Suis-nous
Le Yankee Stadium à New-York Le Yankee Stadium à New-York

Fan expérience aux Etats-Unis

L’expérience fan au Yankee Stadium avec le New York City FC

L’expérience fan au Yankee stadium à New-York lors d’un match de football dans un stade qui accueille initialement du baseball.

Publié

le

Le 22 août dernier, Fanstriker était à New-York pour tester l’expérience spectateurs lors d’un match de soccer au Yankee Stadium ! Une rencontre de MLS entre le club local de New York City FC et le Crew SC de Columbus dans un stade de baseball.

 

S’il y a bien un endroit sur terre où la fan expérience est une vraie source de réflexion et d’activations, c’est bien aux États-Unis, notamment pour leurs sports traditionnels : le basket, le baseball ou encore le football américain. Mais alors qu’en est-il du “soccer”, le nom utilisé pour parler du football chez les américains ? Décryptage.

Un match de soccer dans un stade de baseball

Avant de quitter la France pour les États-Unis, nous décidons d’acheter nos billets sur le site de billetterie en ligne Ticketmaster. Une fois le paiement effectué, nous avons la “surprise” de ne pas directement recevoir nos e-billets par email. Effectivement, le moyen proposé par la plateforme Ticketmaster pour récupérer les billets est appelé “International Will Call”. Un fonctionnement qui peut inquiéter sur le moment, mais qui est au final assez simple, puisqu’il s’agit d’une simple “remise du billet au guichet du stade” le jour du match. Pour cela, il suffit de se présenter aux guichets Ticketmaster au moins 1 heure avant le match muni d’une carte d’identité ou un passeport.

Une file d'attente est dédiée pour les spectateurs ayant commandé leurs billets via Ticketmaster@Fanstriker

Une file d’attente est dédiée pour les spectateurs ayant commandé leurs billets via Ticketmaster

Nos billets pour le match NYCFC-Columbus Crew sont en mains@Fanstriker

Nos billets pour le match NYCFC-Columbus Crew sont en mains

Nous arrivons au Yankee Stadium à 17h30 pour un match à 19h00 heure locale. Le Yankee Stadium est avant tout une enceinte d’environ 54 000 places pensée pour… le baseball. C’est donc dans un décor atypique que nous allons assister à une rencontre de soccer.

Quelques heures plutôt, nous rejoignions le stade via l’une des deux lignes de métro qui desservent le Yankee Stadium. L’arrêt “161 St Yankee Stadium” est dédié au stade et est placé juste en face. En provenance du centre ville de New-York, il faut compter environ 20 minutes de transport. Nous observons assez peu de parking aux alentours du stade, celui-ci étant en plein coeur de ville. Les transports en commun semblent être la meilleure option pour assister à un événement au Yankee Stadium.

Nos billets en mains, nous passons le contrôle de sécurité et nous recevons déjà un pin gratuit. Chaque spectateur présent aujourd’hui va recevoir ce petit souvenir. C’est une habitude aux États-Unis qui met le visiteur dans un état d’esprit déjà très positif.
Nous découvrons ensuite les très grandes et très belles coursives du Yankee Stadium.

Pins gratuit remis aux spectateurs à leur entrée dans le stade@Fanstriker

Pins gratuit remis aux spectateurs à leur entrée dans le stade

Les coursives dans le Yankee Stadium@Fanstriker

Les coursives dans le Yankee Stadium

Dans les coursives du stade des Yankees de New-York, le célèbre club de baseball de la ville, nous retrouvons dans de très grandes affiches, de grands drapeaux à l’effigie des joueurs de baseball de NY, ainsi que des écrans géants et de longs panneaux LED où sont diffusées des vidéos et des messages publicitaires.
Sur l’un des stands, des membres du club offrent aux supporters toutes sortes de petits souvenirs tels que le programme du match et des bracelets de couleurs.

Le Yankee Stadium à New-York@Fanstriker

Le Yankee Stadium à New-York

La diversification de l’offre de restauration, un savoir-faire américain

Effectivement, ce n’est pas une légende. L’offre de restauration au sein des stades américains et plus particulièrement dans notre cas au coeur des coursives du Yankee Stadium, est incroyablement riche. Nous ne faisons pas 20 mètres sans tomber face à des stands de burgers, de poulet, de pop corn ou de boissons fraîches (et encore tous les points de vente n’étaient pas ouverts ce jour-là) ! Dans certaines parties du stade, nous remarquons la présence de restaurants, de bars, et même de terrasses. Le choix est tellement large, que le choix en devient probablement moins facile.
Les professionnels du sport business aux USA appliquent une certaine logique marketing et commerciale. Ici, c’est l’offre qui crée la demande.

Un espace de restauration grill@Fanstriker

Un espace de restauration grill

Un des espaces de restauration avec burgers et boissons@Fanstriker

Un des espaces de restauration avec burgers et boissons

Un stand de popcorn dans le Yankee Stadium@Fanstriker

Un stand de popcorn dans le Yankee Stadium

Autre élément qui nous interpelle, les coursives sont très espacées et très propres, contrairement à certains de nos stades en France. Ce qui permet aux partenaires et prestataires du club de mettre en place des espaces de restauration avec des tables et des chaises afin d’attirer les spectateurs et ainsi d’améliorer le confort de son expérience. C’est dans cette même logique que l’on retrouve au milieu des coursives, des stands libres avec sauces à volonté, papiers et couverts. Ou encore des mange-debout (tables hautes) dans les tribunes pour permettre au fan d’apprécier son match tout en appréciant son burger. Chaques sièges sont également équipés de porte boisson. Des boissons qui sont servies dans des éco-cup à l’effigie du club.

Une fan zone décevante, un animateur, mais une grande liberté d’accès

La première chose que nous remarquons lorsque nous nous baladons dans les coursives du stade, c’est qu’il ne semble y avoir aucune limitation de circulation. Le spectateur possède un billet lui attribuant une place en tribune mais celui-ci lui permet également d’accéder à la totalité du stade. Dans l’hexagone, le spectateur est souvent contraint de rester dans un périmètre autorisé par sa place. Alors qu’aux États-Unis, un visiteur aura tout le loisir d’aller se promener tout autour.

Une terrasse et des mange-debout avec vue sur le terrain@Fanstriker

Une terrasse et des mange-debout avec vue sur le terrain

Après avoir fait le tour du stade, nous nous rendons vite compte que les coursives ne vivent que par les points de ventes. En effet, aucune animation n’est proposée pour les spectateurs ou pour les enfants hormis un “espace fan zone” où il est possible de se faire maquiller aux couleurs bleues et blanches ou d’avoir un ballon gonflable en forme d’animal. Ce qui reste une activation très basique, voire bientôt “démodée” au regard des différentes activations que proposent de nombreux clubs.

L’une des seules véritables interactions que le club propose à ses fans intervient au moment de la mi-temps. Comme nous l’avions remarqué lors de notre passage à Manchester City, c’est à ce moment qu’un animateur se ballade dans les tribunes pour poser des questions à des supporters et ainsi offrir des goodies pour récompenser les bonnes réponses.

Une expérience enrichie par le digital et les technologies

Le Yankee Stadium a cette particularité d’avoir une sorte de “mur” avec de grands panneaux publicitaires (environ 10 panneaux) qui entourent trois écrans géants, ce qui lui fait ressembler à un mini Times Square. En plus de ces écrans, les tribunes du stade sont pourvues d’une multitude d’écrans dissimulés un peu partout à chaque point de restauration et dans les coursives. Sur tous ces écrans, les fans peuvent apprécier des matchs en live, des ralentis de buts, l’élection du joueur du match, des fiches profil de joueurs, des teasings des prochaines rencontres de NYCFC, ou les informations liées aux réseaux sociaux du club.
Un message invite les spectateurs à se rendre sur le site internet du club afin de participer aux décisions du club concernant l’organisation des matchs. De plus en plus de clubs favorisent les relations avec leurs supporters en leur permettant d’obtenir un pouvoir de décision. De bonnes pratiques digitales pour favoriser l’engagement des fans. Une notion renforcée par une autre activation vue pendant le match que nous vous partagerons plus tard dans cet article.

Les écrans du stade affichent plusieurs infos ou jeux d'interactions à destination des fans@Fanstriker

Les écrans du stade affichent plusieurs infos ou jeux d’interactions à destination des fans

Que serait la fan expérience américaine sans les fameuses “cam” ?
En effet, les États-Unis sont la référence en terme d’innovation lorsqu’il s’agit de défis “cam”. Nous avions déjà évoqué le sujet notamment avec le Lion King Cam des Phoenix Suns en NBA. À New-York City, on commence doucement par la smile cam, où le principe est juste de sourire à la caméra, avant de finir avec la Captain Morgan Cam, en référence à la marque de rhum, partenaire du club et de la MLS. Des filtres sont ajoutés aux images des spectateurs filmés, une pratique qui nous a fait bien rire.

Une animation Captain Morgan Cam avec des filtres pour les supporters sur l'écran géant

Une animation Captain Morgan Cam avec des filtres pour les supporters sur l’écran géant

Le match, loin du show à l’américaine

Le jeu, c’est malheureusement là que la différence entre l’Europe et les États-Unis s’arrête. Sur ce point, les USA peuvent envier les européens (pour le football en tout cas !). Un très beau stade, une bonne météo, une équipe qui tourne bien et pourtant… un stade presque vide et qui a mis du temps à se remplir. Le Yankee Stadium qui peut accueillir habituellement environ 55 000 personnes, n’a à ce jour rempli qu’à 36% ses tribunes (moins de 20 000 spectateurs présents pour cette rencontre à laquelle nous assistons). Une “faible affluence” qui s’est ressentie sur l’ambiance en tribune pendant le match. Ce mauvais chiffre peut cependant s’expliquer par la programmation du match en semaine et l’importance du match suivant avec le derby prévu quelques jours plus tard.
Hormis l’affluence, le déficit d’ambiance s’explique également par la culture du pays qui développe réellement le football par le biais de la MLS que depuis peu de temps, et qui reste en marge des ligues majeures que sont la NBA, la MLB et la NFL.

L’entrée des joueurs est marquée par la présence de plusieurs pompiers et policiers. Puis, comme le veut la tradition, une chanteuse américaine interprète le Star-Spangled Banner, l’hymne des États-Unis d’Amérique.
Durant le match, le club tente d’entrer en interaction avec ses supporters par le biais des partages sur les réseaux sociaux Twitter et Instagram, notamment en postant sur les écrans géants du stade les selfies des supporters grâce au hashtag #NYCFC. Une activation qui se déroule donc pendant le match et qui peut poser le soucis de l’attention des spectateurs, plus attentifs aux photos sur les écrans géants afin de ne pas louper leur passage plutôt qu’au match en lui-même. À chaque buts de l’équipe locale de New York City FC, un jeu de lumière anime le stade.  Un effet positif qui vient s’ajouter au show.

Une expérience à l’américaine mais qui peut largement être optimisée

Dans sa globalité, notre expérience au Yankee Stadium a été plutôt appréciable. La technologie avec la panneautique + les écrans, les multiples points de restauration, le design, les grands espaces et la liberté de circulation sont les points forts de ce stade de New York. Nous pouvons également souligner l’accessibilité du stade, facilitée par les transports en commun. Cependant, nous n’avons pas trouvé le spectacle/show que nous nous attendions à observer. En effet, aucune animation “physique” dans les coursives ou sur le terrain, pas de mascotte présente (qui est pourtant l’un des points forts des clubs aux USA), aucune mise en spectacle de l’entrée des joueurs et aucun speaker pour faire participer le spectateur avant, pendant et après le match (hormis à la mi-temps). 
La problématique du stade doit représenter un frein pour la franchise de soccer dans l’objectif de réaliser des actions pour les visiteurs. L’identité du club de baseball de New-York est omniprésente dans l’enceinte, ce qui ne facilite pas le sentiment d’être chez soi, dans son stade.  

Vous avez aimé cet article ?

Fan inconditionnel du sport spectacle et de l’événementiel, je suis convaincu que le sport détient cette capacité à rassembler en un même lieu et que son spectacle procure des émotions uniques. Avec Fan Striker, mon objectif est de vous faire vivre, par le biais de nos articles, ce que nous aurons vécu au préalable dans les stades.

Fan expérience aux Etats-Unis

Les playoffs de NFL avec Bob l’Éponge et ses amis sur Nickelodeon

Le premier tour des playoffs de NFL a été diffusé sur la chaîne pour enfants Nickelodeon pour toucher un nouveau public.

Publié

le

Une rencontre sportive diffusée sur une chaine pour enfants. C’est l’originalité de la semaine avec les stars de la chaîne pour enfants Nickelodeon intégrés dans la diffusion du premier tour des playoffs. Comment et pourquoi Bob l’Éponge et ses amis ont investi les playoffs NFL ? On vous explique.

 

Pour la première fois le 11 Janvier 2021, une rencontre de football américain a été retransmise sur Nickelodeon, une chaîne destinée aux enfants et donc éloignée de l’univers du sport professionnel. L’objectif ? Réunir parents et enfants derrière le même écran et ainsi recruter de nouveaux fans avec un format inédit. L’initiative a été accueillie positivement par les fans qui en redemandent.

 

Un spectacle à voir derrière son écran de télévision sur Nickelodeon

Comme chaque année, les playoffs de NFL ont débuté avec un week-end de Wild Card, une sorte de match de barrage, qui a donné lieu cette année à trois matchs dans chacune des deux conférences. Du côté de la NFC (La National Football Conference), les New Orleans Saints ont accueilli les Chicago Bears au sein de leur impressionnant Mercedes-Benz Superdome qui a sonné bien creux : en raison des règles sanitaires appliqués dans l’État de la Louisiane, seulement 3.000 spectateurs ont pu s’asseoir dans les travées du stade capable d’en recevoir près de 75.000.
Pour tous les fans contraints de rester à la maison, le diffuseur CBS a retransmis la rencontre de façon classique avec des commentateurs expérimentés et des anciens joueurs venus apporter leurs analyses, schémas tactiques à l’appui. Pourtant, les téléspectateurs se sont vus offrir une alternative à la fois inédite et augmentée.
Appartenant également au réseau ViacomCBS, détenteur des droits de retransmission, la chaîne Nickelodeon a donc proposé le même match en simultané, mais avec son propre univers clairement identifié autour de la jeunesse. Bob l’Éponge, les Razmokets, Hé Arnold!, All That… autant de franchises et de personnages qui ont envahi un terrain plus habitué aux quarterbacks et autres fullbacks bardés de casques et d’épaulettes de protection.

Les personnages de Nickelodeon dans les tribunes du Mercedes-Benz Superdome

Une mélange entre cartoon et sport qui détonne

Concrètement, Nickelodeon a renouvelé le principe de la retransmission sportive sur plusieurs points, à commencer par les commentateurs. En cabine, c’est Gabrielle Nevaeh Green, actrice de la série de sketchs pour adolescents All That, qui a pris place en compagnie de l’ancien receveur Nate Burleson. À fond dans son personnage, elle s’est ainsi intéressée aux règles de ce jeu complexe avec des commentaires adaptés : “Un joueur remplacé par son coach, on peut dire que c’est comme s’il était puni par ses parents ?”, tout en encourageant vivement les joueurs des deux équipes.
Au bord du terrain, son homologue Lex Lumpkin s’est quant à lui attaché à délivrer en direct des informations savoureuses, telles que le parfum de glace préféré du running back.
Pour développer sa parodie, Nickelodeon a par ailleurs détourné les synthés, ces surimpressions qui permettent de légender l’action ou le joueur à l’image. De cette façon, le personnage surdoué de Young Sheldon, spin-off de la série The Big Bang Theory, est régulièrement intervenu pour expliquer les décisions arbitrales les plus obscures. Aussi, la relation du “dynamic duo” des Saints Alvin Kamara et Taysom Hill a été comparée à celle qu’entretiennent Bob l’Éponge et de Patrick l’étoile de mer.

Toujours dans l’analogie, les ralentis des actions écoulées ont presque tous été augmentés à la sauce cartoon : traînées de fumée derrière un joueur en course, points d’interrogation au-dessus d’un coach en réflexion, éclairs sur le terrain lors d’une action marquante, coeurs au dessus d’une célébration… tandis que l’espace compris entre les poteaux de transformation a été occupé par le visage iconique de Bob l’Éponge.

Visuellement, Nickelodeon a brillamment importé son “slime”, une sorte de substance gluante dont la marque se sert parfois comme signature graphique. Ainsi, la traditionnelle zone d’en-but appelée end zone s’est transformée en slime zone, déversant des quantités de liquide virtuel sur les joueurs lors d’un touchdown. Et c’est tout naturellement que Sean Payton, le coach des Saints, a accepté en fin de match de se faire doucher par un tonneau de slime, cette fois pour de vrai.

Avant le coup d’envoi et pendant la mi-temps, la chaîne a décidé d’occuper l’antenne avec les programmes spéciaux The Spongebob Squarepants Countdown Special et Kamp Koral: Spongebob’s Under Years qui ont réuni les personnages de Bob l’Éponge et l’ancien linebacker Von Miller. L’alchimie entre le sport et Nickelodeon semble avoir ravi les téléspectateurs, comme l’a confirmé Kurt Warner, élu meilleur joueur lors du Superbowl en 1999  : “Mon fils n’avait jamais regardé un match en entier !”.

Un format apprécié sur les réseaux sociaux

En ligne, l’expérience a été largement salué par le public puisque le hashtag #NFLOnNickelodeon est devenu un trending topic (top tendance) à l’échelle mondiale sur Twitter. Les réactions des fans ont été soutenues par le compte @NFLNickPlay qui a distillé des contenus pédagogiques et retweeté des utilisateurs pendant toute la soirée. En parallèle, le traditionnel choix du meilleur joueur a été soumis au vote des fans via un site dédié, honorant le quarterback de Chicago Mitch Trubisky du titre de “Nickelodeon Valuable Player”. Aussi, Bob l’Éponge avait investi deux jours plus tôt le jeu vidéo Madden 21, édité par Electronic Arts, en proposant un stade aux couleurs de sa ville de Bikini Bottom.
Producteur exécutif de la chaîne, Shawn Robbins confirme que cet écosystème digital a été pensé en amont pour accompagner les usages de double écran de son public quotidien.

Un véritable succès et des opportunités d’avenir pour la NFL

Au vu des retombées positives de cette expérience, le partenariat de diffusion s’avère prometteur pour les deux parties.
Pour la ligue, il s’agit évidemment de séduire un public plus jeune pour conserver son statut de sport roi aux États-Unis. En pleine crise du Covid, les audiences ont chuté de 6% d’après une étude Nielsen qui a souligné une baisse d’intérêt et des habitudes perturbées chez les fans. Il s’agit alors de savoir se renouveler dès aujourd’hui pour éviter une trajectoire similaire à celle de la MLB qui voit ses stades se désemplir sans discontinuer depuis 2007.

“Quand nous avons obtenu les droits pour cette Wild Card, nous avons compris qu’atteindre une cible nouvelle et plus jeune était l’objectif numéro un de la ligue. Désormais, grâce à cette expérience, nous ferons partie de toutes les discussions”.

Sean McManus, président de CBS Sports

Pour ViacomCBS, qui compte parmi les quatre grands réseaux sous contrat avec la NFL, cette expérience va être un argument de poids lors des prochaines négociations en 2022. Alors que de nombreux experts estiment que les prix vont augmenter de 30 à 50%, le retour sur investissement lié aux ventes d’espaces publicitaires demeure important : pour un spot de trente secondes lors d’un match de saison régulière, CBS facture en moyenne 353,911 dollars. Et si la chaîne va diffuser le Superbowl de cette année, chaque édition est remise en jeu et les deux prochaines ont déjà été acquises par NBC et la Fox.
Le président de CBS Sports Sean McManus confirme la stratégie pensée pour les saisons à venir : “Quand nous avons obtenu les droits pour cette Wild Card, nous avons compris qu’atteindre une cible nouvelle et plus jeune était l’objectif numéro un de la ligue. Désormais, grâce à cette expérience, nous ferons partie de toutes les discussions”.

S’il est encore trop tôt pour connaître les chiffres d’audience, quelques fans ont néanmoins tweeté avoir quitté la retransmission classique sur CBS pour la version plus divertissante de Nickelodeon. En réunissant toute la famille derrière le même écran et en distillant des informations sous un angle hilarant, la lucrative ligue de la NFL a sans aucun doute recruté ses fans de demain.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience aux Etats-Unis

Une livraison de bonbons par la mascotte pour Halloween

La mascotte des Canadiens de Montréal a livré des bonbons au domicile d’un jeune membre de sa communauté de fans pour Halloween.

Publié

le

Fin octobre, certains enfants et adultes fêtaient Halloween. Une tradition qui se partage et qui s’est déroulée dans une période de fête compliquée avec le contexte actuel. Les Canadiens de Montréal ont malgré tout proposé une animation intéressante. 

 

Au Canada, l’Halloween comme ils l’appellent là-bas est une tradition assez suivie le soir du 31 octobre. La franchise de hockey sur glace des Canadiens de Montréal a proposé un jeu concours original à sa communauté de fans en s’appuyant sur sa mascotte.

Une livraison de bonbons par la mascotte pour Halloween

La tradition d’Halloween veut que les petits et grands enfants se déguisent et sortent pour taper à la porte du voisinage pour demander des bonbons. Cette année, il est difficile de voir de telles traditions passer entre les mailles du filet de la Covid-19. Mais malgré ça, les Canadiens de Montréal ont proposé une activation qui nous a bien plu de part sa simplicité.

Le temps d’une journée, la mascotte Youppi! s’est transformée en livreur pour offrir 99$ (84€) de bonbons au domicile d’un enfant membre de la communauté de fans des Canadiens tout en respectant la distanciation sociale de rigueur.

C’est un jeune fan de 5 ans qui a pu profiter d’une livraison spéciale par Youppi!. Ironie du sort ou non mais le nom de l’enfant l’a peut-être bien aidé à remporter cette livraison spéciale.

Une activation pour animer et élargir sa communauté

Cette activation nous semble intéressante de part sa simplicité. Le fait d’utiliser la mascotte est un bon réflexe qui démontre une fois de plus qu’elle tient un rôle essentiel dans l’animation d’une communauté de fans.

Pendant deux jours avant les festivités d’Halloween (du 26 au 28 octobre), la communauté de partisans des Canadiens de Montréal pouvait alors participer via une mécanique de jeu concours par tirage au sort relayé sur les réseaux sociaux de la franchise de hockey sur glace.

Ce concours n’avait pas seulement pour but d’animer les fans mais également de recruter de nouveaux membres et ainsi de récupérer des données essentielles pour enrichir la base fan de la franchise.
Pour participer, il fallait obligatoirement que l’un des enfants du foyer soit membre du Fan Club, le programme pour les enfants de 0 à 12 ans (souscription de 40$ à l’année ou formule gratuite). Et que le responsable légal soit lui membre du Club 1909, le programme des partisans pour les adultes et enfants de plus de 13 ans (gratuit pour l’offre numérique).

Une activation simple donc qui permet de surfer sur l’actualité, de montrer une image positive de son club, d’animer ses fans et d’enrichir sa base de données.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Suivez-nous

Le choix des lecteurs