Suis-nous

Fan expérience aux Etats-Unis

Une course de bébés à la mi-temps d’un match de basketball

Une course de bébés à quatre pattes à la mi-temps d’un match de basketball, une animation simple qui n’est pas inédite aux États-Unis.

Publié

le

Organiser une “baby race” à la mi-temps d’un match de basketball, c’est l’animation hilarante que nous avons pu voir sur les parquets de basket aux États-Unis. Ce n’est pourtant pas inédit dans ce pays.  

 

Engager les plus petits c’est l’assurance d’engager également les parents. C’est ce qu’a proposé un club de basketball américain en ACC (la conférence universitaire de la côté Ouest des États-Unis).

Des bébés et une animation hilarante

Le vendredi 15 mars dernier, le championnat universitaire de basketball ACC aux États-Unis a proposé sa première “baby race” pendant la mi-temps du match entre Pittsburgh et Boston College.
Au total, ce sont 6 parents qui ont positionnés leur bébé sur une ligne de départ sur le parquet. Chaque parent était placé de chaque côté de ligne, un présent au départ pour “lancer” la course et un second à l’arrivée pour encourager et accueillir leur enfant.
La distance à parcourir par les jeunes pousses représentait la moitié de l’ensemble du parquet de basketball.

L’effort est peut-être encore plus important pour les parents que pour leur enfant. Ils doivent “pousser” leur athlète pour finir en tête.
Le public joue lui aussi un rôle important en encourageant les bébés. L’arrivée est d’ailleurs très encouragée par les spectateurs.

Pour réduire le risque lié à une durée trop importante, les enfants avaient 3 minutes maximum pour rejoindre la ligne d’arrivée. Ce type d’activité peut en effet durer assez longtemps selon le niveau de compréhension des participants.

Le principe des “baby races” est assez fréquent dans le sport américain. Fin 2018, les Pacers (NBA) organisaient déjà une course sur leur parquet pendant la mi-temps. C’était cette fois-ci 8 bébés qui concouraient avec le même principe. Chaque bébé avait un numéro allant de 1 à 8 et portait un maillot de la franchise américaine.

Dans certaines franchises de NBA, l’animation est mieux préparée que pour d’autres. Chez les Bulls de Chicago, chaque enfant a la chance d’être présenté avec ses parents comme un joueur de l’équipe. Sa photo, son numéro et son nom sont diffusés sur l’écran géant.

Récemment le même concept a été organisé par les Green Bay Gamblers (championnat USHL) dans le Wisconsin… sur la glace d’un match de Hockey sur glace. Une protection avait été installée pour que cela puisse être possible. Et ici encore, les enfants portaient tous un tee-shirt aux couleurs du club avec le logo.

Hormis celle de Pittsburg qui est présentée par l’assureur New York life (il nous a fallu chercher durement pour trouver qui était sponsor), ces animations ne semblent pas sponsorisées. Pourtant nous pourrions imaginer qu’une marque concernée par l’univers des bébés du type Pampers puissent créer ou sponsoriser cette animation. D’autant plus que les couches pour bébé qui représentent un certain coût pour une famille pourraient être le gain pour la famille qui l’emporte. Cela serait une opportunité d’attirer un nouveau public, plus familial.

Des animations à coût zéro ou presque

Cette animation fait partie des actions pouvant être réalisées en ne représentant presque aucune dépense.
Dans un environnement qui s’oriente vers l’ultra digitalisation du sport et de la façon dont nous le consommons, il faut parfois des choses simples et de petites idées pour réaliser une animation qui touche les fans.

L’animateur est aussi l’un des acteurs principaux de la réussite d’une animation. Dans l’exemple des baby race, le speaker donne autant d’énergie qu’il pourrait le faire pour commenter une action de jeu. De plus, ces actions avec les enfants laisserons de beaux souvenirs partagés en vidéo, que l’enfant pourra revoir une fois adulte. Cela scellera un lien plus fort avec la franchise ou le club concerné.

Il y a quelques jours, nous partagions sur les réseaux sociaux une vidéo d’une course similaire à Sacramento en NBA à quatre pattes entre des papas et la mascotte avec leur enfant sur le dos.

Le risque de ces animations est finalement assez faible pour le club ou l’organisateur. Le seul risque majeur est peut-être celui de se ridiculiser sur les réseaux sociaux si ce n’est pas à la hauteur. Cependant, les dépenses engendrées restent très faibles par rapport à une animation sponsorisée et développée par une agence de communication ou d’événementiel. Le jeu en vaut la chandelle.

S’il n’y a donc qu’une chose à retenir de cet article : pensez aux choses simples et tentez le.

 

Vous avez aimé cet article ?

Au stade, je passe plus de temps à observer les animations, le comportement du public et les actions du club que le match en lui même. J'aime le sport mais j'aime encore plus l'expérientiel. Qu'il soit dans le monde du commerce, du business ou celui du sport.

Fan expérience aux Etats-Unis

La NBA et Twitter rendent réel l’engagement des fans

À l’occasion du retour de la NBA, Twitter et la Ligue américaine ont mis en place un dispositif d’engagement et d’encouragement destiné aux fans depuis chez eux.

Publié

le

Partenariat entre la NBA et Twitter pour générer de l'engagement chez les fans

La nuit passée, la NBA a repris ses droits après plusieurs mois d’interruption suite à la crise sanitaire. Un retour qui s’est fait sans public et dans un lieu unique, Orlando. Pour cette occasion, la Ligue américaine a collaboré avec Twitter afin d’engager au maximum les fans à travers la plateforme sociale.

 

L’objectif de Twitter est simple : les fans de la NBA doivent avoir un impact et un rôle à jouer dans la “bulle d’Orlando”.

Des fans et des encouragements visuellement présents

Avec l’ensemble des matchs disputés à huis clos, la NBA fait face à une difficulté liée à l’ambiance et à l’engagement de ses fans. Afin de remédier à ça, la Ligue propose une nouvelle fonctionnalité : “tap-to-cheer” (appuyez pour encourager).

À travers son compte Twitter officiel, la NBA publie désormais des sondages personnalisés à chaque match. Les fans peuvent ainsi voter pour leur équipe préférée afin d’apporter leur soutien. Ils sont également en mesure de le faire en tweetant avec le hashtag officiel de la franchise.

Par exemple, un fan des Lakers peut tweeter avec le hashtag #LakeShow ou bien voter “Lakers” sur le sondage de la NBA.

Pour susciter un maximum d’encouragements, la fonctionnalité tap-to-cheer est aussi disponible sur le site et l’application de la NBA, ainsi que sur une plateforme dédiée

Les résultats des votes sont ensuite diffusés sur les écrans géants disposés autour du terrain. Les joueurs sur le parquet et les fans depuis chez eux peuvent ainsi voir l’équipe qui génère le plus d’encouragements grâce à un impact visuel important. La salle est en effet illuminée aux couleurs de la franchise qui suscite le plus d’engagement sur Twitter. 

À la fin du match, le nombre total de voix est calculé et diffusé lui aussi sur les écrans. Pour le choc de Los Angeles entre les Lakers et les Clippers, plus 2,8 millions d’encouragements ont été enregistrés. Ce sont les Lakers de LeBron James qui ont obtenu le plus de soutiens sur ce match.

Visuellement, nous pouvons constater que derrière les paniers et les bancs, la bulle d’Orlando était bien aux couleurs jaune et violet de la franchise.

Un supportérisme digitalisé

Twitter travaille sur ce dispositif interactif depuis plusieurs mois. Pour le responsable du Pôle Sports de la plateforme, TJ Adeshola, l’objectif est de faire rugir la salle : “Historiquement, nous sommes un bar sportif virtuel. Désormais, les fans ne sont pas présents à la salle. Nous avons donc l’opportunité de les connecter avec ce qu’il se passe sur les parquets.”

En plus de ce système de votes, la NBA sélectionne également les meilleurs tweets publiés par les fans, joueurs et célébrités afin de les diffuser sur les écrans. De quoi donner davantage envie aux fans d’interagir avec un match depuis la plateforme en faisant passer des messages à la fois engagés et humoristiques.

Ce partenariat entre Twitter et la NBA démontre à quel point la Ligue américaine encourage l’innovation et les nouvelles formes d’interactions. Cela démontre aussi l’importance du second écran dans la consommation d’un événement sportif depuis chez soi.

En plus de ce partenariat avec Twitter, il est important de noter que la NBA a également mis en place de nombreux dispositifs pour offrir une expérience fan et digitale de qualité. Entre autres, la Ligue américaine permet à 320 fans d’assister virtuellement à chaque match grâce à l’outils Microsoft et son outil de visio-conférence Microsoft Teams. Les spectateurs virtuels sont répartis sur des sièges de 10 sections sur 32 allées et sont visibles sur les écrans de plus de 5 mètres qui entourent le parquet.
Une activation sponsorisée par la marque d’alcool Michelob, qui explique le nom de cette section de fans virtuels : la Michelob Ultra Courtside.
Microsoft s’est appliqué à supprimer l’arrière plan des spectateurs pour un rendu plus uniforme à l’image. Similaire finalement à un ensemble de personnes présentes en tribunes. Le rendu caméra est très qualitatif !

La NBA espère que non seulement cela augmentera l’engagement des fans de basketbal, mais donnera également aux joueurs une expérience distinctive, plus vivante, plus énergique sur place.

Pour tout savoir sur ce dispositif spectaculaire, nous sommes revenus sur l’ensemble des activations de la NBA dans notre dernier podcast :

Enfin, dernière nouveauté sur Twitter, en likant les tweets de la NBA nous pouvons constater que le cœur se transforme désormais en ballon de basket. De quoi accentuer davantage le partenariat entre la Ligue et la plateforme.

Avec les fans “présents” à distance grâce à un service de conférence et des encouragements virtuels, la NBA suit voire améliore le mouvement lancé en Europe ces dernières semaines.
Cette collaboration avec Twitter ajoute un aspect ludique au dispositif et nous montre comment une plateforme sociale peut parfaitement s’allier à une ligue sportive pour à la fois divertir et engager les fans.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Nouveautés