles. “Nous donnons tout notre temps, nos conseils, notre expérience, notre expertise et nos connaissances gratuitement” souligne Katy Shippey MBE.

Si vous êtes un club intéressé à l’idée de mettre en place une sensory room pour les personnes ayant des difficultés sensorielles, vous pouvez les contacter en cliquant sur ce lien.

La Premier League encourage ses clubs à l’installation de sensory room

Dans le cadre d’un programme de 3 ans pour créer des opportunités et inspirer les personnes handicapées par le biais du sport, la Premier League et la chaîne BT Sport se sont associés avec The Shippey Campaign et The Lord’s Taverners (une association sportive pour handicapés) pour financer des sensory rooms dans les clubs de l’élite du football anglais.

“Ce programme vise à rendre le sport plus inclusif. Offrir des espaces sensoriels dans les stades de football est un moyen de faire une réelle différence.”

Suzy Christopher, responsable de l’Egalité, Diversité et Inclusion (EDI) pour Lord’s Taverners

La sensory room de Sunderland AFC est un excellent exemple de la manière dont une expérience de match peut être créée pour les fans ayant des difficultés sensorielles. Ce partenariat permettra à un plus grand nombre de nos clubs d’installer ces zones” indique Bill Bush, le directeur exécutif de la Premier League.

À travers ce partenariat, la Premier League offrait lors de la saison 2016/2017 une subvention de 5 000£ (5 863€) à ses clubs pour installer une sensory room. Une offre dont de nombreux clubs ont profité en commençant par le club de Watford FC. L’aide de 5 000£ peut paraître faible mais le coût d’investissement est relativement faible également. En effet, il suffit de prendre une salle vide, une loge et y ajouter quelques équipements apaisants pour obtenir le minimum que demande une sensory room.

sensory room watford@WatfordFC

La sensory room du Vicarage Road, le stade de Watford FC

Le Khalifa International Stadium, stade qui sera utilisé pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar, est lui aussi équipé d’une sensory room. Il bénéficie d’installations de réduction du bruit, d’un ameublement doux, d’un éclairage d’ambiance, d’une musique relaxante, de jouets et équipements sensoriels aux couleurs vives.

Sachez qu’il existe aussi des sensory rooms en Écosse aux Glasgow Rangers, ou encore en Australie. Nous en parlions déjà en 2017 sur Fanstriker.

Sensory Room Khalifa Stadium@KhalifaStadium

La sensory room du Khalifa International Stadium de Doha au Qatar

Les sensory hours & sensory bags : d’autres initiatives pour une expérience complète et adaptée

Des clubs ont mis en place des sensory hours dans leur boutique pour permettre aux personnes atteintes de TSA de pouvoir faire leur shopping dans la boutique du club.

Des sensory hours sont des créneaux où les conditions nécessaires sont adaptées pour accueillir les fans atteints de TSA dans la boutique. Ainsi la musique et la lumière sont abaissées, une signalisation est mise en place sur l’espace de vente. Le staff est également formé spécifiquement pour se comporter de façon à répondre aux besoins de leurs fans.

Arsenal propose ces sensory hours une fois par mois dans sa boutique de l’Emirates Stadium. West Ham les proposent une fois par semaine.

Sensory Hours Arsenal@Arsenal

Les sensory hours dans la boutique d’Arsenal

Le club de Manchester City propose également des sensory bags en plus de la sensory room dans son stade.
Les sensory bags sont des sacs avec plusieurs outils adaptés tels qu’un casque antibruit, un ballon en mousse, un hand spinner et un fidget. On y trouve aussi un émotiomètre pour faciliter l’expérience des enfants avec des besoins sensoriels. Ces bags sont parfois offerts parfois prêtés selon les clubs.

Les Disability Access Officer (DAO) ou Disability Liaison Officer

À l’image des Supporters Liaison Officer (SLO), de nouveaux métiers composent les staffs des clubs. Parmi ces nouveaux métiers, certains sont liés à la thématique de cet article.

Les Disability Access Officers (DAO) sont les intermédiaires clés dans la mise en place des sensory rooms. Ces derniers sont chargés de soutenir et de conseiller leur club en ce qui concerne l’amélioration de l’accès et de l’inclusion des supporters, des employés, des bénévoles et des joueurs handicapés.

En 2015, l’UEFA a voté un nouveau règlement qui oblige les clubs à nommer un responsable dédié à l’accès des personnes handicapées, un Disability Access Officer donc. L’UEFA a aussi publié il y a 2 ans un manuel en partenariat avec le CAFE, le Centre pour l’Accès au Football en Europe. Ce manuel explique comment identifier les agents chargés de l’accès aux personnes handicapées. Il insiste aussi sur l’importance d’une communication efficace et d’une sensibilisation au handicap.

Les sensory rooms répondent à des besoins d’une catégorie précise de fans. Pour les clubs et les stades, la création d’un espace dédié n’est pas relativement compliquée. L’adaptation d’une loge permet de créer cet espace. Un club voudra peut-être favoriser une loge et le potentiel financier que cela représente aux efforts nécessaires pour créer une sensory room. 

Cet article nous mène à conclure que nous devons repenser nos stades, repenser les espaces pour correspondre davantage aux publiques et ainsi favoriser l’inclusion des personnes ayant des besoins sensoriels. L’absence de ces équipements décourage des personnes et des familles complètes à assister à un événement sportif. Il y a des efforts à fournir. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés