Suis-nous
Le Stade René Gaillard de Niort Le Stade René Gaillard de Niort

Inside expérience

INSIDE CLUB : L’expérience fan au stade René Gaillard à Niort

Suite de notre reportage inside chez les Chamois Niortais. Après l’interview de Benjamin Roumegoux, place à notre propre expérience fan au stade René Gaillard.

Publié

le

Suite du reportage en inside chez les Chamois Niortais, après l’interview de Benjamin Roumegoux, le responsable commercial du club, place à notre partage d’expérience au stade René Gaillard.

L’accès au stade

Les responsables de l’Allianz Riviera de Nice et ceux du Matmut Atlantique de Bordeaux ne le savent que trop bien : les difficultés d’accès et de départ d’un complexe sportif représentent, au mieux, une source de mécontentement. Au pire, un frein pour le spectateur.
Heureusement, le stade René Gaillard n’a pas ce problème. Certes, Niort ce n’est pas aussi grand que les 5ème et 9ème villes de France, mais l’antre des Chamois possède tout de même l’avantage d’être assez facile d’accès. En partant du centre-ville en voiture, il nous a fallu une dizaine de minutes pour rejoindre le stade, un vendredi en fin d’après-midi. Pour les plus sportifs, il ne leur faudra qu’une trentaine de minutes de marche. En revanche, nous avons été surpris d’apprendre qu’aucune ligne de bus ne dessert le stade.

Plan du stade René Gaillard | Fanstriker

Plan du stade René Gaillard

Le stade, l’aspect général

Pour faire un peu d’histoire, le stade René Gaillard a été inauguré le 3 août 1974 et peut accueillir jusqu’à 11 352 spectateurs. En arrivant au stade, notre première réaction fut la surprise. La surprise de se retrouver dans un stade tel que nous les avons connus au début des années 2000, époque de nos premiers pas dans les gradins (pour ma part, ceux du stade Bernard Bardin d’Istres et Francis Turcan de Martigues). La piste d’athlétisme et les structures apparentes des tribunes sont autant de choses qui ravivent ces souvenirs.

René Gaillard est assez loin de l’idée que l’on se fait d’un stade de club de football professionnel en 2017. Un certain charme se dégage tout de même de l’enceinte, mais il s’agit malheureusement d’un outil trop vétuste pour assurer le développement du club.

Accueil et qualité du service 

Étant arrivés très tôt au stade et accompagnés de Benjamin Roumegoux, nous n’avons pas eu à passer par le service de sécurité ou à nous faire indiquer le chemin par le personnel du stade. Néanmoins, nous avons remarqué que les Chamois Niortais ont mis en place une initiative plus qu’intéressante à destination des fans : le personnel présent dans les travées du stade porte un vêtement avec la mention “à votre service” en évidence. Cela permet aux supporters de bien distinguer les personnes susceptibles de les renseigner. De plus, cette mention donne l’image d’un personnel plus avenant, plus à même de répondre à notre demande et incite donc davantage le supporter à engager la conversation.

La communication et l’affichage

Les partenaires sont bien visibles par les fans via la panneautique fixe, LED ou encore sur les bancs de touche. Il est intéressant de noter que certains panneaux sont en monochrome bleu, la couleur du club, pour une meilleure expérience visuelle. A l’image de ce qui est fait au Stade du Moustoir, à Lorient. D’après Benjamin Roumegoux, l’objectif est de passer au 100% monochrome dès le début de la saison prochaine.

Autre dispositif de mise en avant des partenaires, les Chamois ont décidé de ne pas mettre les places en virage à la vente et ont donc bâché certaines de ces tribunes.  Sur l’une d’entre elle, le nom et le logo de l’entreprise partenaire ayant fabriqué cette bâche sont affichés.

 

Tribune bâchée | Fanstriker

Une des tribunes bâchées par les Chamois Niortais

Le stade étant relativement petit, il est facile d’y circuler et de s’y repérer. Les Chamois ont tout de même prévu de la signalisation pour indiquer les toilettes et les buvettes, qui restent tout de même bien visibles depuis les tribunes.

Le gros bémol en termes de signalisation concerne la boutique officielle du club. En effet, nous n’avons vu aucune indication permettant de la trouver. Cela peut représenter un manque à gagner, surtout auprès de nouveaux supporters. D’autant plus que, comme nous le verrons un peu plus bas, la boutique est loin d’être évidente à trouver.

Et sur le digital

Dans le stade, on pourrait regretter la non-utilisation de l’écran géant du stade pour engager les supporters. Elle s’explique par la vétusté de l’installation. Il n’est équipé que pour diffuser la composition de l’équipe, le score ou encore quelques publicités.

En revanche, les réseaux sociaux, eux, ont été on ne peut plus utilités. Le community manager du club a été très actif. Mise en avant des supporters avant la rencontre, présentation de la composition et des équipes, des coulisses d’avant-match, et bien sûr un live-tweet en utilisant le hashtag de la rencontre.

 

Lire cet article

A LIRE ÉGALEMENT : LA MI-TEMPS, UN MOMENT PRIVILÉGIÉ POUR L’EXPÉRIENCE FAN 

 

Ambiance générale

Le stade était assez bien garni compte tenu de la capacité du stade (4 115 spectateurs d’après la Ligue de Football Professionnel, pour environ 6 600 places mises en vente) et les fans se faisaient entendre à chaque situation dangereuse. L’ambiance était bon enfant avec une bonne programmation musicale.

En termes d’animations proposées aux spectateurs, elles étaient peu nombreuses. La première était un lancer de ballons à destination des fans dans les tribunes. Elle a eu lieu quelques instants avant la rencontre.

Arrive la mi-temps, moment on ne peut plus important pour les fans et un espace de jeu idéal pour les engager. Un moment d’autant plus important que, comme l’a dit Benjamin Roumegoux dans son interview : “Aujourd’hui, nous sommes en concurrence avec le cinéma, le bowling, les restaurants parce que nous sommes dans la catégorie des loisirs et le public peut hésiter entre ces différents divertissements”. Chez les Chamois, il y a une grosse marge de progression.
Deux animations ont eu lieu durant cette période. Tout d’abord, nous avons assisté à une chorégraphie de jeunes danseuses venues d’une école de hip-hop locale. Ensuite, le speaker annonça les gagnants d’une tombola organisée par le club des supporters, Niort 1925. A gagner : un maillot dédicacé par le milieu de terrain Jimmy Roye, un ballon dédicacé par les joueurs ou encore des écharpes du club de supporters. Une action divertissante, une autre engageante. Un bonne complémentarité, mais elles restent trop classiques pour faire en sorte que le public choisisse René Gaillard plutôt que le cinéma.

En outre, nous n’avons que très peu vu la mascotte du club, Chami. Ce qui est dommage car il s’agit d’un levier des plus intéressants, notamment pour engager les plus jeunes fans des Chamois.

Buvette et boutique

Contrairement aux stades plus récents, la majorité des buvettes ne sont pas intégrées aux tribunes du stade. A vrai dire, une seule l’est. Les autres nous ont fait penser aux petites cabanes que l’on peut voir sur les marchés de Noël. Nous avons apprécié ces structures car cela ne leur confère pas la froideur qui peut se dégager des buvettes en béton. Elles semblent plus accueillante et conviviales. De plus, elles sont très facilement repérable depuis les tribunes. Il existe également des points de restauration tenus par des restaurateurs locaux. Les produits proposés sont des classiques du genre : barquette de frites, jambon beurre ou encore sandwich merguez. Les supporters visiteurs ne sont pas oubliés puisqu’ils disposent de leur propre cabane-buvette juste derrière leur tribune.

Les produits & les prix proposés à la buvette | Fanstriker

Les produits & les prix proposés à la buvette

Les produits & les prix proposés au point restauration | Fanstriker

Les produits & les prix proposés au point restauration

Concernant la boutique du club, nous avons également été surpris, d’abord par sa taille. Il s’agit d’un tout petit espace dans lequel l’on peut retrouver maillots, écharpes et différents goodies. La seconde surprise est sa localisation : elle est située à la sortie du parking… des partenaires, à l’opposé de celui des fans. Cela est d’autant plus déroutant que son accès n’est pas indiqué dans le stade. A noter qu’il s’agit de la seule boutique officielle du club dans la ville de Niort, le merchandising étant licencié à un distributeur d’articles de sport.

La boutique officielle des Chamois Niortais | Fanstriker

La boutique officielle des Chamois Niortais

La terrasse en bord de terrain

Chez les Chamois Niortais, nous avons fait la belle découverte d’un dispositif expérience fan inédit : la Terrasse.
Comme nous l’avons évoqué, la pelouse du stade est entourée par une piste d’athlétisme. Sur celle-ci, près d’un des poteaux de corner, se trouve cet espace couvert à partir duquel l’on peut suivre la rencontre au plus près des joueurs. Avec sa proximité avec la pelouse, son petit camion style food truck et ses plateaux de fromage ou de charcuterie, elle a tout pour séduire. Et Fanstriker a été séduit !

Petit aperçu de la Terrasse | Fanstriker

Petit aperçu de la Terrasse

Le petit food truck de la Terrasse | Fanstriker

Le petit food truck de la Terrasse

La carte des produits proposés sur la Terrasse | Fanstriker

La carte des produits proposés sur la Terrasse

Ce n’est pas tout, les Chamois font en sorte que des joueurs passent échanger avec les fans et exercer leur talent pour les selfies. Les plus petits étaient aussi gâtés puisqu’un petit sac souvenir rempli de goodies leur était distribué.

Nous avons beaucoup aimé ce dispositif pour son côté innovant et pour la convivialité qui s’en dégage. C’est une initiative qui permet d’attirer un nouveau public au stade, venu assister à un spectacle et passer un moment convivial. Le tout pour un prix assez correct étant donnée la prestation (35€).

Notre bilan chez les Chamois

Le stade René Gaillard possède un charme certain. C’est un lieu où se retrouvent les personnes du coin, où tout le monde se connait. Un endroit convivial où, à la fin du match, on oublierait presque le résultat final (défaite 0-3) et où la quasi-totalité des joueurs font la tournée des fans et des partenaires. Une ambiance qui fleure bon le football populaire comme on l’aime. Nous y avons passé un bon moment et avons apprécié les initiatives telles que la mention “à votre service” sur le haut du personnel et la Terrasse, notre gros coup de cœur. 

Néanmoins, cela n’occulte pas les limites du stade : la non desserte par une ligne de bus, l’impossibilité d’exploiter l’écran géant, le manque d’animations à destination des fans ou encore la localisation de la boutique officielle du club. Autant de facteurs pouvant altérer l’expérience du supporter présent au stade et freiner l’acquisition des nouveaux fans tant désirés par les Chamois Niortais. La livraison d’un nouveau stade apparaît plus que nécessaire pour faire passer un cap au club. Même si (et les rénovations/constructions dans l’optique de l’Euro 2016 l’ont bien montré) un nouveau stade ne garantie pas une augmentation de la fanbase sur le long terme, il permettra d’avoir un outil adéquat pour mettre en place des stratégies répondant à ce besoin. Tout en oubliant pas de satisfaire les fans actuels. 

Et les supporters des Chamois, qu’en pensent-ils ?
Demain nous finirons ce dossier en immersion à Niort avec Laetitia, une supportrice inconditionnelle du club qui nous a partagé son expérience à René Gaillard.

En attendant, vous pouvez réagir et échanger avec nous via twitter Follow @fanstriker

Vous avez aimé cet article ?

Régulièrement, nous invitons des rédacteurs à rédiger ponctuellement des articles sur le sujet de l'expérience fan dans le monde du sport. Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience ou votre vision, contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur hello@fanstriker.com.

Continuer la lecture
Publicité

Inside expérience

L’expérience au stade de France avec France Rugby

Récit de notre expérience fan au Stade de France pour la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations entre l’Équipe de France de Rugby et l’Angleterre.  

Publié

le

Récit de notre expérience fan au Stade de France pour la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations entre l'Équipe de France de Rugby et l'Angleterre.  

Ce samedi 19 mars nous étions au Stade de France pour assister à la dernière rencontre du Tournoi des Six Nations entre le XV de France et l’Angleterre.  

 

C’est avec le “Crunch” (le nom que l’on donne à l’opposition entre la France et l’Angleterre) que le Tournoi des Six Nations 2022 s’est achevé au stade de France samedi 19 mars. Une grande fête du rugby sur la pelouse puisque le XV de France a remporté le Tournoi en battant l’Angleterre 25 à 13 et également le Grand Chelem (le 10e dans l’histoire des Bleus), douze ans après le précédent. C’était également la fête dans les tribunes pleines de 79 176 spectateurs, un nouveau record pour le Stade de France.
Revenons ensemble sur cette soirée de fête du côté des fans et dans les tribunes.

Un match attendu par les fans

La dynamique sportive actuelle du XV de France enchante les fans et ce match qui venait clôturer le Tournoi des Six Nations ne pouvait pas espérer meilleur timing pour que la fête soit pleinement réussie. L’horaire de la rencontre à 21h00 un samedi soir veille de Printemps, la météo agréable, la fin de l’obligation du port de masque dans les stades, venaient parfaire le contexte sportif alléchant qui attendait les spectateurs. 

Pour ce match, les organisateurs avaient donné rendez-vous aux spectateurs deux heures avant le coup d’envoi, dès 19h00. La Fédération Française de Rugby (France Rugby) avait largement communiqué sur les réseaux sociaux pour inviter le public à venir le plus tôt possible au stade. Et il semble que cela a fonctionné puisqu’à notre arrivée à 18h00 à La Plaine Saint-Denis, les alentours du stade étaient déjà bien occupés par les spectateurs qui patientaient devant les différents accès ou consommaient autour des différents stands de restauration éphémères.

Plusieurs animations en avant-match

France Rugby avait imaginé plusieurs animations pour les spectateurs présents au stade. Des animations que l’on pouvait retrouver à la sortie du métro, sur le parvis, dans les coursives ou en bord de pelouse.
Les spectateurs arrivant au stade par le métro avec la ligne 12 ont pu se voir offrir des goodies et des kits de supporter à la sortie de l’arrêt Front Populaire.
Sur le parvis du stade de France, deux animations en structure gonflables étaient disposées. L’une d’elle présente une cible et le but est de viser son centre en lançant une balle avec deux faces, une semi arrondie et une semi ovale. La seconde animation gonflable sponsorisée par RATP Group était similaire mais cette fois les participants devaient lancer un ballon de rugby dans l’un des trois cercles sur une toile tendue. 
Deux animations à destination des familles et encadrées par des animateurs(trices). La luminosité étant réduite après le couché du soleil, un spot lumineux aurait permis de valoriser davantage ces deux animations et peut-être aussi d’accueillir un public encore plus nombreux.

 

Toujours sur le parvis, les spectateurs pouvaient participer à un stand photo assez bien imaginé. “MaPhotoAvecLeXV“, le nom de ce concept permettait aux fans de prendre une photo avec la présence virtuelle d’un joueur du XV de France au choix. Des hôtes et hôtesses étaient positionné(e)s à chaque porte dans des espaces délimités par un cercle tracé au sol, deux flammes et deux spots de lumière. Les animateurs(trices) disposaient d’un smartphone pour proposer aux spectateurs de prendre la photo souvenir qu’il recevaient ensuite par SMS. 

Un groupe de musiciens de la RATP nommé IN THE CAN jouait lui sous un chapiteau. Une ambiance un peu rock pour faire monter l’ambiance.

Malgré la qualité des animations sur le parvis, nous avons pu constater que le public avait tendance à vouloir pénétrer rapidement dans l’enceinte une fois le passage des portiques d’entrée et le check point sécurité. Ces animations auraient peut-être eu un plus grand succès si elles avaient été placées à l’extérieur du stade lorsque la foule patientait pour l’ouverture des portes. Également, une ouverture des portes 3h avant le coup d’envoi du match aurait sans doute permis de donner la sensation aux spectateurs d’avoir le temps de profiter des différentes animations. À condition d’arriver tôt au stade.. 

Toujours sur le parvis, plusieurs boutiques permettaient aux fans d’acheter des maillots, écharpes et autres produits aux couleurs du XV de France. Et de nombreuses personnes vêtues d’une veste rouge mentionnant “Puis-je vous aider ?” étaient présentes à différents du stade pour renseigner les visiteurs. D’ailleurs, selon vous, qu’elle était la question la plus posée par les spectateurs ? On vous donne la réponse, il s’agit de “Où se trouvent les buvettes ?” au coude à coude avec “Où se trouvent les toilettes ?”. Vous auriez trouvé ? 

La Fédération Française de Rugby a développé une web application « France Rugby Expérience » uniquement accessible via un smartphone et un compte qui permet aux spectateurs présents au stade d’accéder à toutes les informations pratiques sur le match. Mais aussi à des contenus et statistiques sur les équipes et une partie gamification avec des jeux pour remporter des cadeaux.

Après avoir fait le tour du parvis, nous avons continué notre découverte du parcours du spectateur dans le stade. Direction les coursives où une Bodega avait été installée derrière l’une des tribunes en virage pour une expérience 100% rugby. 
Pour les non-initiés, la Bodega est un vrai lieu de vie dans les stades de rugby. Il s’agit d’un espace de consommation et d’animation, une mini fan zone en quelque sorte, où les spectateurs se retrouvent avant, pendant et après les matchs. 
Dans cet espace Bodega, nous pouvions retrouver plusieurs animations : 

  • Un photocall numérique avec un animateur
  • Une roulette de hasard avec un animateur pour remporter des cadeaux
  • Un photocall “Le mur de la Bodega” en libre service
  • Un tableau de vignettes des joueurs du XV de France adhésives en libre service

Un mini stand de produits merchandising permettait aux spectateurs d’acheter en dernière minute des accessoires, tels que des bonnets, bérets, casquettes et écharpes du match.

Pour “transformer” le stade de France en stade de rugby, la Fédération Française de Rugby a segmenté une tribune spécifique Bodega soit environ 7 000 spectateurs qui pouvaient vivre le match dans une ambiance conviviale et festive. C’est dans cette tribune que nous avons assisté au match.
Des ambianceurs en tenue de super héros avec la mention “Super Français” étaient chargé d’inviter les spectateurs à mettre l’ambiance aidés d’un mégaphone et d’un music band. 

Les spectateurs et fans de rugby s’investissent pleinement

Une des particularités des spectateurs qui composent les stades de rugby, est que nombreux sont ceux qui se déguisent. Pour cette rencontre du XV de France, nous avons croisé beaucoup de spectateurs habillés pour l’occasion. C’est un investissement de la part des fans qui participe pleinement à l’expérience du public. Ainsi, nous avons vu un fan déguisé en Obélix prendre de nombreuses photos avec d’autres spectateurs, de même avec un groupe d’amis anglais déguisés en costume d’époque.

Ces fans déguisés prennent finalement un rôle de mascotte, drôle et accessible qui créé l’animation. Il y a certainement quelque chose à faire de mieux encore pour exploiter et récompenser leur investissement. On en parle plus en détails à la fin de cet article. 

Un spectacle intense vu des tribunes 

Une fois installé à notre place, nous avons pu admirer le spectacle des tribunes. Des drapeaux français sont partout en tribunes. Quelques minutes avant l’entrée des joueurs sur la pelouse, la luminosité du stade se réduit et le speaker demande au public d’allumer le flash de leur smartphone. Le rendu visuel est magnifique. Le jeu de lumière du stade de France participe pleinement avec les couleurs bleu, blanc, rouge qui reflètent sur le toit de l’enceinte. On vous laisse admirer dans cette vidéo. 

En bord de pelouse, un DJ sponsorisé par RTL2 était présent pour animer l’avant-match, la mi-temps et l’après-match. Et notamment la Dance Cam que nous avons pu voir avant le coup d’envoi et lors de la pause. Le choix des musiques était très réussi et très adapté au contexte. La musique combinée au jeu de lumière donnait un effet très discothèque.

Sur la pelouse, les drapeaux français et anglais apparaissent ainsi qu’un skyflag aux couleurs de l’Ukraine en guise de soutien au peuple Ukrainien. La FFR indique qu’elle reversera 85 000 euros sur le weekend à la Fondation de France pour soutenir ses actions auprès des familles de réfugiés.
Le moment de l’hymne national arrive et il est sans surprise repris par tout le stade, c’est intense. Un maillot géant du XV de France, offert par le Partenaire Majeur de la FFR, Altrad, est déployé dans la tribune centrale au coup d’envoi.

Des activations en dehors du stade

Pour ce match, France Rugby a récompensé une sélection de supporters du XV de France à travers une opération dont nous avions parlé précédemment. Les XV meilleurs supporters ont été invités pour le match pour une expérience enrichie.

Les internautes n’avaient pas été oubliés non plus puisqu’en plus des contenus diffusés sur les réseaux sociaux, la Fédération Française de Rugby a réitéré son live Twitch « En attendant le XV » dès 19h25 le soir du match avec deux animateurs. Pendant plus d’une heure, sur la chaîne Twitch de France Rugby, les supporters ont pu découvrir des contenus exclusifs, échanger en direct avec les animateurs et invités pour un moment convivial et de partage avant le début du match.

Autre activation à destination d’un public en dehors de l’enceinte par la Fédération Française de Rugby et la Ligue nationale contre le cancer dans le cadre de leur partenariat. Afin de rompre l’isolement des personnes vulnérables, les deux organisations ont permis, à chaque match, à un enfant malade de profiter d’un moment d’échange avec les joueurs. Grâce à un robot, il pouvaient donc discuter à distance avec les joueurs à la sortie des vestiaires et sur le bord du terrain lors des échauffements.

La victoire et le show d’après-match

Sur le plan sportive, la France l’emporte. Synonyme de victoire définitive du Tournoi et donc de cérémonie de remise du Trophée. L’installation du podium prend quelques minutes et le speaker occupe ce temps pour animer le public. Le Trophée des Six Nations remis dans les bras du capitaine Antoine Dupont, les festivités commencent par un magnifique feu d’artifice sur la pelouse puis sur le toit du stade. Un beau spectacle accentué par ce jeu de lumière qui apporte vraiment quelque chose visuellement.
Les joueurs font ensuite un tour de stade avec le précieux sésame pour communier avec le public avant que la soirée s’achève vers 0h00. 

Ce que nous avons retenu de notre expérience 

L’engouement du public pour cet événement a été réel. Nous le ressentions tout au long de notre expérience. Les animations proposées ont été bien pensées bien que certaines auraient mérité un petit coup de projecteurs pour bénéficier de plus de luminosité.

Le jeu de lumières du stade de France est vraiment bluffant. Cela apporte un vrai plus et donne au stade de France (achevé en 1998) une touche de modernité nécessaire. L’effet visuel donne l’impression que le toit de l’enceinte se transforme en écran led avec le reflet de la lumière. Sans savoir si c’est techniquement réalisable, peut-être qu’à l’avenir la projection sur le toit permettra de diffuser de la vidéo sur cette surface, qui sait ?! 
L’animation de la musique par le DJ présent a également été au rendez-vous. Le choix des musiques a permis aux spectateurs de se sentir dans une ambiance festive à mi-chemin entre concert et boite de nuit.
Cela dit, en comparaison avec une enceinte typiquement rugby comme le Stade Français Paris à Jean Bouin par exemple, nous ne retrouvons pas complètement au stade de France l’esprit rugby. Mais les choses s’améliorent au fil des rencontres du XV de France.

Dans les points d’optimisation que nous avons pu relever, nous avons testé le service de livraison à la place proposé au stade. Il faut scanner un QR code au dos du siège en tribune pour accéder à l’offre proposée. Une fois notre commande passée, il aura fallu patienter environ 40 minutes pour réceptionner nos deux boissons. Un service qui ne s’est pas vraiment avéré être intéressant dans notre expérience avec une telle durée d’attente. Il était donc plus judicieux de se déplacer pour consommer.
Autre point d’observation en toute fin d’événement, les spectateurs s’étant attardés après la rencontre ne pouvaient plus retourner leurs gobelets consignés. La plupart des stands de consommation étant déjà fermés et ceux en cours de fermeture indiquaient ne pas disposer de cash pour rembourser les demandeurs.

Enfin, l’investissement des spectateurs qui viennent au stade déguisés se doit d’être valorisé. Ces acteurs participent pleinement à l’expérience du public à travers le show qu’ils proposent avec leur accoutumance. Nous pourrions imaginer un stand spécifique équipé d’un photocall ou d’un photographe où les spectateurs déguisés pourraient venir se prendre en photo pour participer à un concours du meilleur déguisement. Un vote serait alors réalisé à la mi-temps du match sur les écrans géants avec un applaudimètre.

Merci à France Rugby pour cette invitation à découvrir l’expérience du public au stade de France pour cet événement. 

 

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture

Fan expérience en France

INSIDE CLUB : L’expérience fan au Groupama Stadium avec l’Olympique Lyonnais

Animations sur le parvis, mascottes et shows lumineux au Groupama Stadium. L’Olympique Lyonnais a enchainé 3 rendez-vous en quelques jours.

Publié

le

L'expérience fan au Groupama Stadium à Lyon

L’Olympique Lyonnais disputait 3 matchs cruciaux en l’espace de 7 jours au Groupama Stadium avant la période du coronavirus. Trois rencontres, face à la Juventus, Saint-Etienne et le PSG, dans trois compétitions différentes. C’était l’occasion pour nous de s’y rendre et d’analyser l’expérience fan proposée par le club lors de ces matchs de gala avec des animations sur le parvis, des mascottes et shows lumineux pour satisfaire les spectateurs.

Retour au Groupama Stadium à Lyon après notre première visite en 2017 à l’occasion du Monster Jam. Cette fois-ci, pas de véhicules XXL ni d’odeur d’essence mais une atmosphère bien particulière. Avant l’épisode de coronavirus, l’Olympique Lyonnais disputait trois matchs cruciaux en l’espace de sept jours. C’est d’ailleurs au total 155 000 spectateurs qui se sont déplacés dans l’enceinte lyonnaise pendant cette période. Quelle expérience le club a-t-il proposé pour l’ensemble de ces fans ?

À Lyon, le parvis est la scène pour le spectacle

Dès l’arrivée dans l’enceinte lyonnaise, le Groupama Stadium, on peut apercevoir plusieurs animations et entendre de la musique. À Lyon, de nombreuses activités sont proposées au public qui peut accéder au parvis deux heures avant le début du match.

Trois zones sont exploitées par le club pour proposer des divertissements aux spectateurs. Il y a tout d’abord la Fan Zone au nord où se produisent différents DJs devant un écran géant diffusant la chaîne du club, OL TV. Cette zone est le 1er espace visible pour la majorité des spectateurs arrivant au stade.

Au sud, deux zones sont implantées pour cibler des types de fans différents. Il y a la Like Zone qui est dédiée aux étudiants. On y retrouve des tables de beer-pong, des babys-foot ainsi qu’une cabine DJ. En plus de cela, il y a des zones assises avec des fatboys qui n’étaient pas très utilisés mais qui fonctionnent mieux lorsque les beaux jours sont de retour. L’autre zone s’appelle la Family Zone et est elle destinée aux enfants/familles. On peut y voir des jeux gonflables et autres stands comme du maquillage. Sur les trois matchs auxquels on a assisté, les zones étaient bien remplies et le concept a l’air de bien marcher.

La like zone au Groupama Stadium

La like zone au Groupama Stadium

En plus de ces zones bien définies et permanentes, d’autres animations sont mises en place sur certains matchs. C’est par exemple le cas des animations football disposées autour du stade. Il y avait sur les matchs OL/Juventus et OL/ASSE trois stands à destination des fans : une arène 1 vs 1, un foot bowling ainsi qu’un foot fléchettes.

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

Présentation des trois animations football disposées autour du Groupama Stadium

C’est une idée que l’on avait déjà vu à Rennes précédemment. Ce type d’animation est efficace et attire le public en nombre. Cela permet de toucher une cible très large et d’offrir une animation ludique avec des gestes simples de la pratique du football.

Les spectateurs présent au stade pouvaient également observer des lanceurs de drapeaux italiens qui étaient présents. Ce groupe composé de cinq personnes réalisait des tours de podium en lançant des drapeaux de l’Olympique Lyonnais créant un véritable show pour le public.
Le principe reprend celui des fêtes de village italiennes où les shows de drapeaux sont impressionnants. Ils étaient également accompagnés d’une batucada (genre de musique avec des percussions traditionnelles) qui jouait en continu pour mettre l’ambiance et attirer du monde sur des emplacements spécifiques. Ces performeurs débordaient d’énergie et dynamisaient de ce fait l’ensemble du show. Nous avons été agréablement surpris par ce show original qui permet d’animer des zones moins “chaudes” comme le parvis Est et Ouest.
Les zones “chaudes du Groupama Stadium se concentrent en effet au nord et au sud de l’enceinte.

Au niveau de l’offre food & beverage, là aussi l’expérience est très qualitative. Il y a une dizaine de food trucks qui sont disposés tout autour du stade pour proposer une offre très variée.
Les spectateurs lyonnais avait donc le choix même si les files d’attentes semblaient s’allonger à l’approche du coup d’envoi.

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Un des pans de mur peint par un artiste local dans les coursives du Groupama Stadium

Après avoir fait un tour à l’extérieur du stade, direction dans l’enceinte.
En s’y rendant, nous avons été marqué par l’habillage des coursives. En effet, de nombreux pans de murs sont recouverts de street-art. Le rendu est très beau et change de nombreux intérieurs de stades qui se veulent un peu ternes et froids la majore partie du temps. Cela fait partie d’un partenariat avec Offside Gallery qui devrait recouvrir la quasi totalité des coursives à terme. C’est une des caractéristique majeure du stade qui a beaucoup investi dans ce sens afin de proposer une expérience différente aux visiteurs.

Une expérience in-stadia exceptionnelle

À l’intérieur du stade, l’ambiance des grands soirs se faisait sentir, surtout pour le match de Ligue des Champions OL vs Juventus le 26 février. À cette occasion, un tifo drapeaux mis en place par l’équipe animation était visible dans les tribunes latérales. Celui-ci était très réussi et donnait un bel aspect visuel au moment de l’entrée des joueurs.

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d'OL/Juventus

Le tifo aux couleurs du club déployé lors d’OL/Juventus

Juste avant l’entrée des équipes, nous avons assisté à un rituel mis en place pour l’ensemble des matchs de l’OL. Le club diffuse dans l’ensemble du stade son nouvel hymne. Les paroles sont inscrites sur les panneaux LED en bord terrain. C’est une bonne idée pour que les supporters s’approprient les paroles.
Cet hymne avait du mal à prendre en début de saison mais est désormais bien ancré chez les supporters. Ils le reprennent d’ailleurs à capella à la fin du chant, ce qui fait encore plus monter l’ambiance.

En même temps que cet hymne, les porteurs de drapeaux entrent également en jeu. Une vingtaine de jeunes arrivent des deux côtés du terrain avec des drapeaux géants sur lesquels on peut voir les anciens logos du club. Cela permet d’habiller le terrain et alimenter ce show global. Sur certains matchs, il y a même la mascotte qui se joint à la fête pour déambuler sur le terrain. Malheureusement sur les matchs de Ligue des Champions, l’UEFA restreint les possibilités en terme d’animations.

Le match de Ligue 1 Conforama contre Saint-Etienne le 1er mars a quand à lui offert un show unique aux spectateurs du Groupama Stadium. Pour cette rencontre à l’atmosphère si spéciale pour cause de derby, le club avait mis le paquet en terme de show pyrotechnique. Le rendu (visible en vidéo ci-dessous) était incroyable. Les ingrédients de ce show hors-norme sont les suivants : des feux d’artifice grandioses accompagnés de flammes, un usage de la lumière impeccable et une musique dynamique. Ce type de spectacle est la plupart du temps visible en fin d’événements majeurs comme les finales ou d’autres grandes compétitions.

C’était donc une bonne surprise de voir un spectacle de cette qualité en avant match. Les spectateurs semblaient apprécier ce qu’ils voyaient.
Les tifos préparés par les groupes de supporters étaient eux aussi d’un grand niveau et ont permis aux spectateurs d’être plongés dans l’ambiance du derby. Ceci n’est pas directement géré par le club mais participe tout de même à l’expérience fan proposée au public.

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l'OL

Un des deux Tifos réalisés par les supporters de l’OL

Une mascotte très active

Dernière chose que nous avons pu remarquer durant cette semaine spéciale, l’utilisation de la mascotte. Lord du match de Ligue des Champions le 27 février, nous avons assisté à un évènement assez rare en football, la présence de la mascotte visiteuse. En plus de Lyou, la mascotte de l’Olympique Lyonnais, Jay, la mascotte de la Juventus avait également fait le déplacement.
Le club italien de la Juventus l’avait déjà fait lors de déplacements à Londres ou à Munich. Le public a donc non pas une mascotte mais deux. Une de chaque équipe. De quoi créer de nombreuses interactions entre ces deux personnages.

Dans la matinée déjà, une vidéo des deux mascottes avait été diffusée sur les réseaux sociaux. C’était un petit teaser qui annonçait que Lyou avait reçu Jay dans la ville Lyonnaise. En avant match, le public a pu voir les deux mascottes s’affronter sur les animations football disposées à l’extérieur du stade. Elles ont également pu déambuler sur le parvis ainsi que dans les gradins pour aller à la rencontre des spectateurs.

Cette idée est très intéressante car elle permet de proposer une animation aux supporters locaux et aux fans du club visiteurs qui se sentent soutenus par leur mascotte. C’est aussi une occasion pour le public local de voir la mascotte d’un club étranger.
Les spectateurs étaient plus que réceptifs à cette idée, mis à part quelques ultras réticents à l’idée de voir le zèbre dans l’enceinte juste avant une rencontre décisive.

À l’intérieur du stade, les deux mascottes nous ont offert des séquences inédites et plutôt réussies. Parmi celles-ci, le club a organisé une battle de danse entre Lyou et Jay en bord terrain. Chaque mascotte avait 30 secondes pour faire ses plus beaux pas de danse sur la musique de son choix. Les deux animateurs ont offert une très belle performance. Le speaker n’a d’ailleurs pas su départager les deux danseurs et les deux mascottes se sont donc partagé le trophée mis en jeu.

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Les deux mascottes vainqueurs toutes les deux du Dance Battle

Lyou et Jay sont ensuite allées se balader dans les tribunes pour prendre des photos avec les fans français et italiens. L’engouement était très important et les spectateurs patientaient pour pouvoir faire leur photo.

Sur les deux autres rencontres auxquelles nous avons assisté, la mascotte de l’OL était bien évidemment présente. Elle était au contact des supporters sur le parvis, elle jouait avec les musiciens, participait aux animations foot ou encore animait la Like Zone avec le DJ.

À l’intérieur du stade, la mascotte est en général très sollicitée. Elle participe aux animations mises en place sur la pelouse avec le public, elle se déplace beaucoup dans les tribunes et jusque dans les loges et salons. La tradition veut qu’en après-match, Lyou s’habille d’un costume et aille faire un tour dans un des salons du stade tel un vrai joueur.

Une semaine de gala bien exploitée au Groupama Stadium

Nous retirons beaucoup de positif de cette expérience lyonnaise. Sur le plan sportif, la semaine était cruciale pour le club. L’expérience fan proposée semble avoir été à la hauteur de ces événements. En proposant de plusieurs animations sur le parvis en amont du match, le club incite le public à se déplacer plus tôt au stade et donc à inciter d’avantage ses visiteurs à la consommation, tout en fluidifiant les arrivées.

L’entertainment proposé était très réussi et digne des plus grands stades européens.
Le club utilise également les temps morts de manière judicieuse avec beaucoup de contenus diffusés sur les écrans géants et une utilisation importante de sa mascotte.

Quelques éléments n’étaient cependant pas parfaits bien évidemment. Comme évoqué un peu plus haut, l’UEFA ne permet pas aux clubs d’utiliser le terrain en avant-match et à la mi-temps pour réaliser des animations. Cela limite donc les possibilités. Le club aurait toutefois pu utiliser les écrans géants pour proposer des animations à la mi-temps comme le FC Barcelone le fait par exemple avec la Pelota Cam ou une Goal Cam.

Au niveau de l’offre en nourriture et boissons, la qualité à l’intérieur de l’enceinte n’était malheureusement pas à la hauteur de ce que l’on a pu voir à l’extérieur du stade. Les concessions sont un peu désuètes, ce qui est étonnant pour un stade aussi moderne. À l’intérieur de celles-ci on retrouve beaucoup de produits classiques comme des sandwichs baguettes, des frites et des hamburgers. Le club essaye cependant de changer cela avec de nouvelles offres comme des nachos, des nuggets ainsi que des ravioles, la spécialité de la région. Il semblerait que le club soit en bonne voie pour s’aligner sur le niveau de qualité des produits proposés en ex-stadia.

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Des nachos sont proposées aux Groupama Stadium depuis peu

Autre constat lors de notre visite, les spectateurs partent très vite à la fin du match. Encore pire, certains partent même avant le coup de sifflet final. Ces comportements peuvent s’expliquer par deux hypothèses.
Le flux des départs du stade est trop dense et les spectateurs habitués préfèrent éviter la cohue en sortie de stade et dans les parkings, sur les routes et dans les transports. Pour y remédier, pourquoi ne pas s’inspirer, de la franchise de NFL des Patriots, qui offre le parking aux spectateurs restant plus d’une heure après le match.
Autre hypothèse, le club peut avoir du mal à conserver son public en post-match. L’OL pourrait alors mettre en place un aftershow pour les spectateurs qui souhaitent poursuivre leur soirée au stade. Une inspiration que nous avons vu à Paris La Défense Arena.

Quoi qu’il en soit notre expérience fût une vraie réussite et le club rhodanien propose une fan expérience de grande qualité. L’outil principal dont dispose le club, le Groupama Stadium est un avantage certain sur les autres clubs de la région et du pays. Avec celui-ci, les stratégies d’animations sont nombreuses.

Vous avez aimé cet article ?

Continuer la lecture