Suis-nous
rosario-central rosario-central

Fan expérience dans le monde

Dans la peau d’un supporter de Rosario Central avec Nicolas

Aujourd’hui nous allons parler d’une nouvelle manière de vivre le sport : le voyage sportif. Fervent supporter du Rosario Central, Nicolas propose aux fans internationaux du Rosario de passer une journée avec lui dans la peau d’un supporter argentin.

Publié

le

Depuis des années, Nicolas se rend au stade de Rosario tous les quinze jours pour soutenir le Rosario Central. Une journée de match c’est particulier en Argentine. C’est une expérience incontournable pour un fan de foot. C’est pourquoi, il s’est inscrit sur Homefans pour accueillir des touristes fans de foot dans sa ville. Il leur permet de vivre un jour de match dans la peau d’un supporter de Rosario Central. Retrouvez cette interview sur toutes les plateformes de streaming.

Salut Nicolas, comment ça va ?

Salut tout le monde. Ca va très bien. Je suis en ce moment à Rosario, la ville où je suis né et la ville dont je supporte le club.

Les fans de Rosario Central : un public incomparable

Tu proposes une expérience Homefans à Rosario, c’est à 300km de Buenos Aires. Pour toi quels sont les lieux incontournables de la ville quand on est fans de Rosario ?

Pour moi le lieu incontournable c’est le quartier d’Arroyito. C’est là que les fans pourront voir le stade. Le stade est à côté du fleuve Rio Parana. C’est l’un des plus grands fleuves du monde. Tu peux venir boire une bière au bord du fleuve avant d’aller au match. C’est très joli. C’est mon rituel d’avant match.

Avant notre interview, tu m’as envoyé une vidéo impressionnante de l’entrée des joueurs dans le stade. Qu’est-ce qui rend le public de Rosario si spécial ?

Le mot qui résume tout c’est “la folie”. Ici à Rosario tout le monde est fou. On est très très passionné. Rosario Central est plus important que l’équipe nationale pour nous.

L’Argentine : un pays avec une riche histoire footballistique

Les plus beaux souvenirs de Nicolas au stade

T’as dû voir des tonnes de matchs au stade. Quel est ton plus beau souvenir dans les tribunes ?

Mon plus beau souvenir au stade date de l’époque où Mario Kempes jouait à Rosario. C’est un très grand qui a gagné la Coupe du Monde en 1978 avec l’Argentine. Il jouait à Rosario quand il avait 42 ans. Cette saison, quand on a joué le derby contre Newell’s Old Boys, il a mis le but de la victoire.

Dans un périmètre de quelques centaines de kilomètres autour de Buenos Aires il y beaucoup de grandes équipes : Rosario Central, Boca Juniors, Argentinos Juniors, Newell’s Old Boy. Tu vas voir leur match de temps en temps ? Tu peux nous décrire l’ambiance de ces confrontations.

Quand j’étais plus jeune on pouvait aller voir les matchs contre Boca Juniors, Argentinos Juniors. Maintenant c’est interdit. Il y a eu beaucoup de violences entre supporters. Il y a même eu des morts. Donc, les supporters n’ont plus le droit de se déplacer dans les autres stades. C’est un peu triste de ne plus pouvoir y aller.

Aller à la Bombonera voir Boca Juniors c’est un de mes meilleurs souvenirs. C’est un stade très beau. A l’époque, 10 000 fans de Rosario Central avaient fait le déplacement à la Bombonera. On a chanté tout le match. C’est même l’une des plus belles expériences de ma vie sûrement.

rosario-nicolas

Sur les traces des légendes du football argentin : Maradona et Messi

C’est aussi un pays qui a vu jouer de grandes légendes du football comme Maradona. Est-ce que tu l’as vu jouer ?

Oui je l’ai vu jouer quand il jouait à Newell’s Old Boys. Ils sont venus jouer contre Rosario Central. Je me rappelle l’avoir vu.

Est-ce que tu as des souvenirs de Messi ?

Je n’ai pas vu Messi jouer. Il jouait à Rosario quand il était tout petit. Il avait peut-être 5 ou 7 ans. Mais avec mes amis on jouait au football dans le stade où son frère jouait. C’était dans le quartier où Messi est né. On a joué contre son frère.

Il y a quelques semaines, j’ai fait une interview avec Tomas, un fan d’Argentinos Juniors. Il me disait qu’à Buenos Aires tu pouvais croiser Maradona qui se promenait dans la ville comme n’importe lequel de tes voisins. Est-ce que t’as déjà eu l’occasion de rencontrer Maradona à Buenos Aires ou à Rosario ?

J’ai croisé Maradona à un concert. Il était juste à côté de nous dans la salle de concert. Toute la salle de concert s’est mis à scander son nom. “Diego ! Diego !” puis “Maradona ! Maradona !”

Un jour de match type à Rosario

T’as tes habitudes au stade ? Est-ce qu’il y a une tribune, une buvette, un bar autour du stade que tu affectionnes particulièrement ?

Avec mes amis, on va au stade tous les quinze jours. Avant d’aller au stade on se retrouve pour boire des bières et manger un choripan, un plat typique argentin. C’est notre rituel d’avant match. On fait une promenade jusqu’au stade. Sur le chemin, on se déplace en chantant pour soutenir notre équipe. 

Rosario-central-public

C’est l’expérience que tu proposes aux fans que tu accueilles grâce à Homefans ?

Oui, il faut que leur expérience soit complète. Aller au stade c’est pas juste pour voir le match. C’est pas ça l’expérience argentine. Ici le match c’est une expérience sur une journée entière. On se retrouve, on boit des bières, on mange un choripan et on va ensemble au stade. C’est une expérience qu’il faut vivre pour savoir ce que ça veut dire d’être un fan de foot en Argentine.

Napoli, l’Angleterre et le Brésil : les prochains voyages de Nicolas

Sur Homefans tu es un hôte mais est-ce qu’il y a un voyage sportif que tu aimerais faire en étant accompagné de supporters locaux ?

Oui, j’aimerais bien connaître Napoli. Je pense que c’est le rêve de beaucoup de supporters argentins. Je pense que c’est la ville qui ressemble le plus à Rosario en Europe. 

J’aimerais aussi aller dans des stades anglais voir de vrais supporters. On voit beaucoup d’images de fans anglais qui sont très passionnés. Ça a un charme particulier. J’aimerais découvrir comment ils sont dans le stade. Ils sont peut-être même encore plus passionnés que les Argentins.

Il ne faut pas oublier le Brésil non plus. C’est aussi un très beau pays de football. L’expérience de match en Amérique du Sud est très différente de l’expérience européenne. Il faut la vivre au moins une fois dans sa vie. Je vous attends tous à Rosario pour vivre cette expéreience. 

Si vous êtes intéressés par l’expérience du football argentin à Rosario avec une visite guidée de Rosario, vous pouvez la réserver en cliquant ici.

Devenez hôte sur Homefans et partagez votre quotidien de fans avec une communauté internationale. Rejoignez la plateforme et proposez votre expérience en cliquant ici.

Vous avez aimé cet article ?

I am a finance and entertainment student excited by the idea of enhancing entertainment experiences thanks to numbers and technology.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience dans le monde

Des toiles personnalisées pour couvrir 47 213 places à Feyenoord

Une initiative menée par les groupes de supporters du club de Feyenoord Rotterdam pour remplir le stade Feijenoord (De Kuip) avec des toiles personnalisées. 

Publié

le

Une initiative 100% menée par les groupes de supporters de Feyenoord Rotterdam. Des milliers de bannières pour compléter les tribunes du stade Feijenoord (De Kuip). 

 

À la mi-novembre 2020, les groupes de supporters du club de football du Feyenoord Rotterdam ont lancé la campagne “Ensemble, nous remplissons le stade“ dans le but de couvrir les 47 213 sièges de l’enceinte d’une manière différente et unique… avec des bannières personnalisées fait main.

Des bannières personnalisées 

Chaque participant pouvait personnaliser le message sur sa bannière avec des encouragements pour l’équipe. À partir de 5 euros, les supporters pouvaient acheter une toile et envoyer un texte à inscrire. Le groupe de supporters a proposé différentes offres débutant à 5€ et évoluant selon la taille de la bannière. Les participants qui voulaient voir leur bannière facilement à la télévision avait donc plus d’intérêt pour augmenter le nombre de sièges qu’ils souhaitaient couvrir en tribune. Voici le détail des offres proposées :

  • pour couvrir 1 siège avec une bannière = 5 €
  • 5 places = 25 €
  • 10 places = 50 €
  • 25 places = 125 €
  • 50 places = 250 €
  • 100 places = 500 €
  • 1200 places (une tribune pleine) = 6 000 €

L’opération qui est à présent conclue a relativement bien fonctionnée puisque le stade a été totalement recouvert et les offres ont toutes été épuisées. Début mars déjà, le nombre de 42 000 places vendues avait été atteint. 

Même les entreprises (partenaires ou non) pouvaient acheter une ou plusieurs bannières pour un montant minimum de 150 € pour une bannière qui couvre 30 sièges. 
Les principaux partenaires du club ont fait un geste envers cette initiative en retirant leurs traditionnelles bannières de sponsors (placées face caméra) pour libérer cet espace pour la campagne de bannières fait main. 

 

Une conception 100% par les supporters

La réalisation de chaque bannière a été faite par les bénévoles des associations de supporters de Feyenoord Rotterdam à l’origine de cette initiative. Ils ont conçu les bannières selon les commandes reçues, réalisé des photographies et disposé les toiles dans les tribunes aux emplacements prévus. Une vraie organisation !

Chaque participant ayant acheté une toile peut retrouver sa photo sur le site d’un des groupes de supporters  du club (FSV De Feijenoorder). Mais aussi à la télévision lors des rencontres à domicile. 

 

Le partenaire principal Droomparken (une compagnie de villages de vacances) a également rejoint la campagne et, avec les autres partenaires stratégiques (adidas, TOTO, Breeman BMW, Heineken et le Vriendenloterij), avait une grande toile, réalisée par des supporters, sur les sections W2 et W3 de l’enceinte.
Droomparken a tenu à remercier tous ces supporters qui se sont investis jour et nuit dans cette initiative. À l’automne, le partenaire va mettre deux villas à leur disposition pour un week-end de groupe dans l’un de leur village vacances. Un très beau geste. 

Une partie des bénéfices générés par cette initiative seront utilisés pour du matériel pour les groupes de supporters.

Pour remercier les participants, les supporters ont organisé un jeu concours en partenariat avec le club et le restaurant du stade pour remporter une visite des tribunes du stade avec un repas.

 

 

Une initiative intéressante de la part des groupes de supporters. Cela permet de créer du lien entre le club, sa communauté de fans, le grand public et les ultras. Deux mondes qui sont parfois en opposition. 

L’idée de proposer à chaque participant une photo de sa toile personnalisée est un vrai plus qui permet ensuite à chacun de partager cette photo sur ses réseaux sociaux et ainsi de donner de la visibilité à cette action collective. 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience dans le monde

Un tableau interactif alimenté par les contenus des fans

La start-up française ArtDesignStory propose des œuvres d’art connectées qui permettent de scanner des éléments de l’œuvre et de lui donner vie à travers des contenus sur son smartphone.

Publié

le

Le sport et l’art ne sont jamais très éloignés, ArtDesignStory, une start-up française permet de mélanger l’art, la technologie et les souvenirs dans une oeuvre interactive.

 

Transmettre des émotions en adaptant la technologie a un objet d’art emblématique : le tableau. C’est l’objectif de l’innovation portée par Cyril Nardon et sa start-up ArtDesignStory.

Une oeuvre qui s’enrichie avec des vidéos intégrées  

La spécialité de la start-up française ArtDesignStory née en 2017 est le tableau connecté. Une innovation mêlant art et technologie. Une œuvre pas comme les autres, qui prend vie à travers des centaines de contenus connectés au tableau. Il suffit de scanner des éléments de l’oeuvre avec un smartphone pour voir apparaître sur son smartphone des vidéos, des publications sur les réseaux sociaux, des audios… en lien avec l’histoire du tableau.

 

Depuis sa création, Cyril et sa start-up ont pu réaliser des centaines de tableaux connectés pour des athlètes dans plus de 35 pays et 30 disciplines différentes (Matuidi, Neymar, Pelé, Tony Parker et plus de 500 sportifs en quatre ans), mais également pour des institutions (Real Madrid, Bayern, PSG, INSEP, Euroleague, FFF, FFR, CNOSF…), des franchises NFL aux États-Unis (Raiders), des médias (Canal+, RMC, BeIN SPORTS…), des artistes et tout récemment des acteurs du luxe (groupe LVMH).

 

Avec les caractéristiques visuelles d’un simple tableau, c’est un cadeau idéal pour célébrer la fin d’une carrière, d’une saison, un événement, un engagement, dans le but de partager de l’émotion à travers des souvenirs vidéos intégrés à l’oeuvre.

Un concept évolutif

Le concept ne cesse d’évoluer au rythme grandissant de la demande.
Récemment, ArtDesign story a développé la FanArtZone. Un nouvel outil qui offre la possibilité aux fans de participer à une oeuvre en partageant directement leur vidéo story via une landing page en ligne. L’objectif est de construire des oeuvres interactives avec une communauté. 
Le module administrateur du tableau appelé le VipArtZone permet à son propriétaire de pousser en temps réel du nouveau contenu sur le(s) tableau(x) qu’il possède.

“C’est incroyable parce qu’en quelques minutes ça donne des millions d’idées pour notre sport ! Ça pourrait vraiment révolutionner notre communication et l’hospitalité associée.”

Bruno Dubois, Team manager France SailGP

ArtDesignStory collabore également avec des clubs pour des activations comme cet exemple du CS Sedan. Un tableau club en réalité augmentée dans la ville pour les 100 ans du club. Les fans pouvaient alimenter l’histoire du club et ainsi enrichir le tableau en ligne via la landing page dédiée fanartzone.com/cssedan100.

 

Un outil d’interaction et de valorisation de demain pour les fans ? 

Nous connaissons déjà le mur des Kalon à Guingamp, les murs avec le nom des abonnés en Écosse pour ne citer qu’eux. Avec le développement de la technologie, nous pourrions voir fleurir demain dans les stades, des murs et tableaux de photos des fans abonnés ou non qui offrent la possibilité d’enrichir ces oeuvres avec des vidéos. 
Demain, cela représentera peut-être une opportunité pour les clubs d’offrir un nouveau moyen d’interagir avec leur communauté la plus fidèle. Ou encore un outil de valorisation pour les hospitalités. 

Qu’il soit installé dans un salon, un bureau, un écran, sur un mur dans un stade, dans un abris-bus… l’oeuvre connectée peut devenir un média interactif et participatif. C’est d’ailleurs de cette façon que le fondateur Cyril Nardon qualifie désormais son projet : un « nouveau média » connectant les émotions et proposant une véritable expérience pour les fans.

Un produit adaptable pour les particuliers, les associations et institutions, les fondations ou les entreprises. Pour les clubs, cela peut représenter une offre merchandising.

Jérémy Geeraerdt

Les tableaux connectés ArtDesignStory lors de la Convention du Football en 2019

Le coût d’un tableau connecté débute à 1 250€. Une offre de service mensuel est proposée à partir de 25,90€/mois. Et une offre grand public de « poster-tableau connecté » est proposée à partir de 59 €.

L’effet confinement a profité à des produits comme celui que propose ArtDesignStory et après avoir livré plus de 500 clients BtoB et BtoVIP sur les six continents, le BtoC et donc le grand public peut être la prochaine cible à travers les clubs. 

Nous lançons une première levée de fonds à partir d’avril qui va nous aider à développer un nouveau concept basé sur l’utilisation de la réalité augmentée qui permettra de réaliser des EXP-AR-IENCES. Vous pourrez transformer vos écrans en musée depuis votre club, installer chez vous le musée de Pelé, ou même un popup-AR store éphémère pour développer le merchandising dans le salon de vos fans !” explique Cyril Nardon, Fondateur & CEO ArtDesignStory.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs

Fanstriker est sur Twitter

X