Suis-nous
Chase Center à San Francisco Chase Center à San Francisco

Fan expérience aux Etats-Unis

Un match au Chase Center de San Francisco, l’enceinte des Warriors

Le Chase Center de San Francisco a été inauguré début octobre 2019. Une nouvelle enceinte pour les Warriors, pour le plaisir des fans.

Publié

le

Les États-Unis, la NBA, les Golden States Warriors, la folie américaine, le Chase Center… c’est un petit résumé de ce que j’ai pu observer et découvrir le 31 octobre dernier. 

 

Je suis Raphaël Jugé, je suis étudiant en Master 2 Management du sport en STAPS à Lille. En ce moment, je suis aux USA, dans la Bay Area de San Francisco pour un stage de 6 mois. C’est ma première expérience aux États-Unis et mon premier rendez-vous sportif de mon séjour avec un match NBA entre les Golden State Warriors et les Phoenix Suns, dans la toute nouvelle salle du Chase Center, dans le quartier de Mission Bay.

De la commande du billet à votre arrivée, il n’y a qu’un seul pas

J’achète mon billet sur le site Ticketmaster. Il est bien indiqué que le ticket n’est utilisable que par voie électronique, pas d’impression billet, contrairement à l‘expérience vécue au Yankee Stadium. Toutes les informations utiles pour préparer le match vous sont envoyées via au moins 6 emails : les bons plans transports, les animations prévues le jour du match, les consignes de sécurité et un rappel pour ne pas rater la rencontre !

À San Francisco, les jours de matchs, si vous êtes détenteur d’un billet au Chase Center, le tramway Muni est gratuit en aller/retour. Ce qui participe à la facilité extrême pour accéder et quitter l’enceinte. Un parking est néanmoins situé juste à côté si vous décidez de venir en voiture. Le tramway semble être le mode de transport le plus plébiscité, à chaque arrivée, ce sont des centaines de personnes qui descendent.
Sur le parvis, plusieurs zones sont installées pour faire patienter les spectateurs avant l’ouverture des portes. En voici quelques exemples en photos ci-dessous :

  • Le tout nouveau concept Hooptopia, ce centre destiné à l’expérience fan, où dès l’entrée vous devenez un « Warriors ».
Hooptopia-Fanstriker

Le centre de loisirs Hooptopia dans le Chase Center

  • Une zone de shooting ou vous pouvez enfiler les paniers avec un capteur cardiaque et pour chaque participants un goodies à gagner.
Zone-de-tir-Chase-Center-Fanstriker

La zone de tir du Chase Center

  • Un photocall thématique sur le thème d’Halloween qui a attiré de nombreux fans.
Photocall-Halloween-Fanstriker

Le photocall au thème d’Halloween sur le parvis du Chase Center

  • Et bien-sûr la boutique officielle des Warriors. Un espace de 300m2 présent sur le parvis.
Boutique-Golden-State-Warriors-Fanstriker

L’immense boutique des Golden State Warriors

Pour une nouvelle salle qui a ouvert début octobre, je n’ai pas vu l’effet « nouveauté » dont on parle à chaque fois qu’un nouvel équipement sort de terre. Hormis sur le photocall, je n’ai pas trouvé qu’il y avait beaucoup de monde pour participer aux animations.
Cependant, plusieurs facteurs peuvent influencer cette faible participation dont :

  • L’horaire du match planifié à 19h30, les spectateurs sortaient du travail et allaient directement à l’intérieur pour manger avant le match ;
  • Le mauvais début de saison des Warriors (2 défaites sur les 3 premiers matchs) ;
  • Et surtout le game 7 des World Series de la MLB prévu en même temps.

Salle de spectacle, centre commercial ou enceinte sportive ?

Pour mon entrée dans l’enceinte de 18 064 places, petit contretemps pour moi avec l’incapacité de télécharger l’application Ticketmaster, aucune application disponible sur le Google Play Store. Un aspect important à ne pas négliger pour les organisateurs d’évènements sportifs internationaux, la comptabilité des applications et des téléphones des touristes étrangers. Les téléphones ne doivent pas avoir le même paramétrage, j’ai dû me rendre sur le site internet Ticketmaster pour présenter mon billet.

Caisses-Chase-Center-Fanstriker

L’attente devant les portiques du Chase Center

Dès les portes franchies, chaque visiteur recevait un goodies en édition limitée « Stephen Curry Popcorn Bobblehead » !

Stephen-Curry-Popcorn-Bobblehead-Fanstriker

Le goodies à l’image de Stephen Curry offert à l’entrée du stade

Et là vous ne savez pas trop si vous rentrez dans un centre commercial ou dans une salle qui va accueillir un match de basket. Le complexe est neuf, il a ouvert il y a seulement quelques semaines. Tout est immense et extraordinaire tel cet écran géant (photo ci-dessous), passage obligé de tous les fans pour immortaliser ce moment avec « les joueurs ». Le Jumbotron (l’écran 360° central au dessus du parquet) est le plus grand de toutes les enceintes de la NBA. Mesurant 900 m2, il est tout simplement gigantesque, même les américains sont impressionnés par la taille de cet écran.
Pour trouver votre place, c’est un vrai labyrinthe. J’ai dû monter deux escalators et faire deux fois le tour du stade pour trouver ma zone. Malgré la hauteur où se situait ma place, la vue est imprenable, rien n’obstrue votre vision du terrain.

Ecran-joueurs-Fanstriker

L’écran dans les coursives pour se prendre en photo avec les joueurs

Ecran-terrain-Chase-Center-Fanstriker

L’écran géant 900 m2 qui surplombe le terrain du Chase Center

Dans les coursives, une multitude de stands vous attendent, que ce soit pour manger, boire ou acheter des produits dérivés. Pour moi, la qualité et le service autour du secteur food & beverage doit être identique pour les clients BtoB et BtoC, un client doit être comblé que sa place coûte 80$, 300$ ou 3000$.
Au Chase Center, pour une bière et un plat comptez 30$ minimum, deux fois plus cher qu’à l’extérieur en moyenne. Le même taux est appliqué en France mais avec des produits qui sont bien en dessous de ce qui peut être proposé ici, tant au niveau de la quantité que de la taille de la portion.

Food-Chase-Center-Fanstriker

Les larges stands de food dans les coursives

Turn up the game !

Ce match du 31 octobre était dédié à la cause LGBTQ, toutes les animations, musiques et shows étaient orientés autour de ce mouvement. Après la rencontre une conférence était même organisée avec Megan Rapinoe, Sue Bird et Rick Welts. L’hymne américain a été joué par l’orchestre LGBTQ de San Francisco et la cloche a été sonné en avant-match par les deux stars invitées pour la rencontre.
Lors des prochains matchs à domicile, des spectateurs tirés au sort pourront venir sonner la cloche, un moment sûrement inoubliable pour ces chanceux !

Animations-match-Fanstriker

Différentes animations retransmises sur l’écran géant

Jumbotron, lumière et son au cœur du show

Les lumières s’éteignent, la musique devient plus forte, c’est l’entrée en scène des joueurs, un moment très attendu. Le show en place est spectaculaire et il est à voir dans mon post LinkedIn ci-dessous.

Dès le début du match, des animations ont lieu pendant les pauses entre les 1/4 temps. Danse des Cheerleaders, dance cam et shows de basket acrobate. Il est également possible de diffuser des messages personnels sur le scoreboard pour 250$ mais aussi de faire sa demande en mariage pour 1000$. Les fonds récoltés vont ensuite dans la fondation des Warriors.
Toutes ces animations sont mises en lumière grâce à l’utilisation du “Jumbotron”, qui est pour rappel le plus grand en NBA avec 900 m2. Statistiques en direct, replay des actions, ralentis, vidéos thématiques liées à la cause LGBTQ et bien sûr spots publicitaires sont les contenus diffusés sur cet écran ! Le Jumbotron est vraiment un outil indispensable de la fan expérience au États-Unis durant le match. Je ne vois pas comment ils pourraient s’en passer tellement il est utilisé !

Jumbotron-Chase-Center-Fanstriker

Les statistiques et replay affichés en temps réel

Côté ambiance, c’est très particulier, je ne sais pas si le mauvais début de saison affecte cet aspect mais c’était plutôt un public de spectateur que de fan. Des encouragements éparses à la suite de 3 points ou de dunk en faveur des Warriors mais pas de groupe de supporters comme nous pouvons le voir en Europe.
Un silence bien trop pesant pour moi qui aime les matchs où l’atmosphère créée par les supporters poussent l’équipe à se surpasser.

Les Warriors sortent défaits de ce match. Dès la fin de la rencontre, les joueurs sont directement rentrés aux vestiaires, pas de lien prévu en fin de rencontre avec les fans pour des séances de dédicaces. Un bien triste match au niveau sportif qui n’a pas motivé les spectateurs à rester plus longtemps. Profitant des trois sorties, le flux de personnes est très bien géré en direction du tram, du parking pour les départs ou vers les taxis/Uber.

Malgré tout, le lien n’est pas perdu, puisque dès le lendemain du match, on vous invite par mail à répondre à un questionnaire de satisfaction assez long avec 42 questions sur votre expérience.

Le Chase Center, une enceinte qui vaut le détour

Le Chase Center est un lieu à voir pour tous les fans de sports US et de fan expérience. Cependant, prévoyez un budget de 200$ par personne si vous souhaitez assister à un match, en comprenant 30$ de restauration, 100$ de place et 70$ de souvenirs.
L’enceinte elle même, le parvis, les accès et le transport ont été très bien pensés. Situé en plein cœur de San Francisco, il y a peu de place de parking disponibles, mais l’utilisation des transports en commun et favorisée via les différentes actions (gratuité du transport avec le ticket de match), ce qui permet une gestion adaptée des flux.
« Customer centric » est le mot d’ordre ici, tout est mis à disposition pour vous renseigner avec comme objectif la satisfaction totale du visiteur que ce soit au niveau de l’offre de restauration, des statistiques disponibles ou des animations proposées. De mon côté, je retiendrais le petit bémol sur la fréquentation aux diverses animations mises en place sur le parvis et sur l’ambiance pendant le match. Mais si vous souhaitez faire toutes les animations, prévoyez d’arriver au moins 2 heures avant le début du match car participer à l’attraction Hooptopia est assez long !

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Régulièrement, nous invitons des rédacteurs à rédiger ponctuellement des articles sur le sujet de l'expérience fan dans le monde du sport. Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience ou votre vision, contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur hello@fanstriker.com.

Continuer la lecture
Publicité

Fan expérience aux Etats-Unis

La MLB a délocalisé un match dans un champ de maïs

La MLB a délocalisé un match dans un lieu unique dans l’Iwoa, sur le lieu de tournage du film mythique Field of Dreams.

Publié

le

Le match Field of dreams de la MLB

En quête de nouveaux fans, la MLB a délocalisé le match entre les Yankees et les White Sox dans un lieu unique à Dyersville dans l’Iwoa, là où a été tourné le film mythique Field of Dreams sorti en 1989. L’événement a réussi à capter l’intérêt des fans en attente d’un nouveau souffle de la part de la ligue.

 

La MLB doit faire face au dynamisme des autres ligues

De toutes les ligues sportives du monde, la MLB demeure la plus ancienne encore en activité. Établie en 1903 à la suite de la fusion entre la National League et l’American League, cette institution illustre clairement le rêve américain, au même titre que les drive-ins et la route 66. Pourtant, à l’ère d’une consommation audiovisuelle en perpétuelle évolution et d’une pandémie internationale qui a frappé tous les pans de la société, l’intérêt des familles américaines pour les pitchers et les catchers semble s’effriter. La jeune génération juge en effet les matchs ennuyeux et trop longs (3 heures et 8 minutes en moyenne), les franchises sont concentrées dans 18 États seulement, tandis que le baseball peine encore à s’exporter à l’international malgré le succès de la tournée londonienne en 2019.

Face aux dynamiques des ligues rivales que sont la NFL et la NBA, le commissionner Rob Manfred se voit régulièrement critiqué pour son manque d’initiatives. Si plusieurs idées émergent, telles que des diffusions sur Facebook et Youtube, la publication d’un mode de jeu sur Minecraft ou l’unification des règles entre la National League et de l’American League, il est néanmoins difficile de satisfaire en même temps toutes les parties prenantes : fans, joueurs, propriétaires, et diffuseurs. Entre des souvenirs prospères et un avenir incertain, comment renouveler une ligue ancrée dans ses traditions ?

Un film iconique pour les fans de Baseball

Avec Kevin Costner en tête d’affiche, le film Field of Dreams conquiert le cœur de l’Amérique en 1989. Dans ce long-métrage adapté d’une nouvelle de W.P. Kinsella, l’acteur entend une mystérieuse voix qui le pousse à construire lui-même un terrain de baseball au beau milieu d’un champ de maïs. Au gré des péripéties, le personnage de fermier qu’il interprète va obtenir sa rédemption aux côtés d’Amy Madigan, Ray Liotta et Burt Lancaster. Au total, le film est resté à l’affiche pendant plus de huit mois avant d’être nominé aux Oscars l’année suivante. Au prisme du décor rural et du soupçon de magie porté à l’écran, Field of Dreams représente encore aujourd’hui la quintessence de la société américaine, toujours accompagnée d’un gant de baseball à la main.

 

Dans le cadre de son partenariat avec la compagnie d’assurance Geico, la MLB a donc décidé de réinterpréter le film mythique à la façon d’un sequel (la suite d’une œuvre). Ainsi, la ligue a programmé en 2019 un match de saison régulière à proximité du terrain utilisé pendant le tournage. Suite au chamboulement du calendrier lié à l’épidémie de Covid-19, l’événement a été reporté d’un an pour se tenir finalement le 12 août dernier. Ce sont donc les deux prestigieuses équipes des New York Yankees et des Chicago White Sox qui ont débarqué à Dyersville, une ville comptant 4.000 habitants, pour le plus grand bonheur des autochtones. En effet, seuls les résidents de l’Iowa ont été autorisés à acheter l’un des 8.000 billets mis en vente entre 1.014 et 2.133 dollars, et jusqu’à 4.200$ à la revente sur la plateforme Seatgeek.

Des animations et un décor atypique pour une rencontre de baseball

Avant la rencontre, différentes activités ont été proposées au public, à commencer par un champ de maïs transformé en labyrinthe. Le terrain original ainsi que la maison du film se sont transformés en musée pour faire naître un sentiment de nostalgie chez le visiteur, qui pouvait aussi survoler la propriété depuis des montgolfières. En plus d’une boutique souvenirs et de stands de restaurations, un mur d’échange de cartes de baseball a invité les collectionneurs à comparer leurs pièces fétiches. Enfin, à 150 mètres de là, un second terrain temporaire a donc été installé pour répondre aux normes actuelles de la MLB tout en reprenant le design iconique du Comiskey Park, le stade des White Sox de 1910 à 1990.

Le mur d'échanges de cartes de baseball lors du match Field of Dreams de la MLBMLB

Le mur d’échanges de cartes de baseball lors du match Field of Dreams de la MLB

En préambule du premier pitch, l’acteur du film, Kevin Costner est apparu au milieu des épis de maïs, une balle à la main, avant d’entamer un discours d’introduction au milieu du terrain. Derrière lui, les joueurs des deux équipes sont apparus dans des tenues spéciales imaginées pour l’occasion. Puis, Maddie Pope, native de l’Iowa et lauréate d’American Idol en 2018, a entonné le traditionnel hymne américain. En plus du public présent, ce sont pas moins de 5,9 millions de téléspectateurs qui ont zappé sur la chaîne Fox, ainsi que sur Fox Deportes pour les hispanophones, au début de rencontre : un record historique pour la chaîne, et une première depuis 2005 pour un match de saison régulière. Chacun a donc profité d’une production ambitieuse réalisée grâce à 36 caméras et plusieurs drones pour surplomber l’enceinte.

 

La MLB vient conforter sa place dans le cœur de la middle class américaine

Côté terrain, le spectacle a été à la hauteur de l’événement puisque les White Sox l’ont emporté à la toute fin de la neuvième manche après un home run de Tim Anderson. Pour satisfaire les fans encore déçus d’avoir manqué le show, des billets commémoratifs sont disponibles à la vente et le terrain est devenu jouable sur le jeu MLB The Show 21 depuis une récente mise à jour. La plateforme de streaming Peacock a quant à elle annoncé la production d’une série basée sur le film et écrite par Mike Schur, scénariste de The Office et Brooklyn Nine-Nine.

 

À la façon d’un Kevin Costner qui entend des voix, la MLB a su se lancer dans un pari fou en organisant le premier match de son histoire dans l’État de l’Iowa. Cette décision vient conforter sa place dans le cœur de la middle class américaine, adepte de valeurs telles que l’espoir et la persévérance. En plus de se rapprocher géographiquement des fans éloignés des stades, la délocalisation insolite de la rencontre a aussi permis à la ligue de créer l’événement au sein de son calendrier traditionnel. Face à ce succès populaire, la MLB a d’ores et déjà annoncé le renouvellement de l’opération, à savoir un match prévu le 10 août 2022 entre les Cincinnati Reds et les Chicago Cubs pour le #MLBatFieldofDreams.

Article précédent
Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience aux Etats-Unis

Pour le #KobyDay, les Lakers ont offert des cadeaux aux nouveaux-nés

Pour le #KobeDay, la franchise des Lakers a offert des cadeaux aux nouveaux-nés dans un hôpital de Los Angeles. 

Publié

le

Pour le #KobyDay, les Lakers ont offert des cadeaux aux nouveaux-nés

Pour le #KobeDay, le jour commémoratif de la disparition de Kobe Bryant, les Lakers et UCLA Mattel Childrens ont offert des cadeaux aux enfants nés autour de ce 24 août. 

 

La date du 24 août (24/08) a été choisie pour le #KobeDay, pour commémorer la mémoire du légendaire joueur de basketball Kobe Bryant car ces chiffres correspondent aux deux numéros que Bryant a porté durant ses 20 années de joueurs NBA. Il est par ailleurs le premier joueur NBA de l’histoire a avoir deux maillots (deux numéros) retirés dans la même équipe.
De multiples attentions ont été réalisées cette journée mais l’une d’elles a particulièrement retenu notre attention. 

Des cadeaux pour les nouveaux-nés à l’hôpital 

Pour ce #KobeDay, la franchise des Lakers, ex-équipe de Bryant, a offert des cadeaux aux enfants nés récemment à l’hôpital UCLA Mattel Childrens de Los Angeles. 
Ainsi, chaque bébé né autour ce 24/08 a reçu un kit aux couleurs des Lakers marqué des numéros 8 et 24. 

 

 

À la maternité, les parents se sont vu remettre une carte personnalisée de l’identité du nouveau né, de la date de sa naissance, avec un message des Lakers. Accompagné de 3 t-shirts, un bonnet et une couverture pour nourrisson.

Un beau geste qui nous rappelle les actions réalisées du côté du FC Metz et de l’Atalanta Bergame en Italie pour créer du lien avec de futurs fans dès le berceau. 

Poursuivez la lecture sur cette thématique

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture